Appel à contributions – “Le livre, « produit culturel » ? Stratégies éditoriales, de l’imprimé au texte électronique”

Appel à contributions pour l’ouvrage collectif intitulé

Le livre, « produit culturel » ?

Stratégies éditoriales, de l’imprimé au texte électronique

( à paraître chez L’Harmattan, collection Orizons, juin 2011)

sous la direction de Gilles Polizzi et Anne Réach-Ngô

(Université de Haute-Alsace, Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes)

Si le livre devient, avec le développement de l’imprimerie, « cette marchandise », comme le dit Henri-Jean Martin dans l’Apparition du livre, ce n’est pas seulement parce qu’il s’insère dans un réseau de production et de distribution qui s’est considérablement élargi avec la reproduction mécanique des textes, mais bien aussi parce que le discours éditorial présente le texte comme un « produit » dont les contenus textuels, iconographiques et matériels répondent aux lois de l’offre et de la demande. Les pratiques de publication et de transmission des oeuvres, que ce soit par l’insertion d’un paratexte éditorial, par des choix typographiques ou par des politiques de diffusion, adaptent l’oeuvre à l’horizon d’attente des lecteurs et déterminent en retour l’évolution des goûts du public.

Si les paratextes éditoriaux tendent à s’effacer de l’espace du livre moderne et se réduisent le plus souvent à une quatrième de couverture, à une jaquette ou à un prière d’insérer, le discours de l’éditeur et du libraire perdure à l’époque contemporaine dans les catalogues et sites d’éditeurs, dans les publicités pour le livre ainsi que dans la presse d’édition. Le cas de la publication électronique souligne encore ce trait : dans les livres électroniques, la mise en forme du texte est soumise à l’intervention du lecteur, qui peut modifier le type des caractères, la disposition du texte sur la page, et intervenir directement sur le texte en l’annotant, le balisant, voire se le réapproprier tout à fait. L’éditeur de textes publiés sur le Web procède également à ses interventions sur le texte, qu’il ait pour fonction de l’adapter à un public ciblé ou de réguler les interventions des internautes en y introduisant son propre point de vue. La mise en page du texte, ses paratextes et les procédés commerciaux qui entourent sa parution inscrivent donc au sein de l’oeuvre ou à ses côtés un discours second, qui émane d’une instance plurielle, composée des imprimeurs, correcteurs, maquettistes, traducteurs, libraires, éditeurs de livres et de textes électroniques, etc.

En s’intéressant aux manifestations matérielles et textuelles de l’instance éditoriale et des professionnels de la librairie qui font du livre un « produit culturel », cet ouvrage collectif voudrait questionner la relation que ces éléments entretiennent avec les textes qu’ils mettent en scène. On se demandera notamment dans quelle mesure l’oeuvre publiée, de l’apparition de l’imprimerie à l’ère électronique, est le produit d’activités (celle de l’éditeur et du libraire, de la fabrication à la mise en place) visant plus ou moins efficacement à le vendre, en développant son lectorat. Ce questionnement s’inscrira notamment au sein d’une réflexion épistémologique et herméneutique : quelle place accorder à ces « discours seconds » du livre-produit, étroitement liés à sa matérialité, dans son analyse et dans l’étude de sa réception ?

Ouvert aux chercheurs, historiens et historiens du livre, littéraires et linguistiques, spécialistes des sciences de l’information et de la communication, éditeurs, libraires et bibliothécaires s’intéressant aux stratégies éditoriales, cet ouvrage voudrait notamment accueillir des études portant sur des corpus larges et suivant une perspective diachronique. Les propositions d’articles (d’une demi-page environ), accompagnées d’un titre et d’un résumé, ainsi que des coordonnées postales et institutionnelles de leurs auteurs, sont à envoyer à Anne Réach-Ngô (anne.reach-ngo@uha.fr) avant le 15 juillet 2010. Les articles (d’environ 35 000 caractères) seront à rendre pour le 31 décembre 2010 au plus tard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.