Colloque – « Fiction Politique – 10 et 11 octobre (Nancy) »

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous le programme du colloque International et Interdisciplinaire Jeunes Chercheurs du Laboratoire LIS, intitulé « Fiction Politique » ;

Programme : https://www.fabula.org/actualites/fiction-politique_92200.php

Appel à contributions : https://www.fabula.org/actualites/colloque-fiction-politique_89425.php

L’événement aura lieu du jeudi 10 au vendredi 11 octobre 2019 , à Nancy, sur le campus de Sciences Humaines (Salle A104).

Monsieur Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle), nous fera l’honneur de sa présence le jeudi 11 octobre 2019 pour une conférence intitulée « Fictions Politiques et politique-fiction : remarques sur quelques cas de préfigurations narratives. »

Le colloque se terminera par une table-ronde, sur le thème de la postvérité et des fake news , qui se déroulera le vendredi 11 octobre 2019, entre 14 h 30 et 16h30, à Nancy, en salle A104 (bâtiment A, premier étage).

Pour débattre avec nous et répondre aux questions du public, quatre intervenants nous feront le plaisir de leur présence ;

    * Mme Estelle Faye, auteure, scénariste ;

    * M. Christophe Bouriau, philosophe, professeur de philosophie à l’Université de Lorraine ;

    * M. Dominique Bourg, philosophe, professeur à l’Université de Lausanne, engagé auprès d’Urgence écologie ;

    * M. Paul Aubriat, journaliste à l’AFP et enseignement à Sciences Po ;

L’entrée est libre et gratuite.

Nous espérons vous y voir nombreux !

Prolongement d’appel à communication – « Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung »

Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

Vendredi 6 et samedi 7 décembre 2019, Université Paris – Nanterre

 

 

En mai 2015, dans un article du quotidien Le Monde, Abdourahman Waberi se demandait « Comment dit-on “roman africain” en japonais ? » Présent au Japon à l’occasion de la traduction de trois de ses ouvrages, il y faisait la liste des rares auteur.e.s du continent africain à avoir connu cet honneur. La parution de Balbala, Transit et Passage des larmes est à mettre en lien avec un projet plus vaste émanant de la diplomatie culturelle pour permettre le rayonnement de la francophonie littéraire en Asie. En témoignent la remise chaque année du Prix Fu Lei de la traduction et de l’édition créé en 2009 à l’initiative de l’Ambassade de France en Chine ou encore la liste des « 30 auteurs francophones à traduire » diffusée par l’Institut français du Japon. Parmi ces derniers figuraient, entre autres, Sony Labou Tansi, Mongo Beti, Ferdinand Oyono ou encore Aminata Sow Fall, autant d’écrivain.e.s que l’institution désirait faire connaître en soutenant financièrement les traducteurs intéressés.

            L’exemple d’Abdourahman Waberi rend compte d’un phénomène mal connu, celui des circulations littéraires et intellectuelles contemporaines entre l’Asie et l’Afrique. Si le développement des liens commerciaux entre la Chine et de nombreux pays subsahariens a donné lieu à un grand nombre de publications récentes, il n’en a pas été de même concernant le domaine de la culture. Pourtant, plusieurs initiatives témoignent de la vitalité de ces échanges. Ainsi, en 2015, la maison d’édition Twaweza Communications faisait paraître en kiswahili un recueil du poète yi Jidi Majia tandis que la China Translation and Publishing Corporation sortait l’année dernière une traduction de Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou. De même, la revue panafricaine en ligne Jalada accueillait dans les pages de son numéro 4 des contributions d’Aryanil Mukherjee ou de Linda Ashok, tous deux originaires du sous-continent indien. Les œuvres ne sont néanmoins pas les seules à circuler, les artistes et universitaires participent eux aussi directement à cette mobilité entre les deux espaces comme le prouvent les exemples de Biodun Jeyifo et de Femi Osofisan, qui ont animé ces dernières années des séminaires sur le théâtre africain à l’Université de Pékin, ou encore d’Arundathi Roy faisant la promotion en Afrique du Sud de son dernier titre, The Ministry of Utmost Happiness. Enfin, citons la réception du Prix Park Kyung-ni par Ngũgĩ wa Thiong’o en 2016, dernière étape d’un compagnonnage de l’auteur kényan avec la Corée du Sud amorcé dès les années 1980, époque où il prit la défense du poète Kim Chi Ha.

 

Des congrès panafricains du début du XXe siècle aux conférences panasiatiques de Nagasaki et de Shanghai, nombreuses furent les initiatives précoloniales réunissant des ressortissants de territoires des deux continents. Néanmoins, à partir de la conférence de Bandung en 1955 et, surtout, du premier congrès de l’Afro-Asian Writers Association tenu à Tachkent en 1958, leurs liens prirent un nouveau visage. Au sortir des indépendances, l’ambition de concourir à l’émergence d’une troisième voie internationale poussa en effet des personnalités africaines et asiatiques à établir des contacts. Ngũgĩ wa Thiong’o a ainsi plusieurs fois insisté sur l’importance de développer un axe afro-asiatique capable de concurrencer la modernité euro-américaine. Parmi les initiatives y ayant contribué, le théâtre fut très certainement la plus célèbre. Quant à la Chine communiste, elle chercha dans les années 1980 à promouvoir ses liens avec le Tiers-Monde, elle eut pour cela notamment recours aux traductions. La Foreign Literature Publishing House fit par exemple traduire des textes de Léopold Sédar Senghor, de Wole Soyinka et de Mouloud Mammeri.

La présence de part et d’autre de l’océan Indien d’importantes diasporas très implantées localement explique encore aujourd’hui la vitalité des échanges et de la création. En Afrique de l’Est, beaucoup de figures de la vie culturelle sont ainsi issues des rangs de la communauté indienne comme, par exemple, Peter Nazareth, Rajat Neogy, Abraham Verghese, Bahadur Tejani ou encore M.G. Vassanji. D’autres, émergentes, doivent être analysées plus en détail tant elles sont amenées à prendre de l’importance dans la décennie à venir, tel est le cas par exemple des étudiants africains en Chine puisque le pays est devenu la seconde destination la plus prisée par ces derniers.

Mal connues, les circulations littéraires et intellectuelles entre l’Afrique et l’Asie ne sont donc pas récentes. Sans remonter aux connexions précoloniales et coloniales, ce colloque interdisciplinaire voudrait interroger leurs formes postcoloniales et les enjeux qui en découlent. Ces circulations ont en effet trop souvent été oubliées par la critique au profit des seuls liens que chacun de ces espaces avait tissés avec l’Occident. Sans remettre en cause l’importance de ces mouvements, nous voudrions adopter une autre perspective en privilégiant une approche comparative qui prendrait au mot Dipesh Chakrabarty quand il en appelait à provincialiser l’Europe. Nous proposant de mettre en évidence les formes contemporaines prises par ces relations, nous invitons les personnes intéressées à présenter leurs recherches consacrées à ces phénomènes. Plusieurs axes pourront ainsi être abordés. Sans être exhaustifs en voici quelques-uns :

 

– les trajectoires individuelles d’auteur.e.s ou d’intellectuel.le.s impliqué.e.s dans ces dynamiques,

– le rôle des traducteur.rice.s et des traductions dans ces circulations, le rôle du multilinguisme dans la création,

– les questions relatives à la diplomatie culturelle et au soft power,

– les réseaux et les solidarités s’étant tissés au cours de l’histoire récente,

– le rôle joué par des espaces et des institutions annexes dans ces relations (campus américains, maisons d’éditions occidentales…),

– les hybridations et branchements que ces circulations génèrent,

– la question des échanges et des transferts, sous forme d’hybridation ou de reconfiguration, des motifs, traditions/corpus, genres littéraires,

– la Réunion, Maurice et Madagascar comme espaces d’hybridations entre l’Asie et l’Afrique,

– la question des mondialités littéraires/culturelles sans l’Europe,

–  …

 

Nous invitons les chercheur.se.s issu.e.s des études littéraires, mais aussi des autres disciplines des sciences humaines et sociales à nous faire parvenir leurs propositions de communications (300 mots maximum) pour le 1er octobre 2019 à circulationsafroasiatiques@gmail.com.

 

Bibliographie indicative :

 

Banham, Martin, Gibbs, James et Osofisan, Femi (eds.), African Theatre 15: China, India and the Eastern World, Woodbridge, James Currey, 2016.

 

Batchelor, Kathryn et Zhang, Xialoing (eds.), China-Africa Relations. Building Images through Cultural Co-operation, Media Representation, and Communication, Londres, Routledge, 2017.

 

Brisson, Thomas, Décentrer l’Occident. Les Intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018.

 

Chetty, Rajendra (ed.), South African Indian Writings in English, Durban, Madiba, 2002.

 

Courmont, Barthélémy, Chine, la grande séduction. Essai sur le soft power chinois, Paris, Choiseul, 2009.

 

Clavaron, Yves et Dieterle, Bernard (dir.), Métissages littéraires, actes du XXXIIe Congrès de la SFLGC, Saint-Étienne, 8-10 septembre 2004, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005.

 

Desai, Gaurav (ed.), « Asian African Literatures », in Research in African Literatures, vol. 42, n° 3, 2011.

 

Gilbert, Catherine, « Chinese literature in Africa: meaningful or simply ceremonial? », in The Conversation, 17 novembre 2016. [en ligne] URL :http://theconversation.com/chinese-literature-in-africa-meaningful-or-simply-ceremonial-63416

 

Halim, Hala, « Lotus, the Afro-Asian Nexus, and Global South Comparatism », in Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, n° 32, 2012, p. 563–583.

 

Hofmeyr, Isabel, « Universalising the Indian Ocean », in PMLA, vol. 125, n° 3, p. 721-729, 2010.

 

Hofmeyr, Isabel et Williams, Michelle (eds.), South Africa and India: Shaping the Global South, Johannesburg, Witwatersrand University Press, 2011.

 

Humes, Bruce, « Can Literary Imports Change Chinese Perceptions of Africa? », in Sixth Tone, 7 mai 2018. [en ligne] URL : https://www.sixthtone.com/news/1002159/can-literary-imports-change-chinese-perceptions-of-africa%3F

 

Issur, Kumari R. et Hookoomsing, Vinesh Y. (dir.), L’océan Indien dans les littératures francophones : pays réels, pays rêvés, pays révélés, Paris-Reduit, Karthala-Presses de l’Université de Maurice, coll. « Lettres du Sud », 2002.

 

Lee, Christopher, Making a World after Empire: The Bandung Moment and Its Political Afterlives, Athens, Ohio University Press, 2010.

 

Marimoutou, Jean-Claude Carpanin et Vergès, Françoise, Amarres. Créolisations india-océanes, Paris, L’Harmattan, 2005.

 

Mignolo, Walter, « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique », in Mouvements, n° 73, 2013, p. 181-190.

 

Paravy, Florence et Moura, Jean-Marc (dir.), Littératures africaines et comparatisme, Metz, Université Paul-Verlaine, Centre Écritures, coll. « Littératures des mondes contemporains », 2012.

 

Rabault-Feuerhahn, Pascale (dir.), Théories intercontinentales, voyages du comparatisme postcolonial, Paris, Demopolis, coll. « Quaero », 2014.

 

Raharimanana, Jean-Luc (dir.), Identités, langues et imaginaires dans l’océan Indien, Interculturel Francophonies, n° 4, Lecce, Alliance française, 2003.

 

Ravi, Slirata, Rethinking Global Mauritius. Critical Essays on Mauritian Literatures and Cultures, Trou d’eau douce (Maurice), L’Atelier d’écriture, coll. « Essais et critiques littéraires », 2013.

 

Singh, Jaspal et Chetty, Rajendra (eds.), Indian Writers: Transnationalisms and Diasporas, New York, Peter Lang, 2010.

 

Tsuchiya, Satoru, « African Literature in Japan », in Research in African Literatures, vol. 6, n° 2, 1975, p. 232-236.

 

Yoon, Duncan M., « The Global South and Cultural Struggles: On the Afro-Asian People’s Solidarity Organization. », in Journal of Contemporary Thought , n° 35, 2012, p. 40-46.

 

Yoon, Duncan M., Cold War Africa and China: The Afro-Asian Writers’ Bureau and the Rise of Postcolonial Literature,  Thèse de Phd, UCLA, 2014.

 

Yoon, Duncan M., « Our Forces Have Redoubled’: World Literature, Postcolonialism, and the Afro-Asian Writers’ Bureau », in Cambridge Journal of Postcolonial Literary Inquiry 2, n° 2, 2015, p. 233-252.

 

Yoon, Duncan M., « Bandung Nostalgia and the Global South », in Russell-West Pavlov (ed.), The Global South and Literature, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 23-33.

 

Comité scientifique :

 

Nathalie Carré, MCF, Inalco

Anne Castaing, Chargée de Recherche, CNRS

Yves Clavaron, PU, Université de Saint-Étienne

Muriel Détrie, MCF, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Claire Gallien, MCF, Université Paul Valéry, Montpellier

Claudine Le Blanc, MCF HDR, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Jean-Marc Moura, PU, Université Paris – Nanterre

Dominique Ranaivoson, MCF HDR, Université de Lorraine

Linda Rasoamanana, MCF, Centre Universitaire de Mayotte

Rémi Armand Tchokothe, Assistant Professor, Université de Bayreuth

 

Organisateur :

 

Pierre Boizette (Paris Nanterre) avec le soutien de l’École doctorale 138 et du centre de recherche LIPO (Littérature et Poétiques Comparées).

 

Calendrier prévisionnel :

 

Les propositions de communications (en anglais ou en français) d’une longueur maximum de 300 mots ainsi qu’une présentation de l’auteur (100 mots maximum) sont à envoyer au plus tard le 1er octobre 2019 à l’adresse circulationsafroasiatiques@gmail.com. Les réponses seront données à partir du 20 octobre et le colloque se tiendra les 6 et 7 décembre à l’Université Paris – Nanterre.

Appel à contribution – « Imaginaire et représentations socioculturelles dans les proverbes africains »

Appel à contribution : « Imaginaire et représentations socioculturelles dans les proverbes africains »

La plupart des travaux consacrés aux parémies de l’Afrique ont trait le plus souvent à la collecte, à la transcription et à la traduction-interprétation. L’objectif fondamental est d’appréhender l’Homme dans sa globalité et d’explorer les caractères distincts des ethnies afin de mieux connaître et comprendre les peuples à travers leurs savoirs et connaissances endogènes. Mwamba Cabakulu (1993, p.12) pense d’ailleurs que si en Europe, les proverbes sont considérés comme un « langage littéraire figé» dans une sorte d’immobilisme, en Afrique, en revanche, l’usage des proverbes dans le discours est l’_expression_ de la maturité et de la sagesse du sujet parlant.

Dans l’univers africain, l’art de la conversation jouit d’une grande considération. Comme dit Achebe « Chez les Ibo, l’art de la parole est un grand signe de réputation et, les proverbes sont l’huile de palme qui permet de manger les mots » (TFA, p.5). Du coup, la conversation devient un art que l’on peut assaisonner par des proverbes, véritables ingrédients de la littérature orale. C’est donc par l’usage du langage que l’on différencie l’insensé du sage. Le proverbe est l’apanage des personnes âgées, des esprits, des ancêtres et des divins. Dans ce sens, leur langage est un message codé que les initiés peuvent déchiffrer pour produire du sens.

Les proverbes constituent une source intarissable de l’oralité où chacun peut s’abreuver pour enrichir son langage. Aussi viennent-ils fréquemment et abondamment fertiliser la littérature écrite, les discours des religieux et des politiques. Ceci prouve sans doute l’actualité et l’intérêt de l’usage croissant des proverbes et c’est d’ailleurs ce qui motive l’orientation de notre préoccupation autour de la problématique de l’imaginaire et les représentations dans les proverbes.

Plusieurs chercheurs de diverses disciplines s’intéressent au binôme « imaginaire – représentations » dans leurs travaux. Ces notions sont examinées en fonction des disciplines. Selon Osiris (2016), les Grecs de l’Antiquité, et plus particulièrement les philosophes, lorsqu’ils voulaient évoquer l’imaginaire, ils se référaient à la doxa pour désigner l’ensemble des croyances, des opinions, des images, des visions et autres préjugés qui servent à un individu à se faire une représentation de la réalité. Dans cette logique, on distingue la doxa personnelle, collective et/ou universelle comme on parlerait d’imaginaire personnel, collectif et universel.

Par ailleurs, le concept de « représentation » est une image. « Cette représentation n’est pas le reflet dans l’esprit d’une réalité externe parfaitement achevée mais un remodelage, une véritable construction mentale de l’objet conçu comme non séparable de l’activité symbolique du sujet elle-même solidaire de son insertion dans le champ social » (Moscovi, 1972, pp.305-306). L’acte de représentation est un acte de pensée par lequel l’individu se rapporte à un objet. Etant des images possédant un ensemble de significations, les représentations sociales sont aussi des systèmes de référence permettant d’appréhender notre réalité sociale, notre environnement et de donner un sens à tout ce qui nous arrive. Elles nous permettent entre autre de classer les événements dans les catégories définies. Selon Julien M’Bambi « L’individu est partie prenante des dynamiques sociales, par le jeu des représentations, des identifications, de l’intériorisation et de l’actualisation des modèles culturelles et des fonctions qu’ils remplissent » (2003, p.110).

La littérature orale est un maillon de la tradition qui est mise en forme selon un code propre à chaque société et à chaque langue, en référence à un fond culturel. Elle conforte l’identité propre à une culture ou une communauté en même temps qu’elle pose des interrogations universelles à travers les connaissances très variées et étendues. Les proverbes que nous assimilons aux appellations « énoncés sentencieux », « parémies » ou « formes courtes » englobent (dictons, sentences, maximes, préceptes, slogans, adages, aphorismes, apophtegmes, phrases ou locutions proverbiales, etc.) Ils renferment la sagesse populaire, sous forme de phrases simples et faciles à mémoriser qui se transmettent de génération en génération par le truchement de la tradition orale.

Le présent projet d’ouvrage, dont l’intitulé est : Imaginaire et représentations socioculturelles dans les proverbes africains se propose d’interroger la manière dont la littérature, l’art et les sciences humaines à travers les proverbes véhiculent la vision du monde des Africains, leur mode de penser ainsi que les représentations sociales et culturelles qui s’imposent.

Le proverbe qui est à la fois le présent, le passé et le futur obéit à des circonstances d’énonciation diverses comme dit Jacques Chevrier : « Si le proverbe ne peut être étudié comme un fait linguistique isolé, c’est parce qu’il est par définition une parole « ouverte » c’est-à-dire une parole qui recouvre une multitude de situations auxquelles elle est susceptible de s’appliquer » (2005; p.346). Énoncé neutre et disponible, il ne prend son sens et son épaisseur qu’à l’intérieur d’un discours déterminé et selon l’intention de l’interlocuteur, et son enracinement dans une culture avec laquelle il entretient une relation très étroite. Les proverbes sont des ingrédients essentiels de la culture africaine. Ils sont comme des « arêtes vives de la pensée » que le locuteur inscrit dans son discours et ils peuvent jouer un rôle à la fois rhétorique, didactique et juridique. C’est fort de cette importance fondamentale du proverbe dans les discours en Afrique que Jean Louis Joubert (1992) écrit : « Le proverbe est le cheval de la parole ; quand la parole se perd, c’est à l’aide du proverbe qu’on la retrouve». Pris sous cet angle, le proverbe se présente comme un véritable véhicule de la conscience collective des peuples africains. Il est le porteur des représentations du monde, des images et des modèles mentaux plus ou moins complexes des individus qui participent à sa production. Comment les proverbes rendent compte de l’imaginaire collectif des peuples en Afrique? Quelles sont les représentations sociales et culturelles qui se dégagent des énoncés parémiologiques? Quelles en sont leurs particularités phraséologiques? Comment l’imaginaire de l’Afrique et les représentations sociales et culturelles peuvent-ils contribuer à l’émergence et au développement de l’Afrique? Tels sont les questionnements que cet ouvrage aspire scruter. Ainsi, les propositions d’articles peuvent s’inscrire dans les axes à explorer non exhaustifs suivants:

  • Proverbes et imaginaire collectif
  • Proverbes et systèmes de représentations sociales et culturelles
  •  Sémantique proverbiale et imaginaire sociale
  • Proverbes comme facteur d’émergence et de développement en Afrique
  • Proverbes, entre discours anciens et modernité

Les propositions d’articles, assorties d’un résumé de 300 mots et de cinq descripteurs maximum en français ou en anglais sont attendues aux adresses électroniques suivantes : lefaras@yahoo.com, samsiapaul@yahoo.fr jusqu’au 30 octobre 2019.

Les auteurs y indiqueront les noms et prénoms du ou des contributeurs, l’institution/laboratoire d’attache, le grade ou la qualité, l’axe d’étude choisi, l’adresse électronique et les mots-clés au-dessous du résumé. Les langues d’écriture des articles sont le français et l’anglais. Le volume des articles varie entre 10 et 15 pages.

Comité Scientifique

– Professeur Adama COULIBALY, Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

– Professeur Bi Irié Ernest TOUOUI, Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

– Professeur Bienvenu KOUDJO, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)

– Professeur Cécile Dolisane EBOSSE, Université de Yaoundé1 (Cameroun)

– Professeur Clément DILI PALAÏ Clément, Université de Maroua (Cameroun)

– Professeur Daouda COULIBALY, Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

– Professeur Emmanuel MATATEYOU, Université de Yaoundé1 (Cameroun)

– Professeur Eunice NGONGKUM, Université de Yaoundé1(Cameroun)

– Professeur Gabriel KUITCHE FONKOU, Université de Dschang (Cameroun)

– Professeur Gérard-Marie MESSINA, Université de Yaoundé 1 (Cameroun)

– Professeur Kasimi DJIMAN, Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

– Professeur Logbo BLEDE, Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

– Professeur Mamadou KANDJI, Université Chieck Anta Diop (Sénégal)

– Professeur Nol Alembong, Université de Buea (Cameroun)

– Professeur Obou LOUIS, Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

– Professeur Pascal Okri TOSSOU, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)

– Professeur Pierre MEDEHOUEGNON, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)

 

Comité de rédaction

-Dr Aboubacar Sidiki COULIBALY, Université de Bamako (Mali)

-Dr Adama SORO, Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

-Dr Bi Boli Dit Lama GOURE, I N.P H.B, Yamoussoukro (Côte d’Ivoire)

-Dr Evrard AMOI, Université Péléforo Gon Coulibaly (Côte d’Ivoire)

-Dr Idrissa Soyiba TRAORE (MC), Université de Bamako (Mali)

-Dr Lèfara SILUE (MC), Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

-Dr. Mea KOUA, Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

-Dr Moussa COULIBALY (MC), Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire

-Dr Paul SAMASIA, Chargé de cours, Université de Yaoundé1 (Cameroun)

-Dr Pierre Suzanne EYENGA ONANA (MC), Université de Yaoundé1 (Cameroun)

 

Coordonnateurs de l’ouvrage

Dr Lèfara SILUE, Maître de Conférences, Université Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire) et Dr Paul SAMASIA, Chargé de cours, Université de Yaoundé 1 (Cameroun)

Echéancier indicatif

  • Réception des articles sur format Word ou RTF: le 30 décembre 2019
  • Les réponses aux auteurs(es) : au plus tard le 15 janvier 2020…………….
  • Correction des articles et envoi définitif : le 15 mars 2020………………..
  • Publication de l’ouvrage : sauf impondérables, 30 septembre 2020

*

Bibliographie indicative

-Cauvi Jean: L’image, la langue et la pensée, Paris, L’Harmattan, 1980.

-Clément Dili Palaï, Oralité africaine. Enjeux contemporains d’une métamorphose, Yaoundé,

  Editions CLE, 2015.

-Dominique Zahan, La dialectique du verbe chez les Bambara, Paris, Mouton, 1963.

-Leguy Cécile : Le proverbe chez les Bwa du Mali, Paris, Karthala, 2001.

-Mwamba Cabakulu, Dictionnaire des proverbes africains, Paris, L’Harmattan, 1993.

-Nazaire Diatta: Proverbes Joola de Casamance, Paris, Karthala, 1998.

-Tououi Bi Irié E., Proverbes gouro saillier, humour et sagesse en Côte d’Ivoire, Paris, L’Harmattan, 2014.

 

Responsable :

Dr SILUE Lèfara

url de référence

http://www.afjolih.com

adresse

Université Félix Houphouët-Boigny-Abidjan

Parution – « Denis Saint-Amand, Le style potache »

Le style potache

Denis Saint-Amand

La Baconnière

Date de parution 11/09/1999

Nouvelle collection Langages

Nombre de pages 192

ISBN978-2-889600-13-7

Originellement lié au domaine scolaire, le terme potache désigne d’abord un élève d’âge moyen, collégien ou lycéen, avant de renvoyer à des figures perturbatrices comme le Calvin de Bill Waterson, le jeune Antoine Doinel ou Bart Simpson. Par extension, le terme déborde cet univers pour définir les logiques de ces individus et leurs pratiques, à l’image du canular téléphonique, de la contrepèterie et des farces et attrapes.

Plus encore, la potacherie peut s’envisager comme une manière d’être, d’agir, de penser ― autrement dit, un style. Porté par l’intérêt au désintérêt, celui qui l’incarne goûte peu le caractère officiel et prescriptif des institutions, traque les formes de violence symbolique et tourne en dérision les dominants.

Des fabliaux médiévaux aux mèmes de l’Internet 2.0, de Rabelais à South Park, en passant par les Hydropathes, Rimbaud, les druffis berlinois, Le Gorafi et Éric Chevillard, le présent essai interroge les figures, les modes de fonctionnement et les supports du style potache.  

On peut lire dans l’Atelier de théorie littéraire de Fabula un extrait de l’ouvrage…

*

Chercheur qualifié du FNRS à l’Université de Namur, Denis Saint-Amand codirige les revues COnTEXTES et Parade sauvage. Spécialiste de littérature française contemporaine et des poétiques de la parodie, il est notamment l’auteur de La Littérature à l’ombre. Sociologie du Zutisme (2012) et Le Dictionnaire détourné (2013).

*

Table des matières

CHAPITRE PREMIER  – Physiologie du potache

CHAPITRE II – Parcours historique en potacherie

CHAPITRE III – Traquer le blaireau

CHAPITRE IV – Le rire du groupe

CHAPITRE V – Mécanismes de la potacherie

CHAPITRE VI – Des pages aux murs : supports potaches

CHAPITRE VII – Le Bar 25, espace potache

CHAPITRE VIII – South Park, la potacherie animée

CHAPITRE IX – Potache 2.0

ÉPILOGUE

 

Voir le livre sur le site de l’éditeur…

Url de référence :
http://www.editions-baconniere.ch/livres/le-style-potache

Parution – « Le Nationalisme en littérature : des idées au style (1870-1920) »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, chez Peter Lang, de Le Nationalisme en littérature : des idées au style (1870-1920), actes du premier colloque du projet « Du style des idées : nationalisme et littérature », qui s’est tenu l’an dernier à l’Université du Luxembourg.
Vous trouverez en PJ un feuillet de présentation du volume.
Pour plus de renseignements, voici le site de l’éditeur :  https://www.peterlang.com/view/title/69609
 

Colloque international – « La littérature de voyage aujourd’hui »

La littérature de voyage aujourd’hui.

Héritages et reconfigurations

 

Colloque international

 

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

 

18-19 octobre 2019

 

Coordination :

Philippe Antoine (EA CELIS, Université Clermont Auvergne) et

Sarga Moussa (CNRS / UMR THALIM)

avec la collaboration de

Chloé Chaudet (EA CELIS et UMR THALIM)

et de Gilles Louÿs (Université Paris Nanterre, EA CSLF)

 

 

Programme 

 

Vendredi 18 octobre (Salle Claude Simon)

 

9h Introduction, par Sarga Moussa

 

9h30 1ère conférence inaugurale 

Charles Forsdick (Université de Liverpool) : « De la littérature voyageuse à la littérature migrante »

 

10h30 Pause

 

Perspectives théoriques (prés. de séance : Sarga Moussa, CNRS / THALIM) :

 

11h Guillaume Thouroude (Université d’Oman) : « Le récit de voyage dans la théorie des genres littéraires »

 

11h40 Jean-Xavier Ridon (Université de Nottingham) : « Stratégies discursives du voyageur contemporain »

 

12h20 Raphaël Piguet (Université de Princeton) : « Du monde au texte, et retour : de l’usage critique de la littérature de voyage »

 

13h Pause déjeuner

 

Les ailleurs du Voyage (prés. de séance : Xavier Garnier, Sorbonne Nouvelle / THALIM)

 

14h Catherine Mazauric (Université d’Aix-Marseille) : « Routes de la migration irrégulière : épreuves, stations, récits (1987-2017) »

 

14h40 Claudine Le Blanc (Université Sorbonne Nouvelle) : « Théâtres en voyage »

 

15h20 Pause

 

Nouvelles formes du Voyage (prés. de séance : Philippe Antoine, Clermont Auvergne / CELIS)

 

15h40 Muriel Détrie (Université Sorbonne Nouvelle) : « Le voyage-haïku, ou comment résoudre la tension entre récit de voyage et poésie »

 

16h20 Guillaume Soulez (Université Sorbonne Nouvelle) : « Chris Marker devant le voyage. L’album en puissance »

 

17h Danièle Méaux (Université Jean Monnet Saint-Étienne) : « Tourisme de la catastrophe »

 

 

Samedi 19 octobre (Salle du Conseil)

 

9h 2e conférence inaugurale

Jean-Didier Urbain (Université Paris-Descartes) : « Ce que raconter veut dire. Récits de voyage et vérités du voyage »

 

Crise du Voyage ? (prés. de séance : Chloé Chaudet, Clermont Auvergne / CELIS, associée THALIM)

 

10h Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne Nouvelle) : « Voyages sans ailleurs pour routards mondialisés »

 

10h40 Pause

 

11h Véronique Porra (Université Johannes Gutenberg de Mayence) : « Le récit de voyage en palimpseste : contre-narrations et récits de substitution dans les littératures francophones »

 

11h40 Philippe Antoine (Université Clermont Auvergne) : « Des écrivains à bord du Transsibérien »

 

12h20 Pause déjeuner

 

Longue vie au Voyage (prés. de séance : Chloé Chaudet)

 

14h Gilles Louÿs (Université Paris-Nanterre) : « D’un corpus sans bords : la littérature de voyage au miroir de ses éditeurs »

 

14h40 Table ronde animée par Gilles Louÿs

Christian Garcin (écrivain)

Joseph Ngijol (resp. master tourisme culturel à la Sorbonne Nouvelle)

Reynald Mongne (éditions Ginkgo)

Philippe Pataud-Célérier (Le Monde diplomatique)

 

16h10 Pause

 

16h30 Conclusions, par Philippe Antoine

Parution – « Littérature et politique en Océanie »

Victoria University of Wellington, PO Box 600,Wellington 6041 New Zealand., 2019.

EAN13 : ISSN01107380.

 

SOMMAIRE

Editorial Note, Jean Anderson

Présentation, Andréas Pfersmann et Titaua Porcher

Theatrical Politics, Political Theatrics: the State of Play in the Antipodes, Peter Brown

Ka ‘Ai Kamaha‘o o ka ‘Aina – ( The Astonishing Food of the Land) : ‘O– iwi Women’s Poetry and Aloha ‘Aina Nationalism – ku’ualoha ho’omanawanui

Coming of Age in the Pacific: the Indigenous Francophone and Anglophone Bildungsroman as Counterdiscourse, Jean Anderson

Le Roman politique kanak. A propos de Tâdo, Tâdo, wéé ! de Déwé Gorodé, Mounira Chatti

“O vai ‘oe?”. La revue Littérama’ohi, une histoire politique de la littérature polynésienne, Odile Gannier

Stevenson’s “The Bottle Imp”, or the Evils of Western Colonialism, Sylvie Largeaud Ortega

Souffrances et revendications politiques des écrivains polynésiens, Sémir Al Wardi

“L’autre Histoire” dans la fiction océanienne, Titaua Porcher

L’Esthétique de la morsure ou l’anticapitalisme dans Quand le cannibale ricane de Paul Tavo, Andréas Pfersmann

La Parole des écrivains. “Le lien qui nous porte”: entretien avec Déwé Gorodé, Stéphanie Vigier

House of Wood… “Roimata” (extract from Potiki), Patricia Grace

Extraits inédits de “Pape ora”, Moetai Brotherson

1angry native, Frances C. Koya Vaka’uta

I will stay here, Peter Sipeli

Incantation, Albert Wendt

Il pleure sur le rêve, Chantal Spitz

Reviews                     

French Reimaginings of the Ancient Legend of Arion and the Dolphin. (Re)creations in Art, Words, Music. Thoron Hollard, Glynnis M. Cropp

Chasing a Dream. The Exploration of the Imaginary Pacific. John Dunmore, Myreille Pawliez

Les Œuvres complètes de Voltaire. James Hanrahan et al. (eds), Joe Zizek

Bernardin de Saint-Pierre, Voyage en Normandie. Malcolm Cook, Olivier Delers

Georges de Peyrebrune: Correspondance. De la Société des gens de lettres au jury du prix Vie heureuse. Nelly Sanchez (ed.), Elisabeth-Christine Muelsch

Patrick Modiano. Akane Kawakami, Dominic Glynn

*

COMMANDES

Les commandes éventuelles sont à adresser à la directrice de la revue, Prof. Jean Anderson :

jean.anderson@vuw.ac.nz. Voir  http://www.victoria.ac.nz/slc/research/nzjfs.aspx

Responsable : Andréas Pfersmann et Titaua Porcher (dirs.)

Url de référence : 
http://www.victoria.ac.nz/slc/research/nzjfs.aspx

Parution – « Anne-Marie Thiesse, La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique »

Anne-Marie Thiesse, 

La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique

Gallimard

448 p.

26,00 €

ISBN : 9782072789960

 

PRÉSENTATION

Qu’est-ce qu’un écrivain national? Créateur individuel et représentant reconnu d’une identité collective, il est l’incarnation d’une image de la nation par son œuvre et par sa personne entre littérature et politique. Anne-Marie Thiesse est partie à la recherche de cette figure éminente, évidente, et de définition pourtant incertaine. Entre Sartre, Malraux et Camus, quel est l’écrivain national? 

«Nation littéraire» entre toutes, la France est sans doute celle qui a développé le rapport le plus étroit entre le littéraire et le national. Mais dans tous les pays, depuis les mouvements révolutionnaires européens du XIXe siècle jusqu’aux mouvements d’émancipation anticolonialistes, la littérature s’est vu reconnaître un rôle de premier plan dans les affrontements idéologiques. Mobilisés dans les guerres et les luttes de résistance comme éveilleurs et formateurs de la conscience nationale, les écrivains sont en période de paix l’objet d’un culte qu’entretiennent les musées, les ventes de manuscrits, les monuments funéraires et autres institutions culturelles. La reconnaissance internationale par le prix Nobel notamment est une forme de consécration de l’écrivain national. 

Aujourd’hui, la mondialisation et les pratiques nouvelles de la numérisation vont-elles abolir cette figure familière de la tradition nationale ou plutôt la métamorphoser ?