Revue en ligne – “Appareil”

La revue “Appareil” est en ligne à l’adresse : http://revues.mshparisnord.org/appareil/index.php

Editorial

Les arts, les pratiques de production, les mœurs et les institutions ne tombent pas du ciel : ils ne sont pas le fruit d’une création ex nihilo, d’une Poïesis géniale, comme le croient les Romantiques. Mais ils ne sont pas non plus déterminés d’une façon absolue, ils n’obéissent pas passivement et fatalement à des dispositifs intangibles et ils ne constituent pas seulement des versions plus ou moins mises à jour de Formes atemporelles déployées dans l’histoire. Ils apparaissent, ce qui signifie qu’ils ont été appareillés pour advenir.

Cet appareillage est une préparation. C’est aussi une condition de possibilité, l’ouverture préalable de leur existence, de leur manifestation, de leur événement. Les phénomènes sont parés et préparés pour venir vers nous, sinon ils ne seraient pas les phénomènes qu’ils sont pour nous. Chaque époque appareille les phénomènes, les singularités, en les rendant dignes de paraître les unes en face des autres dans la sphère publique.

Un appareil est un agencement d’hétérogènes qui constitue à un moment donné la condition de l’apparaître du visible. Il est ce qui fait que la diversité du monde nous advient autrement que comme un flux continu, non maîtrisé, informe. Les appareils font époque en ce qu’ils inventent de nouvelles temporalités et provoquent la venue de nouvelles spatialités. Ils génèrent la poétique d’une époque en appareillant de telle ou telle manière les éléments divers qui la composent.

Un appareil constitue pour des pratiques et des savoir-faire par ailleurs différents une même technique d’apparaître, un principe cognitif d’identité. Comprendre les pratiques, les savoir-faire, les institutions d’une époque donnée, c’est pouvoir les rapporter à une telle intelligibilité cognitive d’ensemble.

Celle-ci n’est ni un principe statique, ni un programme contraignant, ni un destin. Un appareil est par définition, en tant que proposition temporelle et spatiale, soumis, de la part des arts, des pratiques, des institutions qu’il a rendu possibles, à des entreprises de déconstruction radicale.

C’est qu’il en va aussi, avec les appareils, des définitions données de l’être ensemble, de la sensibilité commune, de l’existence singulière, des modes de la mémoire.

Cet enjeu indissociablement esthétique, politique, anthropologique et éthique constitue l’objet de la revue Appareil, qui recueille les contributions qui, d’où qu’elles viennent (philosophie, théories des arts, histoire, sciences humaines, sciences politiques …), entendent explorer les voies d’une analyse des phénomènes éclairée par l’hypothèse de leur appareillage singulier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.