Parution – Dossier «Esthétiques de l’invective»

VIENT DE PARAÎTRE

Études littéraires, vol. 39, n°2 (Hiver 2008)

Dossier « Esthétiques de l’invective »

Sous la direction de Marie-Hélène Larochelle

Le titre du présent dossier a de quoi intriguer. Il fait résonner deux forces qui, dans leur nature, paraissent s’opposer, celle de l’harmonie et celle de la discorde. Effet de provocation ou effet de sens, postulat ou prise de position, cette association envisage la violence comme une dynamique fertile dont les rebondissements animent l’écriture et dont les affects – l’éthos et le pathos – passent aisément dans le discours littéraire.

La littérature, mue par l’invective, s’emballe jusqu’à atteindre une vitesse qui offre un nouveau point de vue sur la réalité. Ainsi emportée (comme on l’est par un transport et par une humeur), l’écriture véhicule des images dont les contours ne correspondent plus aux attentes de la représentation. La violence verbale est postulée comme une composante sociale essentielle qu’il importe d’interroger au même titre que les autres unités jugées plus justes (comme le folklore ou les cérémonies, par exemple). La transitivité de l’invective repose sur un fantasme de rapprochement, aussi cette violence est-elle pensée comme une forme de communication, qui participe à la définition et à l’affirmation d’un « moi social », oblique, transgressif et, de ce fait, fascinant.

Sommaire

Présentation, 7

Études

Catherine Rouayrenc

L’injure dans la représentation de la vie militaire : rythme d’un monde, rythme d’une écriture, 15

Marie-Hélène Larochelle

La chasse au monstre, 31

Sylvain David

Cioran et le “pamphlet sans objet“. Paradoxes d’une poétique de l’invective, 47

Simon Harel

Fatalité de la parole : invective et irritation dans l’œuvre de Thomas Bernhard, 59

Christine Sautermeister

“Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment” ou la dynamique de l’invective chez Louis -Ferdinand Céline, 83

Yan Hamel

Scènes de la vie (anti)américaine. Autour de La putain respectueuse de Jean-Paul Sartre, 99

David Vrydaghs

“Cela ne s’imposait pas. Cela, je l’impose” l’immixtion de l’invective dans les pratiques du groupe surréaliste français, 113

Analyses

Gabriel Laverdière

Écriture de l’expérience génocidaire dans Aurélia Steiner de Marguerite Duras : survoler l’« infigurable » par une défiguration filmique, 127

François Harvey

Coupures enchaînées. La dynamique générique dans Neige noire d’Hubert Aquin, 141


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.