Parution – Anthony Glinoer, « La bohème. Une figure de l’imaginaire social »

Chères et chers collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon livre : La bohème. Une figure de l’imaginaire social dans la collection « Socius » des Presses de l’Université de Montréal.

4e de couverture: Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.  


Les informations bibliographiques et l’introduction du livre sont en pièce jointe.



Anthony Glinoer.

Parution – « (Dés)identification de la figure de l’artiste »

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution du dernier numéro de la revue Proteus consacré à la (dés)identification de la figure de l’artiste faisant suite au colloque organisé à l’université de Lorraine en partenariat entre l’EA Écritures et l’ED APESA de l’université Paris1. Le numéro, avec édito et introduction au dossier, est téléchargeable gratuitement en pdf à : http://www.revue-proteus.com/Proteus14.pdf.

Vous pouvez aussi télécharger les articles indépendamment en naviguant depuis la page des numéros parus : http://www.revue-proteus.com/parus.html

Enfin, vous trouverez ci-dessous le sommaire du numéro ainsi que l’édito,

En vous souhaitant une bonne lecture,

Cordialement,

Phoebe Clarke et Bruno Trentini

Sommaire

(dés)identification de la figure de l’artiste

La figure de l’artiste et la valorisation du stigmate – introduction au dossier

Phoebe Clarke et Bruno Trentini 4

L’artiste pauvre : identité sociale et artistique

Phoebe Clarke (Université Paris i, Acte) 8

Mike Kelley et la (dé)construction identitaire

Clara Guislain (Université Paris I-HiCSA) 16

Figures de l’artiste et reconnaissance de l’expérience esthétique selon les milieux sociaux – Pour un nouveau paradigme de la culture et de l’art

Fabrice Raffin (Université Picardie Jules Verne – Habiter le monde) 24

Art et identité – Cas chinois et leçons théoriques à en tirer

Frédéric Le Gouriérec (Université de Poitiers-CRIHAM) 32

La défiguration des identités artificielles dans l’œuvre littéraire et picturale de Percival Everett

Edina Zvrko (Université Paris 8-Littérature, Histoire, Esthétique) 42

Makhubu, Seriti Se, Basupa Tsela – Où nous en sommes selon Lerato Shadi

Katja Gentric (University of the Free State de Bloemfontein/Centre Georges Chevrier

de l’université de Dijon) 51

Identité de l’artiste / Altérité de l’œuvre – Trois « portraits »

Paul Bernard-Nouraud (EHESS, Cral) 65

Hors-thème

International with monument : l’affaire Koons

Miguel Egaña (Université Paris i, Acte) 81

Édito

La Renaissance et Léonard de Vinci, notamment pour déconstruire le modèle de l’artiste-artisan, ont décrit l’art comme cosa mentale. Cette idée a concomitamment lutté contre celle de l’artiste inspiré par les dieux ou les muses que décrivait déjà Platon dans son Ion. Les siècles qui ont suivi, et le xviiie siècle en particulier, ont toutefois réhabilité ces discussions par le biais du thème du génie. Ainsi quelque chose échappe à nouveau à l’artiste, qui ne peut ni acquérir ni enseigner ce qui fait son artisticité, et ce quelque chose renvoie à ce qui dépasse les hommes : la nature et Dieu. Or, avec la relative déchristianisation des sociétés occidentales, l’artiste a perdu sa spécificité et a dû rechercher une nouvelle source d’inspiration – la source divine semblant parfois tarie. Ce changement accompagne une nouvelle manière de penser la place de l’artiste au regard des œuvres d’art, comme si la désacralisation de la création artistique permettait une meilleure consécration de l’artiste. L’hagiographie vasarienne des artistes est devenue une mythologie barthesienne.

Cette petite histoire de l’artiste, brossée à grands traits, doit être mise en relation avec toutes les autres descriptions – plus ou moins originales et fantasques – dont les artistes ont été affublés : être inspiré des dieux et génial, c’est une chose, mais l’artiste évoque aussi une forme de folie, de dépression mélancolique, de marginalité ou encore de mégalomanie. À toutes ces facettes s’ajoute encore le mythe persistant de l’artiste maudit et pauvre jusqu’à sa mort – qui cohabite très bien avec celui de l’artiste riche sans aucun mérite.

Autant l’identité sociale de l’artiste semble plurielle et contradictoire, autant la volonté de la ranger dans une boîte bien étiquetée est claire et singulière : les artistes n’échappent pas aux démarches d’Othering et de marginalisation. C’est précisément ce processus de stigmatisation telle que l’a théorisé Erving Goffman et sa proximité aux démarches visant à donner une définition de l’artiste que questionnent ce numéro 14 de la revue Proteus. Si tant est que cette démarche définitionnelle a été pertinente, l’est-elle encore ? Les nombreuses formes artistiques rendent-elles seulement difficile ou totalement impossible toute tentative de subsumer les artistes sous un trait identitaire commun ? Avant d’essayer de le faire, il est important d’interroger les présupposées et les éventuelles conséquences épistémiques de cette démarche analytique qui, nécessairement, court le risque d’être réductrice. Aussi, même si là n’est pas le but qu’elle vise, elle peut donner l’illusion d’expliquer de manière déterministe ce qui fait que telle personne est ou n’est pas artiste.

Au-delà et en-deçà de la (dés)identification de la figure de l’artiste et de son rôle au regard de la société, les articles de ce numéro se saisissent également d’identités plus restrictives et revendiquées par les artistes – identités qui peuvent avoir un impact sur l’œuvre et sa réception.

Phoebe Clarke et Bruno Trentini

Parution – « Le manifeste à travers les arts : devenirs d’un genre indiscipliné »

Chères & chers collègues,
J’ai le grand plaisir de vous annoncer la parution du numéro 2018-1 de la revue Itinéraires que j’ai co-dirigé avec Audrey Ziane sur les manifestes, dans le cadre du Projet Manart. Le numéro est intitulé « Le manifeste à travers les arts: devenirs d’un genre indiscipliné ». En voici le sommaire :

Cordialement,_____ _____

Camille Bloomfield

Parution – numéro de revue sur la (dés)identification de la figure de l’artiste

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution du dernier numéro de la revue Proteus consacré à la (dés)identification de la figure de l’artiste faisant suite au colloque organisé à l’université de Lorraine en partenariat entre l’EA Écritures et l’ED APESA de l’université Paris1. Le numéro, avec édito et introduction au dossier, est téléchargeable gratuitement en pdf à :  http://www.revue-proteus.com/Proteus14.pdf.

Vous pouvez aussi télécharger les articles indépendamment en naviguant depuis la page des numéros parus : http://www.revue-proteus.com/parus.html.

Enfin, vous trouverez ci-dessous le sommaire du numéro ainsi que l’édito,

En vous souhaitant une bonne lecture,

Cordialement,

Phoebe Clarke et Bruno Trentini

Sommaire

(dés)identification de la figure de l’artiste

La figure de l’artiste et la valorisation du stigmate – introduction au dossier

Phoebe Clarke et Bruno Trentini 4

L’artiste pauvre : identité sociale et artistique

Phoebe Clarke (Université Paris i, Acte) 8

Mike Kelley et la (dé)construction identitaire

Clara Guislain (Université Paris I-HiCSA) 16

Figures de l’artiste et reconnaissance de l’expérience esthétique selon les milieux sociaux – Pour un nouveau paradigme de la culture et de l’art

Fabrice Raffin (Université Picardie Jules Verne – Habiter le monde) 24

Art et identité – Cas chinois et leçons théoriques à en tirer

Frédéric Le Gouriérec (Université de Poitiers-CRIHAM) 32

La défiguration des identités artificielles dans l’œuvre littéraire et picturale de Percival Everett

Edina Zvrko (Université Paris 8-Littérature, Histoire, Esthétique) 42

Makhubu, Seriti Se, Basupa Tsela – Où nous en sommes selon Lerato Shadi

Katja Gentric (University of the Free State de Bloemfontein/Centre Georges Chevrier

de l’université de Dijon) 51

Identité de l’artiste / Altérité de l’œuvre – Trois « portraits »

Paul Bernard-Nouraud (EHESS, Cral) 65

Hors-thème

International with monument : l’affaire Koons

Miguel Egaña (Université Paris i, Acte) 81

Édito

La Renaissance et Léonard de Vinci, notamment pour déconstruire le modèle de l’artiste-artisan, ont décrit l’art comme cosa mentale. Cette idée a concomitamment lutté contre celle de l’artiste inspiré par les dieux ou les muses que décrivait déjà Platon dans son Ion. Les siècles qui ont suivi, et le xviiie siècle en particulier, ont toutefois réhabilité ces discussions par le biais du thème du génie. Ainsi quelque chose échappe à nouveau à l’artiste, qui ne peut ni acquérir ni enseigner ce qui fait son artisticité, et ce quelque chose renvoie à ce qui dépasse les hommes : la nature et Dieu. Or, avec la relative déchristianisation des sociétés occidentales, l’artiste a perdu sa spécificité et a dû rechercher une nouvelle source d’inspiration – la source divine semblant parfois tarie. Ce changement accompagne une nouvelle manière de penser la place de l’artiste au regard des œuvres d’art, comme si la désacralisation de la création artistique permettait une meilleure consécration de l’artiste. L’hagiographie vasarienne des artistes est devenue une mythologie barthesienne.

Cette petite histoire de l’artiste, brossée à grands traits, doit être mise en relation avec toutes les autres descriptions – plus ou moins originales et fantasques – dont les artistes ont été affublés : être inspiré des dieux et génial, c’est une chose, mais l’artiste évoque aussi une forme de folie, de dépression mélancolique, de marginalité ou encore de mégalomanie. À toutes ces facettes s’ajoute encore le mythe persistant de l’artiste maudit et pauvre jusqu’à sa mort – qui cohabite très bien avec celui de l’artiste riche sans aucun mérite.

Autant l’identité sociale de l’artiste semble plurielle et contradictoire, autant la volonté de la ranger dans une boîte bien étiquetée est claire et singulière : les artistes n’échappent pas aux démarches d’Othering et de marginalisation. C’est précisément ce processus de stigmatisation telle que l’a théorisé Erving Goffman et sa proximité aux démarches visant à donner une définition de l’artiste que questionnent ce numéro 14 de la revue Proteus. Si tant est que cette démarche définitionnelle a été pertinente, l’est-elle encore ? Les nombreuses formes artistiques rendent-elles seulement difficile ou totalement impossible toute tentative de subsumer les artistes sous un trait identitaire commun ? Avant d’essayer de le faire, il est important d’interroger les présupposées et les éventuelles conséquences épistémiques de cette démarche analytique qui, nécessairement, court le risque d’être réductrice. Aussi, même si là n’est pas le but qu’elle vise, elle peut donner l’illusion d’expliquer de manière déterministe ce qui fait que telle personne est ou n’est pas artiste.

Au-delà et en-deçà de la (dés)identification de la figure de l’artiste et de son rôle au regard de la société, les articles de ce numéro se saisissent également d’identités plus restrictives et revendiquées par les artistes – identités qui peuvent avoir un impact sur l’œuvre et sa réception.

Phoebe Clarke et Bruno Trentini

Appel à contributions – « L’écriture engagée dans le contexte francophone du XXIe siècle »

Appel à contributions
Mouvances Francophones, volume 4 (août 2019)
L’écriture engagée dans le contexte francophone du XXIe siècle

L’écrivain engagé, figure récurrente des littératures au fil des siècles, ne cesse de fasciner, de provoquer et de questionner notre rapport au monde. Dès la fin du XIXe siècle, l’intervention d’Émile Zola en faveur d’une justice impartiale dans l’affaire Dreyfus marque un point tournant dans la perception du rôle de l’écrivain, comme responsable de la morale de son temps. Dans cette lignée, Romain Rolland lance un appel pacifiste poignant à l’aube de la première guerre mondiale pour dénoncer les hostilités imminentes. Puis, alors que le XXe siècle s’enlise dans des conflits caractérisés par des violations des droits humains sans précédents, les auteurs prennent la plume en défense de valeurs éthiques commune à l’humanité (Paul Éluard, Jean-Paul Sartre …).

Dans la littérature francophone, l’engagement de l’écrivain a connu différentes phases selon le contexte socio-historique du moment de l’écriture. Ainsi, par exemple, ce qu’on appelle communément la première génération d’écrivains francophones (Senghor, Césaire, Diouf) avaient pris la plume pour revendiquer leurs droits ou simplement pour se revendiquer comme sujet pensant et indépendant. Au lendemain des indépendances, qui, le plus souvent, se sont accompagnées d’un amer désenchantement, les écrivains avaient orienté leur plume critique pour dénoncer les nouveaux pouvoirs usurpateurs de la « cause nationale ». Cependant, l’engagement peut toucher de différentes manières l’oeuvre littéraire, que ce soit sur le plan formel, thématique ou esthétique par exemple.

Le numéro 2019 de Mouvances Francophones propose de s’intéresser à la question de l’engagement dans les littératures francophones du XXIe siècle. Après plus d’un demi-siècle des indépendances, qui ont parfois laissé la place à de meurtrières guerres fratricides, des renversements de régimes, d’exil et d’amère ironie, quelles modalités prend la plume francophone dénonciatrice ? Que représente l’engagement pour un écrivain dit francophone dans un contexte de globalisation et de « littérature-monde » ? Par quels moyens passe l’engagement : forme, thème, univers, style, etc. ?
Comme axes de travail, nous proposons cette liste non-exhaustive de thématiques qui appellent normalement l’engagement :

Féminisme : Si l’écriture des auteurs de la deuxième génération de la francophonie se démarque sur le fond et sur la forme de celle de ses prédécesseurs, une évolution notable à partir des années 1980 est l’apparition des femmes sur la scène littéraire. Leurs oeuvres, parfois autobiographiques, proposent un style nouveau puisant par exemple dans les traditions du conte et de l’épopée pour proposer une écriture plus poétique mélangeant les conventions liées à l’oralité et à l’écrit. Les écrivaines s’engagent dans un combat féministe, questionnant la condition de la femme dans une société évoluant entre modernité et tradition (Aminata Snow Fall, Ken Bugul, Calixthe Beyala, Michèle Rakotoson, Marie N’diaye). Comment cette tension s’illustre-t-elle dans le récit ?


Guerre civile : Guerres civiles et tribales engendrent une littérature importante. Aux tonalités parfois grotesques et cyniques, ces romans dénoncent les violations perpétrées en temps de guerre. (Amadou Kourouma, Emmanuel Dongala, Abdelaziz Baraka Sakin). Enfants-soldats, dictatures et abus de pouvoir, exil et refuge sont autant de thèmes abordés par les auteurs francophones. En quoi la fiction permet-elle de souligner ces problématiques?


Frontières et immigration: Témoins des difficultés et désillusions vécues par nombres d’immigrés décidant de s’expatrier vers l’occident, les écrivains de la francophonie contemporaine travaillent à déconstruire le mythe du pays d’accueil comme eldorado florissant. Dans un style souvent réaliste, ces auteurs dénoncent aussi les conditions d’accueil et de vie imposées aux immigrés (Daniel Biyaoula, Sami Tchak). L’écriture devient-elle alors un instrument de critique des politiques migratoires ou a-t-elle vocation à dissuader l’émigration?

Désenchantement : Une soixantaine d’années après les indépendances, qui blâmer comme cause du mal-être qui caractérise encore plusieurs anciennes colonies ? Le « désenchantement » comme thème de plusieurs romans des écrivains dits de la deuxième génération a-t-il encore une légitimité au XXIe siècle ? Si oui, comment a-t-il évolué ?

Printemps arabe : Les mouvements sociaux qui ont secoué certains pays du monde arabe au début des années 2010 ont été le plus souvent réprimés dans le sang ; même si la plupart ont échoué, ils n’en ont pas moins révélé de profondes mutations structurelles dans les sociétés qu’on considérait habituellement comme stagnantes voire rétrogrades. Peut-être est-il trop tôt pour revenir sur cet épisode, il n’empêche que les problèmes soulevés lors de ces insurrections ne sont pas récents et montrent
que les revendications au XXIe siècle sont en droite ligne avec les désenchantements des lendemains de libération : il s’agit essentiellement d’un divorce entre les aspirations des peuples et leur classe dirigeante, souvent plus rapaces que les anciens colonisateurs (cf. Portrait du décolonisé de Memmi). Comment représente-t-on cet épisode dans la littérature ? Sous quelle tonalité ? Y a-t-il un retour critique sur soi ? etc.

Radicalismes : Le zèle, la bigoterie, la religion comme « fonds de commerce » et bien d’autres notions peuvent qualifier aujourd’hui l’attitude de certaines factions politiques dites religieuses. Le radicalisme religieux – qui signifie étymologiquement « retour à la racine » – touche aujourd’hui plusieurs sociétés et pas uniquement dans le monde arabo-musulman. Un écrivain « réaliste », pour ne pas dire engagé, qui décrit une société où l’ombre des radicalismes existe et menace, est-il obligé d’évoquer cet aspect ? Le fait-il sous un angle direct en démontant les archaïsmes et les traditions rétrogrades qui ont conduit à cette tentation (comme le fait le journaliste et romancier algérien Kamel Daoud, ce qui lui a valu une fatwa des cheikhs mécontents) ? ou bien recourt-il à l’ironie et au non-dit ?


Merci d’envoyer votre proposition d’article (300 mots maximum, en français) à

Fanny Leveau (fleveau@uwo.ca) et à Mansour Bouaziz (mbouaziz@uwo.ca)

Date limite d’envoi des propositions d’article : 31 octobre 2018

Date limite d’envoi des articles : 28 février 2019

Appel à communications – Huitièmes journées d’études du groupe COnTEXTES

Autopsie de l’échec littéraire

Huitièmes journées d’études du groupe COnTEXTES

Bruxelles, 15-17 mai 2019

En tant qu’elle participe de la consécration des auteurs et entretient des rapports intéressés avec la question de la valeur, l’histoire de la littérature a tendance à accorder beaucoup plus d’attention aux succès qu’aux échecs. Tout se passe comme si la distance temporelle qui sépare le chercheur de son objet avait figé la valeur des œuvres, constitué un panthéon immuable tout prêt à être « reconnu » et aux marges duquel il n’y aurait que des œuvres « mineures », en cela moins dignes d’être étudiées. La réussite, cependant, n’est que la pointe de l’iceberg littéraire. En se focalisant sur les « grands » écrivains, sur les « modernes », sur les « originaux », ne risque-t-on pas de donner une image sinon faussée, du moins (trop) partielle, de la littérature d’une époque ?

Dans un premier temps, l’échec peut s’entendre aussi bien comme exclusion des instances de consécration spécifiques à la fraction du champ (sous-champ de production restreinte ou grande production) dans laquelle l’auteur souhaite s’investir, que comme absence ou quasi-absence de l’histoire littéraire (oubli ou omission volontaire). Il restera à mieux circonscrire la notion et à définir ce qui la distingue de notions proches telles que l’insuccès, la non-consécration ou encore l’illégitimité.

L’étude de l’échec peut profiter à l’histoire de la littérature au moins à deux égards : d’une part, elle permet de rappeler que la consécration repose sur des bases incertaines et qu’il est dès lors toujours possible d’interroger les classements et de chercher à comprendre leur logique ; d’autre part, elle aide à mieux appréhender la réussite elle-même, conçue comme prise de position dans l’espace des possibles qu’est le champ littéraire.

Consacrées à l’échec littéraire, les huitièmes journées d’études du groupe COnTEXTES ne cherchent pas tant à réhabiliter des écrivains méconnus qu’à mettre au jour des logiques de l’exclusion symbolique. On propose de réfléchir à partir des cinq axes suivants.

1. Les raisons de l’échec

S’il ne fait guère de doute que la qualité des œuvres joue un rôle important dans les processus de sélection et d’exclusion, elle ne permet toutefois pas de rendre compte de ceux-ci à elle seule. Les instances de consécration et les lois du champ s’imposent à l’écrivain, sommé de jouer le jeu, – quitte à en subvertir les règles – pour être reconnu. Quelles sont donc ces règles qui excluent de la course la majorité des auteurs ? Dans quelle mesure, par exemple, le fait de recourir à certains genres passés de mode (la tragédie classique après le Premier Empire), d’écrire dans une langue jugée obsolète (le latin à partir du xixe siècle) ou encore le simple fait d’être née femme rend toute tentative de se faire un nom dans le champ en quelque sorte perdue d’avance ? La posture (Meizoz) qu’adopte un auteur peut-elle être cause de son échec ?

La postérité, quant à elle, possède ses propres critères de sélection, ses propres obsessions, ses propres classements, toujours susceptibles d’être remis en question. Antoine Compagnon (1990), par exemple, souligne combien l’historiographie a tendance à être obnubilée par une certaine modernité au point de faire l’impasse sur ce qui n’entre pas dans sa grille de lecture. William Marx (2004) prend le contrepied de cette tendance en dirigeant un collectif sur les « arrière-gardes » au xxe siècle. Ce penchant pour le moderne joue-t-il un rôle dans la constitution du canon avant l’apparition des premières « avant-gardes » ? Peut-on identifier d’autres logiques d’exclusion qui font fi de la qualité des œuvres ?

2. Les luttes pour l’échec (d’autrui)

Il n’y a pas de réussites sans échecs. Partant, souhaiter qu’un auteur réussisse, c’est forcément souhaiter que d’autres échouent. Le champ littéraire fourmille d’entreprises de disqualification (cabales, pamphlets, campagnes de dénigrement, diffamation, etc.) visant à définir une bonne pratique de la littérature. On pourra jauger l’efficacité de ces entreprises et leur impact sur les règles de fonctionnement du champ. Quelles conditions doivent être réunies pour qu’elles soient efficaces ? Dans quelles circonstances, à l’inverse, s’avèrent-elles inefficaces, voire contre-productives ? Dans quelle mesure peuvent-elles bénéficier à des auteurs ralliés au camp des assaillants ?

3. Les auteurs face à leur échec

Pour un écrivain qui souhaite être reconnu, l’échec ne peut laisser indifférent. On s’intéressera aux réactions des écrivains face à leur échec et à la pression que celui-ci exerce sur les trajectoires et les productions. L’échec est un révélateur des règles implicites du champ littéraire : si l’œuvre a échoué, c’est qu’elle n’était pas aux normes et/ou que l’auteur n’a pas joué le jeu qu’il aurait dû jouer. Pour connaître le succès, l’écrivain peut alors chercher à conquérir un autre public, réorienter sa stratégie ou tenter de modifier les règles du jeu. C’est ainsi par exemple qu’après avoir, sans succès, imité les romantiques, Leconte de Lisle adopte une stratégie plus efficace en proclamant sa rupture et en se posant comme l’initiateur d’une nouvelle esthétique. On se demandera donc si les réactions des écrivains portent leurs fruits ou prolongent leur échec. On pourra également se pencher sur les cas d’inertie face à l’échec : comment expliquer ceux-ci ? l’inertie condamne-t-elle les auteurs à un échec permanent, ou finit-elle un jour par payer ?

4. De l’échec au succès, du succès à l’échec

On le sait, la fortune est capricieuse. Jadis renommés, ou du moins jouissant d’un certain succès, des auteurs tombent dans l’oubli ou ne sont plus guère lus que par des spécialistes (ainsi Edme Boursault, Claude-Joseph Dorat, François Coppée, Catulle Mendès, Jean Aicard, Alcanter de Brahm). D’autres, méconnus ou marginalisés, gagnent en considération, tels le marquis de Sade, Pétrus Borel et le comte de Lautréamont réhabilités par les surréalistes. Comment et pourquoi ces retournements se produisent-ils ? Que nous apprennent-ils sur les classements opérés par les acteurs du monde littéraire ? Les jugements postérieurs sont-ils forcément plus « justes » que les jugements contemporains ?

5. L’échec en diachronie

Il y a différentes façons d’échouer : l’échec dans le premier champ littéraire (Viala) a peu de rapports avec celui des écrivains d’aujourd’hui, soumis à de tout autres contraintes. On pourra se pencher sur les différentes formes que revêt l’échec littéraire au fil des époques. À partir de quand peut-on parler d’échec littéraire ? Faut-il attendre pour cela la constitution du premier champ littéraire ? À l’heure des avant-gardes, alors que l’échec est perçu comme une condition nécessaire au succès (différé), comment appréhender le véritable échec, celui qui ne sera pas réhabilité par les générations futures, et comment le distinguer de l’échec des avant-gardes ?

Le colloque aura lieu à Bruxelles les 15, 16 et 17 mai 2019. Les propositions de communications (environ 500 mots) sont à envoyer à Christophe Bertiau (cbertiau@ulb.ac.be) et à Chanel de Halleux (cdehalle@ulb.ac.be) avant le 30 novembre 2018. Après évaluation par le comité scientifique du groupe COnTEXTES, un avis sera communiqué aux auteurs avant la fin du mois de janvier 2019.

Bibliographie

Bertrand Jean-Pierre, Denis Benoît et Triaire Sylvie (dir.), Sociologie de la littérature. La question de l’illégitime, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. « Collection des littératures », 2002.

Bourdieu Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], éd. revue et augmentée, Paris, Seuil, coll. « Points », 1998.

Cabanès Jean-Louis, La fabrique des valeurs dans la littérature du xixe siècle Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Sémaphores », 2017.

Compagnon Antoine, Les cinq paradoxes de la modernité, Paris, Seuil, 1990.

Compagnon Antoine, Les antimodernes. De Joseph de Maistre à Roland Barthes [2005], [Paris], Gallimard, coll. « Folio. Essais », 2016.

COnTEXTES (dir.), « Approches de la consécration en littérature », dossier COnTEXTES, 7 (2010), http://contextes.revues.org/4609.

COnTEXTES (dir.), « La posture. Genèse, usages et limites d’un concept », dossier COnTEXTES, 8 (2011), http://contextes.revues.org/4692.

Dozo Björn-Olav et Ellena Laurence (dir.), « De l’émergence à la canonisation », dossier COnTEXTES, 17 (2016), http://contextes.revues.org/6189.

Dubois Jacques, L’institution de la littérature [1978], nouv. éd. revue et corrigée, préf. de J. P. Bertrand, Loverval, Labor, coll. « Espace Nord. Références », n° 227, 2005.

Dussert Éric, Une forêt cachée. 156 portraits d’écrivains oubliés, Paris, La Table ronde, 2013.

Fraisse Luc et Delègue Yves (dir.), Littérature majeure, littérature mineure, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1996.

Fraisse Luc (dir.), Pour une esthétique de la littérature mineure, Paris, H. Champion, coll. « Champion varia », 2000.

Huet-Brichard Marie-Catherine et Meter Helmut (dir.), La polémique contre la modernité. Antimodernes et réactionnaires, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres. Études dix-neuviémistes », n° 7, 2011.

Krauss Werner, « L’étude des écrivains obscurs du siècle des Lumières », Studies on Voltaire and the Eighteenth-Century, 26 (1963), pp. 1019-1024.

Lefrère Jean-Jacques et Pierssens Michel (dir.), Les à-côtés du siècle, premier colloque des Invalides (7 novembre 1997), Tusson, Du Lérot, coll. « En marge », 1998.

Lefrère Jean-Jacques, Pierssens Michel et Wagneur Jean-Didier (dir.), Les ratés de la littérature, deuxième colloque des Invalides (11 décembre 1998), Tusson, Du Lérot, coll. « En marge », 1999.

Luneau Marie-Pier, « Stratégie », dans Glinoer Anthony et Saint-Amand Denis (dir.), Le lexique socius, http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/53-strategie.

Marx William (dir.), Les arrière-gardes au xxe siècle. L’autre face de la modernité esthétique, Paris, P.U.F., 2004.

Meizoz Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007.

Meizoz Jérôme, La fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine Érudition, 2011.

Monselet Charles, Les originaux du siècle dernier. Les oubliés et les dédaignés, Paris, Michel Lévy frères, 1864.

Pierssens Michel (dir.), Et les femmes, dix-huitième colloque des Invalides (24 octobre 2014), Tusson, Du Lérot, coll. « En marge », 2015.

Pierssens Michel (dir.), Oubliettes et revenants, dix-neuvième colloque des Invalides (6 novembre 2015), Tusson, Du Lérot, coll. « En marge », 2016.

Popovic Pierre et Vigneault Érik (dir.), Dérèglements de l’art. Formes et procédures de l’illégitimité culturelle en France (1715-1914), Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2000.

Reid Martine (dir.), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, H. Champion, coll. « Littérature et genre », 2011.

Simonin Anne, « Esquisse d’une histoire de l’échec. L’histoire malheureuse Des réputations littéraires de Paul Stapfer », dans Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 12 (1994), pp. 111 128.

Viala Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique [1985], Paris, Éd. de Minuit, coll. « Le sens commun », 1992.

Voisin Patrick (dir.), La valeur de l’œuvre littéraire, entre pôle artistique et pôle esthétique, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2012.

Volpilhac-Auger Catherine (dir.), Œuvres majeures, œuvres mineures ?, Lyon, ENS éditions, coll. « Signes », 2004.

Zékian Stéphane, « Sommes-nous sortis du XIXe siècle ? Le romantisme français comme matrice historiographique », dans Cahiers d’études germaniques, 65 (2013), pp. 33-46.

Parution – « Bande dessinée et littérature : intersections, fascinations, divergences »

Chers collègues, chers amis,

J’aimerais vous signaler la publication toute récente d’un petit volume de ma plume (ou de mon clavier) intitulé Bande dessinée et littérature : intersections, fascinations, divergences. Vous trouverez plus de renseignements au lien suivant :

https://www.quodlibet.it/libro/9788822902573 Vittorio Frigerio – Bande dessinée et littérature … www.quodlibet.it Scopri Bande dessinée et littérature : intersections, fascinations, divergences di Vittorio Frigerio. Edizioni Quodlibet: acquista con sconto del 15%, spedizioni gratuite in Italia per acquisti sopra 29 euro.

Je profite également de l’occasion pour attirer plus spécialement votre attention sur la collection « Eléments » de l’éditeur Quodlibet, dans laquelle cet ouvrage a paru. Il s’agit d’une collection internationale de courts essais, en plusieurs langues (français, anglais, Italien, allemand, espagnol) qui publie des études pointues, originales ou inhabituelles, privilégiant souvent des positionnements polémiques et engagés. Vous y trouverez, à part mon livre, bien d’autres choses encore qui ne manqueront pas de susciter votre intérêt ou votre curiosité.

Pour être tenu au courant des publications de cet éditeur, vous pouvez vous inscrire à sa « Newsletter » ici : https://www.quodlibet.it/newsletter

Merci de faire suivre cette annonce à toute personne potentiellement intéressée, ainsi qu’à toute bibliothèque universitaire disposant encore d’un budget, même modeste ! Et si vous désirez en recevoir un exemplaire en service de presse pour compte rendu, n’hésitez pas à me le demander.

Bien cordialement,

Vittorio

P.S. : mes excuses pour d’éventuels envois multiples.
Vittorio Frigerio
Professor
Editor, Dalhousie French Studies
Undergraduate Advisor
Department of French
Dalhousie University
6135 University Avenue, Room 1110
Halifax, NS B3H 4R2
Canada
902 494-6805

Colloque – « Le Pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »

Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous inviter à participer au colloque « Le Pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »  qui aura lieu à Arras les 12 et 13 octobre prochains.

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Objet ambivalent, à la fois inscrit dans le livre et susceptible de s’en détacher, la marge permet de penser l’inscription du livre, et à travers lui des lettres et des arts, dans le monde social : non pas comme un document qui viendrait témoigner du contexte dans lequel l’œuvre se serait inscrite, mais comme le lieu d’une action qui mobilise à la fois le lecteur, le livre et le pouvoir. Ce colloque se propose d’étudier les écritures marginales du pouvoir comme autant d’usages du livre dans des relations sociales et de pouvoir.Vous en trouverez le programme ci-joint.
Au plaisir de vous y voir,
Marine Roussillon
MCF – Littérature française du 17e siècle
Université d’Artois. Centre de recherches Textes et cultures (EA4028)
https://cv.archives-ouvertes.fr/marine-roussillon
https://pogs.hypotheses.org

Parution – « Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses »

Brigitte Chapelain et Sylvie Ducas (dir.), Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses
Presses de l’Enssib

La prescription à l’âge du papier, c’était un avis autorisé; à l’âge numérique, on parle plus volontiers de recommandation.

Dans tous les cas, une personne, au moins, cherche à partager son intérêt ou davantage pour un sujet ou une œuvre donnée. Cette intention d’influence, ce soft power disséminé, se retrouve aussi bien chez les booktubers que chez les lecteurs de la Renaissance, elle passe de bouche-à-oreille, par la presse, les médias audiovisuels, le web ou les bibliothèques, elle concerne aussi bien les mauvais genres que les musées les plus institutionnels.

Quand le public prend le pouvoir de dire, le professionnel de la médiation a le devoir de s’y intéresser. Une équipe pluridisciplinaire de vingt-cinq chercheurs propose ici la première approche d’ensemble de la prescription, en traversant différentes formes de culture.

Brigitte Chapelain est maître de conférences honoraire en sciences de l’information et de la communication à Paris 13. Ses recherches interrogent la question de la culture et du numérique. Rédactrice en chef des Cahiers de la SFSIC, membre du bureau de la revue Hermès (CNRS), elle a dirigé Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux (Hermann, 2015).

Sylvie Ducas est professeur de littérature française contemporaine à l’université Paris Est-Créteil. Elle a publié La littérature à quel(s) prix? (La Découverte, 2013) et dirigé, entre autres, L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur (Presses universitaires de Paris Ouest, 2013) et Paroles de livres (Nicolas Malais éditeur, 2015).

Ont contribué à cet ouvrage :

Isabelle Antonutti, Anne Besson, Claire Blandin, Jean-Christophe Boudet, Mélanie Bourdaa, Simon Bréan, Gaëlle Burg, Marie Coculet, Valérie Croissant, Geoffrey Delcroix, Catherine Dutheil-Pessin, Aurore Gallarino, Frédérique Giraud, Hervé Glevarec, William Jouve, Clara Lévy, Judith Mayer, Michaël Oustinoff, David Peyron, Marie-Sylvie Poli, François Ribac, Julie Trenque, Geneviève Vidal Édition Première édition Éditeur Presses de l’enssib   Support Livre broché Nb de pages 388 p. Bibliographie . Notes . ISBN-13 9791091281676   Support PDF Nb de pages Bibliographie . Notes . ISBN-13 979-10-91281-68-3 GTIN13 (EAN13) 9791091281683

https://presses.enssib.fr/catalogue/prescription-culturelle
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100762970

Appel à contributions : Ursula K. le Guin : Féminisme et science-fiction

Cher.e.s contemporain.e.s

Nous souhaitons attirer votre attention sur cet appel à contributions :

Ursula K. le Guin : Féminisme et science-fiction

Ce dossier à paraître dans la revue ReS Futurae, revue d’études sur la science-fiction, est dirigé par Magali Nachtergael et Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade). Il complète et accompagne une journée d’études qui se tiendra à l’Université Paris 13 le mercredi 23 janvier 2019.

Argument
Veuillez trouver l’argument de l’appel en ligne : https://journals.openedition.org/resf/1563 ET ci-après dans le message.

Envoi de propositions
Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 10 octobre 2018 conjointement à Magali Nachtergael (nachtergael@univ-paris13.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr).

Remise des articles
La date de remise des articles est fixée au 30 janvier 2019.

Si vous souhaitez participer à la journée d’études, merci de l’indiquer dans votre proposition. 

En vous remerciant de votre attention,

bien à vous,
Magali Nachtergael & Valérie Stiénon
Département de littérature
Université Paris 13 / Laboratoire Pléiade EA7338

—–

Ursula K. Le Guin : féminisme et science-fiction

(dir. Magali Nachtergael et Valérie Stiénon – Université Paris 13/Pléiade)

Ursula Kroeber, connue sous son nom de plume Ursula K. Le Guin, a écrit de nombreux cycles de fantasy et de science-fiction, imaginés dès son plus jeune âge. Son œuvre prolifique, foisonnante, a été traduite en français depuis 1971, avec La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness, 1969), et son succès populaire ne s’est jamais démenti depuis lors, avec près d’une centaine de titres traduits et réédités, ainsi qu’un solide lectorat. Ce dernier est pourtant resté discret dans le monde académique. Une journée d’études organisée à l’Université Paris 13 le 23 janvier 2019, dont cet appel ouvert est complémentaire, cherche à combler cette lacune en choisissant comme fil conducteur la question du féminisme, qui permet d’aborder des aspects théoriques, poétiques et idéologiques indispensables à la compréhension de l’œuvre de la romancière. En la resituant dans ses contextes de création et de réception, l’angle d’étude entend ainsi explorer quelques-uns des enjeux d’une œuvre riche par sa portée éthique et esthétique, ses questionnements disciplinaires et ses significations plurielles, à laquelle d’autres événements scientifiques rendront hommage[i].

L’histoire de La Main gauche de la nuit se passe dans un futur indéterminé, sur une planète appartenant à une galaxie en train de s’unifier politiquement. Les habitants ne sont ni homme, ni femme et ne déterminent un genre sexuel de façon aléatoire que durant une période de rut mensuelle, le « kemma », entre les phases duquel chaque individu est un hermaphrodite asexué. Ainsi, toutes et tous peuvent indifféremment enfanter et vivre l’expérience de la parturition. Cette situation engage une réflexion sur les critères normatifs à travers lesquels est généralement appréhendée la sexualité. Elle révèle aussi la dimension construite et relative des rôles sociaux assignés aux identités sexuées : « Lorsqu’on rencontre un Géthénien, il est impossible et déplacé de faire ce qui paraît normal dans une société bisexuelle : lui attribuer le rôle d’un Homme ou d’une Femme, et conformer à cette idée que vous vous en faites le rôle que vous jouez à son égard, d’après ce que vous savez des interactions habituelles ou possibles de personnes du même sexe ou de sexe opposé. Il n’y a ici aucune place pour nos schémas courants de relations sociosexuelles[ii]. »

Dans Les Dépossédés[iii] (The Dispossessed, 1974), une communauté anarchiste fondée par une femme théoricienne, Odo, s’installe sur Anarres, une lune en périphérie de sa planète d’origine, Urras. Le voyage d’une planète à l’autre entrepris par le personnage Shevek permet de confronter des modes de vie régis par des rapports différents à l’exercice de la sexualité, aux fonctions des partenaires au sein du couple et aux valeurs sur lesquelles se fonde l’union maritale. Les signes de l’attrait érotique sont eux aussi diversifiés, rendant par exemple les femmes urrasties plus séduisantes lorsqu’elles sont chauves après avoir rasé leur chevelure, suivant en cela la mode locale.

L’œuvre de Ursula K. Le Guin n’est pas seulement attentive à proposer des représentations alternatives, nuancées, complexes de ces identités, valeurs et pratiques. Elle s’efforce aussi d’exprimer un point de vue féminin minimisé ou invisibilisé par les discours historiques et scientifiques, comme lorsqu’elle donne une voix à un personnage de l’histoire mythique de la fondation de Rome, Lavinia, femme d’Énée dont elle retrace le destin dans le roman de fantasy Lavinia[iv] (2008, traduit en français en 2011). Le récit, centré sur les pensées et les perceptions de l’héroïne, enrichit le point de vue historiographique d’un éclairage nouveau sur les variations possibles des places occupées par la fille, l’épouse et la mère dans une société patriarcale.

Ce ne sont là que quelques-uns des exemples les plus évidents, qui montrent la pertinence d’une telle réflexion et qui demandent à s’enrichir d’une exploration approfondie de l’œuvre. Quel est l’apport spécifique de la science-fiction au message et aux représentations féministes, parmi les nombreux genres que Ursula K. Le Guin a pratiqués ? Dans quelle mesure le monde des possibles de la fiction spéculative permet-il de reconfigurer la situation de l’individu « femme », du genre et de ses avatars ? En quoi les textes de Ursula K. Le Guin ont accompagné des vagues de féminisme et trouvé un écho au sein d’un lectorat spécifique ? En se concentrant sur les univers science-fictionnels de la romancière, l’objectif de ce dossier de la revue ReS Futurae est aussi de situer le genre et son potentiel social, non pas seulement en tant qu’utopie mais comme agent rassembleur, fiction créatrice, émancipatrice et dotée d’une puissance virtuellement auto-réalisatrice. À cette fin, plusieurs aspects complémentaires pourraient être envisagés :

·      Anthropologie des idées, théorie et engagement

–       Ursula K. Le Guin théoricienne, essayiste et conférencière[v]

–       les analyses anthropologiques, ethnologiques et la situation des femmes

–       la question du militantisme et de l’engagement féministe

–       les utopies féministes et le contexte culturel d’écriture (New Age, matriarcat, queer, transgenre, matrimoine)

·      Sociabilités et création dans les cercles féministes

–       la fréquentation des cercles de sociabilité en lien avec le féminisme

–       les inspirations chez les artistes (art contemporain, cinéma, bande-dessinée, danse)

·      Écriture et représentations du féminin

–       le point de vue des personnages féminins

–       les relations matrimoniales/sexuelles (polygamie, absence de mariage, filiation matriarcale, homo- et hétérosexualité, etc.)

–       la genèse de ses textes, son inspiration et ses arrière-plans théoriques féministes et/ou déconstructionnistes

·      Héritage et réception de l’œuvre

–       les espaces de sa réception : les héritiers et ceux qui s’en sont réclamés, les communautés féministes SF, le fandom : créations, groupes de lecture et d’écriture (fanfiction), forums en ligne, blogs et listes de discussion

–       la réception LGBTQIA+ et dans les théories posthumaines / transhumaines / queer / transgenre / écoféministe / afroféministes / militantes

–       la survivance de thèmes ou motifs Le Guiniens dans des adaptations cinématographiques, télévisuelles, en bande-dessinée et dans la culture populaire

Bibliographie indicative

« Science Fiction by Women », Science Fiction Studies, n° 51, juillet 1990.

Attebery Brian, Decoding Gender in Science Fiction, New York/Londres, Routledge, 2002.

Bartkowski Frances, Feminist Utopias, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press, 1989.

Besson Anne, Constellations : des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Delany Samuel R., Shorter Views. Queer Toughts and the Politics of Paraliterary, Hanover et Londres, Wesleyan University Press, 1999.

Gay Pearson Wendy, Hollinger Veronica et Gordon Joan (éd.), Queer Universes : Sexualities in Science Fiction, Liverpool University Press, 2008.

Haraway Donna, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, 2007.

Jameson Fredric. « World Reduction in Le Guin : The Emergence of Utopian Narrative », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 221-230.

Langlet Irène, La science-fiction : lecture et poétique d’un genre, Paris, Armand Colin, 2006.

Larbalestier Justine, The Battle of the Sexes in Science Fiction, Middletown, Wesleyan University Press, 2002.

Larue Ïan, Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, Paris, Éditions Cambourakis, 2018.

Merrick Helen, The Secret Feminist Cabal. A Cultural History of Science Fiction Feminisms, Seattle, Aqueduct Press, 2009.

Notéris Émilie, La Fiction réparatrice, Paris, Éditions Supernova, 2017.

Reid Robin Anne (dir.), Women in Science Fiction And Fantasy, Westport, Greenwood Press, 2009.

Vonarburg Élisabeth, « La science-fiction et les héroïnes de la modernité », Philosophiques, vol. 21, n° 2, 1994, p. 453-457.

Watson Ian, « The Forest as Metaphor for Mind : “The Word for World is Forest” and “Vaster Than Empires and More Slow” », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 231-237. 


[i] Ainsi du colloque « Héritages d’Ursula K. Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène », organisé à l’École polytechnique et à la Sorbonne Nouvelle en juin 2019. URL : https://litorg.hypotheses.org/234.

[ii] Ursula K. Le Guin, La Main gauche de la nuit, traduit par Jean Bailhache, Paris, Laffont, 1971, p. 113-114.

[iii] Ursula K. Le Guin, Les Dépossédés, traduit par Henry-Luc Planchat, Paris, Laffont, 1975.

[iv] Ursula K. Le Guin, Lavinia, traduit par Marie Surgers, Nantes, L’Atalante, 2010.

[v] Voir notamment Ursula K. Le Guin, « American SF and the Other », Science Fiction Studies, n° 7, vol. 2:3, novembre 1975, p. 208-210 et Le Langage de la nuit. Essais sur la science-fiction et la fantasy, traduit par Francis Guévremont, Paris, Aux forges de Vulcain, 2016.