Colloque – « Espaces contestés : conflit, contre-récit et la culture d’en bas dans les littératures canadienne et québécoise »

Espaces contestés : conflit, contre-récit et la culture d’en bas dans les littératures canadienne et québécoise1er et 2 mai 2009, Université de Sherbrooke

L’état rend légitime ses idéologies à travers les stratégies et les pratiques matérielles qui ont le dessein de définir le discours social et qui peuvent participer à sa production. Si la normalisation et la codification des espaces publics produisent le « bon » citoyen, celui qui participe à part entière au marché de la consommation, ce discours produit également son antipode : le « mauvais » citoyen qui est perçu comme un transgresseur de la société : le sans-abri, le criminel, le chômeur, l’assisté social, le migrant, le prisonnier, l’indigène, « l’autre » racial et linguistique. De la même façon, nous pourrions dire que les pratiques architecturales forment l’espace social de sorte que les expériences vécues se basent souvent sur des divisions physiques qui séparent les citoyens « corrects » de ceux qui sont perçus comme étant « incorrects » ou impropres – et dans les lieux publics et dans les lieux privés – tels que les domestiques, les prostituées, les jeunes de la rue, les « squatters » et ceux qui habitent les ghettos ou les bidonvilles. En outre, la documentation et la commémoration de certains événements et personnages historiques et l’omission (in)volontaire d’autres reflètent concrètement un environnement qui correspond aux mythologies nationales tout en préservant les hiérarchies traditionnelles de classe, de genre sexuel et d’ethnicité. En effet, la production, la diffusion et l’archivage de documents officiels produisent non seulement un ensemble de textes lus collectivement comme le récit de la nation, mais légitiment aussi l’élite culturelle qui parle pour elle et qui la représente. Bien que ces stratégies discursives soient des formes de violence idéologique, politique et économique qui marginalisent certains récits et mouvements sociaux, ainsi que certaines communautés, les « subalternes » ont également les pouvoirs de représentation et produisent des contre-discours et des contre-récits qui mettent en question l’autorité et la légitimité de l’hégémonie sociale.

Cette conférence sera l’occasion pour des érudits, chercheurs, artistes et militants de discuter des sujets suivants :

– littérature et classe sociale : les récits des pauvres et des sans-abri

– les récits d’espaces carcéraux : la prison, l’internement et l’école résidentielle autochtone

– art et littérature autochtones comme « contre-récits » de la nation

– le site urbain et la résistance : manifestations, protestations, radicalisme politique, art et théâtre de la rue, graffitis

– les récits alternatifs du témoignage, de l’autobiographie et de la mémoire

– le corps « dérangeant » dans l’espace social

– les connaissances et résistances « radicales » des femmes « en service », des femmes dans la rue et des femmes dans le besoin

– les conflits politiques, linguistiques et culturels et l’identité collective au Canada et au Québec

– la culture d’en bas comme concept pour décrire l’exploitation, la marginalisation et l’exclusion ainsi que la prise de pouvoir.

 

L’objectif de cette conférence est d’examiner de quelles manières les individus, les communautés et les mouvements sociaux contestent, s’approprient et représentent leurs mémoires, leurs espaces et leurs identités comme des « contre-discours » de la nation – comme des expressions de la « culture d’en bas ».

Renseignements et programme : http://contested-spaces.ca/Accueil.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.