Parution – “Sociologie des oeuvres”

Quatrième de couverture, Sociologie des oeuvres

de Jean-Pierre Esquenazi

Les oeuvres d’art ne sont reconnues comme telles qu’en fonction d’un processus complexe, incertain et marqué par la variation des statuts et des interprétations. Émancipées de leur contexte d’apparition, La Ronde de nuit ou Psychose, La Flûte enchantée ou Lucy in a sky with diamonds offrent chacune une succession de profils parfois peu « raccords » conciliables les uns avec les autres.

Inutile donc d’affronter les questions redoutables (« qu’est-ce qu’une oeuvre ? », « la nature de l’oeuvre est-elle fondamentalement sociale ou non ? ») si l’on ne se livre pas, au préalable, à une identification sociologique des différentes phases de la vie des oeuvres et à une réflexion d’ensemble sur ce parcours où l’identité « artistique » ne s’affirme qu’à travers une suite de transformations.

C’est à cette tâche aussi nécessaire qu’originale que se consacre le présent ouvrage. Il analyse le fonctionnement d’institutions productrices qui conçoivent les oeuvres, les exécutent selon des modèles appropriés et décident de leur présentation aux publics. Il examine le rôle crucial joué par ces derniers qui attribuent aux oeuvres sens et significations, se les approprient, communiquent à travers elles et parfois changent avec elles.

L’auteur mobilise la sociologie de l’art et de la culture, l’histoire de l’art, de la littérature, du cinéma, mais aussi les Cultural et Genders Studies. La présentation et la discussion des définitions esthétiques et des apports sociologiques récents servent de socle à la mise en avant d’une approche compréhensive inédite de la production et de la fabrication des oeuvres.

Jean-Pierre Esquenazi est Professeur des Universités (département d’information communication de l’université Lyon 3). Enseignant-chercheur en sociologie de l’art et en sociologie des médias, il encadre divers masters à Lyon, Grenoble et Genève.

Introduction générale

Première Partie: Qu’est-ce qu’une oeuvre ?

Chapitre I : Les définitions classiques de l’oeuvre de l’art

1. L’oeuvre comme un isolat formel : la socio-logique de Roland Barthes

2. L’oeuvre comme défi à la société : Adorno et les connaisseurs

3. L’oeuvre comme objet de valeur : Gombrich, les schémas et le canon

4. Première conclusion : l’oeuvre comme processus social

Chapitre II : L’oeuvre et la sociologie

1. L’économie symbolique des oeuvres

2. Valeurs de l’oeuvre

3. L’oeuvre en acte

4. Oeuvres et médiations

Chapitre III : L’oeuvre et ses différents états

1. Le symbolique comme processus

2. La production : institutions, directives, modèles, énonciations, paraphrases

3. L’interprétation : déclarations, communautés et processus d’interprétation, sens de l’oeuvre, l’oeuvre paraphrase de son public, l’oeuvre et son histoire

Seconde Partie : la sociologie des oeuvres

Introduction

Chapitre IV : Logique des institutions

1. Institutions du Gothique et de la Renaissance

2. Le savant et le carnaval : un cas d’institution populaire

3. Le champ littéraire moderne

4. Hétéronomie des institutions cinématographiques

Chapitre V : Descriptions de l’énonciation

1. L’énonciation à l’ère des institutions hétéronomes

2. Sociologies du chef d’oeuvre

3. Enonciation et incarnation

4. L’énonciation en mode industriel

Chapitre VI : L’oeuvre paraphrase de l’institution

1. Peintures du Quattrocento

2. La vision tragique et sa combinatoire

3. Paraphrases dix-neuvièmistes

4. Paraphrases industrielles

Chapitre VII : La Déclaration des oeuvres

1. Conditions sociales de la déclaration

2. L’invention des peintres

3. Les univers de la critique

4. Déclarations de la production industrielle

Chapitre VIII : Interprétations et significations des oeuvres

1. Interprétations institutionnelles

2. Constructions sociales des interprétations

3. Publics féminins modernes

4. Interprétations et idéologies

Chapitre IX : Appropriations

1. Interprétation et aveuglement

2. Vertigo, ses publics et ses interprétations

3. Brève histoire des Gender Studies

4. La querelle du roman feuilleton, ad vitam aeternam

Conclusion

Références


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.