Parution – À l’épreuve, n° 6 : « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts »

L’équipe de la revue interdisciplinaire À l’épreuve est heureuse de vous annoncer la parution en ligne de son sixième numéro : À l’épreuve, n°6

 

À l’épreuve, n° 6 : « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts »

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA21, 2020.

 « S’il y a bien des notions qui caractérisent le monde contemporain, ce sont celles de l’accélération et de la vitesse. Par leur place prépondérante dans les sociétés modernes, ces deux notions ont inspiré, entre trouble et fascination, des pratiques artistiques, des poétiques et des esthétiques nouvelles. Mais plutôt que de subir ces conditions de production et de consommation, les artistes s’en saisissent pour développer de nouveaux rapports aux œuvres. À quelles reconfigurations l’inscription de l’accélération dans les œuvres mène-t-elle ? Simples procédés ponctuels ou éléments centraux d’une poétique, la vitesse et l’accéléré sont au cœur d’une réflexion artistique particulièrement féconde que ce numéro se propose de mettre en perspective. Qu’elles soient à même de déformer les coordonnées spatio-temporelles, de susciter la fascination et le désarroi à travers de nouveaux imaginaires ou d’ouvrir la voie à d’autres manières d’être au monde, ces notions – subies, interrogées ou recherchées et intégrées – reconfigurent notre rapport au réel autant qu’aux œuvres. »

Dans la dernière rubrique du numéro, sont publiées trois contributions de la journée d’étude Work In Progress organisée par les représentants des doctorants du RIRRA21 le 11 avril 2018. Cet événement est chaque année l’occasion privilégiée pour les doctorants d’échanger à propos de leurs recherches devant un public composé de leurs pairs et des chercheurs du laboratoire.

Sommaire :

Introduction : « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts » http://www.alepreuve.org/content/acc%C3%A9l%C3%A9ration-et-vitesse-de-la-c%C3%A9l%C3%A9rit%C3%A9-dans-les-arts

I- Distorsion du réel et dérèglement des échelles

Alexandre Melay, « Le vertige de l’accélération de la réalité mondialisée chez Andreas Gursky » http://www.alepreuve.org/content/le-vertige-de-l%E2%80%99acc%C3%A9l%C3%A9ration-de-la-r%C3%A9alit%C3%A9-mondialis%C3%A9e-chez-andreas-gursky

Manuela Mohr, « Quand une nuit compte cent ans : la vitesse du temps qui passe » http://www.alepreuve.org/content/quand-une-nuit-compte-cent-ans-la-vitesse-du-temps-qui-passe

II- Imaginaires de la vitesse

Elena Mazzoneli, « Dramaturgies de la vitesse : des gestes fugitifs d’Yvette Guilbert aux pantomimes convulsives des Hanlon-Lees » http://www.alepreuve.org/content/dramaturgies-de-la-vitesse-des-gestes-fugitifs-d%E2%80%99yvette-guilbert-aux-pantomimes-convulsives

Narimane Le Roux Dupeyron, « Imaginaire de l’accélération dans 1993 mis en scène par Julien Gosselin » http://www.alepreuve.org/content/imaginaire-de-l%E2%80%99acc%C3%A9l%C3%A9ration-dans-1993-mis-en-sc%C3%A8ne-par-julien-gosselin

III- Réapprivoiser la vitesse

Nathalie Provenzano, « 11-11 : Memories Retold : l’art de la célérité en jeu vidéo » http://www.alepreuve.org/content/11-11-memories-retold-l%E2%80%99art-de-la-c%C3%A9l%C3%A9rit%C3%A9-en-jeu-vid%C3%A9o

Marie Joqueviel-Bourjea, « “Cet antique vertige” (avec Jacques Réda) » http://www.alepreuve.org/content/%C2%AB-cet-antique-vertige-%C2%BB-avec-jacques-r%C3%A9da

IV- Work in progress

Sara Maddalena, « Quelle catégorie esthétique pour le Richard III de Georges Lavaudant ? » http://www.alepreuve.org/content/quelle-cat%C3%A9gorie-esth%C3%A9tique-pour-le-richard-iii-de-georges-lavaudant

Adrien Valgalier, « “Y a pas de mai !” : le désamorçage de Mai 68 dans La Carapate de Gérard Oury” » http://www.alepreuve.org/content/%C2%AB-y-pas-de-mai-%C2%BB-le-d%C3%A9samor%C3%A7age-de-mai-68-dans-la-carapate-1978-de-g%C3%A9rard-oury

Violaine François, « Parole d’écrivain : cartographie parisienne des pratiques orales au XIXe siècle » http://www.alepreuve.org/content/parole-d%E2%80%99%C3%A9crivain-cartographie-parisienne-des-pratiques-orales-au-xixe-si%C3%A8cle

Journée d’étude – « Trajectoires du texte littéraire : figuration et médiatisation »

Journée d’étude du GREMLIN

Trajectoires du texte littéraire

Figuration et médiatisation

6 mars 2020, Université McGill

680, rue Sherbrooke Ouest – 8e étage (CRIEM)

Montréal, QC

 

10h – Mot d’introduction

10h15 Première séance : Premiers jets (présidence : Pascal Brissette, Université McGill)

  • Léa Tilkens (Université de Namur) : « Pénibilités de l’œuvre à venir : fictions et défigurations »
  • Antoine Paris (Sorbonne-Université – Université de Montréal) : « Entre surplace et expansion infinie. Les trajectoires du texte littéraire dans Une collection très particulière de Bernard Quirigny »

11h15 – Pause

  • Marceau Levin (Université Lumière Lyon 2 – Université de Sherbrooke) : « Les épreuves du texte : représentations de l’imprimerie au XIXe siècle »

14h Deuxième séance : Périples du texte (Présidence : Anthony Glinoer, Université de Sherbrooke)

  • Marine Le Bail (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Le texte littéraire comme objet de collection, entre consécration et ‘‘bibelotisation’’ »
  • Violaine François (Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Université de Liège) : « Le texte de bouche à oreille : figurations du texte en voix au XIXe siècle » –
  • Zoé Commère (Université Lumière Lyon 2 – Université Laval) : « Le Chercheur de trésors ou le double jeu de la fiction médiatique »

15h30 – Pause


16h Troisième séance : Au-delà du texte  (Présidence : Michel Lacroix, UQÀM)

  • Camélia Paquette (Université de Sherbrooke) : « De Mr Gwyn à Trois fois dès l’aube : l’aventure des portraits écrits chez Alessandro Baricco »
  • Jolianne G. Bourgeois (Université McGill) : « “On a la madeleine qu’on peut” : refigurations autobiographiques des textes romanesques (préférés) dans quelques essais sur le roman »

17h15 – Conclusion

 

Colloque – « Les droits de l’art » à l’UQÀM les 16-18 mars 2020

Dans le cadre des travaux du laboratoire de recherche L’art en procès, Mathilde Barraband, Anna Arzoumanov, Marty Laforest et Geneviève Bernard Barbeau organisent le colloque Les droits de l’art. Perspectives sur une recherche disciplinaire, qui se tiendra du 16 au 18 mars 2020 à l’UQAM. 

Cet événement sera l’occasion de faire dialoguer des juristes et des chercheurs en sciences humaines et sociales autour de l’art, de son interprétation et de ses droits. Il émane du laboratoire de recherche franco-québécois L’art en procès (www.uqtr.ca/art-en-proces), qui réunit des juristes, des linguistes et des spécialistes de l’art et de la littérature. Depuis 2016, ces chercheur.e.s croisent leurs expertises pour analyser, en commun, des procès intentés à l’art, dans les tribunaux comme dans l’espace public. Dans la continuité des travaux du laboratoire, le colloque sera l’occasion de confronter les outils et les procédures herméneutiques du droit, des études littéraires, de la linguistique, de la sociologie et de l’histoire de l’art, etc., et de réunir des chercheur.e.s qui travaillent dans une perspective interdisciplinaire sur l’art et le droit, de sorte à cartographier les recherches actuelles, en particulier celles qui se développent depuis quelques années dans l’espace francophone.

Programme Les droits de l’art

Annonce – Motion votée par le département de Lettres Modernes de l’UPVM

Voici la motion votée à l’unanimité cette semaine par les membres du département de Lettres Modernes de l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3 (23 votants) : 

” Les membres du département de Lettres Modernes de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 réunis le 11 février 2020 expriment leur vive opposition au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche dont plusieurs des orientations, remettant gravement en question le statut d’enseignant chercheur, risquent de nuire au développement d’une recherche de qualité au sein des universités françaises :

-Disparition du référentiel annuel d’heures d’enseignement à 192 heures équivalent TD, modulation des services (possibilité d’imposer aux chercheur-e-s des charges d’enseignement désormais fixées au cas par cas sous la houlette des président-e-s d’université, voire des responsables d’UFR ou de département, en fonction des nécessités de service)

–   Mise en danger du statut de maître-sse de conférences au profit de contrats précaires sur le modèle des tenure tracks

–  Affaiblissement des instances nationales de qualification et de recrutement (disparition du CNU avec le risque accru de recrutements arbitraires)

–  Renforcement du financement par projet et mise en concurrence accrue des unités et des personnels (différenciation des salaires des enseignant-e-s-chercheur-e-s par des primes accordées selon leurs « performances »), limitation de la liberté de la recherche

Par conséquent, les membres du département de Lettres Modernes de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 appellent à la mobilisation contre ce projet qui contribue à la destruction du service public de la recherche, à la marchandisation de la connaissance, à la précarisation des personnels de l’Enseignement supérieur, à l’aggravation des conditions de travail des enseignant-e-s, des personnels administratifs et des étudiant-e-s.

Les membres du département ne pénaliseront pas l’absence éventuelle des étudiant-e-s mobilisé-e-s ; ils refusent d’assumer les fonctions de président-e de jury de baccalauréat ; ils décident de suspendre la transmission des notes à l’administration et de ne pas tenir les jurys de diplôme de licence et de master. Passée la date des jurys de semestre 1 et de semestre 2, le ministère mettrait ainsi en danger la délivrance des diplômes de nos étudiant-e-s.

Nous demandons de manière urgente la convocation d’états généraux de l’université pour instaurer un réel dialogue avec les acteurs concernés avant toute nouvelle loi. Nous nous déclarons en lutte, et invitons chacun-e à rejoindre les mobilisations locales ou nationales en cours en participant aux actions et manifestations.”

Annonce – COnTEXTES soutient la grève des revues en sciences humaines et sociales et la mobilisation de ses collègues français.e.s

Réuni.e.s ce 12/02 en assemblée générale, les membres du comité de rédaction de COnTEXTES ont décidé de marquer leur soutien à la grève des revues en SHS et plus généralement aux mobilisations de nos collègues français.e.s de l’enseignement supérieur et de la recherche.
 

Parution – Mémoires du livre, vol. 11, n° 11 : « La circulation de l’imprimé entre France et États-Unis à l’ère des révolutions »

Le dernier numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient de paraître.

Placé sous la direction de Michaël Roy (Université Paris Nanterre), ce numéro s’intitule « La circulation de l’imprimé entre France et États-Unis à l’ère des révolutions / Franco-American Networks of Print in the Age of Revolutions ».

Il est accessible à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2019-v11-n1-memoires05099/.

  

Journée d’études – « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats »

Journée d’études “Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats”, vendredi 14 février 2020, 11h-17h45 au Centre Pompidou 

 Lors de cette journée d’études, artistes, chercheurs et acteurs du monde de l’art s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché. Il s’agira de chercher à rendre visible ce qui reste opaque dans les pratiques d’évaluation de l’art, en vue de mieux comprendre ce qui se joue dans nos manières d’attribuer de la valeur.

Le temps où avait cours l’idée que c’est l’artiste qui fait l’art est bel et bien révolu. Du commissaire d’exposition au médiateur de musée, figures qui n’existaient pas il y a quarante ans, en passant par le conservateur de musée, le programmateur, l’expert, le critique d’art, le collectionneur ou les « agences de notation » de l’art (Artprice, Artnet), l’œuvre d’art n’est plus simplement le produit de l’artiste, mais celui d’une action collective impliquant des chaînes de valorisation et d’intermédiaires toujours plus étendues dans l’écosystème artistique. Le pouvoir de ces intermédiaires tient en grande partie au rôle qu’ils jouent dans les processus d’évaluation par lesquels œuvre ou artiste se voient attribuer une valeur, imposant ainsi une normativité qui peut être jugée étrangère ou aliénante relativement à l’acte créateur. Ces médiations sont le lieu de négociations et de rapports de forces entre intermédiaires, commanditaires, institutions et artistes, qui reformulent d’une certaine manière la question de l’autonomie de l’art, dans la mesure où l’évaluation d’une œuvre dépend non d’une logique interne au champ artistique mais de régimes de valeurs hétérogènes.

Programme

Centre Pompidou – Petite salle  

11h00    Accueil des participants

11h15   Introduction

11h30   Valence, valuation, évaluation de l’art contemporain

Table ronde animée par Yves Citton (théoricien des médias), avec Jérome Glicenstein (artiste et théoricien des arts), Valérie Pihet (sociologue), Olivier Quintyn (théoricien des arts), Joëlle Zask (philosophe).

12h45   Pause déjeuner

14h30   Evaluer l’art par l’art

par Franck Leibovici (artiste et poète) et Yaël Kreplak (sociologue).

15h15    Pratiques d’évaluation de l’art : comment se fixe un prix ?

Table ronde animée par Jean-Max Colard (chef du service de la parole au Centre Pompidou, critique d’art et théoricien de la littérature) et Nancy Murzilli (philosophe et théoricienne de la littérature), avec Nicolas Trembley (art advisor et ex-critique d’art), Marion Papillon (directrice de la galerie Papillon et présidente du Comité professionnel des galeries d’art), Marc Vaudey, directeur du pôle création au Cnap, Centre national des arts plastiques), Agnès Thurnauer (artiste).

16h45    Pause

17h00    Ranking et big data artistiques, mode d’emploi

Entretien entre Nathalie Moureau (économiste) et Marek Claaßen (directeur d’Artfacts.net).

17h45    Clôture

Organisateurs : DCC / Service de la Parole, en partenariat avec l’EUR ArTeC et l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Comité scientifique : Jean-Max Colard (DCC/Service de la Parole), Yves Citton (LHE U. Paris 8), Laurent Jeanpierre (CRESPPA, U. Paris 8), Nancy Murzilli (LHE, U. Paris 8).

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de recherche-création « Évaluation générale » (evalge.hypotheses.org) dont le Centre Pompidou est partenaire.

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-17-EURE-0008. En partenariat avec l’EUR ArTeC et l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Programme-JE-14fev2020-CP

Colloque – « Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) »

Colloque international « Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) »

17-19 mars 2020

Bibliothèque nationale de France, Maison de la Poésie, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (Hôtel de Lauzun)

Organisé par Bruno Blanckeman et Catherine Brun

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM

C’est aux interférences de la chanson et du roman de langue française, depuis 1968, que ce colloque s’attachera. Il interrogera ce que le roman demande à la chanson : que font les chansons dans les romans ? quelle(s) place(s), quelle(s) fonction(s), quelles transformations réciproques ? Il se penchera aussi sur ce que les chansons retiennent des romans. Il prêtera une attention particulière aux figures hybrides de romancier.e.s devenus auteur.e.s de chansons et de chanteuses ou chanteurs devenus romancier.e.s. Il examinera enfin la pratique en développement des collaborations artistiques de romancier.e.s et de chanteuses ou chanteurs : quels dispositifs créatifs, quelles interactions, quels déplacements des cultures artistiques d’origine ?

À travers les zones de frottement, les espaces de porosité ainsi ménagés, il s’agira de saisir les enjeux d’une aimantation réciproque et de cerner des singularités irréductibles.

17 mars 2020

BnF, Petit auditorium, Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 75013 Paris

Entrée libre

Matinée

Ouvertures : 9h15 – 9h45

Ouvertures par un représentant de la BnF et par le Président de l’université Sorbonne Nouvelle, M. Jamil Jean-Marc Dakhlia

Session 1 : 9h45-11h15 : Au prisme des romans I. Présidence : Catherine Brun

–       9h45-10h05 : Françoise Zamour (ENS Ulm), « Philippe Djian, La chanson comme mesure de l’écriture »

–       10h05-10h25 : Birgit Mertz-Baumgartner (Université d’Innsbruck), la trilogie noire de Jean-Claude Izzo (Total Khéops, Chourmo, Soléa) et le rôle de la chanson et du rap dans ces romans.

–       10h25-10h45 : Céline Pruvost (Université de Picardie Jules-Verne), « La chanson au service du personnage 
dans la trilogie Vernon Subutex de Virginie Despentes »

–       10h45-11h15 : Discussion

Pause

Table ronde 1 : Romans/chansons : Histoire, politique, 11h30-12h30

Modérateur : Françoise Zamour

Bertrand Dicale, Stéphane Chaudier

Après-midi

Session 2 : 14h15-15h15

Les chanteurs-romanciers I. Présidence : Bruno Blanckeman

–       14h15-14h35 : Mathieu Messager (Université Nantes), « Figuration et défiguration du chanteur pop dans quelques récits exofictionnels (Johnny, Ziggy, Britney & co) »

–       14h35-14h55 : Jean-Pierre Zubiate (Université Toulouse II), « Une histoire de mélancolies : magnétisme des lointains, impressions chantées et circulations romanesques chez Yves Simon »

–       14h55-15h15 : Discussion

Pause

Table ronde 2 : Chansons/romans : expériences, création, 15h30-16h30

Modérateur : Patrice Demailly

Colette Fellous, Michael Ferrier

Débat d’ensemble : 16h30-17h30

Cocktail

Romans/chansons, lectures croisées, par Émeline Bayart : 18h30-19h30

Entrée libre

********

18 mars 2020 :

Hôtel de Lauzun (Salle des gardes)

17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Entrée libre, uniquement sur réservation auprès de romans.chansons@gmail.com

Matinée

Session 3 : 9h45-11h15

Au prisme des chansons. Présidence : Catherine Douzou

–       9h45-10h05 : Stéphane Chaudier (Université de Lille), « La chanson, un romanesque alternatif »

–       10h05-10h25 : Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), « Les romans catalyseurs de chansons »

–       10h25-10h45 : Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle), « De la chanson comme micro-fiction »

–       10h45-11h15 : Discussion

Pause

Table ronde 3 : 11h30-12h30

Chansons/romans : romances, romanesque, 11h30-12h15

Modérateur : Gilles Bonnet

Joël July, Cécile Prévost-Thomas

Après-midi

Session 4 : 14h30-16h

Au prisme des romans II. Présidence : Stéphane Hirschi

–       14h30-14h50 : Luca di Gregorio (Université de Liège), « Copains d’abord et requiem pour les cons. La droite littéraire et l’« imaginaire français » dans la chanson des Trente Glorieuses »

–       14h50-15h10 : Joël July (Aix-Marseille Université), « La chanson comme déterminisme »

–       15h10-15h40 : Discussion

Pause

Conversation avec Annie Ernaux (Bruno Blanckeman et Catherine Brun) : 16h

********

19 mars 2020 : Maison de la poésie – Scène littéraire

Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris

Entrée libre

Matinée

Session 5 : 9h45-11h15

Les chanteurs-romanciers II. Présidence : Pascal Mougin

–       9h45-10h05 : Audrey Coudevylle-Vue (Université Polytechnique Hauts-de-France), « À la frontière des genres, l’œuvre protéiforme de Brigitte Fontaine »

–       10h05-10h25 : Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle), « Nicole, Sapho, Lola, Mara et les autres. Lumières croisées sur les œuvres des autrices, compositrices, interprètes et romancières francophones »

–       10h25-10h45 : Gilles Bonnet (Université Lyon 3), « En chanson dans le texte »

–       10h45-11h15 : Discussion

Pause

Table Ronde 4 : Chansons/romans : scène de théâtre, scène d’écriture

Modérateur : Stéphane Hirschi

Olivier Chaudenson (directeur de la Maison de la Poésie), Yves Charnet (écrivain)

Après-midi

Session 6 : 14h30-16h30

Œuvres croisées. Présidence : Marc Dambre

–       14h30-14h50 : Catherine Douzou (Université de Tours), « La collaboration entre Patrick Modiano et les Editions musicales Fantasia »

–       14h50-15h10 : Pierre Pichon (BnF), « Stephan Eicher / Philippe Djian. “Tu ne me dois rien” : de l’intime universel »

–       15h10-15h30 : Bernard Jeannot (Université d’Angers), « La pratique d’un roman désenchanté : l’expérience des romans musicaux de Florent Marchet et Arnaud Cathrine »

–       15h30-15h50 : Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle), « Roman, enquête, photos, chansons : le contre-dispositif d’Alex Beaupain et Isabelle Monnin »

–       15h50-16h20 : Discussion

Scène littéraire, à la Maison de la poésie, à 20h

A la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Miossec.

Concert payant. Réservations auprès de la Maison de la poésie.

 

 

 

Appel à communications – « Archives audiovisuelles de la littérature »

Archives audiovisuelles de la littérature

Colloque à l’Université de Montréal, 15-16 avril 2021

L’audiovisuel fait aujourd’hui partie intégrante du patrimoine littéraire. Si la place des sources sonores et filmiques reste marginale dans les archives littéraires, ces documents représentent une part considérable et grandissante de la mémoire du passé littéraire. Des institutions telles que le Centre d’archives Gaston-Miron (CAGM) à Montréal, les Archives et Musée de la littérature (AML) à Bruxelles, les Archives littéraires suisses (ALS) ou l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) en conservent chacune un nombre qui se chiffre en milliers, en majeure partie numérisés. D’autres fonds, d’une ampleur au moins équivalente, se trouvent dispersés dans les archives de chaînes de radio-télévision, dans les archives d’institutions comme l’INA et la Sonuma, ou encore sur des plateformes en ligne (UbuWeb, Pennsound, mais également YouTube, SoundCloud…). La diversité matérielle et générique de ces sources ainsi que l’éclatement des lieux de conservation soulèvent de nombreuses questions, dont celle (non la moindre) de la définition et de l’étendue du concept d’archive littéraire.

À l’heure où la circulation de la parole des écrivains ne se restreint plus au support écrit, les productions audiovisuelles s’imposent en tant que vecteurs de connaissance et opérateurs de patrimonialisation. Or, malgré la richesse des traces archivistiques qui se sont accumulées depuis le début du XXe siècle, et malgré la plus grande facilité d’accès grâce aux avancées de la numérisation, le vaste corpus composé d’entretiens filmés, d’émissions radiophoniques ou télévisées, de reportages ou d’enregistrements audio ou vidéo personnels des auteurs reste encore peu exploré dans les études littéraires. 

Ce colloque se donne pour objectif d’ouvrir un champ de réflexion international sur le sujet, en interrogeant le rapport entre littérature et archives audiovisuelles dans l’espace francophoneLes communications pourront s’inscrire dans les axes suivants, établis à titre indicatif :

Les sources audiovisuelles dans les archives littéraires

On cherchera à sonder les enjeux, les pratiques et les problématiques concrètes de la conservation des sources audiovisuelles dans les archives littéraires. Quelle place occupent-elles dans les collections ? Quels défis posent-elles aux institutions ? Comment penser le rapport entre archive audiovisuelle et archive littéraire ? Ce sera également l’occasion de revenir sur l’évolution des principaux fonds, d’éclairer différents projets ou partenariats qui se sont mis en place autour du patrimoine audiovisuel de la littérature, et de faire état des perspectives qui se dessinent pour l’avenir. 

De plus, on pourra s’intéresser à l’emploi que font les institutions archivistiques des techniques d’enregistrement audiovisuelles dans le contexte de leur mission patrimoniale. En effet, des archives comme les AML effectuent des captations sonores ou filmiques de lectures publiques ou de pièces de théâtre, tandis que l’IMEC réalise et édite des entretiens sur support physique ou numérique. Ces initiatives participent d’une démarche active de constitution d’une mémoire audiovisuelle du fait littéraire et invitent à questionner le rôle et les responsabilités des institutions en la matière.

Circulation et valorisation des sources

Se pose également la question de la circulation et de la valorisation des sources audiovisuelles relatives à la vie et à la production littéraires. On peut citer à ce sujet des entreprises de repérage et de rassemblement de documents issus des archives de radio-télévision, visant à les réunir dans des bases de données spécialisées, comme notamment celles du CAGM ou du projet IMVOCS. En vertu de sa progressive numérisation, l’archive audiovisuelle se distingue non seulement par son caractère dématérialisé mais aussi par son étonnante mobilité ; elle se voit rediffusée dans le cadre d’émissions d’archives, éditorialisée en ligne – où elle voisine avec des productions nativement numériques – ou encore rééditée sur support physique dans des collections d’entretiens patrimoniaux (les « Grandes heures INA / Radio France », la collection « Regards » des Éditions Montparnasse…). Ces pratiques de remédiatisation méritent d’être examinées ; elles témoignent des multiples vies de l’archive, de sa visibilité changeante et de ses résonances dans l’espace culturel.

Les usages de l’archive audiovisuelle dans les études littéraires 

Les archives sonores et filmiques apparaissent comme de véritables mines d’informations historiques, sociologiques, biographiques, métadiscursives et paratextuelles. Toutefois, si ces sources commencent à être citées dans des travaux monographiques et à entrer dans les bibliographies critiques, peu de réflexions ont été menées au sujet de leur statut épistémologique. En ce sens, il y aura tout lieu de s’interroger, d’un point de vue théorique et méthodologique, sur les usages de l’archive audiovisuelle dans les études littéraires. Quel est l’intérêt scientifique et le potentiel heuristique de ces collections ? Quelles sont les spécificités du travail avec ces sources, comparé aux enquêtes menées à partir de corpus exclusivement écrits ? Comment appréhender les contenus qu’elles véhiculent, compte tenu de la complexité de leur structure sémiotique et des contraintes que le support fait peser sur leur production ? Quelles nouvelles connaissances s’élaborent – ou pourront s’élaborer – à partir de ces documents et comment donnent-elles à penser le littéraire à l’heure de sa progressive multimédiatisation ?

L’archive et l’œuvre : frontières et convergences

Enfin, il importe de problématiser le statut des sources sonores et filmiques, marqué par une ambivalence entre document et œuvre autonome. Comment concevoir l’articulation des fonctions documentaire, patrimoniale et esthétique au sein des collections audiovisuelles ? On pourra, dans cette optique, réfléchir au caractère codifié des scénographies médiatiques, aux effets de prisme et de stylisation induits par la représentation filmique, au concept d’« esthétique documentaire » (J. Alison et Ch. Greig), mais aussi à l’imaginaire audiovisuel de la littérature qui se dégage des collections. À l’évidence, les enjeux ne se présentent pas de la même manière dans le cas d’un poème radiophonique, d’une lecture publique ou d’un reportage télévisé. Néanmoins, l’exemple des transcriptions d’entretiens télévisés entrées dans les Œuvres complètes de Marguerite Duras ou celui de l’édition de la bande sonore du portrait documentaire Sartre par lui-même (1976) par Gallimard rendent manifestes la grande porosité des frontières entre espace médiatique et espace littéraire. Ce phénomène invite à considérer l’archive audiovisuelle sous l’angle de son rapport à l’œuvre écrite, mais aussi à l’aune de sa capacité à faire œuvre.

Les propositions de communication (maximum 400 mots), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à Selina Follonier (selina.follonier@unil.ch) avant le 1er juin 2020.

Comité d’organisation

Selina Follonier (Université de Lausanne)

Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

Karim Larose (Université de Montréal)

Comité scientifique

Laurence Boudart (Archives et Musée de la littérature)

Steven High (Concordia University)

Michel Murat (Sorbonne Université)

Géraldine Poels (INA)

François Vallotton (Université de Lausanne)

Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University)

Ce colloque est organisé avec le soutien du CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises), du GRELQ (Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec) et du Centre SHC (Centre des Sciences historiques de la culture).

Parution – « Le ” Brésil littéraire ” vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours) »

Parution du numéro 33 des Cahiers de Framespa, revue d’histoire en ligne, rattachée à l’UMR 5136 Framespa, à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

Assiste-t-on à un repli sur soi de la littérature au Brésil ? Tel semble être en tout cas le pari fait par le gouvernement du président Jair Bolsonaro, dont la politique culturelle engage une « Renaissance de l’Art et de la Culture au Brésil ». Un tel repli, au nom de valeurs patriotiques et chrétiennes, va à l’encontre d’une tradition pourtant bien ancrée dans l’histoire de la littérature depuis le XIXe siècle, celle d’une projection du “Brésil littéraire” vers l’extérieur, en quête d’échanges et de consécration. Le dossier réunit cinq articles qui illustrent diverses modalités de l’insertion du Brésil dans l’espace littéraire mondial, depuis les années 1820 jusqu’à nos jours. L’analyse de ces circulations culturelles qui vont à rebours des flux dominants dans l’espace atlantique est une contribution nouvelle pour une histoire transnationale du Brésil à l’époque contemporaine.   

Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

  • Jefferson Agostini Melloet Sébastien Rozeaux

Introduction au dossier Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

  • Rafael Souza Barbosa

Les enjeux de la traduction en tant que pratique d’écriture et opération éditoriale : la mise en disponibilité de la Corografia Brasílica (1817) par la presse française en 1821

  • François Weigel

Musseque, favela, bidonville : traductions de romans centrés sur les espaces marginalisés 

  • Débora Dias

O Brasil como Brasiliana: uma biblioteca portuguesa e sua “república luso-brasileira das letras” em meados do século xx

  • Natália de Santanna Guerellus

« La parole est mon domaine sur le monde » : circulation et réception de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal 

  • Tanize Costa

Divulgar o Brasil civilizado. O uso da imprensa e a divulgação da literatura como meios de remodelar a imagem do Brasil na França (1883-1901) 

Recensions

  • Sébastien Rozeaux

Anne-Marie Thiesse, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 2019, 448 p. 

  • Sébastien Rozeaux

Judith Lyon-Caen, La griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature, Paris, Gallimard, NRF Essais, 2019, 293 p. 

  • Abisai Pérez

Zoltán Biedermann, (Dis)connected Empires. Imperial Portugal, Sri Lankan Diplomacy, and the Making of a Habsburg Conquest in Asia, Oxford, Oxford University Press, 2018, 272 p. 

  • Gérard Brey

Ramón Villares, Terre de Galice. Histoire d’un finistère européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, préface de Jean-François Botrel, traduit du galicien par Béatrice Pépin, révision et correction Christine Rivalan Guégo, 505 p.