Appel à articles – “Sociologie de l’image, sociologie par l’image”

Appel à publication : Sociologie de l’image, sociologie par l’image

CinémAction, ouvrage collectif, dirigé par Réjane Vallée

Résumé

Ce CinémAction se propose de questionner la façon dont la sociologie aujourd’hui s’intéresse à l’image, de l’objet à analyser, à l’objet-analyse de la sociologie visuelle. Les textes exploreront en particulier les deux axes éponymes : la sociologie de l’image, la sociologie par l’image. Comment le sociologue analyse-t-il les images ? Quelle « sociologie des images », dans ce qui peut participer à la fois d’une sociologie des oeuvres, mais aussi d’une sociologie des industries culturelles ? Cette prise en compte de l’image constitue la base, pas toujours explicite, de l’autre axe de cet ouvrage, la sociologie par les images. Comment le sociologue utilise-t-il les images, de la photographie au film, en passant par les « nouvelles technologies » multimédia ? Du document brut au film-recherche, les variations autour de l’image « sociologique » recouvrent des pratiques profondément différentes. Loin d’en épuiser le sens, les contributions analyseront les méthodes et les approches de la « sociologie visuelle » contemporaine.

Problématique

Le récent développement des études en sociologie de l’art et des oeuvres (Pequignot, Esquenazi 2007) s’appuie, pour une part, sur le cinéma et la photographie (Garnier, Becker 1974b, Esquenazi 2004), plus rarement sur la télévision (Mehl, Pasquier, Chalvon-Demersay) et les nouveaux médias. Avec quelle(s) méthode(s) scientifique(s) le sociologue peut-il prendre en compte les images, dont il se méfie traditionnellement (Maresca), et qui sont plutôt le terrain de recherche privilégié des historiens, des plasticiens, des esthéticiens ? Les propositions porteront sur des analyses précises d’oeuvres, que ce soient un ou plusieurs films ou approches thématiques, des programmes télévisuels (publicités, clips, séries télé…), des photographies, des sites internet, des jeux vidéo, des peintures, des dessins… Des analyses portant sur les dispositifs (Boukala) seront aussi possibles, prolongeant, par exemple, les travaux de Morin sur la question. Quelques textes porteront aussi sur la question du public de ces images : de la théorie du film miroir plus ou moins déformant au « film proposition » (Sorlin, Malassinet, Ethis), où se place la sociologie aujourd’hui sur la question des rapports entre image(s) et société(s) ?

Dans leurs pratiques aussi bien que dans leurs analyses, les deux figures que sont Bourdieu en France, et Becker aux USA interrogeront les différentes facettes de la photographie : du dispositif à analyser (Bourdieu 1965) à une approche particulière du terrain (Schultheis), d’un « monde de l’art » (Becker 1988) à un « essai photographique » (Becker 1974a), ces deux auteurs fixent un cadre théorique et empirique qui permet de voir à quel point sociologie de et par l’image sont indissociables. Comment, pourquoi et pour qui un chercheur choisit-il de travailler avec, ou à travers l’image, alors que la reconnaissance institutionnelle reste parfois faible (Becker 2009) ? Des « OVNI » (Barrata) aux (co)réalisations de sociologues tels Ganne, Sebag et Durand, Haicault, Friedmann pour le film, ou Papinot et Garrigues pour la photographie, toutes ces réalisations soulèvent les enjeux, mais aussi, parfois, les limites de cette « sociologie visuelle ». Le texte de Pierre Naville et l’écho qu’il reçut dans les années 80 (Terrenoire, le réseau national Pratiques audiovisuelles en sciences sociales) démontrent que malgré de nombreuses tentatives, la recherche en images rencontre encore de grandes réticences, particulièrement en France. Alors que l’anthropologie et l’ethnologie visuelle sont aujourd’hui ancrées dans le paysage de la recherche, provoquant de nombreux textes sur le sujet (Piault, De France, Colleyn, Conord…), la sociologie visuelle se déploie de manière éparse, sans questionnement d’ensemble sur sa portée et ses méthodes. Comment les chercheurs peuvent-ils penser en images, par l’image (Friedmann, Durand, La Rocca, Sebag et Tengour) ? Le sens est-il construit par l’image, ou par le regard porté sur elle ? Tout est-il « affaire de contexte » ? S’il semble entendu que les méthodes de recherche en images sont très proches de celles des recherches « écrites » (Guillou et Haicault), la sociologie visuelle oblige, a contrario, à questionner les frontières, en perpétuel mouvement, de la sociologie — des sociologies — notamment avec d’autres disciplines, évoquant une certaine transdisciplinarité. Quel déplacement épistémologique pose ce travail avec  par  sur l’image (Laplantine) ? Les textes publiés aborderont des expériences concrètes de sociologie visuelle, des questionnements théoriques, mais pourront aussi analyser des documentaires, des séries photographiques, des travaux multimédia pour leur approche sociologique. Outre l’aspect scientifique de la recherche en image, la question du destinataire se pose : quel public, pour quelle sociologie ?

Calendrier :

Date limite de remise des propositions (1500 signes) : 15 janvier 2010 par mail : rejane.vallee@univ-evry.fr  mailto:rejane.vallee@univ-evry.fr

Date de retour des propositions retenues : 1er février 2010

Date limite de remise des textes (15 000 à 18 000 signes) : 30 juin 2010

Références citées :

BARATTA R. (2006), Du film à l’OVNI en passant par le travail, in FRIEDMANN D. (dir.) Filmer, chercher, Communications n°80, pp. 235-254.

BECKER H.S. (1974a), Blessing the fishing fleet in San Francisco, Society, Volume 11 n° 4, mai 1974 pp. 83-86.

BECKER H.S. (1974b), Photography and Sociology. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, pp. 3-26.

BECKER H.S. (1988), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

BECKER H.S. (2009), Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte, « Grands Repères Guide ».

BOUKALA M. (2009), Le dispositif cinématographique, un processus pour [re]penser l’anthropologie, Paris, Téraèdre, « L’anthropologue au coin de la rue ».

BOURDIEU P., BOLTANSKI L., CASTEL R., CHAMBOREDON J.C. (1965), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, « Le sens commun ».

CHALVON-DEMERSAY S. (2000), Pour une approche sociologique des oeuvres de fiction télévisée, in MIGOZZI J. (dir.), De l’écrit à l’écran : littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques, Limoges, PULIM, « Littérature en marge », p. 851-864.

CHALVON-DEMERSAY S. (2000), Une enquête sur la série télévisée Urgences, Esprit n°10, p. 21-38.

COLLEYN J.P., DE CLIPPEL C. (dir.) (1992), Demain, le cinéma ethnographique, CinémAction n°64, Corlet, Télérama.

CONORD S. (dir.) (2007), Arrêt sur images. Photographie et anthropologie, Ethnologie française, 2007 / 1.

DE FRANCE C. (1979), Pour une anthropologie visuelle, Paris, Mouton, La Haye-New York, « Cahiers de l’Homme » n°19, Nouvelle Série.

DE FRANCE C. (1982), Cinéma et anthropologie, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

DE FRANCE C. (1994), Du film ethnographique à l’anthropologie filmique, Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

DURAND J.P. (2004), Filmer le social ?, L’homme et la société, n° 142, 2004/1, pp. 27-44.

ESQUENAZI J.P. (2004), Godard et la société française des années 60, Paris, Armand Colin, « Cinéma ».

ESQUENAZI J.P. (2007), Sociologie des oeuvres. De la production à l’interprétation, Paris, Armand Colin.

ETHIS E. (2005), Sociologie du cinéma et de ses publics, Paris, Armand Colin, « 128 ».

FRIEDMANN D. (dir.) (2006), Filmer, chercher, Communications n°80.

GARNIER J.P. (2004), Les Choristes, un analyseur des nostalgies populaires, L’homme et la société n°154, pp. 69-91.

GARRIGUES E. (1999), L’écriture photographique, essai de sociologie visuelle, Paris, L’harmattan, « Champs visuel ».

GUILLOU A., HAICAULT M. (dir), Réseau national pratiques audiovisuelles en sciences sociales : Cahier n°1 Pratiques audiovisuelles en Sociologie (Avril 1987, LERSCO Nantes) ; Cahier n°2 La parole dans le film (Avril 1988 LEST Aix en Provence) ; Cahier n°3 La caméra sur le terrain (Avril 1989 Vaucresson).

LA ROCCA F. (2007), Introduction à la sociologie visuelle, in BOU HACHEM A. et LA ROCCA F. (dir.), L’image dans les sciences sociales, Sociétés n°95, 2007/1.

LAPLANTINE F. (2009), Son, images et langage. Anthropologie esthétique et subversion, Paris, Beauchesne.

MALASSINET A. (1979), Société et cinéma, Les années 60 en Grande Bretagne, Paris, Lettres modernes.

MARESCA S. (1996), La photographie. Un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales ».

MEHL D. (1996), La télévision de l’intimité, Paris, Seuil.

MEHL D. (1992), La fenêtre et le miroir. La télévision et ses programmes, Paris, Payot.

MORIN E. (1958), Le cinéma ou l’homme imaginaire, Paris, Les Editions de minuit.

NAVILLE P. (1966), Instrumentation audio-visuelle et recherche en sociologie, Revue de sociologie française, Volume 7, Numéro 2, pp. 158–168.

PAPINOT C. (2007), Le « malentendu productif ». Réflexion sur la photographie comme support d’entretien in CONORD S. (dir.) Arrêt sur images. Photographie et anthropologie, Ethnologie française, 2007 / 1, pp. 79-86.

PASQUIER D. (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

PEQUIGNOT B. (2008), Recherches sociologiques sur les images, Paris, L’harmattan, « Logiques sociales », Sociologie des arts.

PIAULT M. H. (2000), Anthropologie et cinéma : Passage à l’image, passage par l’image, Paris, Nathan, coll. Nathan Cinéma.

SCHULTHEIS F. (2003) Images d’Algérie, Une affinité élective, Textes et photographies de Pierre Bourdieu, Paris, Actes Sud  Sindbad  Camera Austria, « Archives ».

SEBAG J., TENGOUR H. (1998), De la métaphore au concept, Centre Pierre Naville.

SORLIN P. (1977), Sociologie du cinéma, Paris, Aubier.

TERRENOIRE J.P. (1985), Images et sciences sociales : l’objet et l’outil, Revue française de sociologie, XXVI-3, pp. 509-527.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.