Séminaire – « Balzac et l’homme social »

Balzac et l’homme social

Séminaire Balzac 2009-2010

 

Responsables : José-Luis Diaz, Claude Duchet, Roland Le Huenen

 

Université Paris-Diderot

Site   des Grands Moulins

Bibliothèque Jacques Seebacher,

Bât A, 2e étage

(entrée le samedi par le 5-7, rue Thomas Mann, 75013-Paris)

 

 

 

Samedi 7 novembre 2009, 14 h

Christèle Couleau (Paris 13), « Le pantographe, ou la société à géométrie variable »

 

Samedi 5 décembre 2009, 14 h

Nathalie Heinich (EHESS), « Balzac: fiction et/ou document? »

 

Samedi 23 janvier 2009, 14 h

Caroline Delville (Besançon), « L’homme social selon les Contes drolatiques »

 

Samedi 6 février 2009, 14 h

Jacques-David Ebguy (Nancy), « Sinuosités et circularités : traversée des “sociotopes” dans Le Père Goriot et L’Éducation sentimentale »

 

Samedi 20 mars 2009, 14 h

Judith Lyon-Caen (EHESS), « Le social comme production éditoriale  »

 

Samedi 10 avril 2009, 14 h

Elisheva Rosen (Tel Aviv), « Droit et sociologie de la vie quotidienne »

 

Samedi 15 mai 2010, 14 h

Jacques Dubois (Liège), La Cousine Bette et les sociologies de Balzac

 

12 juin, 2010, 14 h

Séance triple (voire journée à la Maison de Balzac, si autres propositions) sur le thème : « Quelques sociotopes balzaciens »

Brigitte Diaz (Caen), « Histoires de chambres chez Balzac »

Owen Heathcote (Bradford), « Le Bureau comme sociotope balzacien; du Colonel Chabert aux Employés »

Dominique Massonnaud (Grenoble III), Balzac et le Palais-royal : de l’ancien Louvre à l’espace public

Balzac et l’« homme social »

 

En mettant au cœur de notre recherche cette notion d’« homme social » (expression dont on trouve 9 occurrences dans La Comédie humaine et plusieurs autres dans les Œuvres diverses), il s’agira de faire porter l’accent, non tant sur les principes de la sociologie balzacienne, ni sur la vision d’ensemble qu’a Balzac de l’évolution de la société, thèmes qui ont assez souvent été pris pour objet d’étude, mais bien plutôt sur la sociologie balzacienne en acte, qui est pour l’essentiel une sociologie appliquée, une « psychologie sociale », et aussi une « sociologie de la vie quotidienne ».

Il s’agira de voir Balzac à l’œuvre, en train d’analyser les comportements sociaux de ses personnages quand ils se meuvent sur les diverses scènes de la « comédie humaine », mais qui sont marqués par le social jusque dans leur for intérieur. Au centre de notre recherche donc, non tant le Balzac post-bonaldien qui se prévaut d’avoir une vision d’ensemble de l’évolution de la société française, que celui qui, au ras du récit – mais aussi dans ses divers écrits « analytiques », et au premier chef dans sa Théorie de la démarche –, s’intéresse aux phénomènes de socialité qui affectent les acteurs du « drame social » ; le Balzac, aussi, qui de cette analyse des comportements sociaux de ses personnages, pratiquée par lui pour la première fois de manière systématique, va contribuer puissamment à faire une des caractéristiques du roman français du XIXe siècle.

Pour affronter une telle matière, divers angles d’attaque sont possibles.

 

1. Outils conceptuels. Quels sont les outils conceptuels – et d’abord lexicaux –, qui fondent une telle sociologie en acte ? En l’absence d’une théorie d’ensemble, à quels « bricolages conceptuels » Balzac a-t-il recours pour penser le marquage social des comportements ? (Voir Claude Javeau, Le Bricolage du social, un traité de sociologie, PUF, Paris, 2001).

Parmi ces outils, pas mal d’expressions récurrentes qui déclinent l’adjectif « social » : « drame social », « espèces sociales », « sphères sociales », « mobilier social », « crise sociale », etc.

A noter, une tendance à insister sur le caractère contraignant et statique de « l’État social », de l’« édifice social », de l’« ordre social », du « système social », et une tendance de sens inverse (pouvoirs de l’oxymore…) à insister sur la labilité de ces instances sociales, en parlant métaphoriquement d’« océan social », de « torrent social », de « déménagement social », de « mouvement social », « replâtrage social », etc. Voir la formulation de cette hésitation dans Le Curé de village : « […] la Loi doit-elle s’opposer au mouvement intérieur social pour maintenir la Société, ou doit-elle être faite d’après ce mouvement pour la conduire ? » En tout état de cause, c’est bien face à une société en état de révolution et/ou de crise que Balzac a le sentiment de se trouver, et c’est bien ce qui rend nécessaire et passionnante sa sociologie en acte.

Il conviendra dans cette partie de s’intéresser à la hiérarchie des différents niveaux de l’analyse sociologique balzacienne, en fonction des différents niveaux considérés de l’échelle sociale » : tantôt sociologie des « mondes », des « sphères », des « zones », des « classes » sociales, tantôt microsociologie : des « quartiers », des « rues », des « intérieurs ».

Il conviendra aussi d’avoir en vue les différentes sciences prospectives que Balzac convoque pour penser l’homme social : « anthropologie », « physiologie », « psychologie », « archéologie », mais aussi « science(s) sociale(s), etc.

 

2. Déclinaison des « sociotopes ». Quelles diverses sortes de comportements sociaux sont-ils les objets favoris de la sociologie en acte balzacienne ? Pour répondre à une telle préoccupation, une batterie de notions – soit déjà existantes et reçues par la communauté critique, soit redéfinies à nouveaux frais – peut s’avérer utile. Elles ont pour fonction de distinguer les différents niveaux et aspects du marquage social des comportements.

a. Sociotope : La notion (déjà utilisée par les sociologues allemands et les urbanistes hollandais ou suédois, en son sens local, et qu’il est aisé d’aligner sur les notions parallèles de biotope et de chronotope) pourrait être redéfinie en un triple sens :

Sociotope 1. Sens générique : on pourrait parler de sociotope en ce sens générique pour tout l’ensemble des phénomènes de marquage social qui vont être distingués ci-dessous. (Plus que d’une sociologie, il s’agit donc ici d’une sociotopie).

Sociotope 2. Sens local : au sens où un salon, une rue, une mansarde, un foyer de théâtre, un quartier de Paris, une ville d’eau, une pension de famille, une maison de jeu, un coucou, le cabinet particulier d’un restaurant, etc. peuvent être désignés par le récit balzacien comme des lieux puissamment investis par le social, et qui prédisposent leurs acteurs à des comportements normés et prévisibles.

Mais la notion, en ce sens local, peut s’entendre aussi de manière plus abstraite, pour désigner les « zones sociales » dont le roman balzacien pratique l’exploration, au prix – souvent – d’en proposer l’histoire. Voir par exemple La Duchesse de Langeais :

« À toutes les phases de l’histoire, le Paris de la haute classe et de la noblesse a eu son centre, comme le Paris vulgaire aura toujours le sien. Cette singularité périodique offre une ample matière aux réflexions de ceux qui veulent observer ou peindre les différentes zones sociales. »

 

Sociotope 3. Au sens de « scène sociale routinière », indexée par la « topique romanesque ». Ainsi, diverses scènes sociales fort codées sont aisément reconnaissables dans le roman balzacien, en particulier du fait de leur répétition (ou de leurs déclinaisons avec variantes) : l’orgie, le bal (masqué ou non), la soirée à l’opéra, la promenade sur le boulevard, aux Champs-Élysées, le voyage (à Paris : Les Comédiens sans le savoir), en Province (La Muse du département), en coucou (Un début dans la vie), etc.

 

La notion bakhtinienne de chronotope reste efficace quand les espaces sociaux désignés à l’analyse se trouvent être découpés en fonction de critères historiques. Et comme ils le sont bien souvent, on peut dire que les sociotopes balzaciens sont des chronotopes.

 

b. Sociotype : par souci d’homogénéité conceptuelle, on pourrait désigner sous ce terme les types balzaciens bien connus, qui bien évidemment sont des types sociaux. Types essentiels, on le sait, à la taxinomie sociologique de Balzac, mais que reconnaît aussi la littérature panoramique contemporaine (à laquelle Balzac apporte sa contribution, et qui avoue parfois le tenir pour son modèle) : la grisette, la femme de province, le banquier, le notaire, l’épicier, le gamin, le commis voyageur, etc.

c. Dans le même esprit, on pourrait désigner comme des chronotypes, des sociotypes définis en fonction d’une grille historique : le cousin Pons, « homme-Empire », ou encore la « fille d’opéra du XVIIIsiècle », que Balzac distingue de la « marcheuse » contemporaine) (Les Comédiens sans le savoir).

De même, l’épicier tel que le définit le Balzac « panoramiste » est un chronotype : « À mes yeux, l’épicier, dont l’omnipotence ne date que d’un siècle, est une des belles expressions de la société moderne », CHH, t. XXVII, p. 9

 

d. Sociolecte : déjà en usage sous la plume de Roland Barthes et dans certaine sociolinguistique, le terme est commode pour rendre compte de tous les comportements linguistiques marqués par le social, et donc par une certaine forme de stéréotypie. Et, là aussi, Balzac apparaît comme le premier à avoir eu, avec une belle acuité, une telle écoute des comportements linguistiques conversationnels marqués par la stéréotypie sociale (ce qu’il appelle des « parlottes »), ainsi qu’une telle sensibilité à la stéréotypisation de la langue écrite (en particulier dans la littérature romantique ou dans le journalisme). Il lui arrive de désigner de tels traits socio-stylistiques comme des « phraséologies », phraséologies dont font justice certains de ses pastiches désopilants.

 

e. Sociothèmes : on pourrait désigner ainsi tout stéréotype localisé de manière sociale, toute « brique » discursive préconstruite marquée par l’origine de classe ou de groupe de celui qui y a recours.

 

f. Sociodrames. Risquant de faire double emploi avec la notion de sociotope au sens 2, la notion n’en est pas moins peut-être utile face à une œuvre dont les catégorisations théâtrales et dramaturgiques sont elles aussi l’une des constantes bien connues. Elle pourrait être réservée à un double emploi :

Sociodrame 1. Pour mettre l’accent sur la théâtralité des comportements sociaux, sur la « grimace sociale » auquel est particulièrement sensible l’auteur de ce « drame social » aux cent actes divers qu’est La Comédie humaine, particulièrement sensible à la « mise en scène de la vie quotidienne », et à la « face » ou « façade » que s’y donnent les acteurs (Irving Goffman).

Sociodrame 2. Pour en référer à ces scènes à faire particulièrement dramatiques qui structurent le récit balzacien, une fois que le narrateur obtempère enfin à la requête qu’Émile fait à Raphaël de Valentin : « Arrive au drame ! » Exemples : la confession, l’adultère, le duel, le crime, le pacte, l’agonie, etc.

 

g. Enfin, on pourrait aussi parler de sociophones (« la voix bourgeoise, la voix d’un éligible » de Vital, chapelier, dans Les Comédiens sans le Savoir, voire même de socioromes (« l’odeur de pension »), etc.

 

3. Fonctionnement textuel des sociotopes.

A. Comment les sociotopes sont-ils mis en intrigue ?

La question pourrait porter sur la concaténation des sociotopes de diverse nature dont l’addition constitue l’armature du roman balzacien, – dont on sait, par exemple, qu’il commence souvent par l’exploration d’un sociotope local.

Notons que chaque roman balzacien met au cœur de l’action qui s’y joue une sorte de crise des sociotopes. Le « drame » balzacien, après la longue exposition, est souvent un moment de dysfonctionement, de révolution, de mise à mal des certitudes sociotopiques initiales et canoniques. En d’autres termes, le roman balzacien, se donne pour mission de connaissance l’exploration des différentes formes de « pathologie sociale », tant sous leurs aspects collectifs (« révolution », « crise », « maladie sociale » (La Rabouilleuse), etc.) que personnels. Mais il se fait aussi très souvent exploration des « distances » et « distinctions sociales » et récit de leur mise à mal par la société « révolutionnée ».

Dans le même esprit, plus qu’aux individus et aux espèces sociales conformes à la norme, Balzac s’intéresse à ce que lui-même désigne parfois comme des « exceptions sociales », des « amphibies » ou des « métis » sociaux.

 

B. Quelle lecture – et quels lecteurs – pour ces sociotopes, qui sont aussi des sémiotopes ?

Il s’agira ainsi d’analyser comment le roman balzacien procède pour décrypter le social ; comment il « arrange » certains situations cognitives et/ou herméneutiques, où certains personnages se doivent de percer à jour l’identité sociale de certain(s) autre (s) : Qui est Mme Firmiani ? Qui sont les logeuses du héros de La Bourse ? Quelle est l’identité des passagers d’abord anonymes du coucou ?

Il s’agira aussi de voir comment le narrateur balzacien, se comportant lui-même en socio-sémiologue, opère pour son propre compte un tel décryptage. Car il lui arrive souvent de se donner lui-même pour un « archéologue du mobilier social » (« Avant-propos » de La Comédie humaine), et de s’inscrire dans la communauté des « observateurs de la nature sociale et parisienne », qui « peuvent dire la profession d’un passant en le voyant venir » (Le Cousin Pons).

Mais plus encore qu’« observateur », que « physiologiste » ou qu’« archéologue », Balzac se comporte en fait en sémiologue des comportements sociaux. Voix, démarche, toilette, regard : tels sont les signifiants qui, de manière privilégiée, mettent aux aguets ses analyses de « l’homme hiéroglyphié » (Traité de la vie élégante). Analyses faciles, nous dit-il, malgré la dédifférenciation à l’œuvre dans la société révolutionnée : « Quoique maintenant nous soyons à peu près tous habillés de la même manière, il est facile à l’observateur de retrouver, dans une foule, au sein d’une assemblée, au théâtre, à la promenade, l’homme du Marais, du faubourg Saint-Germain, du Pays Latin, de la Chaussée d’Antin, le prolétaire, le propriétaire, le consommateur et le producteur, l’avocat et le militaire, l’homme qui parle et l’homme qui agit » (Traité de la vie élégante). De telles analyses forment l’ordinaire de ses décryptages, dont l’addition finit par former le « code herméneutique » balzacien (Barthes, S/Z).

 

 

4. Destin ultérieur des sociotopes balzaciens

Il s’agirait cette fois de s’intéresser à l’influence de la sociotopique balzacienne sur les romanciers réalistes ultérieurs ; de voir par exemple comment le Flaubert de L’Éducation sentimentale s’y prend pour décliner à plaisir certains sociotopes balzaciens : le duel, l’orgie, la promenade au Bois, etc. Comment aussi il amplifie et systématise l’analyse sociolectale à laquelle Balzac a eu recours le premier, en généralisent l’usage du discours rapporté, distancié de celui du narrateur et stigmatisé par des italiques.

 

Bibliographie

Javeau, Claude, Le Bricolage du social, un traité de sociologie, PUF, Paris, 2001.

Javeau, Claude, Sociologie de la vie quotidienne, PUF, « Que sais-je? », 2003.

Goffman, Erving, La Mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1992, 2 vols.

Tacussel, Patrick, Mythologie des formes sociales. Balzac et les saint-simoniens ou le destin de la modernité, Méridiens-Klincksieck, coll. « Sociétés », 1999, 308 pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.