Appel à contribution – “Postcolonial Studies: modes d’emploi”

Le Laboratoire jeunes chercheurs “Littératures et études postcoloniales -Les outils théoriques à l’épreuve des textes” organise les 3 et 4 juin 2010 deux journées d’étude sur les usages des Postcolonial Studies dans la recherche en sciences humaines, à l’Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines, à Lyon. Le colloque se déroulera en présence de Kathleen Gyssels et des professeurs membres du comité scientifique. Nous vous invitons à faire circuler largement l’appel suivant, en espérant qu’il suscitera votre intérêt.

 

Postcolonial Studies : modes d’emploi

Usages en littérature et en sciences humaines des questions et outils théoriques forgés par les études postcoloniales

Appel à contribution

Date Limite : 15 février 2010

Laboratoire Jeunes Chercheurs « Littératures et études postcoloniales. Les outils théoriques à l’épreuve des textes » (ENS – Lyon)

15 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon

jeudi 3 et vendredi 4 juin 2010

Postcolonial studies : modes d’emploi

Usages en littérature et en sciences humaines des questions et outils théoriques forgés par les études postcoloniales

L’exception française concernant les Postcolonial Studies est diagnostiquée depuis longtemps : en dépit d’un intérêt croissant, les études postcoloniales continuent de susciter un soupçon réflexe. Serait-ce en raison de ses implications politiques que ce courant pluridisciplinaire s’avère difficile à assimiler en France ? Les Postcolonial Studies se nourrissent de pensées critiques d’origines diverses (French Theory, Subaltern Studies de Delhi, traditions intellectuelles d’Afrique Noire, Cultural Studies nées de la diaspora antillaise à Birmingham, etc.) et des écrits anticoloniaux qui ont accompagné les luttes pour l’indépendance (Frantz Fanon, Chinua Achebe, Aimé Césaire, Albert Memmi, Ngugi wa Thiong’o, etc.). Le caractère composite de ce courant de pensée rend difficile l’établissement d’une méthodologie unifiée mais n’en offre pas moins d’inestimables ressources. Comment dépasser le premier constat sceptique de la profusion des références épistémologiques convoquées et apprendre à utiliser au mieux la boîte à outils des Postcolonial Studies ?

 

Articulées à cet axe de questionnement majeur, ces deux journées d’étude seront l’occasion de développer deux pistes de réflexion :

– une approche historique, épistémologique et sociologique sur l’institutionnalisation des études postcoloniales

– une approche littéraire, linguistique et stylistique

Historiens, sociologues, politologues et littéraires sont invités à se pencher sur les interrogations suivantes (non limitatives), en privilégiant les études de cas :

– relations qu’entretiennent les Postcolonial Studies avec d’autres champs disciplinaires (Cultural Studies, Gender Studies, Black Studies, Subaltern Studies…), en prêtant attention aux trajectoires de leurs représentants

– tensions et stimulations réciproques entre les études postcoloniales et les champs disciplinaires connexes (études francophones, histoire coloniale, anthropologie…)

– sources théoriques des études postcoloniales

– décalages entre contextes d’élaboration et contextes de réception des textes majeurs (les trajectoires des importateurs et des médiateurs, les délais et les déformations propres aux traductions, aux choix éditoriaux)

– mobilisation ou récusation, par des écrivains, de références postcoloniales

Dans un cadre plus spécifiquement littéraire, nous cherchons des communications qui mettent en exergue, à partir de l’étude d’un texte précis ou d’une analyse comparée surplombante :

– les applications de notions postcoloniales aux textes littéraires ou les adaptations nécessaires de ces concepts à partir des textes. Comment l’exercice d’une question comme « Can the Subaltern Speak ? », celui d’un concept comme l’« essentialisme stratégique », ou la prise en compte des rapports de force énonciatifs en contexte plurilingue, éclaire (ou non) des textes littéraires particuliers ?

– les apports et limites éventuelles des questions et des concepts théoriques propres aux études postcoloniales pour l’analyse littéraire (le concept d’hybridité d’H.K. Bhabha est-il toujours pertinent pour rendre compte de spécificités nationales ou régionales ?)

– existe-t-il un style « postcolonial » ? qu’est-ce qu’un écrivain postcolonial ?

– en quoi l’approche postcoloniale modifie t-elle l’analyse de texte traditionnelle ?

Les projets de contributions, comprenant un titre, un résumé de 2500 caractères maximum et une bibliographie indicative, sont à adresser à l’équipe du Laboratoire avant le 15 février 2010 à litt.post@gmail.com

Comité scientifique :

Pascale Barthélémy, ENS LSH Lyon

Charles Bonn, Université Lyon 2

Bruno Gelas, Université Lyon 2

Cécile Van den Avenne, ENS LSH Lyon

Invitée d’honneur :

Kathleen Gyssels, de l’université d’Anvers, donnera une conférence plénière et présidera les deux journées du colloque, en tant qu’invitée d’honneur.

Les membres organisateurs du Laboratoire jeunes chercheurs « Littératures et études postcoloniales. Les outils théoriques à l’épreuve des textes » : Florian Alix, Elara Bertho, Anne-Sophie Catalan, Claire Ducournau, Tina Harpin, Estelle Olivier, Myriam Suchet, Cyril Vettorato.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.