Vient de paraitre — Joel Castonguay-Belanger

Castonguay-Bélanger, Joël, Les écarts de l’imagination. Pratiques et représentations de la science dans le roman au tournant des Lumières, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2008, 365 p. Ill. ISBN : 978-2-7606-2117-6. (34,95 $ / 31 euros)

En 1775, à Paris, paraît un roman intitulé Le Philosophe sans prétention. L’auteur de ce «roman chimique» est Louis-Guillaume de La Folie, membre de l’Académie de Rouen et interlocuteur de quelques-uns des principaux chimistes de son temps. Du roman au mémoire académique il n’y a qu’un pas : monsieur de La Folie invite ses lecteurs à consulter à la fois sa fiction et ses textes savants pour y trouver les démonstrations de ses théories.

Son attitude est exemplaire de celle de plusieurs romanciers et scientifiques de la fin de l’Ancien Régime. Pendant que certains se méfient des «écarts de l’imagination», d’autres, au contraire, croient que le roman a quelque chose de propre à dire sur les sciences et leur avancement. Ce sont les représentations proposées par les uns et par les autres que met en lumière Joël Castonguay-Bélanger.

Qui sont ces romanciers et ces scientifiques ? On croise dans Les écarts de l’imagination Buffon et Bernardin de Saint-Pierre, Lavoisier et le marquis de Sade, Condorcet et Rétif de La Bretonne, Lamarck et Casanova, sans oublier quelques savants fous et des charlatans comme Mesmer. Tous ces gens se sont passionnés pour le mouvement des marées, l’ascension des premiers ballons et les théories de la reproduction. Entre boudoirs et laboratoires, ils ont voulu comprendre l’attraction des corps, au sens newtonien comme au sens libertin. Les «pyrogues aérostatiques» les intéressaient autant que les voyages au centre de la terre. Pour eux, un «amusement» pouvait être «physique» et «géométrique».

Ils ont vécu à une époque, la fin du XVIIIe siècle, traversée de révolutions. Celles-ci ont été politiques, scientifiques, littéraires. Le moment était venu de les embrasser d’un seul regard.

Joël Castonguay-Bélanger est chercheur postdoctoral à Stanford University. Il a publié des articles dans Eighteenth-Century Fiction, Études françaises et PFSCL. Les écarts de l’imagination est son premier livre.

En 2008, la thèse dont est tiré ce livre a reçu le prix de la meilleure thèse de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université de Montréal dans le domaine des sciences humaines, arts et lettres, ainsi que le prix de la meilleure thèse en cotutelle France-Québec décerné par le ministère des Relations internationales du Québec et par le Consulat général de France à Québec.

Internet : http://www.pum.umontreal.ca/

Internet : http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.