Colloque sur l’Inde

Sarga Moussa (CNRS), Christian Petr et moi-même organisons un colloque sur la représentation de l’Inde dans la littérature française et les littératures européennes (XVIIIe-XXe siècles) à l’Ecole Normales Supérieure Lettres & Sciences Humaines de Lyon les 2, 3 et 4 juin prochains. Le colloque se tiendra dans la salle F 08. L’entrée est gratuite. Vous êtes tous cordialement invités. Je fais suivre la note d’intention et le programme du colloque.

Adresse :
Ecole Normale Supérieure Lettres & Sciences Humaines
15, Parvis René Descartes
69 366 Lyon Cedex 07

Guillaume Bridet
Tél : 01 42 33 39 12
E-mail : g.bridet@free.fr

NOTE D’INTENTION

Ce colloque, qui vise un public essentiellement constitué de chercheurs, d’enseignants chercheurs et d’étudiants, s’inscrit d’abord dans le cadre institutionnel d’un renforcement des liens entre l’Ecole Normale Supérieure Lettres & Sciences Humaines, la Société internationale d’étude des littératures coloniales (SIELEC), le Centre de recherches Littérature, idéologies, représentations (LIRE) et le Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’Humanisme aux Lumières (CERPHI). Il présente en outre l’intérêt d’être ouvert à plusieurs disciplines et favorise, à ce titre, l’interdisciplinarité, en même temps qu’il contribue à rassembler des enseignants chercheurs oeuvrant habituellement dans des domaines séparés : Littérature française, Littérature anglaise ou Linguistique.

Ce colloque s’inscrit enfin dans le cadre des célébrations du cinquantième anniversaire de la rétrocession des comptoirs français à l’Inde à la suite de la signature des accords du 11 octobre 1954 à Delhi. Il est de ce point de vue l’occasion de reconnaître l’importance ancienne mais aussi nouvelle de l’Inde sur la scène politique internationale et dans le monde économique d’aujourd’hui, en même temps que de souligner les liens puissants d’amitié et de culture qui unissent l’Inde, la France et l’Europe.

Si les ouvrages sur la présence de l’Inde dans la littérature française ne manquent pas en France, on peut cependant faire trois remarques : la première est qu’ils n’atteignent pas le nombre extrêmement important des études qui sont consacrées de l’autre côté de la Manche à la présence de l’Inde dans la littérature anglaise ; la seconde est qu’ils sont également largement moins nombreux que les études consacrées en France même à la présence d’autres espaces orientaux comme l’Indochine, l’Afrique du Nord ou même le Japon et la Chine ; la troisième et dernière est qu’ils sont rarement le fait de chercheurs en littérature. Si l’on excepte L’inde des romans de Christian Petr et Quand la France découvrit l’Inde : les écrivains-voyageurs français en Inde (1757-1818) de Florence D’Souza, parus tous deux en 1995, les publications marquantes des vingt dernières années sont le fait d’indianistes dont la formation est celle d’historien, de sociologue ou d’anthropologue. C’est aux Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales que paraissent ainsi en 1988, sous la direction de Catherine Weinberger-Thomas, L’Inde et l’imaginaire, et en 1993, sous la direction de Denys Lombard, Rêver l’Asie. Exotisme et littérature coloniale aux Indes, en Indochine et en Insulinde ; c’est encore un indianiste de la même institution, Jackie Assayag, qui publie en 1999 L’Inde fabuleuse. Le Charme discret de l’exotisme français (XVIIe-XXe siècles) ; et Martine van Woerkens, qui publie en 1995 Le Voyageur étranglé. L’Inde des Thugs, le colonialisme et l’imaginaire, est elle aussi indianiste, cette fois à l’Ecole pratique des hautes études. On pourrait trouver toutes sortes de raisons, essentiellement historiques, à ces trois constats qui ont partie liée les uns avec les autres. Les écrivains français se sont certes intéressés à l’Inde, mais la France n’a pas colonisé durablement le pays et l’imaginaire de ses écrivains comme l’intérêt de ses chercheurs, contrairement à ce qui s’est passé en Angleterre, se sont tournés préférentiellement vers des espaces orientaux, sur le continent africain ou en Extrême Orient, que la colonisation ou l’histoire politique plus récente avaient rendu plus familiers. Un travail important reste donc à accomplir si nous nous tournons principalement vers l’Inde dans le cadre privilégié des études littéraires. Et d’autant plus que ce pays reste un territoire imaginaire mal singularisé par rapport aux autres territoires orientaux et que se pose également la question de la différence éventuelle de sa représentation dans les imaginaires nationaux européens. Notre projet est ici de partir d’une suggestion de Denys Lombard qui, notant dans son introduction à Rêver l’Asie l’importance des « articles-catalogues » dressant une liste de romans et des « articles monographiques » consacré à un seul auteur, formulait cependant un regret et ouvrait une nouvelle perspective d’étude : « Les articles « thématiques » sont beaucoup plus rares qui cherchent à suivre, au travers des différentes littératures, et en mettant en évidence les synchronismes, les avatars d’un même topos. Le champ qui s’ouvre au comparatisme est immense » .

C’est avec la perte de l’Inde par la France marquée par le rappel de Dupleix en 1754 et le traité de Paris de 1763 que l’espace indien prend véritablement son essor dans l’imaginaire français. La rivalité franco-anglaise qui gagne en importance à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle pousse en effet les Français à porter un vif intérêt à l’Inde et à l’envisager au moins autant pour elle-même que par rapport aux rapports de force en Europe. L’usage de l’Inde, de part et d’autre de la Manche, se singularise d’emblée en fonction d’intérêts politiques et idéologiques différents – ce qui n’interdit pas non plus le partage des préjugés communs propres aux pays européens en passe de se lancer dans l’entreprise coloniale : l’Inde pays de vieille civilisation et de sagesse ou l’Inde pays en déclin et du coup arriéré.

Si l’on considère la littérature française des XIXe et XXe siècles, la représentation de l’ailleurs géographique, historique, social et culturel que constitue l’Inde obéit majoritairement à ces deux lieux communs apparus au siècle précédent et promis à un bel avenir. Selon le premier, qui reproduit peu ou prou l’idéologie colonialiste, l’Inde participe de cet Orient décadent auquel s’oppose une civilisation occidentale devenue maîtresse du monde ; selon le second, qu’on pourrait qualifier de vision idéaliste, l’Inde constitue au contraire l’incarnation la plus aboutie de la spiritualité orientale et s’oppose alors à un Occident bassement matérialiste. Comment la littérature française investit-elle chacun de ces deux imaginaires, dans quel contexte et pourquoi ? On peut penser au premier abord qu’ils correspondent à deux usages de l’Inde bien différents : d’un côté, justifier l’entreprise de colonisation par la nécessité d’apporter le progrès à un pays arriéré ; de l’autre et au contraire, opérer la critique d’un Occident dont les valeurs auraient été dévoyées. Si l’Inde semble disparaître dans des imaginaires qui concernent finalement davantage la France qu’elle-même, on essayera moins de rétablir aux dépens des auteurs ce qui pourrait être la réalité indienne – sans doute insaisissable du fait même de sa grande diversité – que de déchiffrer la fonctionnalité spécifique à la fois idéologique et fantasmatique, sociale et individuelle, des différentes représentations auxquelles ce pays donne lieu.

On aura recours, pour préciser cette polarisation de l’imaginaire indien, à une démarche essentiellement comparatiste – et dans trois directions : comparaison dans le temps, entre les représentations de l’Inde dans les différents pays européens, entre les représentations de l’Inde et celles des autres pays orientaux. Y a-t-il une spécificité française de l’imaginaire suscité par l’Inde par rapport à celui suscité par d’autres pays d’Orient ou par rapport à celui qu’ont développé à son endroit d’autres pays européens et, en particulier, l’Angleterre ? Plus précisément encore, en quoi la représentation de l’Inde diffère-t-elle, selon qu’on a affaire à un écrivain français ou à un écrivain anglais, de celle de tel ou tel parmi les autres pays orientaux ayant ou pas subi la colonisation ? Tout en étant sensible à la circulation des représentations de l’Inde d’un pays d’Europe à l’autre par lectures interposées et en considérant donc avec prudence l’hypothèse d’une nationalisation des imaginaires, on sera particulièrement sensible à la chronologie et à une évolution possible entre la période de colonisation et un après Deuxième Guerre mondiale qui voit se multiplier les accès à l’indépendance, mais aussi au fait que le pays soit rapidement tombé aux mains de l’Angleterre et n’ait donné lieu à une entreprise coloniale française – et a fortiori hollandaise ou italienne – que de manière résiduelle. Il est probable que ce retrait français libéra la littérature nationale des débats suscités par les contraintes de l’administration coloniale et de la répression politique et contribua à faire de l’Inde le lieu d’une dérive imaginaire plus puissante que celles qui se développèrent en Angleterre ou qui furent occasionnées en France par d’autres territoires. On s’efforcera donc de mettre en oeuvre des comparaisons, d’un côté, entre l’Inde dans les littératures française et anglaise (mais aussi italienne, portugaise, etc.), de l’autre, entre l’Inde et d’autres espaces orientaux. Cela devrait permettre de dégager l’usage spécifique de l’Inde dans les imaginaires européens de l’Orient et, plus largement, de l’exotisme. Ces comparaisons, qui pourront être mises en oeuvre dans une même oeuvre, dans l’oeuvre d’un même auteur, entre différents auteurs de nationalités différentes ou de même nationalité, dans une revue, etc. constitueront autant de contributions à l’ébauche d’une cartographie et d’une histoire d’un imaginaire européen des peuples et des espaces.

PROGRAMME DU COLLOQUE

JEUDI 2 JUIN

13h30-14h00 : Accueil des participants dans la salle F 08

14h00-14h15 : Ouverture du colloque par le directeur de l’Ecole

14h15-14h30 : Introduction par les organisateurs du colloque

L’Inde au miroir des Lumières

Président de séance : François Moureau (Paris IV)

14h30-14h55 : Catherine Volpilhac (ENS Lettres & Sciences humaines) : Ex oriente lux ? L’Inde des Lumières

14h55-15h20 : Anthony Strugnell (Hull) : Textes et prétextes : réception et réécriture françaises des textes anglais sur l’Inde au XVIIIe siècle

15h20-15h40 : Discussion

15h40-15h55 : Pause

15h55-16h20 : Esther Kovács (ENS Lettres & Sciences humaines) : Les brames, dépositaires du savoir ? Une question au coeur des Philosophes

16h20-16h45 : Madeleine Pinault Sorensen (Musée du Louvre): La connaissance de l?Inde à travers les arts et la science au XVIIIe siècle

16h45-17h10 : Florence D’Souza (Lilles III) : Les représentations de l?Ouest de l?Inde selon James Tod (1782-1835)

17h10-17h35 : Discussion

VENDREDI 3 JUIN

Colonialisme et post-colonialisme

9h00-9h25 : Emilienne Baneth-Nouailhetas (Rennes 2) : De la mutinerie à la Révolte : quelques parcours de Cipayes entre anglais et français

9h25-9h50 : Alain Quella-Villéger (Poitiers) : D’un usage politique de l’Inde : le cas de Lucien Saigne (1847-1909)

9h50-10h15 : Guillaume Bridet (ENS Lettres & Sciences humaines) : D’une colonisation avortée à une colonisation rêvée : l’utopie coloniale de la France en Inde

10h15-10h45 : Discussion

10h45-11h00 : Pause

11h00-11h25 : Chinmay Guha (Calcutta) : Le dialogue de Romain Rolland et de Sylvain Lévi avec l’Inde

11h25-11h50 : Sarga Moussa (CNRS) : L’Inde de Nicolas Bouvier. Une expérience totale

11h50-12h10 : Discussion

L’Inde comme espace spirituel

Président de séance : Jean-François Durand (Montpellier III)

14h00-14h25 : Edgard Pich (Lyon II) : Leconte de Lisle et l’énigme « Bhagavat »

14h25-14h50 : Gérard Chalaye (Rennes I) : La quête spirituelle de Pierre Loti dans L’Inde (sans les Anglais) et Jérusalem

14h50-15h15 : Jean-Louis Meunier (Montpellier III) : Maurice Maindron : « Choses vues dans l’Inde du Sud »

15h15-15h45 : Discussion

15h45-16h00 : Pause

16h00-16h25 : Marion Duvauchel (Rouen) : Art, culture et sagesse : l’Inde et la « topique des sagesses » dans la philosophie de l’histoire de l’art de Jacques Maritain

16h25-16h50 : Olivier Penot-Lacassagne (Paris III) : Artaud, Daumal et les théâtres de l’Orient

16h50-17h10 : Discussion

SAMEDI 4 JUIN

L’Inde vue d’ailleurs

9h00-9h25 : Christian Petr (Avignon) : Nous avons fait un beau voyage : l’Inde de Francis de Croisset

9h25-9h50 : Agota Tekla Bù (Avignon) : Hermann Hesse et l’Orient

9h50-10h15 : Matteo Meschiari (Avignon) : L’Inde dans la littérature italienne du XXe siècle

10h15-10h45 : Discussion

10h45-11h00 : Pause

11h00-11h25 : Jean Sévry (Montpellier III) : « L’usage de la communauté indienne en Afrique du Sud : entre politique et littérature »

11h25-11h50 : Cécile Van den Avenne (ENS Lettres & Sciences humaines) : L’élément indien de la « créolité » : une construction identitaire fantasmée

11h50-12h15 : Dhana Underwood (Liverpool) : La Représentation de la femme indienne, « figure de l’Inde », dans l’opéra d’Albert Roussel, Padmâvatî (1923) et dans le roman d’Ananda Devi, Le Voile de Draupadi (1993)

12h15-12h40 : Françoise Genevray (Lyon III) : Bombay dans la fiction contemporaine

12h40-13h20 : Discussion

L’Inde et les autres espaces orientaux

Président de séance : Chinmay Guha (Calcutta)

15h00-15h25 : Frédéric Regard (ENS Lettres & Sciences humaines) : Ethnologie et autobiographie : l’Inde et l’Arabie de Sir Richard Burton

15h25-15h50 : Claude Rétat (CNRS) : L’Inde nourricière de Jules Michelet

15h50-16h15 : Jean-François Durand (Montpellier III) : André Chevrillon : le choc de l’Inde

16h15-16h45 : Discussion

16h45-17h00 : Pause

17h00-17h25 : Yves Clavaron (Saint-Etienne) : « Les Indes » et leur colonisation autobiographique : Multatuli (Max Havelaar, 1860), E. M. Forster (A Passage to India, 1924) et M. Duras (Le Vice-consul, 1965)

17h25-17h50 : Myriam Sunnen (Paris III) : « L’Ancien Orient de notre âme » : l’Inde de Malraux

17h50-18h10 : Myriam Sunnen (Paris III) : « L’Ancien Orient de notre âme » : l’Inde de Malraux

18h10-18h20 : Discussion et conclusion du colloque


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.