Parution – Anthony Glinoer, “La littérature frénétique”

Anthony Glinoer

La Littérature frénétique

Paris : Presses universitaires de France, coll. “Les littéraires”, 2009.

288 p.

ISBN : 978-2-13-057749-2

Prix : 22 €

Quatrième de couverture :

La France a-t-elle ses Anne Radcliffe, ses H. P. Lovecraft, ses Stephen King ? Les histoires de monstres et les scènes d’horreur ne manquent pas dans la littérature française. Chaque époque a même son genre noir, gothique, horrifiant. Et pourtant la veine frénétique est restée souterraine, sans reconnaissance. Anthony Glinoer dresse ici le premier tableau historique de la littérature frénétique en France, depuis les Histoires tragiques de François de Rosset jusqu’aux romans gore contemporains, en passant par Sade, Victor Hugo et le Grand-Guignol. L’enjeu de cette reconstruction n’est pas seulement la redécouverte d’un pan méconnu de notre littérature. Il s’agit aussi d’expliquer pourquoi et comment le frénétique a été constamment dénigré. En mettant l’accent sur le premier XIXe siècle et sur l’attitude ambivalente du romantisme à l’égard du gothic novel et de ses descendants, ce livre explore les lieux où la valeur littéraire est décernée ou refusée. À travers la littérature frénétique, ce sont les mécanismes de la consécration littéraire qu’il fait apparaître.

Sommaire :

 

PREMIÈRE PARTIE. – HISTOIRE D’UNE ILLÉGITIMATION
Chapitre premier. Préhistoire
À la recherche d’une origine
Des « canards » aux histoires tragiques
Disséminations du macabre au XVIIIe siècle

Chapitre II. Le gothic novel et ses correspondants
Un gothic novel à la française
Sade : la référence interdite
Le mélodrame : la communauté des refoulés

Chapitre III. Une école frénétique ?
Charles Nodier, homme-orchestre du roman frénétique
Le déshonneur d’une définition
Les contes horrifiants, de Nodier à Nodier
Un modèle de paralittérature
Le roman frénétique romantisant

Chapitre IV. Hybridations
Walter Scott : l’histoire au risque du frénétique
Mânes de lord Byron
Mérites d’E.T.A. Hoffmann
Le réalisme noir
Le romantisme frénétique

Chapitre V. Du Comte de Monte-Cristo au Grand-Guignol
Le roman
Les genres brefs
Le théâtre du Grand-Guignol : hémoglobine et effroi

Chapitre VI. De Zigomar au Fleuve Noir
Les romans à bas prix et les petits livres
Le cinéma et les cinéromans d’avant-guerre
L’entrée dans l’histoire littéraire
Légitimation marginale : Jean Ray et l’école belge de l’étrange
Le frénétique contemporain

SECONDE PARTIE. – ESSOR ET ENJEUX DE LA LITTÉRATURE FRÉNÉTIQUE
Chapitre premier. Vers une littérature industrielle
Quelle lecture « populaire » ?
Reconfiguration du marché du livre
Un système de diffusion efficace : le cabinet de lecture
La domination du roman
Présences du roman frénétique
Le Solitaire, un succès phénoménal mais isolé
Y a-t-il eu une diffusion « populaire » du roman frénétique ?

Chapitre II. Les deux régimes de production
Les romans et leurs lectrices
Stratégies d’éditeurs
Des éditeurs pour cabinets de lecture

Chapitre III. Stratégies d’écrivains
Producteurs et productrices en série
La « génération » de 1820
Des débuts contrastés : Balzac et Hugo
Les Jeunes-France

Chapitre IV. Pour en finir par les commencements
Sur la couverture
Les épigraphes et dédicaces
Les préfaces

Conclusion – Bibliographie sélective

 

Anthony Glinoer est professeur adjoint à l’Université de Toronto. Il a notamment publié La querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains (Droz, 2008).

 

Url de référence :
http://www.puf.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.