Parution – “Politique du polar”

Véronique Rohrbach, Politique du polar. Jean-Bernard Pouy,
Lausanne, éd. Archipel, 2007, 143 p.
Préface de Jérôme Meizoz

143 pages

ISBN: 9-782940-355129

www.revuearchipel.com
info@revuearchipel.com

La littérature engagée remet en question la définition d’une littérature atemporelle et détachée des contingences historiques. Tel est aussi le cas de ce que l’on a appelé, en France, après la Seconde Guerre, le «roman noir» ou «polar», ce roman policier venu des Etats-Unis et qui se distingue du roman d’énigme par son écriture behavioriste, son réalisme et son regard critique sur la société. Dès les années soixante-dix, des auteurs et des autrices réunis sous l’étiquette de «néo-polar» (Manchette, Vautrin, Daeninckx, Pouy ou Fajardie), pratiquent cette littérature policière qui a la tradition d’être politiquement engagée. Or pour comprendre l’engagement de ces écrivain-e-s au passé militant et leur entrée en littérature, il faut se pencher sur la question du genre policier, plus spécifiquement «noir», et de sa position dans le champ littéraire. Car l’engagement politique dans les romans s’avère indissociable d’un engagement pour le roman noir, genre minorisé au sein du champ, à l’instar d’une fiction policière que l’on persiste à qualifier péjorativement de «paralittérature». En effet, le genre partage en quelque sorte le même sort que les exclus de la société dont a coutume de parler le polar : littérature en marge, le roman noir écrit sur les marges.

Mêlant engagement à l’extrême gauche et rejet de la «littérature blanche», Jean-Bernard Pouy est une figure bien en vue du milieu du polar en France et se présente comme «un ardent défenseur du roman noir et du roman populaire». Le père de l’enquêteur libertaire le Poulpe illustre ce double engagement littéraire et politique en endossant une posture d’écrivain «populaire» illégitimé qui se manifeste dans une pratique d’écriture mais aussi dans une parole et une certaine présentation de soi au public. Cette posture ici analysée lui permet de transformer à son avantage le handicap d’une position dominée dans le champ littéraire.

SOMMAIRE

Introduction. De l’engagement en littérature à la mise en question du fait littéraire

1. Littérature « noire » contre littérature « blanche »

1.1. Le roman noir, un sous-genre du roman policier
Cartographie du sous-champ du roman policier

1.2. Le genre policier dans le champ littéraire et son rapport à la littérature légitime
La constitution d’une autonomie
L’impossible légitimité d’un genre « paralittéraire »
Une position intermédiaire dans le champ littéraire

1.3. Le néo-polar français : défense et illustration de la langue « noire »
« Les enfants de mai 68 et de la Série Noire » : crise du gauchisme et politisation du polar
L’engagement par et pour le roman noir

2. Jean-Bernard Pouy

2.1. Un engagement politique mis à distance, une indignation toujours présente
« Installé dans la marge »

2.2. Du champ politique au champ littéraire, la pratique d’une littérature « en-contre »
La posture de l’auteur de littérature « populaire »

2.3. L’ambivalence du roman noir, à la fois « populaire » et « littéraire »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.