Appel d’articles – “Le livre et l’imprimé engagé”

Appel de textes / Call for Papers

Cinquième numéro, automne 2011

« Le livre et l’imprimé engagé »

Sous la direction de René Audet, Université Laval et de Marie-Hélène Jeannotte, Université de Sherbrooke

Le numéro 5 de la revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture sera consacré au thème du livre et de l’imprimé engagés. Ce numéro thématique combine les problématiques de deux colloques qui se sont tenus à l’hiver et au printemps 2010 autour de la question de l’engagement dans le milieu du livre : « Le livre et l’imprimé engagés : agents, pratiques, stratégies, réseaux », à l’Université de Sherbrooke, et « Édition et sédition aujourd’hui : acteurs, techniques, enjeux », organisé dans le cadre du 78e congrès de l’ACFAS à l’Université de Montréal[1]. La convergence thématique et la richesse des réflexions proposées lors de ces deux journées démontrent l’intérêt porté par les chercheurs en histoire du livre et en sociologie de la littérature aux questions de l’engagement et du politique.

« Entre l’auteur et le lecteur »[2], entre la création et la lecture, quel chemin emprunte l’engagement? De la production matérielle à la réception, en passant par la diffusion et la promotion, la circulation des livres est influencée par le politique et l’idéologique de la société dans laquelle naissent et vivent les textes, mais aussi par les décisions et les prises de position politiques des individus impliqués dans la chaîne du livre. Alors que l’engagement littéraire est le plus souvent envisagé dans la perspective du texte et de l’auteur, l’objectif de ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture sera d’observer comment se traduisent les rapports du livre et de l’imprimé à l’engagement.

Que nous apprennent l’histoire du livre et la sociologie de la littérature par rapport à l’engagement dans le circuit du livre et dans le champ éditorial? Quelles formes revêtent l’engagement et le militantisme chez les agents du livre aux différents maillons de la chaîne du livre (traducteurs, éditeurs, imprimeurs, libraires, critiques, etc.)? Suffit-il pour un éditeur de publier des auteurs ou des textes engagés pour faire de l’« édition engagée »? S’il est vrai que l’éditeur doit savoir « concilier l’art et l’argent »[3], qu’advient-il quand le livre se fait l’instrument d’une cause? Comment concilier les dimensions esthétique, commerciale et sociale du livre[4]? Les répercussions de l’engagement dans le milieu du livre restent-elles uniquement confinées à l’intérieur du champ éditorial, ou rayonnent-elles également sur toute la pratique littéraire?

Des conjonctures particulières peuvent favoriser l’apparition d’instances de production ou de diffusion engagées, comme les contextes de crise politique (révolution, guerre, régime répressif) et des sociétés coloniales, postcoloniales, minoritaires ou dominées. L’engagement dans le milieu du livre peut prendre la forme d’une édition au service d’une identité (gaie, femme, autochtone, nationale) ou de combats idéologiques.

Qu’en est-il de ce rapport entre écriture et société quand l’édition se fait sédition? Livres, plaquettes, brochures dépourvus d’ISBN et de dépôt légal, production photocopiée ou imprimée, puis diffusée dans des réseaux informels, dans des rassemblements de contestations, sous le manteau de quelques librairies, ou bien textes divers et blogs sur le Web, la sédition se manifeste sans se structurer dans des formes et une inventivité neuve comme si les langages rédigés s’articulaient en occupant des espaces laissés vides, oubliés, mais fourmillants de vie. La capillarité de ses réseaux informels remplace-t-elle l’ancien réseau d’imprimeurs clandestins, de colporteurs et de libraires identifiés par Robert Darnton dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle ? À leur tour, les publications sur le web permettent-elles une véritable internationalisation de cette littérature ?

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes, devront parvenir par courriel pour le 15 novembre 2010 à René Audet (rene.audet@lit.ulaval.ca), qui codirige ce numéro thématique avec Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke). Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 1er décembre 2010. Les articles dont la proposition aura été acceptée seront à rendre pour le 30 avril 2011. Ils seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive sera à envoyer pour le 30 juin 2011. La publication du dossier est prévue pour l’automne 2011.

Number Five, Autumn 2011

“Committed Books and Publications”

Under the direction of René Audet, Université Laval, and Marie-Hélène Jeannotte, Université de Sherbrooke

Issue Number 5 of Mémoires du livre / Studies in Book Culture is dedicated to the theme of committed books and publications. This special issue combines the topics of two conferences that took place in the winter and spring of 2010 to address the question of commitment within the milieu of the book: “Committed Books and Publications: Agents, Practices, Strategies, Networks” at the Université de Sherbrooke and “Publishing and Sedition Today: Participants, Techniques, Stakes,” organized within the context of the 78th ACFAS conference held at the Université de Montréal.[5] The convergence of themes and the profound ideas that emerged from the two days demonstrate the interest that researchers in the history of the book and in the sociology of literature have concerning questions of engagement and politics.

“Between author and reader,”[6] between creativity and reading, what path does engagement take? From material production to reception, by way of distribution and promotion, the circulation of books is influenced by the politics and ideology of the society in which the texts originate and circulate, but also by the decisions and the political stance of the individuals who comprise the book chain. While committed literature is most often considered from the perspective of text and author, the purpose of this issue of  Mémoires du livre / Studies in Book Culture will be to examine ways of understanding the links that books and printed materials have with the notion of commitment.

What if we teach the history of the book and the sociology of literature in relation to commitment in the book circuit and in the field of publishing? What forms do commitment and militancy take among the agents of the book at each of the different links in the book chain (translators, publishers, printers, booksellers, critics, etc.)? Is it enough for a publisher to publish committed authors or texts for them to be considered a “committed publishing house”? If it is true that the publisher must know how to “reconcile art and income,”[7] what happens when the book becomes the instrument of a cause? How to reconcile the aesthetic, commercial and social dimensions of the book?[8] Are the repercussions of commitment in the book milieu confined solely to the publishing field, or do they also extend to all literary practices?

Certain circumstances can favour the appearance of instances of committed production or dissemination, contexts such as a political crisis (revolution, war, repressive regime) and of colonial, postcolonial, minority or dominated societies. Engagement in the book milieu can take the form of publishing in the service of an identity (gay, feminist, aboriginal, national) or of ideological battles.

What happens to this link between writing and society when publishing becomes sedition? Whether it be in books, leaflets, pamphlets lacking ISBN numbers and copyright registration, photocopied or printed and then distributed in informal networks, during protest gatherings, under the cover of some bookstores, or even in various texts and blogs on the Web, sedition manifests itself in forms and new inventiveness without developing a structure, as if written languages express themselves by occupying space that has been left empty, forgotten, yet swarming with life.  Will the capillaries of these informal networks replace the former network of clandestine printers, pedlars and booksellers of the second half of the 18th century identified by Robert Darnton? And in turn, do Internet publications bring about a genuine internationalization of this form of literature?

Article proposals approximately twenty lines in length should be emailed before November 15, 2010 to René Audet (rene.audet@lit.ulaval.ca), co-director of this special number, together with Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke). A response will be given by December 1, 2010 following an evaluation of the proposal by the editing committee. Proposed articles that have been accepted must be submitted by April 30, 2011. They will then be reviewed by a reading committee who will give their comments.  The final version of the articles is to be sent by June 30, 2011 for publication in autumn 2011.


[1] « Le livre et l’imprimé engagés : agents, pratiques, stratégies, réseaux », colloque étudiant du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ), organisé par Julie Roy et Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke), tenu le 26 février 2010 à l’Université de Sherbrooke; « Édition et sédition aujourd’hui : acteurs, techniques, enjeux », organisé par Patrick Tillard et René Audet (Université Laval), dans le cadre du 78e congrès de l’ACFAS à l’Université de Montréal, 14 mai 2010.

[2] DARNTON, Robert (1992 [1991]), Gens de lettres, gens du livre, Paris Odile Jacob, p. 177.

[3] BOURDIEU, Pierre (1999), « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, no 126-127, mars, p. 16.

[4] La problématique de l’engagement du point de vue de l’histoire du livre a été abordée dans quelques publications et colloques plus récents, notamment : DENIS, Benoît, Littérature et engagement : de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000, 316 p.; KAEMPFER, Jean, FLOREY, Sonya et Jérôme MEIZOZ, Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles), Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, 281 p.; Actes de la recherche en sciences sociales, no 176-177, mars 2009; colloque « Réseaux et circulation internationale du livre : diplomatie culturelle et propagande 1880-1980 », Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université de Lausanne et Université de Fribourg, 13-15 novembre 2008.

[5] “Le livre et l’imprimé engagés : agents, pratiques, stratégies, réseaux,” the Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ) student conference organised by Julie Roy and Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke), held February 26, 2010 at the Université de Sherbrooke; “Édition et sédition aujourd’hui : acteurs, techniques, enjeux,” organised by Patrick Tillard and René Audet (Université Laval), within the context of the 78th ACFAS conference at the Université de Montréal, May 14, 2010.

[6] DARNTON, Robert (1992 [1991]), Gens de lettres, gens du livre, Paris Odile Jacob, p. 177.

[7] BOURDIEU, Pierre (1999), “Une révolution conservatrice dans l’édition,” Actes de la recherche en sciences sociales, no 126-127, mars, p. 16.

[8] The question of commitment from the point of view of the history of the book has been studied in recent publications and conferences, notably: DENIS, Benoît, Littérature et engagement : de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000, 316 p.; KAEMPFER, Jean, FLOREY, Sonya and Jérôme MEIZOZ, Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles), Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, 281 p.; Actes de la recherche en sciences sociales, no 176-177, mars 2009; “Réseaux et circulation internationale du livre : diplomatie culturelle et propagande 1880-1980” Conference, Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université de Lausanne et Université de Fribourg, November 13-15, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.