Annonce parution B. Malela

Buata B. Malela, Aimé Césaire. « Le fil et la trame » : critique et figuration de la colonialité du pouvoir, Paris, Anibwe, 2009 ISBN : 978-2-916121-19-2

lien: http://www.anibwe.com/edition.php?action=7&id=389

Qu’est-ce que penser la démarche d’Aimé Césaire dans l’univers de la diaspora après les décolonisations ? Une telle période recoupe deux temporalités qui ont été propices à la maturation et à l’épanouissement intellectuel de la réflexion césairienne sur la colonialité du pouvoir. Dès lors, aborder celle-ci à partir de celle-la peut-il rendre plus intelligible le contexte actuel qui a vu depuis de nombreuses années réapparaître dans l’espace public la problématique relative à la colonialité à travers ce que l’on appelle la question « noire » ? Si la résurgence dans l’espace public d’une telle interrogation entraîne un bouleversement de l’univers des débats, celui-ci en formation depuis longtemps se retraduit-il dans la pensée et la pratique littéraire d’Aimé Césaire?

Ce livre se propose d’interroger le moment du positionnement littéraire, politique et philosophique d’Aimé Césaire dans le champ intellectuel de la diaspora entre 1950 et 1970. Pour ce faire, la méthode de Buata B. Malela est basée sur un paradigme qui appréhende la relation entre les agents à partir d’une analyse des expériences concrètes dans leur production culturelle. De là, l’auteur se demande si, chez Césaire, les rapports de proximité avec soi-même et l’altérité passent par une déconstruction de l’épistémologie héritée de l’aliénation incorporée en proposant une modalité d’approche de l’identité et de l’altérité à partir de l’usage de figures de proximité ? Quel est le statut de ces figurations alors conçues comme des représentations refondatrices grâce à la relecture postcoloniale de la colonialité qui, dans sa production, s’exprime sous la forme d’expériences concrètes comme la violence et la souffrance humaine ? Pourquoi peuvent-elles être considérées comme constitutives de l’ipséité des agents afro-descendants et comme la mesure des rapports au monde de Césaire au moment même où le champ des idées se (re)configure dans l’espace intellectuel ?

Buata B. MALELA est né à Kinshasa en 1979. Docteur en philosophie et lettres de l’université libre de Bruxelles, docteur en littérature générale et comparée de l’université Paul-Verlaine (Metz), il s’intéresse à la sociologie des littératures francophones d’Afrique, des Caraïbes et d’Europe ainsi qu’aux études postcoloniales. Parallèlement, il étudie les relations entre philosophie et littérature au sein de la diaspora euro-africaine et africaine-américaine, enfin les questions relatives aux rapports entre mondialisation et littératures.

De plus, B. B. Malela est l’auteur d’une monographie consacrée aux Écrivains afro-antillais à Paris (1920-1960). Stratégies et postures identitaires (Paris, Karthala, coll. Lettres du Sud, 2008).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.