Appel de textes – “Le livre dans le livre: représentations, figurations, significations”

Appel de textes/Call for papers
Mémoires du livre/Studies in Book Culture

Quatrième numéro, printemps 2011
«Le livre dans le livre: représentations, figurations, significations»
Sous la direction de Caroline Paquette, Université de Sherbrooke et d’Anthony
Glinœr, Université de Toronto

La figure de l’écrivain dans la fiction a fait l’objet de plusieurs études
dans
les dernières décennies. Toutes posent à leur manière la question soulevée par
André Belleau dans Le romancier fictif, paru en 1980: «un personnage, du fait
qu’il est écrivain, jouit-il d’un statut particulier dans l’histoire?» Cette
interrogation amorce la réflexion que nous souhaitons élargir à tous les
métiers du livre. En effet, qu’en est-il des représentations de tous ces
médiateurs – critique, éditeur, traducteur, libraire, agent, illustrateur,
pour
n’en nommer que quelques-uns – qui contribuent à mettre au monde, à faire
passer et à légitimer le livre? Autrement dit, comment s’organise, dans
l’économie même de l’œuvre, la référence aux acteurs du «petit monde du
livre»,
tel que le nomment Lucien Febvre et Henri-Jean Martin dans L’apparition du
livre en 1958? Et que dire de l’objet-livre lui-même, dont les multiples
occurrences dans la fiction témoignent du rôle qu’il joue dans l’univers
social, réel ou fictif?

Ce numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vise à examiner comment
se déploient le livre et les métiers du livre dans les œuvres fictionnelles
(poésie, roman, théâtre, chanson), toutes époques et tous corpus confondus.
Les
articles pourront relever de l’histoire du livre et de l’édition, de la
sociologie du littéraire ou encore de la sociocritique, mais privilégieront un
questionnement méthodologique ouvert. Parmi les sujets qui pourront être
abordés: le statut des médiateurs fictifs diffère-t-il en fonction du degré de
légitimation de l’œuvre? Comment les figures de l’éditeur et du libraire
évoluent-elles au fil des transformations du champ littéraire et du
capitalisme
d’édition? En quoi les mises en fiction du livre témoignent-elles de
l’avènement des nouvelles technologies? La chanson reproduit-elle ce mythe de
l’écrivain-génie inspiré, comme c’est souvent le cas en littérature? Le livre
est-il investi de sens particuliers selon le médium utilisé? Quelles
différences peut-on observer entre fiction et autofiction à cet égard? Que
nous
apprennent les personnages du libraire et du bibliothécaire sur la société
intratextuelle? Dans la fiction, le critique littéraire est-il condamné à la
dévalorisation? Et qu’en est-il de ces métiers du livre aujourd’hui disparus –
enlumineur, copiste, etc. –, tels que représentés dans Le nom de la rose
d’Umberto Eco?

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes, devront parvenir avant
le 1er mai 2010 par courriel à Caroline Paquette
(Caroline.Paquette3@USherbrooke.ca), qui codirige ce numéro thématique avec
Anthony Glinoer (Université de Toronto). Après évaluation par le comité de
rédaction, une réponse sera donnée pour le 15 mai 2010. Les articles dont la
proposition aura été acceptée devront être rendus pour le 15 octobre 2010. Ils
seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version
définitive des textes sera à envoyer pour le 15 janvier 2011, la publication
du
dossier étant prévue pour le printemps 2011.

Number Four, Spring 2011
“Books in Books: Representations, Roles, Meanings”
Under the direction of Caroline Paquette, Université de Sherbrooke and Anthony
Glinœr, University of Toronto

The figure of the author in fiction has been the subject of several studies
over
the past decades. All of them pose, in their own way, the question raised by
André Belleau in Le romancier fictif (1980): “when a character is an author
does it enjoy a particular status?” The question invites an interrogation that
we wish to extend to all aspects of the book. Indeed, what sort of
representations are there of any or all of these mediators – critics,
publishers, translators, bookstore owners, literary agents, illustrators, to
name just a few – who contribute to delivering a book to the world, to
promoting and to legitimizing it? In other words, how to organize, within the
structure itself of the book, references to participants in what Lucien Febvre
et Henri-Jean Martin, in L’apparition du livre (1958), refer to as the “little
world of the book”? And what of the book-as-object itself, the many
occurrences
of which signal the role that it plays in the social, actual or fictive
universe?

This issue of Mémoires du livre/Studies in Book Culture sets out to study how
the book and its related professions are portrayed in works of fiction
(poetry,
novels, drama, lyrics), in a melding of eras and corpuses. Articles may be
based on the history of the book and book-publishing, the sociology of
literature or even social criticism, but will privilege a methodologically
liberal interrogation process. Topics could include: does the status of
fictional mediators change in relation to the degree of the book’s
legitimization? How do the characters of publishers and bookstore owners
change
in books as the literary field and publishing capitalism evolve? In what ways
does the representation of books in books signal the advent of new
technologies? Do lyrics reproduce this myth of the inspired writer-genius, as
is often the case in literature? Is the book invested with specific meanings
depending on the medium used? What differences can be observed between fiction
and auto-fiction in this regard? What do bookstore owners and librarians as
characters teach us about intra-textual society? In fiction, is the literary
critic condemned to deprecation? And what of those book professions that have
today disappeared – illuminators, transcribers, etc. – such as those
represented in Le nom de la rose by Umberto Eco?

Article proposals approximately twenty lines in length should be emailed
before
May 1, 2010 to Caroline Paquette (Caroline.Paquette3@USherbrooke.ca),
co-director of this special number together with Anthony Glinoer (University
de
Toronto). A response will be given by May 15, 2010 following evaluation of the
proposal by the editing committee. Proposed articles that have been accepted
must be submitted by October 15, 2010. They will then be reviewed by a reading
committee who will give their comments. The final version of the articles is
to be sent by January 15, 2011 for publication in spring 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.