Parution – « Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution prochaine (11 juillet 2019) du dernier ouvrage des Cahiers de la MSHE Ledoux édité aux Presses universitaires de Franche-Comté : 
Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas
Sarah MOMBERT et Corinne SAMINADAYAR-PERRIN (dir.)

Bretteur des lettres, Alexandre Dumas se fit journaliste par tempérament et par passion. Dès ses débuts, le jeune dramaturge s’est forgé dans et par la presse une personnalité publique, dans tous les sens du terme. Sa trajectoire est celle d’un engagé volontaire dans l’espace médiatique, où il occupe presque tous les postes : critique dramatique, chroniqueur, feuilletoniste, historien du contemporain, correspondant de guerre, intarissable causeur. De fortes convictions animent cette écriture en mouvement perpétuel : Dumas défend l’idéal démocratique d’une littérature authentiquement populaire, engagée dans les combats du présent, et intensément interactive.

Sarah Mombert est maître de conférences à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur Alexandre Dumas, le roman, la presse et la littérature populaire du XIXe siècle.
Professeur à l’université de Montpellier 3, Corinne Saminadayar-Perrin s’intéresse aux rapports entre presse et littérature au XIXe siècle.
Pour télécharger le sommaire : https://mshe.univ-fcomte.fr/documents/cahiers/37_Dumas_TDM.pdf
Pour plus d’informations sur l’ouvrage : https://mshe.univ-fcomte.fr/cahiers-de-la-mshe/les-series/archives-de-l-imaginaire-social/829-n-37-un-mousquetaire-du-journalisme-alexandre-dumas

Parution – Anthony Glinoer (éd.), “Le littéraire et le social. Anthologie”

J’ai le plaisir de vous annoncer de la parution de l’anthologie intitulée Le littéraire et le social. Elle est disponible, en français et en anglais, dans la collection d’anthologies digitales Living Books About History.

 

La littérature n’est jamais isolée du monde social et nombreux ont été les travaux qui ont développé, approfondi ou illustré cette affirmation. La littérature prend naissance dans des pratiques sociales spécifiques et tout texte littéraire entre en résonance, quelles que soient les intentions de son auteur, avec ce qui l’entoure, que ce soit les individus, les choses ou les discours.

Cette anthologie reprend les grands textes en accès libre (Lénine, Lukács, Goldmann, Bourdieu, Angenot, Dubois, etc.) qui se sont penchés sur les rapports entre le littéraire et le social : classée chronologiquement, elle met en dialogue différentes approches marquantes comme la sociocritique, l’histoire littéraire, le marxisme et la sociologie des champs.

Elle fait aussi une large place aux recherches les plus contemporaines qui croisent la sociologie de la littérature avec l’analyse du discours, l’histoire ou encore la psychanalyse. L’anthologie est accompagnée par une introduction qui retrace l’histoire des écoles de pensée qui ont animé la réflexion sur le littéraire et le social depuis le début du XXe siècle.

 

Introduction

De Lanson à Lukács

L’histoire littéraire et la sociologie (1904)

Leo Tolstoy as the Mirror of the Russian Revolution (1908)

Le marxisme et la littérature (1936)

Le réalisme critique dans la littérature russe du XIXe siècle

D’Escarpit à Macherey

Einige Thesen zur Literatursoziologie (1974)

Sociologie de la littérature (1958)

L’industrie culturelle (1964)

The Frankfurt School of Critical Theory (2009)

Pour une théorie de la production littéraire (2014)

Le sujet de la création culturelle (1967)

Literature (1977)

De Duchet à Bourdieu

Pour une socio-critique, ou variations sur un incipit (1971)

1889. Un état du discours social (1989)

Polysystem Studies (1990)

Le champ littéraire (1991)

Cours sur Balzac et sur Stendhal (1993)

Le roman sociologue (2009)

Effets de champ et effets de prisme (1988)

Recherches contemporaines

Quelques implications d’une démarche d’analyse du discours littéraire (2006)

De l’ethnologie de la littérature à l’ethnocritique (2013)

Retours sur la posture (2011)

La sociocritique (2011)

Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France (2011)

De la démarche empirique à la théorie (2017)

Conditions de production et de circulation (2015)

Socius. Ressources sur le littéraire et le social

Url de référence : 
https://livingbooksabouthistory.ch/fr/book/the-literary-and-the-social

Parution – « Le littéraire et le social »

J’ai le plaisir de vous annoncer de la parution de l’anthologie intitulée Le littéraire et le social. Elle est disponible, en français et en anglais, dans la collection d’anthologies digitales Living Books About History.

La littérature n’est jamais isolée du monde social et nombreux ont été les travaux qui ont développé, approfondi ou illustré cette affirmation. La littérature prend naissance dans des pratiques sociales spécifiques et tout texte littéraire entre en résonance, quelles que soient les intentions de son auteur, avec ce qui l’entoure, que ce soit les individus, les choses ou les discours.

Cette anthologie reprend les grands textes en accès libre (Lénine, Lukács, Goldmann, Bourdieu, Angenot, Dubois, etc.) qui se sont penchés sur les rapports entre le littéraire et le social : classée chronologiquement, elle met en dialogue différentes approches marquantes comme la sociocritique, l’histoire littéraire, le marxisme et la sociologie des champs.

Elle fait aussi une large place aux recherches les plus contemporaines qui croisent la sociologie de la littérature avec l’analyse du discours, l’histoire ou encore la psychanalyse. L’anthologie est accompagnée par une introduction qui retrace l’histoire des écoles de pensée qui ont animé la réflexion sur le littéraire et le social depuis le début du XXe siècle.

Introduction

De Lanson à Lukács

L’histoire littéraire et la sociologie (1904)

Leo Tolstoy as the Mirror of the Russian Revolution (1908)

Le marxisme et la littérature (1936)

Le réalisme critique dans la littérature russe du XIXe siècle

D’Escarpit à Macherey

Einige Thesen zur Literatursoziologie (1974)

Sociologie de la littérature (1958)

L’industrie culturelle (1964)

The Frankfurt School of Critical Theory (2009)

Pour une théorie de la production littéraire (2014)

Le sujet de la création culturelle (1967)

Literature (1977)

De Duchet à Bourdieu

Pour une socio-critique, ou variations sur un incipit (1971)

1889. Un état du discours social (1989)

Polysystem Studies (1990)

Le champ littéraire (1991)

Cours sur Balzac et sur Stendhal (1993)

Le roman sociologue (2009)

Effets de champ et effets de prisme (1988)

Recherches contemporaines

Quelques implications d’une démarche d’analyse du discours littéraire (2006)

De l’ethnologie de la littérature à l’ethnocritique (2013)

Retours sur la posture (2011)

La sociocritique (2011)

Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France (2011)

De la démarche empirique à la théorie (2017)

Conditions de production et de circulation (2015)

Socius. Ressources sur le littéraire et le social

Url de référence : 
https://livingbooksabouthistory.ch/fr/book/the-literary-and-the-social

Parution – « Networks of Enlightenment: Digital Approaches to the Republic of Letters »

edited by Chloe Edmondson and Dan Edelstein

Oxford University Studies in the Enlightenment 2019:06

ISBN: 9781786941961, 320 pages, £65.00

This volume presents a series of case studies of networks in the Republic of Letters. These studies examine correspondence, social, and knowledge networks throughout eighteenth-century Europe, from Russia to Italy and England, with particular focus on France. Drawing on digital methods and Social Network Analysis (SNA), contributors to this volume pioneer new historically driven methods for thinking about networks in early-modern societies.

·        The first volume that brings together the work of scholars pioneering digital approaches to the Republic of Letters.

·        A volume that elegantly combines traditional humanistic inquiry with innovative digital methods, to offer fresh perspectives on some of the most important issues in eighteenth-century studies.

·        This volume provides exemplary models of how social network analysis (SNA) can be adapted for historical research.

 

Table of Contents:
List of figures and tables

Dan Edelstein and Chloe Summers Edmonson, Introduction: historical network analysis and social groups in the Enlightenment

I. Correspondence networks

Nicholas Cronk, Voltaire’s correspondence network: questions of exploration and interpretation
Kelsey Rubin-Detlev and Andrew Kahn, Catherine the Great and the art of epistolary networking
Cheryl Smeall, ‘He belonged to Europe’: Francesco Algarotti (1712-1764) and his European networks
Pierre-Yves Beaurepaire, The networks and the reputation of an ambitious Republican of Letters: Jacques de Pérard (Paris, 1713-Stettin, 1766)

II. Social networks

Chloe Summers Edmonson, Julie de Lespinasse and the ‘philosophical’ salon
Charlotta Wolff, ‘Un admirateur des philosophes modernes’: the networks of Swedish ambassador Gustav Philip Creutz in Paris, 1766-1783
Maria Teodora Comsa, Casanova’s French networks: transitioning from a backstage coterie to the beau monde

III. Knowledge networks

Melanie Conroy, The eighteenth-century French academic network
Mark Algee-Hewitt, The principles of meaning: networks of knowledge in Johnson’s Dictionary

Summaries
Bibliography
Index



“At this intersection of Enlightenment historiography, data capture, and social network analysis, the essays in this volume take advantage of new data sources, configurations, and modes of analysis to deepen our understanding of how Enlightenment sociability worked, who it included, and what it meant for participants.” (Read Chloe Edmondson’s accompanying blog post)



Chloe Edmondson is a PhD candidate in the Department of French & Italian at Stanford University. She specializes in French literary and cultural history of the long eighteenth century, with a particular focus on letter-writing practices. Her work in the field of digital humanities has appeared in the Journal of Modern History and Digital Humanities Quarterly.

Dan Edelstein is the William H. Bonsall Professor of French and, by courtesy, History at Stanford University. He is the author, most recently, of On the Spirit of Rights(Chicago, 2018). He is also active in the field of digital humanities, notably through the “Mapping the Republic of Letters” project.

The Oxford University Studies in the Enlightenment series, previously known as SVEC (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century), has published over 500 peer-reviewed scholarly volumes since 1955 as part of the Voltaire Foundation at the University of Oxford. International in focus, Oxford University Studies in the Enlightenment volumes cover wide-ranging aspects of the eighteenth century and the Enlightenment, from gender studies to political theory, and from economics to visual arts and music, and are published in English or French.

Responsable : Chloe Edmondson and Dan Edelstein

Url de référence : 
https://www.liverpooluniversitypress.co.uk/books/id/43050/

Parution – « Mallarmé au monde. Le spectacle de la matière »

Vient de paraître :
Mallarmé au monde. Le spectacle de la matière(sous la direction de Barbara Bohac et Pascal Durand)Paris, Hermann, 2019

Voici un nouveau visage de Mallarmé : tourné vers le monde matériel autant que vers le monde social, fasciné par les grands cycles de la nature autant que par les rituels de la vie littéraire, attentif aux sollicitations du corporel et du sensible autant qu’aux lieux où souffle l’esprit. « Ah ! mon ami, que ce ciel terrestre est divin ! », s’était-il exclamé en 1866. Quelques-uns des meilleurs spécialistes du poète se sont employés à scruter ces miroitements du réel dans le miroitement des mots : des proses théoriques aux Poésies et de la correspondance aux articles de critique musicale ou théâtrale.

Contributions de Florent Albrecht, Arild Bakken, Barbara Bohac, Damian Catani, Laurent Demoulin, Pascal Durand, Margot Favard et Fanny Gribenski, Alice Folco, Vincent Laisney, Bertrand Marchal, Gordon Millan, Sébastien Mullier, Frédéric Pouillaude, Thierry Roger et Patrick Suter.

Appel à contributions – « Les réalismes de Georg Lukács »

Colloque : « Les réalismes de Georg Lukács »

Université Paris-Nanterre, 14-15 novembre 2019

Organisation

  • Alix Bouffard, doctorante en philosophie à l’université de Strasbourg
  • Vincent Charbonnier, doctorant en philosophie à l’université de Toulouse 2 – Jean Jaurès, enseignant-formateur à l’ÉSPÉ (université de Nantes).
  • Christian Lazzeri, professeur des universités en philosophie à l’université Paris-Nanterre
  • Frédéric Monferrand, post-doctorant en philosophie à l’université de Namur.
  • Daria Saburova, doctorante en philosophie à l’université Paris-Nanterre.

Présentation générale

Malgré l’influence durable qu’Histoire et conscience de classe a exercée sur plusieurs générations de pensées critiques, les recherches portant sur l’œuvre de Georg Lukács restent marginales. Qu’il s’agisse des textes consacrés aux questions esthétiques, des réflexions politiques formulées au feu de l’événement, des interventions dans les débats philosophiques de son temps, ou encore de l’Ontologie de l’être social, son opus magnum, l’œuvre du philosophe hongrois est inégalement connue, lue, et même traduite.

 L’ambition de ce colloque est de contribuer à pallier cette carence, en proposant l’hypothèse selon laquelle le problème du réalisme permet non seulement d’interroger l’unité et l’évolution de l’œuvre de Lukács, puisqu’il traverse ses interventions philosophiques aussi bien que politiques et esthétiques, mais aussi d’en évaluer l’intérêt pour la discussion contemporaine, puisqu’on assiste aujourd’hui à une nouvelle « querelle du réalisme » en philosophie et en esthétique.

Deux approches seront ainsi privilégiées : d’une part, une approche historique ou contextuelle, qui permettra de situer les prises de positions lukácsiennes en faveur du réalisme dans leurs conditions d’élaboration, d’en éclairer les enjeux spécifiques souvent codés et de mettre au jour les dialogues et les confrontations sous-jacents qui leur confèrent leur sens ; d’autre part, une approche plus conceptuelle, voire actualisante, qui se concentrerait sur les différents traitements réservés par Lukács au thème du réalisme et sur la manière dont ils permettent d’intervenir dans les débats actuels autour de cette notion, ou encore de déplacer les enjeux qui leurs sont associés. Chacune de ces approches, qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre, pourra ainsi s’inscrire dans l’un, ou à la croisée des trois axes suivants : philosophie, politique et esthétique.

Axe 1 : Philosophie

La philosophie et les sciences sociales sont dorénavant engagées dans un « tournant réaliste » aux contours fluctuants, mais qu’on peut situer dans le cadre d’une double opposition. Opposition à l’idéalisme d’une part, qui réduirait le réel à ce que peut en connaître un sujet humain et contre lequel il s’agit ou bien de sauver la possibilité d’une connaissance de la réalité en soi (Meillassoux, 2006 ; Alloa et During, 2018) ou bien d’affirmer que le sens du réel varie en fonction des normes que nous lui appliquons (Benoist, 2017). Opposition au constructivisme, d’autre part, qui soutient que les entités sociales sont le produit de constructions mentales ou langagières et contre lequel il s’agit d’insister sur l’objectivité du social, que ce soit en soulignant les contraintes qu’il exerce sur les pratiques et les représentations, ou en en analysant l’inscription dans la nature humaine et non-humaine (Searle, 1995 ; De Fornel et Lemieux, 2007 ; Haber, 2006).

Or, il nous semble que ces débats, le second en particulier, constituent une invitation à explorer les arguments défendus par Lukács non seulement dans Histoire et conscience de classe, mais aussi dans ses textes d’histoire de la philosophie des années 1930 et 1940, et enfin dans son Ontologie de l’être social. D’une part, en effet, Lukács se confronte explicitement à certains auteurs régulièrement invoqués dans ces débats, de Hegel à Wittgenstein. À ce titre, la question du réalisme constitue une voie d’entrée fructueuse pour relire des textes souvent laissés de côté tels que Le jeune Hegel ou La Destruction de la raison, en y interrogeant par exemple les enjeux historiques d’une philosophie réaliste ou les liens complexes entre réalisme et rationalisme. D’autre part, Lukács défend ce qu’on pourrait appeler un réalisme de la pratique, à la lumière duquel la réalité naturelle et sociale apparaît à la fois comme un donné par rapport auquel les pratiques doivent se situer et comme ce qui fait l’objet de catégorisations historiquement changeantes et socialement contestées. Dans cette perspective, le réalisme lukácsien ne représente pas seulement une position digne d’être mobilisée dans des débats épistémologiques ou ontologiques, mais aussi dans les débats écologiques qui, de plus en plus, se structurent autour du problème de la réalité de la nature et de la manière dont les membres d’une société donnée se l’approprient pratiquement et symboliquement (Descola, 2005 ; Charbonnier, 2015 ; Moore, 2015 ; Malm, 2017).

Axe 2 : Politique

Le réalisme politique renvoie moins à une doctrine ou à une tradition qu’à une certaine manière de penser la politique, consistant à étudier les rapports de force qui structurent une situation socio-historique déterminée dans le but d’identifier les moyens d’y intervenir efficacement. C’est bien cette analyse des possibilités réelles d’émancipation à l’œuvre dans une conjoncture donnée qui soutient les prises de positions lukácsiennes et explique leurs transformations, et ce tant d’un point de vue pratique, puisque Lukács assuma des fonctions dirigeantes dans l’éphémère république hongroise des soviets (1919) ou lors de l’insurrection de Budapest (1956), que théoriques.

À cet égard, il nous semble que la réflexion proprement politique du philosophe hongrois, telle qu’elle se développe des textes proches de la gauche communiste publiés dans la revue Kommunismus au léninisme d’Histoire et conscience de classe, et de son lien complexe avec le stalinisme à l’exigence de démocratisation du socialisme « réellement existant », n’a à ce jour pas reçu le traitement historique et contextuel qu’elle mérite (Tertulian, 2016). Mais il nous semble également qu’une confrontation du réalisme politique de Lukács avec la manière dont l’intervention politique a été pensée dans le marxisme (Gramsci, Althusser, l’opéraïsme) ou dans d’autres traditions intellectuelles (Foucault) reste à établir. Enfin, on peut avancer l’hypothèse selon laquelle l’effort constant de Lukács pour mener de front la critique théorique des « pathologies sociales » (Honneth, 2006) générées par les sociétés modernes (aliénation, réification, exploitation) et le repérage des pratiques et des formes organisationnelles susceptibles d’en favoriser le dépassement (partis, mouvements, coalitions, conseils, syndicats) pourrait être réévalué au prisme des débats contemporains en philosophie sociale et en Théorie critique (Fischbach, 2009) dont les implications stratégiques restent parfois à l’arrière-plan (Garo, 2019).

Axe 3 : Esthétique

Si la théorie lukácsienne de la littérature reste l’un des rares exemples d’esthétique marxiste aboutie, le réalisme qui s’y trouve défendu a longtemps fait figure de repoussoir. On y a en effet souvent vu, au mieux, une incapacité à reconnaître la valeur des expérimentations avant-gardistes et, au pire, une compromission avec les dogmes du « réalisme socialiste » (Adorno, 2009). Mais les analyses lukácsiennes sont rarement considérées à partir du contexte intellectuel, artistique et politique de leurs élaborations. Un effort d’historicisation est pourtant nécessaire si l’on entend saisir la façon dont Lukacs s’insère dans l’élaboration officielle d’une doctrine réaliste, et donc mesurer l’orthodoxie ou la singularité de son esthétique.

En outre, l’idée éminemment lukácsienne selon laquelle l’œuvre d’art peut contribuer à rendre visibles les structures qui organisent l’expérience et à orienter par là même les efforts accomplis pour les transformer semble gagner aujourd’hui une nouvelle actualité. Qu’il s’agisse par exemple de la représentation de l’industrie maritime comme allégorie du marché mondial dans le travail cinématographique et photographique d’Allan Sekula (Sekula, 2013), de la revalorisation jamesonienne du réalisme en littérature, au-delà de ses expressions modernistes classiques (Jameson, 2015) ou encore de la critique par Mark Fischer d’un « réalisme capitaliste » inhérent à la culture de masse et tendant à faire apparaître le capitalisme comme l’horizon indépassable de notre temps (Fischer, 2018), le problème de la figuration de la réalité socio-historique redevient un champ de bataille culturelle et d’expérimentation formelle. Il y a là nous semble-t-il une occasion de revisiter les grands débats des années 1930 opposant Lukács, Brecht, Adorno et Benjamin, ainsi qu’une invitation à actualiser leurs positions au prisme de la production artistique contemporaine.

Bibliographie

Adorno, Theodor (2009), « Une réconciliation extorquée. À propos de La signification présente du réalisme critique » in Notes sur la littérature, trad. S. Muller, Paris, Flammarion.

Alloa Emmanuel et During Élie (dir), (2018), Choses en soi. Métaphysique du réalisme, Paris, PUF.

Benoist Jocelyn (2017), L’adresse du réel, Paris, Vrin.

Charbonnier Pierre (2015), La fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola, Paris, CNRS éditions.

De Fornel Michel et Lemieux Cyril (dir) (2007), Naturalisme versus constructivisme ?, Paris, éditions de l’EHESS.

Descola Philippe (2005), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Fischbach Franck (2009), Manifeste pour une philosophie sociale, Paris, La Découverte.

Fischer Mark (2018), Le réalisme capitaliste, Genève, Entremonde.

Garo Isabelle (2019), Communisme et stratégie, Paris, Amsterdam.

Haber Stéphane (2006), Critique de l’antinaturalisme, Paris, PUF.

Honneth Axel (2006), La société du mépris, trad. O. Voirol et alii, Paris, La découverte.

Jameson Fredric (2015), The Antinomies of Realism, Londres, Verso.

Lukács Georg (1946), Goethe et son époque, Paris, Nagel.

Lukács Georg (1948), Existentialisme ou marxisme ?, Paris Nagel.

Lukács Georg (1949), Brève histoire de la littérature allemande (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Nagel.

Lukács Georg (1958-1959), La destruction de la raison, Paris, L’Arche.

Lukács Georg (1960), La signification présente du réalisme critique, Paris, Gallimard.

Lukács Georg (1960), Histoire et conscience de classe, Paris, Minuit.

Lukács Georg (1965), Le roman historique, Paris, Payot.

Lukács Georg (1967), Thomas Mann, Paris, Maspero.

Lukács Georg (1967), Balzac et le réalisme français, Paris, Maspero.

Lukács Georg (1970), Soljénitsyne, Paris, Gallimard.

Lukács Georg (1972), La pensée de Lénine, Paris, Denoël-Gonthier.

Lukács Georg (1974), Écrits de Moscou, Paris, Éditions sociales.

Lukács Georg (1974), L’âme et les formes, Paris, Gallimard.

Lukács Georg (1975), Problèmes du réalisme, Paris, L’Arche.

Lukács Georg (1975), Marx et Engels, historiens de la littérature, Paris, L’Arche.

Lukács Georg (1978), Littérature, philosophie, marxisme (1922-1923), Paris, PUF.

Lukács Georg (1981), Le jeune Hegel, Paris, Gallimard.

Lukács Georg (1981) Correspondance de jeunesse, Paris, Maspero.

Lukács Georg (1981), Philosophie de l’art, 1912-1914, premiers écrits sur l’esthétique, Paris, Klincksieck.

Lukács Georg (1986), Pensée vécue, mémoire parlées, Paris, L’Arche.

Lukács Georg (1989), Socialisme et démocratisation, Paris, Messidor.

Lukács Georg (1989), La théorie du roman, Paris, Gallimard.

Lukács Georg (2001), Dialectique et spontanéité, Paris, Éditions de la Passion.

Lukács Georg (2002), Le jeune Marx, Paris, Éditions de la Passion.

Lukács Georg (2006), Journal (1910-1911), Paris, Payot.

Lukács Georg (2009), Prolégomènes à l’ontologie de l’être social, Paris, Delga.

Lukács Georg (2011), Ontologie de l’être social (tome 2), Paris, Delga.

Lukács Georg (2015), De la pauvreté en esprit, Paris, Éditions de la tempête.

Lukács Georg (2017), La destruction de la raison, Paris, Delga.

Lukács Georg (2018) Nietzsche, Hegel et le fascisme allemand, Paris, Éditions critiques.

Malm Andreas (2017), L’anthropocène contre l’histoire, Paris, La Fabrique.

Meillassoux Quentin (2006), Après la finitude, Paris, Éditions du Seuil.

Moore Jason (2015), Capitalism in the Web of Life, Londres, Verso.

Searle John (1995), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

Sekula Allan (2013), Écrits sur la photographie, éd. Marie Muraciole, Paris, Beaux-Arts de Paris édition.

Tertulian Nicolas (2016), Pourquoi Lukács ?, Paris, Maison des sciences de l’homme.

*

Modalités de participation :

Les propositions de communications (400 mots maximum), accompagnées d’une brève présentation de l’auteur.e, sont à envoyer à <colloqueLukács2019@vertumne.fr> avant le lundi 15 juillet 2019. L’organisation pourra prendre en charge l’hébergement et les frais de déplacement des intervenant.e.s ne bénéficiant pas de support institutionnel.​

Colloque – « Les écrivains, la langue française et l’idée de nation (1870-1940) »

Programme du colloque “Les écrivains, la langue française et l’idée de nation (1870-1940)” (Du style des idées II)

Université de Lorraine, Metz

MERCREDI 26 JUIN

17h-19h Ouverture grand-public du colloque, cloître des Récollets

Entretien de Jean ROUAUD (écrivain, prix Goncourt 1990) avec Sophie MILCENT-LAWSON (Université de Lorraine) sur le thème : « L’écrivain français face à la langue française »

JEUDI 27 JUIN 

9h30 – 9h50

Ouverture du colloque par Pierre HALEN, directeur du laboratoire ECRITURES (Université de Lorraine)

Introduction au colloque par Stéphanie BERTRAND et Jean-Michel WITTMANN (Université de Lorraine)

9h50-10h45 

Conférence inaugurale

Jean-Louis CHISS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris III

« Les linguistes du XIXe siècle, l’identité nationale et la question de la langue »

Session 1 : Nationalisme et langue française

Présidence : Denis Pernot

11h-11h30

Jean-Michel WITTMANN, Université de Lorraine

« La langue française sous l’œil du barbare germain, de Maurice Barrès à René Bazin. »

11h30-12h

Vital RAMBAUD, Paris-Sorbonne Abu Dhabi

« L’ordre et la clarté : “nos plus belles qualités nationales” selon Maurice Barrès »

12h-12h30

Franck JAVOUREZ, EHESS

« Nation, hérédité et langue française selon Léon Daudet »

Session 2 : Formes littéraires « françaises »

Présidence : Sophie Milcent-Lawson

14h15-14h45

Stéphanie SMADJA, Université Paris Diderot

« Le monologue intérieur et la prose française dans les années 1920 »

14h45-15h15

Stéphanie BERTRAND, Université de Lorraine

« L’aphorisme, forme “française” au tournant du XIXe –XXe siècle »

Session 3 : Relectures singulières et paradoxales de la langue nationale

Présidence :  Jean-Michel Wittmann

15h45-16h15

Benoît ABERT, Saint-Omer

« Langue(s), nation(s) et vertu(s) : contradictions autour du ‘patriotisme froid’ de la prose de Verlaine »

16h15-16h45

Elodie DUFOUR, Université de Grenoble-Alpes

« La langue selon Anatole France, une patrie à quatre dimensions »

16h45-17h15

Paola CODAZZI, Université de Haute-Alsace

« Identité(s) en discours : le cas de Siegfried et le Limousin (1922) de Jean Giraudoux »

VENDREDI 28 JUIN

Session 4 : La nation française : unicité ou diversité linguistique ?

Partie 1 : Universalisme et purisme

Présidence : Christelle Reggiani

9h-9h30

Stéphane ZEKIAN, CNRS

« L’universel en question : retour sur un concours académique en 1912 »

9h30-10h

Vincent BERTHELIER, Sorbonne Universités

« Derrière la crise du français : nouveaux aspects du purisme dans l’entre-deux-guerres »

Session 4 : La nation française : unicité ou diversité linguistique ?

Partie 2 : Pluralité linguistique

Présidence : Paul Dirkx

10h30-11h

Cécile GAUTHIER, Université de Reims

« Une nation, des régions : la langue française au singulier, ou le “patois” comme impensé »

11h-11h30

Vincent GOGIBU, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

« L’espéranto : entre complot juif et menace sur la langue française »

Session 5 : Résistances et oppositions stylistiques à la langue nationale

Présidence : Vital Rambaud

13h15-13h45

Denis PERNOT, Université Paris XIII

« Le Feu d’Henri Barbusse ou les dangers idéologiques de la parlure poilue »

13h45-14h15

Raphaëlle HÉROUT, Université de Caen

« “La France, notre bopéyi, s’apeulait ja l’Agaule” : le style surréaliste contre la nation »

14h15-14h45

Pamela PUNTEL, Université Lumière Lyon II

« Dénationaliser ou renationaliser le style ? Les petites patries dans la production poétique en langues française et dialectale après la guerre de 1870 »

Session 6 : Écrire en français quand on n’est pas Français : langue et positionnement littéraire dans l’entre-deux guerres  

Présidence : Pierre Halen

15h15-15h45

Christelle REGGIANI, Sorbonne Universités

« La langue nationale d’Irène Nemirovsky »

15h45-16h15

Paul DIRKX, Université de Lorraine

« Écrivains “francophones”, nationalisme et langue littéraire. L’exemple de l’entre-deux-guerres belge »

Argumentaire du colloque disponible ici.

Comité scientifique : 

Jean-François P. Bonnot, professeur des Universités honoraire, associé au Centre Ecritures, Université de Lorraine  

Stéphane Chaudier, professeur des Universités, Université de Lille III

Sylvie Freyermuth, professeur des Universités, Université du Luxembourg

Emmanuelle Kaës, maître de conférences HDR, Université de Tours

Denis Pernot, professeur des Universités, Université Paris XIII

Gilles Philippe, professeur des Universités, Université de Lausanne

Jean-Michel Wittmann, professeur des Universités, Université de Lorraine

Comité d’organisation : 

Stéphanie Bertrand, maître de conférences, Université de Lorraine

Jean-Michel Wittmann, professeur des Universités, Université de Lorraine


Stéphanie BertrandMaître de conférences en langue et littérature françaises (XXe-XXIe siècles)
Membre du centre Ecritures (EA3943): http://ecritures.univ-lorraine.fr/
Responsable du site du CEG : http://www.andre-gide.fr/

Université de Lorraine
UFR Arts Lettres et Langues 
Ile du Saulcy 
BP 70328
57045 Metz cedex 01

Bureau A218
tel. bureau 03 72 74 76 29

Appel à communication – « L’amitié aux heures de sa différence : politiques littéraires de la communauté »

APPEL À COMMUNICATIONS

« L’amitié aux heures de sa différence : politiques littéraires de la communauté », colloque annuel de la revue Post-Scriptum

Université de Montréal, 22 et 23 avril 2020

Organisé par Renato Rodriguez-Lefebvre et Léonore Brassard

*English follows*

Les espaces de la littérature, tant les livres qui la représentent que les réseaux matériaux et humains, ne peuvent être séparés des relations qui y œuvrent. Parmi la constellation des mots décrivant la proximité humaine, l’amitié rayonne d’un curieux prestige, qui tantôt en annule la portée critique, tantôt l’élève au rang des armes pour résister à l’enfermement subjectif. En ce qu’elle suppose une interprétation mutuelle entre les personnes qui s’en réclament, elle déplace les frontières de l’ordinaire, elle côtoie la singularité sans nécessairement l’épuiser. L’amitié n’appelle en rien un rapport homogène au texte, qui l’innocente : elle propulse la différence, se frotte contre elle et rend lisibles les héritages sensibles. En son nom, on formule le souhait d’une communauté et de sa propre justice, si étonnantes que puissent être les définitions de cette dernière.

L’amitié deviendrait alors le prétexte à des intensités silencieuses, intensités que les discours sur la littérature tendent parfois à occulter. On pense à Nietzsche qui rencontre Spinoza par le biais du livre et se réjouit de se savoir moins seul dans sa tâche : même invisible, Spinoza n’est pas moins devenu une figure d’amitié nécessaire pour survivre à l’épreuve de la philosophie. D’autre part, la célèbre trahison de Max Brod, livrant au siècle l’œuvre de son défunt ami Kafka, n’est-elle pas l’exemple le plus commenté d’une amitié se trahissant pour s’accomplir? De tels pôles, s’ils montrent les paradoxes de l’amitié, invitent également à imaginer les limites éthiques que le concept d’amitié consent parfois à rompre. Penser ces limites convoque plusieurs possibilités d’approche, lesquelles permettent de renouveler, tout en la critiquant, la valeur affective et intellectuelle de l’amitié.

Ainsi, les analyses déterminantes de Derrida (1994) invitent-elles, par exemple, à réviser jusqu’aux métaphores fraternelles qui recouvrent l’amitié, pointant la généalogie masculine de sa sémantique (« virilité », « vertu »), excluant deux fois plutôt qu’une la communauté des femmes. De la critique derridienne au livre du Comité invisible intitulé À nos amis (2014), du « Mes amis, il n’y pas d’amis » (phrase attribuée à Aristote) à la friend zone frustrée, et sans oublier les autres extrêmes dont l’amitié peut être le prétexte — Une affection rare (Lemieux, 2018); À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie (Guibert, 1990) —, voilà quelques-unes des voies contradictoires où le concept d’amitié s’engage. Celui-ci ouvre son sens à des usages conflictuels, qui interdisent au rêve de communauté l’idéal abstrait du mot d’humanité.

L’amitié telle que la littérature nous donne à la voir peut-elle résister aux essentialismes, travailler à dissoudre les lourdes identités qui traversent ses protagonistes? La revue Post-Scriptum invite à penser les discours où l’amitié, déployée ou non, rend compte d’une tension dont les textes et œuvres marqueraient le passage.

Quelques pistes, non exhaustives, peuvent cartographier les thèmes :

  • Quels sont les temps de l’amitié?
  • Les amitiés posthumes (avec des auteurs et autrices décédées).
  • Une communauté de morts et de mortes : fondements de la littérature?
  • La création des amitiés révolutionnaires, telles celles que recherchait Mascolo dans un communisme de pensée (1993).
  • Les incidences sémantiques d’une terminologie de l’amitié : camarade, frère, sœur, rival, chum de gars ou de fille, meilleures amies, meilleurs amis, etc.
  • L’espace, les limites et la mort de l’amitié.
  • Amour, famille et amitié : tensions, contradictions, imbrications ou catégories hiérarchisées?
  • Amitiés et décolonisation : une posture d’allié.e dans les luttes décoloniales?
  • Amitiés et intersectionnalités : partage des oppressions rendues possibles ou non par l’amitié.
  • Amitiés et féminismes : comment penser une appropriation et un déplacement d’une conception virile de l’amitié?
  • L’amitié et ses favoritismes : immunités et privilèges concrets auxquels l’amitié donne accès, dans les réseaux littéraires comme dans les communautés extralittéraires.

Les communications seront en français ou en anglais, dureront vingt minutes et seront suivies d’une période de questions. Les participants et participantes doivent envoyer une proposition d’environ 300 mots au plus tard le1er novembre 2019 à l’adresse suivante : redaction@postscriptum.org. Vous devez envoyer votre proposition en deux fichiers distincts : dans le premier document doit apparaître le titre de votre communication et le texte de votre proposition; dans le second document doivent apparaître votre nom, votre université d’attache, votre adresse courriel, votre biobibliographie et le titre de votre communication.

Les propositions feront l’objet d’une évaluation à l’aveugle par le comité de lecture. Nous encourageons les propositions d’étudiants et étudiantes de tous les cycles, ainsi que de chercheurs diplômés, chercheuses diplômées, de professeures et professeurs.

(Veuillez noter que les frais de transport et d’hébergement ne seront pas pris en charge par la revue)

Calendrier :

  • 1er novembre 2019 : date limite d’envoi des propositions.
  • Décembre 2019 : décision du comité.
  • 22-23 avril 2020 : colloque.

*

CALL FOR PAPERS

“Friendship and difference: the literary politics of community”, Annual Conference of the Post-Scriptum journal

Université de Montréal, April 22th-23th, 2020

Conference organized by Renato Rodriguez-Lefebvre and Léonore Brassard

The spaces of literature, whether found in books or in human and material networks, cannot be separated from the relationships that constitute them. Within the constellation of words used to describe human proximity, the term of friendship possesses a mysterious aura, which risks destroying its critical potency while simultaneously presenting a useful tool against the dead ends of subjectivity. The fact that friendship demands a common interpretation by those who claim to have a stake in it, allows for a shift in the boundaries of ordinariness. Within this context, friendship can coexist with singularity without necessarily overriding it. In no way does friendship call for a homogeneous relationship with the text, which would provide it with the cover of innocence: it encourages difference, mingles with it and allows for the visibility of sensible inheritances. In the name of friendship, one may formulate the dream of a unique form of community and justice; regardless of how surprising its definition may be.

Friendship therefore allows for a silent intensity — yet this intensity is sometimes ignored by discourses that deal with literature: one thinks of Nietzsche’s encounter with Spinoza’s writings, and his thrill at the prospect of feeling less lonely in his dealings with the task at hand: invisible as he may be, Spinoza nevertheless constitutes a necessary representation of friendship when it comes to taking on the challenge of philosophy. Furthermore, Max Brod’s spectacular betrayal, when he uncovered Kafka’s posthumous writings, may be the most famous example of a friendship fulfilled through betrayal. Such configurations show the paradoxes of friendship as well as the ethical limits that it is at times called to transgress. The rethinking of these limits calls for various critical approaches, which may offer new and critical perspectives on the emotional and intellectual value of friendship.

The important analyses of Derrida (1994) for example, invite us to reconsider the fraternal metaphors that constitute the notion of friendship, by pointing at the masculine genealogy of its semantics (“virility”, “virtue”), in what amounts to a double exclusion of the community of women. From Derrida’s critique to the book published by the Invisible Committee, To Our Friends (2015), from “O friends, there are no friends” (attributed to Aristotles) to the frustrations of the friend zone, up to the most extreme cases allowed by friendship — Une affection rare (Lemieux, 2018); To the friend who did not save my life (Guibert, 1991) —, the concept of friendship allows for many contradictory paths. Through its various conflictual uses, it disposes with the abstract term of humanity when it comes to dreaming of an ideal community.

Can the concept of friendship, such as it has been represented by literature, resist essentialism, and work towards the dissolution of the heavy identities that compose it? Post-Scriptum wishes to engage a reflection on the discourses in which friendship may or may not be developed, revealing a tension recorded by the texts.

The following questions are far from being exhaustive, yet allow for a preliminary thematic mapping:

  • What are the different temporalities of friendship?
  • Posthumous friendship (with deceased authors).
  • Community of the deceased: foundation of literature, as other forms of knowledge?
  • The recreation of revolutionary friendships, such as the ones sought by Mascolo within intellectual communism (1993).
  • The semantic impacts of a terminology of friendship: comrade, brother, sister, rival, buddy or gal, rival, best friends, etc.
  • Spaces, limits, and death of friendship.
  • Love, family, and friendship: tensions, contradictions, imbrications, orhierarchized categories?
  • Friendship and decolonization: an alliance during struggles for decolonization?
  • Friendship and intersectionality: sharing oppressions which are allowed or excluded by friendship.
  • Friendship and feminism: do feminist thought and literature allow for an appropriation and evolution of the conceptions of friendship linked to virility?
  • Friendship and favoritism: afforded immunities and privileges within literary circles or other communities.

Participants must send their 300-word proposals by November 1st, 2019 at the latest at: redaction@post-scriptum.org. Proposals must be sent in two distinct files: in the first file, you must include your name, your institution, your email address, a short biography, and the title of your proposal. In the second file, you must include the title of your proposal and the proposal text itself. Proposals will be subjected to a masked review by the reading committee.

Calendar:

  • November 1st, 2019: Deadline to send the proposals
  • December 2019: Final decision by the committee
  • April 22th, 23th, 2020: Conference

Responsable :

Revue Post-Scriptum

url de référence

http://post-scriptum.org

adresse

Université de Montréal

Séminaire – « Approches sociales des littératures des Suds »

Virginie Brinker (Univ. Bourgogne), Valentina Tarquini (Univ. Roma III), Erwan Caulet (Univ. Paris I) :

« Trois approches du canon francophone et de sa constitution »

Vendredi 14 juin 2019

14h

Salle 107

Centre d’Histoire sociale du XXe siècle

9 rue Malher 75004 Paris

Métro : Saint Paul (ligne 1)