Parution – “Les écrivains du Congo-Zaïre. Approches d’un champ littéraire africain”

Les écrivains du Congo-Zaïre

Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n° 2, Metz, décembre 2007 – N° ISBN : 978-2-917403-01-3

Auteurs : Charles DJUNGU-SIMBA K.

Centre de recherche : Ecritures

329pages – Tarif : 19 €  TTC

PRESENTATION

Voici une étude sur la littérature du Congo-Zaïre qui a pour ambition de dessiner la configuration du champ dans lequel oeuvrent ses agents, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui, ceux qui résident au pays tout comme ceux qui se sont établis à l’étranger, de décoder le réseau de relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres, d’évaluer les influences qu’ils subissent et/ou qu’ils bravent, et les implications de tout ceci sur les parcours et les pratiques scripturales d’un chacun.

Albert Gérard a eu raison d’affirmer que « dans le polysystème de la francophonie africaine et de sa littérature, le Zaïre occupe une place singulière, qu’il doit à l’action conjointe de la géographie et de l’histoire ». Il était temps d’illustrer cette vérité en étudiant l’organisation et le fonctionnement concrets de la littérature du Congo-Zaïre. Quand elles n’ont pas à souffrir a priori de l’image relativement négative que l’on se fait du pays, les visions globales qu’on a proposées de cette littérature, après Mukala Kadima-Nzuji, se sont trop souvent réduites à une succession de dates, à la mention de quelques écrivains considérés comme majeurs et au résumé de leurs oeuvres. Et toujours, comme pour se disculper d’avance, l’éternelle antienne : l’entrée tardive des Congolais dans la francophonie littéraire africaine.

La lecture institutionnelle qui sous-tend ce travail devrait pouvoir corriger cette perception fort parcellaire. Notre préoccupation principale a consisté à démontrer une continuité diachronique dans les pratiques des différents littérateurs qui ont, progressivement, développé des comportements relevant de la logique de champ. Cette continuité est aussi synchronique. On pourrait penser que la dispersion dans ce qu’il est convenu d’appeler la « diaspora congolaise » et à l’intérieur du pays lui-même, a diminué la lisibilité du champ littéraire congolais. Il n’en est rien. Les lieux d’énonciation se sont certes multipliés et diversifiés mais, entre autres indicateurs, la solidarité dans les énoncés, notamment par la voie de l’intertextualité, reste une réalité.

SOMMAIRE

Avertissement

Préface

Avant-propos.

Première partie
Aux sources du champ culturel congolais

Du terminus a quo
Pour une relecture de la littérature coloniale
À propos de la « littérature de tutelle »
La poésie
La fiction

Spécificités des lettres congolaises
Aux sources de l’enracinement culturel congolais
L’entre-deux-guerres et l’émergence d’une culture autochtone
Le cas de la Bibliothèque de l’Étoile (BDE) et la notion d’évolué

Un essai de scénographie des lettres congolaises
Du « chaînon manquant »

Deuxième partie
Morphologie du champ littéraire congolais : passeurs, réseaux, parcours insignes

Passeur, intercesseur, réseau
Une évolution bien particulière
Les acteurs du champ local
Mécènes et intercesseurs coloniaux
Acteurs post-coloniaux du champ local
Lovanium
L’UEZA
Buaba ya Kayembe
L’espace missionnaire
Le réseau Médiaspaul
Le cas Zamenga

Le Réseau « dièse » ou la littérature de la diaspora
Considérations historiques et culturelles
Écrivains en exil et champs littéraires d’accueil
L’Afrique
L’Europe
La France
La Belgique et le Luxembourg
Quelques parcours insignes
L’Amérique du Nord
À propos de la représentation littéraire de l’exil africain
Le récit d’exil congolais….

Troisième partie
Les écrivains du Congo-Zaïre

Champ littéraire et littératures émergentes
Les anthologies
L’anthologie de Masegabio
L’anthologie de Tshitungu
Des écrivains nationaux au profil plutôt régional
Une population qui se renouvelle peu ou prou ?
Parcours scolaire et professionnel

Deux questionnaires

Analyse des données
La dénomination
La profession
Littérature et vie associative
Comment naissent les vocations littéraires
À propos des propriétés des écrivains du Congo-Zaïre
Populaire ou universitaire ?
La promotion et comment l’assurer ?
De l’appellation « roman/romancier congolais »
De la citoyenneté littéraire congolaise
Première oeuvre
Lieu de résidence
Lieu d’édition
Au four et au moulin
Les droits d’auteur en question
Censure ! Censure !
À quoi servent les critiques ?

Retours sur trois questions récurrentes
Le faux problème des langues
Identité régionale
La paralittérature congolaise : le syndrome Bofuky
Un exemple de marginalité : Basunga Banzaba
Autopsie d’un cas : Passou Ludula

Conclusion………………………………………………………………………………………………… 305

Orientation bibliographique……………………………………………………………………… 311

Index…………………………………………………………………………………………………………… 317


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.