Nouvelles parutions en littératures de masse

Ken Gelder, Popular Fiction. The Logics and Practices of a Literary Field, London & New York, Routledge, 2005, 192 pages.

 

 

A travers les oeuvres d’auteurs aussi divers que Walter Scott, Marie Corelli, Ian Fleming, J.K. Rowling, Stephen King, John Grisham, Michael Crichton, Anne Rice, Jackie Collins, J.R.R. Tolkien, Ken Gelder (Reading the Vampire)  présente la littérature populaire comme un champ littéraire et culturel spécifique en lien direct avec la logique et les pratiques de l’industrie du divertissement.

 

 

Collovald (A.), Neveu (E.), Lire le noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Paris, Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, Coll. “Etudes et recherche”, 2004.

Un livre sur cinq vendu en France est un policier. De Simenon à Cornwell, de Daeninckx, Jonquet ou Vargas à Mankell, Pears ou Camillieri, rares sont les lecteurs qui n’ont jamais fréquenté ces récits. À partir d’une quarantaine d’entretiens approfondis avec des lecteurs assidus, Annie Collovald et Erik Neveu tentent de comprendre les raisons d’un tel engouement. Quelle est aujourd’hui l’offre de récits policiers ? Comment se familiarise t-on à ce genre littéraire ? Quelles justifications, quels plaisirs les lecteurs invoquent-ils ? Quelle évasion peut bien offrir une littérature qui évoque le sang, la menace, souvent les frontières noires du monde social ? Et comment rendre compte des troublantes coïncidences entre les ruptures biographiques (mobilité sociale, drames personnels) vécues par bien des lecteurs et leur prédilection pour le polar ? Ni état des lieux du policier, ni carte d’Etat-major de ses publics, ce livre questionne une expérience singulière de lecture. Il met à jour, derrière l’apparente banalité de livres de détente, la diversité des investissements qui s’y réalisent, la manière dont le lire s’entrecroise à l’être, au vivre et au mal-vivre. Les histoires de crime, d’enquête ou de poursuites apparaissent alors comme des outils de gestion de son identité, des récits qui donnent sens et harmonie à un monde réel vacillant. En rendant visible cette capacité des genres policiers à cumuler les attraits des littératures de distraction, de savoir et de salut, cette recherche, qui accompagne au plus près la biographie et les pratiques des lecteurs, aide aussi à comprendre les raisons d’un succès et les cohérences d’un public pourtant bigarré.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.