APPEL A COMMUNICATIONS – “DISPOSITIFS D’ÉCRITURE DES SPECTACLES SPORTIFS. MÉDIAS, ARTS ET ESPACE”

APPEL A COMMUNICATIONS
DISPOSITIFS D’ÉCRITURE DES SPECTACLES SPORTIFS.
MÉDIAS, ARTS ET ESPACE
Colloque international
8, 9 et 10 décembre 2010
Université Paul Verlaine-Metz (France)

Depuis la Révolution industrielle, le succès grandissant des spectacles sportifs résulte en grande partie de son adéquation aux formes anciennes et contemporaines de communication (de la presse illustrée à l’internet) et d’expression artistiques (de la sculpture aux arts numériques). Pendant plus d’un siècle, la structure profonde de l’imagination historique a dessiné la relation entre le sport et ses multiples formes de représentation articulées autour de l’accomplissement d’une perception esthétique, d’une opération cognitive et d’un engagement idéologique.

Écrire le sport, son passé, son présent et son avenir, suscite donc un dialogue transversal entre les disciplines liées aux sciences humaines, aux lettres et aux arts. Les approches critiques ont conféré à ce phénomène hypervisible une dimension sociale totale en fondant ses études sur l’analyse de traces écrites, sonores, visuelles et matérielles. Certes, si l’histoire n’est pas assujettie à ses nombreuses représentations, il convient tout de même d’en considérer les empreintes équivoques qu’un esprit du temps exhibe (hégémonie médiatique), enfouit (archives ignorées ou délibérément effacées) et transcende par la création (fictions, œuvres plastiques, chorégraphies, installations urbaines, etc.). Celles-ci sont autant d’indices de preuves (dont l’effet est de clôturer le récit), que d’arguments (qui au contraire ouvrent et nourrissent le récit). À ces problématiques distinctes s’ajoute l’hybridation qu’offre la surmodernité constitutive du spot moderne (Augé). Ainsi n’est-il plus aujourd’hui dérisoire d’accorder dans un même temps, le statut d’œuvre à un article de presse (Antoine Blondin, Jean Hatzfeld, Christian Montaignac, Denis Lalanne, Serge Loupien, Olivier Merlin, Jacques Verdier, etc.), à un documentaire (Jean-Christophe Rosé, William Klein, etc.) ou à une réalisation télévisuelle d’événement sportif (Pierre Badel, Jean-Paul Jaud, etc.), et celui d’informer le réel à une fiction (Michel Leiris, Julien Gracq, Georges Perec Albert Camus, Jacques Derrida, Robert Musil, Alfred Jarry, Ernest Hemingway, etc.) ou à des artistes contemporains (Jean Tinguely, Edouard Levé, Valérie Belin, Franck Scruti, Daniel Buren, Melik Ohanian, etc.). De ce point de vue, les écritures de spectacles sportifs posent la question anthropologique de l’organisation graphique du jeu.

L’objectif de ce colloque est justement de questionner et de confronter la diversité de ces traces inscrites dans des dispositifs précis.

Pour plus d’informations, voir la PJ.

Contact : Jean-François Diana ( diana@univ-metz.fr )


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.