Parution – « COnTEXTES n° 27 | Autopsie de l’échec littéraire »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 27e numéro de la revue COnTEXTES. Intitulé « Autopsie de l’échec littéraire », dirigé par Christophe Bertiau et Chanel de Halleux, il est accessible intégralement à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/contextes/8946.

Le dossier interroge la notion d’échec littéraire et ses potentialités heuristiques. Il part du postulat que loin d’être une étude du succès « à l’envers », l’étude de l’échec a beaucoup à nous dire sur le fonctionnement du champ littéraire et sur les classements qu’il ne manque jamais d’opérer. Notion complexe, l’échec est appréhendé tantôt comme un donné (non-légitimation de fait par telle ou telle instance de légitimation spécifique du champ littéraire), tantôt comme un sentiment (celui de ne pas avoir atteint ses objectifs), sans jamais perdre de vue sa mobilisation stratégique par les différents agents du champ pour ternir l’image d’un rival, donner une bonne image de soi ou d’un allié.

Le dossier rassemble des contributions de Valérie Stiénon, Denis Saint-Amand, Jean-Didier Wagneur, Marceau Levin, Agathe Giraud, Christophe Bertiau, Aurélien Lorig, Valérie Bucheli, Marion Brun, Jérôme Meizoz et Léa Tilkens.

Parution – « Revue des sciences humaines : “Être écrivain-traducteur aux XXe et XXIe siècles” »

Revue des Sciences Humaines, n°338/avril-juin 2020

La Signature en partage. Être écrivain-traducteur aux XXe et XXIe siècles

Édité par Aline Marchand, Pascale Roux

*

Sommaire

Aline MARCHAND et Pascale ROUX

La signature en partage – Introduction

L’auctorialité en question

Aurélien TALBOT

Emmanuel Hocquard : De « l’écriture en traduction » à « l’écriture-de-traduction »

Inés OSEKI-DEPRÉ

L’ethos traductif de Jacques Roubaud : le sentiment de l’unité changeante

Guillaume PERRIER

Pierre Klossowski et le champ de la traduction

Bruno BLANCKEMAN

Marguerite Yourcenar : la traduction comme exercice de sympathie

Catherine BRUN

Vinaver ou l’ethos d’un godilleur

Christine LOMBEZ

Le traducteur de poésie : un « poète parallèle » ?

L’ethos traductif de l’écrivain

Cécile DE BARY

L’Oulipo ou l’écriture comme traduction

Yang WANG

L’écrivain-traducteur et l’ethos traductif : le cas de Foucault

Federica D’ASCENZO

Jacqueline Risset et la joie de traduire

Emanuela NANNI

Artaud, auteur et traducteur de poésie : donner voix au corps d’autrui

Paroles d’écrivaines et d’écrivains

Gérard MACÉ

Entretien avec Laurent Demanze

Marie DARRIEUSSECQ

Entretien avec Aline Marchand

Julie WOLKENSTEIN

Entretien avec Pascale Roux

Michel DEGUY

Entretien avec Bénédicte Gorrillot

Appel à communications – « L’édition de fortune et de nécessité »

À l’occasion de la 57e journée scientifique de l’AQÉI, les chercheuses et
chercheurs de toutes disciplines sont invités à réfléchir aux pratiques
éditoriales occasionnelles, improvisées et circonstancielles en contexte
canadien.

L’histoire du livre a démontré au cours des trois dernières décennies que le
métier d’éditeur se situe au croisement des sphères entrepreneuriale,
culturelle et sociale (Michon 1999). Or, bien que ce constat décrive
parfaitement la figure et le rôle de l’éditeur professionnel tel qu’il
apparaît en France et au Québec au début des XIXe et XXe siècles
respectivement, il ne rend pas tout à fait compte des activités éditoriales
spontanées, temporaires. Certes plus marginaux, ces projets souvent portés par
des éditeurs dilettantes – des libraires, critiques et intellectuels qui ne
font pas de l’édition leur priorité – ont comme impulsion fréquente un
sentiment d’urgence, de devoir à accomplir. Qu’il s’agisse de la revue
Fermaille, née (et morte) durant la grève étudiante du printemps 2012, ou des
Éditions Mithra-Mythe, fondées expressément pour la publication du célèbre
Refus global, ces entreprises ad hoc se posent ainsi en porte-voix aussi
nécessaires qu’inespérés.

L’autoédition est sans doute l’exemple le plus connu des pratiques propres à «
l’édition hors édition » (Habrand 2016). Les avancées techniques et
technologiques récentes contribuent effectivement à sa popularité, comme en
témoigne la prolifération des plateformes web mises à la portée des auteures
et auteurs (Bouquinbec, Kickstarter, Bookelis…). Mais entre l’autoédition et
l’édition professionnelle se déploie aussi un éventail d’activités moins bien
définies, qui répondent à des besoins et qui poursuivent des mandats aussi
spécifiques que ponctuels. Pensons à l’Association catholique des Voyageurs de
commerce de Trois-Rivières, qui commandite en 1935 des bandes dessinées
québécoises afin de lutter contre la prolifération des comics strips
américains dans les journaux de la province. Pensons encore aux libraires
Bernard Amtmann et Jean Gagnon, qui publient à l’occasion revues et catalogues
dédiés à la promotion et à la diffusion du livre ancien au Canada (Short-Title
Catalogue of Canadiana, Abacus, Canadian Notes and Queries, Les Cahiers de
bibliologie). Citons enfin le cas de la Société Saint-Jean Baptiste de
Montréal, qui revêt temporairement le chapeau d’éditeur littéraire pour
encourager, à l’aide de concours tenus de 1916 à 1919, l’émergence de la
littérature québécoise.

En se penchant sur les pratiques qui ont cours en marge des trois modes de
publication traditionnels (l’édition professionnelle, l’autoédition et
l’édition à compte d’auteur; BAnQ 2019), ce colloque a donc pour objectif
d’analyser les structures éditoriales provisoires, éphémères, et leur
production imprimée afin de comprendre comment elles s’insèrent dans
l’histoire de l’édition.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un des trois axes
suivants, entre autres :


1. Les agents


•        Quel est le profil des éditrices et éditeurs occasionnels? Comment
leur parcours professionnel ou personnel les conduit-il à l’édition?
•        Qui sont les auteures et auteurs qui profitent des structures
éditoriales improvisées? Dans quelles sphères évoluent-ils (politique,
littéraire, scolaire, journalistique, etc.)? Pourquoi confient-ils leurs
textes à des éditeurs plus ou moins expérimentés?
•        Quels sont les agents (maquettiste, imprimeur, distributeur) qui se
chargent de la confection matérielle et de la diffusion-distribution des
imprimés?
•        Comment se déroulent les relations entre agents impliqués dans
l’édition de fortune et de nécessité? Les auteurs et éditeurs entretiennent-
ils des rapports bienveillants ou conflictuels?

2. Les publications


•        Comment le paratexte est-il influencé par ces pratiques éditoriales?
La qualité matérielle des ouvrages est-elle affectée? Le discours paratextuel
adopte-t-il une forme et un contenu particuliers?
•        Quels sont les supports (le livre, le journal, le fascicule) et les
genres (le roman, l’essai, l’article) privilégiés par les éditeurs de fortune?
Les choix faits à cet égard sont-ils contraints par les ressources humaines et
financières dont disposent les producteurs?
•        Quel est l’impact de ces pratiques éditoriales sur le contenu des
publications? Ce dernier est-il le résultat d’une plus grande liberté octroyée
aux auteures et auteurs? Souffre-t-il de l’inexpérience de l’instance
éditoriale?

3. Les catalyseurs

•        Quels sont les mandats (culturels, professionnel), les idéologies
(religieuses, politiques, identitaires) et les événements sociaux et
politiques qui motivent ces pratiques éditoriales?
•        L’édition de fortune et de nécessité relève-t-elle d’initiatives
personnelles, institutionnelles, gouvernementales, etc.?
•        Quelles sont les ambitions des producteurs? Entre le simple passe-
temps et la tentative (ratée ou réussie) d’entrer dans le milieu de l’édition,
où se rangent leurs pratiques?

Les propositions de communications en français, comprenant un titre, un résumé
d’environ 300 mots et une courte notice biographique, doivent être envoyées
par courriel à Philippe Rioux (philippe.rioux@usherbrooke.ca) et Anthony
Glinoer (anthony.glinoer@usherbrooke.ca) avant le 1er août. Les communications
d’une durée de 20 minutes seront suivies d’une période de questions de 10
minutes.

Les participantes et participants devront être membres de l’AQÉI avant la
journée scientifique. Veuillez consulter le site internet de l’AQÉI pour toute
information concernant le processus d’adhésion ou d’inscription.

Organisateurs :

Anthony Glinoer, professeur, Université de Sherbrooke
Philippe Rioux, stagiaire postdoctoral, Université de Sherbrooke

Bibliographie indicative :

Bernier, Stéphanie, Drouin, Sophie et Josée Vincent (dir.), Le livre comme
art. Matérialité et sens, Québec, Éditions Nota Bene, 2013.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Petit guide de l’autoédition au
Québec. Quand l’auteur devient éditeur, Québec, 2019.

Bouvaist, Jean-Marie et Jean-Guy Boin, Du printemps des éditeurs à l’âge de
raison. Les nouveaux éditeurs en France (1974-1988), Paris, La Documentation
française – Sofedis, 1989.

Brogowski, Leszek, Éditer l’art : le livre d’artiste et l’histoire du livre,
Chatou, Éditions de la Transparence, 2010.

Coupry, François, L’Anti-éditeur, Paris, Éditions Hallier, 1976.

Darnton, Robert, Édition et Sédition. L’univers de la littérature clandestine
au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « nrf essais », 1991.

Dony, Christophe, Habrand, Tanguy et Gert Meesters (dir.), La bande dessinée
en dissidence / Comics in Dissent, Liège, Presses Universitaires de Liège,
2014.

Durand, Pascal et Yves Winkin, « Des éditeurs sans édition. Genèse et
structure de l’espace éditorial en Belgique francophone », Actes de la
recherche en Sciences sociales, vol. 130, n° 1, 1999, pp. 48-65.

Habrand, Tanguy, « L’édition hors édition : vers un modèle dynamique.
Pratiques sauvages, parallèles, sécantes et proscrites », Mémoires du livre /
Studies in Book Culture, vol. 8, no 1, automne 2016,

https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2016-v8-n1-memoires02805/1038028ar/.

Labonté, Mélissa, Faire maille. L’engagement poétique de la revue Fermaille au
printemps 2012, Québec, L’instant même, « Trajectoire », 2017.

Lacroix, Michel, « Sociopoétique des revues et l’invention collective des
« petits genres » : lieu commun, ironie et saugrenu au “Nigog” et à “La Nouvelle
Revue française” », Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol. 4, no 1,
2012.

Michon, Jacques (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe
siècle. Tomes I-III, Montréal, Fides, 1999, 2004, 2010

Colloque international – « Penser les arts littéraires »

Centre de recherche sur les médiations (EA 3476)

Colloque international

Penser les arts littéraires

Formes performatives et technologies numériques

3-4 septembre 2020

Cité musicale-Metz, Arsenal

3 avenue Ney, Metz

Ce colloque a pour ambition d’explorer et d’analyser les formes performatives, installations et technologies numériques liées aux œuvres littéraires.

Seront envisagés, au travers de différentes séances, trois axes majeurs :

  • Approche épistémologique : conceptualisation des arts littéraires, une pratique-frontière ?
  • Approche littéraire et esthétique des arts littéraires : une poétique de la diffraction
  • Des arts littéraires aux écritures numériques : dialogue, hybridation et résonance

Programme et informations : https://crem.univ-lorraine.fr/penser-les-arts-litteraires

Appel à contributions – « Revue PRISMI nouvelle série »

APPEL A CONTRIBUTIONS POUR PRISMI nouvelle série,

revue du Département d’Italien de l’Université de Lorraine

Dirigée par Elsa Chaarani et Giuseppe Sangirardi

n. 2 (2021) et n. 3 (2022)

A compter de 2020,  PRISMI, revue d’études italiennes fondée en 1996 par Bruno Toppan et émanant de la section d’Italien de l’Université de Lorraine, fera l’objet d’une double publication, en volume papier et désormais aussi en ligne, sur le portail de l’éditeur Chemins de tr@verse (une demande est en cours pour la mise en ligne sur le portail open edition).

Parallèlement, PRISMI fait peau neuve dans son organisation interne et sa structure pour mieux s’accorder avec le paysage universitaire actuel et s’aligner sur les standards scientifiques aujourd’hui reconnus.

Les parutions régulières, à cadence annuelle, comporteront désormais trois rubriques (dont deux au moins par numéro), pour mieux nourrir et valoriser le caractère traditionnellement pluridisciplinaire de la revue, en accordant une large place à la littérature italienne mais promouvant également l’ouverture de l’horizon en direction d’un comparatisme compris dans le sens le plus large et des études historiques et culturelles.

  • Interprétation de textes et de corpus : cette section hébergera des travaux ayant pour objet la littérature italienne, qu’il s’agisse d’analyse de textes singuliers ou d’enquêtes sur des thématiques plus ou moins étendues
  • Interlangues : (littérature comparée, intertextualités, traduction) : cette section hébergera des travaux portant sur la langue et la littérature italiennes en relation avec d’autres langues et littératures du présent ou du passé, dans les optiques propres à la traductologie, la littérature comparée, la philologie romane, la philologie tout court.
  • Arcimboldo: cette section hébergera des travaux explorant l’ensemble des facettes de l’histoire et de la culture italiennes, du théâtre à l’opéra, de l’histoire de l’art au cinéma, de la sociologie au sport, de la musique à la philosophie ou à la politique.

Sommaire du n. 1, à paraître fin 2020

Interprétation de textes et de corpus 

Paolo Orvieto, Lettura allegorica del Morgante

Matteo Residori, « Non si perde servigio mai nessuno ». Gratitudine, amicizia e giustizia nel Morgante

Pierre Musitelli, Langue, dramaturgie et lectures politiques des opéras de Verdi (1842-1849)

Interlangues

Federico Bertoni, La donna moltiplicata. Frammento di um discorso amoroso

Arcimboldo

Gilles Bertrand, Versailles en Italie. Usages et destin d’une référence pour les Français voyageant dans la Péninsule au XVIIIe siècle

Raffaele Ruggiero, Giambattista Vico, un filosofo in tipografia

Salvatore Settis, Tre inquietudini di Antonio Tabucchi: la pátria, la politica, il tempo.

Pour les números 2 et 3 vous pouvez envoyer à l’adresse de la rédaction :

lis-revue-prismi@univ-lorraine.fr

  • Une proposition d’article (un titre et dix à vingt lignes décrivant le contenu) pour le n. 2 (parution en 2021) au plus tard le 15 septembre 2020 (si votre proposition est retenue, l’article sera à remettre pour le 30 octobre au plus tard)
  • Une proposition d’article (un titre et dix à vingt lignes décrivant le contenu) pour le n. 3 (parution en 2022) au plus tard le 31 janvier 2021 (si votre proposition est retenue, l’article sera à remettre le 30 avril au plus tard).

 

Les langues acceptées sont le français, l’italien et l’anglais.

 

Parution – « François Cusset (dir.), Une histoire (critique) des années 1990 »

François Cusset (dir.)Une histoire (critique) des années 1990De la fin de tout au début de quelque chose, La Découverte. ISBN : 9782348060199

La Yougoslavie implosait. Les zapatistes prenaient les armes au Chiapas. Au Rwanda on exterminait en masse. Partout les bulles spéculatives enflaient. La techno et l’ecstasy multipliaient les nuits blanches. La France était reine du football. De grandes grèves réveillaient le mouvement social, et les idéologues qui croyaient avoir vaincu le communisme commençaient à déchanter, pendant qu’Internet balbutiait et qu’un président américain jouait son poste sur une gâterie.

Autre temps, si récent pourtant, que celui où prit naissance notre présent. Car dans l’intervalle entre la chute d’un mur, à Berlin, et l’écroulement de deux tours, à New York, le monde a basculé, avec les certitudes qui le portaient : celles de la fin (de l’Histoire, du social, de la guerre…), vite corrigées par le retour de l’événement, et celles du bonheur néolibéral sans alternative, que les faits comme les nouveaux résistants s’appliquèrent à démonter.

L’ambition de ce livre est d’offrir la première histoire générale, plurielle et engagée de la dernière décennie du XXe siècle: l’ère de la « fin de l’Histoire » avait besoin de son manuel d’histoire, pour y voir s’entrecroiser culture et politique, pop et peuple(s), régressions brutales et nouvelles zones autonomes temporaires – et pouvoir passer, peut-être, de la fin de tout au début de quelque chose.

Table des matières


Introduction, par François Cusset


Pouvoirs / résistances. Les Nineties en bloc : perspective politique, par Razmig Keucheyan

Cartographier les Nineties
Après les dictatures
Le génocide des Tutsi du Rwanda
L’Afrique fantôme
Inquiétante étrangeté
Le retour des classes dangereuses
Bataille des idées
Le réveil du mouvement social
Commencements


Cinéma / télévision. Survivre : au cinéma, à la télévision, par Emmanuel Burdeau
L’essor des reality shows
Justice cathodique


Musique / pop. Une histoire de bande-son, par Michka Assayas
La fête des asociaux
La world music
Le rap et l’impuissante fureur
Crépuscule de la pop ?


Art / exposition. Arts visuels : la première génération, par Stéphanie Moisdon
Que faire après l’orgie ?
Jeunes, nomades et démons
Fallen Angels
France : la haine de l’art contemporain
« Welcome to twin Peaks »


Contretemps : l’expérience de la Revue de Littérature Générale, par François Cusset à partir de conversations avec Olivier Cadiot et Pierre Alferi


Sexe / genre. Les années trans, par Beatriz Preciado

Métaphore trans et peur du mâle
Les guerres du porno
Féminisation et molécularisation
Trans et queer : postidentitaire
Détourner la pharmacopornographie


Fête / défaite. D’un rave à l’autre : contre-culture et occupation des sols, par Matthieu Rémy
Perpétuité du DIY
House et techno, une double naissance
Danser, un acte politique
Rave partiesfree parties et répression
Récupérations, dissolutions, réinterprétations
L’adolescence du jeu vidéo
Contre-culture et contre-politique : même combat, même ambivalence


Vie / mort. Santé et risque à l’âge du sida : les nouvelles batailles du biopouvoir, par Olivier Doubre
Société du risque et bioéconomie
Avant l’entrée en scène des « usagers de la médecine »
Le sida, épidémie mondialisée
Sida : l’épidémie « politique » qui a tout changé
La réduction des risques liés à l’usage de drogues
Du « sang contaminé » à l’idéologie du risque
Les années 1990 : la (courte) décennie des malades
Une biopolitique nouvelle : principe de précaution et capitalisation du risque


High tech / low tech. L’émergence d’Internet : de presque rien à quelque chose, par Xavier de La Porte
La couche existentielle
La couche sociotechnique
La DST, les hackers et « la Baleine »
La couche économique
La couche culturelle
La vogue « VR »
La couche utopique
La couche de la politique globale


Sport / spectacle. La décennie sportive en treize mots clés, par Jérôme Latta
Combinaisons
Seringues
L’arrêt Bosman : le football fait sa révolution libérale
Phénomènes
Sport-biz
Stars
Spectacle
France
Modèle français
Le Dieu-stade
1998
Géopolitique
Yougoslavie
Femmes
Moments


Idées / textes. La surrection des fantômes, ou l’état de la pensée, par François Cusset
La fabrication de l’islamophobie
Vitalité des spectres
Un tournant moral en philosophie ?
Les intellectuels publics, les universitaires et la farce médiatique
Excursus


Économie / finance. Dix ans de mondialisation « heureuse »…, par Frédéric Lordon
De quelques inflations rhétoriques, cependant
La finance mondialisée ou l’état de convulsion permanente
Le chant du cygne du capitalisme de participations croisées : la TGF
La « sagesse » des marchés
La reconquista des actionnaires
Cupidités fin de siècle
La transition russe, laboratoire néolibéral à ciel ouvert
Sous la norme des actionnaires, jusqu’à l’absurde
L’horizon radieux de l’euro
Le magistère des fétus de paille
La ligne parallèle des résistances


Chronologie, par Carole Benaiteau et François Cusset


Bibliographie sélective

Sur le site de l’éditeur : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Une_histoire__critique__des_ann__es_1990-9782348060199.html

Rééditions – « Nouvelles rééditions sur le site des ressources Socius »

J’ai le plaisir d’annoncer la parution sur le site des ressources Socius (http://resssources-socius.info) de deux nouvelles rééditions : « Recent Moves in the Sociology of Literature » de Wendy Griswold ainsi que deux chapitres du Discours antillais d’Édouard Glissant consacrés à la sociologie de la littérature et de la culture.

C’est à lire ici.

Anthony Glinoer 

Parution – « Acta fabula : Les études théâtrales à l’intersection des disciplines »

 

Parution d’un dossier de la revue Acta fabula intitulé « Les études théâtrales à l’intersection des disciplines » (https://www.fabula.org/acta/sommaire12836.php), à l’initiative du Centre d’Études Théâtrales de l’Université de Lausanne.

L’étude du théâtre profite de l’ancrage pluridisciplinaire des chercheurs et chercheuses : anthropologie, droit, économie, histoire, histoire de l’art, littérature, musicologie, philosophie, science politique, sociologie, etc. C’est en effet à l’intersection des disciplines que les études théâtrales se demandent aujourd’hui comment, par exemple, articuler description formelle et expérience subjective dans le commentaire de spectacles, comment penser l’impact politique des productions scéniques, comment exploiter les documents textuels, sonores ou visuels pour l’étude des œuvres, ou encore comment lire les pièces publiées sous la forme de livres. Adossées à des parutions récentes thématisant ou illustrant la richesse et la diversité disciplinaires des études théâtrales, mais aussi l’histoire de leur institution universitaire (toujours en jeu), les réflexions offertes dans ce dossier y répondent diversement.

Voici la liste des ouvrages recensés :

– Delphine Abrecht, Lise Michel et Coline Piot (dir.), Faire œuvre d’une réception. Portraits de spectateurs de théâtre : spectacles, textes, films, images (xvie‑xxie siècles), L’entretemps, 2019.
 
– Axel Arthéron, Le Théâtre révolutionnaire afro-caribéen auxxesiècle. Dramaturgies révolutionnaires et enjeux populaires, Honoré Champion, 2018.
 
–Catherine Brun, Jeanyves Guérinet et Marie‑Madeleine Mervant‑Roux (dir.), Genèses des études théâtrales en France (xixe‑xxe siècles), PUR, 2019.
 
– Yvane Chapuis et Julie Sermon (dir.), Partition(s). Objet et concept des pratiques scéniques (20e-21e siècles),Les Presses du réel, 2016.
 
– Marion Coste, La Création en partage. Étude de la mise en scène d’Aliénor Dauchez : Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor, PU de Franche-Comté, 2019.
 
– Joseph Danan, Absence et Présence du texte théâtral, Actes Sud, 2018; Entre théâtre et performance : la question du texte (2013), Actes Sud, 2016; Qu’est‑ce que la dramaturgie ? (2010), Actes Sud, 2017.
 
–Cristina De Simone,Proféractions ! Poésie en action à Paris (1946-1969), Les Presses du réel, 2018.
 
– Nancy Delhalle,Théâtre dans la mondialisation. Communauté et utopies sur les scènes contemporaines, PUL, 2017.
 
– Jeanyves Guérin (dir.), Le Nouveau Théâtre 1946-2017, Honoré Champion, 2019.
 
– Brigitte Joinnault, Antoine Vitez : La mise en scène des textes non dramatiques. Théâtre-document, théâtre-récit, théâtre-musique, L’entretemps, 2019.
 
– Erica Magriset Béatrice Picon-Vallin (dir.), Les Théâtres documentaires, Deuxième époque, 2019.
 
– Olivier Neveux,Contre le théâtre politique, La Fabrique, 2019.
 
– Jérôme Thélot, Sophocle. La condition de la parole, Desclée de Brouwer, 2019.
 

Parution – « Pratiques, 183-184 : Oralité, littératie »

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture
( Université de Lorraine, France)
 
 
 
Pratiques, 183-184
 
« Oralité, littératie »
 

Plus de dix ans après une livraison de la revue Pratiques consacré aux travaux d’anthropologie du langage selon Jack Goody, il nous parait nécessaire de faire le point sur les usages actuels de la notion de littératie et d’oralité, en linguistique, en didactique et en littérature. Ces termes d’oralité et de littératie – ce dernier surtout, avec l’acception commune de « culture écrite » – sont en effet omniprésents dans le champ théorique et professionnel mais souvent de façon dissociée.

Cette livraison contribue à interroger leurs articulations selon trois volets distincts : Un volet épistémologique qui cartographie plus précisément les définitions sémiologiques, linguistiques et socio-symboliques des termes oralité et littératie ; et qui s’applique à clarifier les distinctions entre oral et oralité, entre scripturalité et littératie. Un volet d’applications pratiques à partir d’analyses variées sur les modalités de coprésence ou de de conjonction plus ou moins hybride de ces deux mêmes modes dans des discours, littéraires ou non. Un volet ouvert aux pratiques scolaires et à la didactique qui analyse des modes ou des stratégies d’entrée dans la littératie dans ses formes graphiques et ses dispositifs symboliques. Sans négliger la question des normes et des variations linguistiques quand il est question d’évaluer les productions langagières des élèves (qui écriraient comme ils parlent ?).

Sommaire : sommaire pratiques 183-184

Vers le site de l’éditeur (en libre accès) :

https://journals.openedition.org/pratiques/6717

Parution – « Roy Pinker, Fake News et viralité avant internet (CNRS éditions) »

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet, CNRS éditions, 2020. 

Vidéo d’un chat qui saute en voyant un concombre, blague sur l’actualité, dénonciation d’une injustice : nous avons tous conscience de vivre dans une culture de la viralité, où le succès se mesure à la vitesse de la propagation. Et nous pensons tous que c’est une marque de notre modernité, que ce sont les réseaux sociaux qui ont transformé les modalités de diffusion des idées. Les auteurs, tous spécialistes de l’histoire de la presse, nous prouvent ici qu’il n’en est rien : au XIXe siècle, le « copier-coller » régnait déjà dans la presse ; une histoire bien troussée, même fausse, pouvait être reproduite à des centaines d’occasions à travers les continents, comme une bonne histoire sur Facebook ; le bon mot d’un écrivain réapparaissait un peu partout, comme un tweet populaire ; légendes urbaines, fake news, rumeurs, circulaient de journaux en journaux ; des réclames publicitaires mystérieuses s’étalaient sur les murs, pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui.
Avec un plaisir contagieux et en 15 courts chapitres partant d’un phénomène contemporain pour en faire l’archéologie, ce livre démonte les mécanismes de la viralité médiatique, pour montrer que ce sont des phénomènes profondément ancrés dans la culture de la presse, dès sa naissance.

Sous le pseudonyme de Roy Pinker se cachent Pierre-Carl Langlais, post-doctorant au sein du projet Numapresse pour lequel il développe des outils d’analyse des Big Data sur les corpus de journaux anciens, Julien Schuh, maître de conférences à l’Université Paris Nanterre et Marie-Ève Thérenty, professeure à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, et auteure de Femmes de presse, femmes de lettres (2019).

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/societe/fake-news-viralite-avant-internet/