Appel à articles – “Théâtralité et société”

Numéro pour les Cahiers de recherche sociologique

Théâtralité et société : positions de la sociologie

Date limite pour la soumission d’article : 1er novembre 2010

Responsables :

Jean-François Côté, Jean-François Morissette, Jonathan Roberge

Si le théâtre a constitué à son origine, dans la tradition occidentale, un point de repère fondamental et central pour la cité, il en est certainement autrement aujourd’hui – ou du moins, en apparence, puisque cette activité artistique spécifique s’est déplacée du centre à la périphérie de la représentation sociétale, suivant en cela les transformations des structures, comme celles des médias, permettant de «voir» la cité dans certaines de ses dimensions constitutives et dans ses actions permanentes. La théâtralité, comme expression attestée dès le milieu du 19e siècle en rapport à ce qui prend le caractère du théâtre, soit à l’état de ce qui permet de voir ainsi la réalité sociale dans divers «lieux de représentation», a néanmoins graduellement gagné une assise très large, et cela paradoxalement, en rapport au déplacement indiqué, puisqu’elle permet de saisir semble-t-il un ensemble de phénomènes liés à des modes de représentation les plus divers : «théâtre de la vie sociale ou politique», bien sûr, mais aussi «théâtre des opérations» pour la guerre, «théâtre de verdure» pour un jardin, quand ce n’est pas tout simplement la «scène» des médias qui occupe dorénavant le coeur de nos existences.

Déjà, le «All the world’s a stage» de Shakespeare, ainsi que l’expression theatrum mundi, donnaient des idées éloquentes à ce sujet, mais s’il est difficile de s’entendre sur la portée exacte de ces formules, d’aucuns peuvent au moins s’accorder sur le fait qu’elles donnent à penser une réversibilité entre l’emprise de la société sur le théâtre et l’influence du théâtre sur la société. La sociologie n’a d’ailleurs jamais été en reste par rapport à ces extensions de la théâtralité : du Tocqueville de L’Ancien régime et la révolution (1985) ou des Souvenirs, où la vie politique est associée métaphoriquement à la scène théâtrale, et aux réflexions de Simmel sur le comédien, et jusqu’aux analyses de Richard Sennett dans The Fall of the Public Man (1974) ou au Erving Goffman de The Presentation of Self in Everyday Life (1959), où sont tour à tour dénoncés les effacements de la représentation moderne et célébrées les nouvelles formes de la représentation postmoderne, tout un registre de l’analyse sociologique s’est placé à l’enseigne de la théâtralité. En particulier, l’idée selon laquelle bon nombre d’éléments de la vie sociale peuvent se comprendre à partir des catégories de l’art théâtral, telles que, par exemple, la mise en scène et le jeu, les acteurs et les rôles, le texte et l’action, le public et les coulisses, le détournement comique et le retournement tragique paraît, à l’heure actuelle, connaître des développements inégalés.

Qu’en est-il donc aujourd’hui du rapport entre théâtralité et société? Et quelles sont les positions de la sociologie dans ce contexte? En plusieurs endroits, la sociologie de la culture traverse depuis une quinzaine d’années ce qu’on pourrait nommer un « tournant performatif » (performative turn) qui, implicitement ou explicitement, met au premier plan la notion de théâtralité. À la croisée de l’herméneutique, de l’esthétique, du poststructuralisme et des philosophies pragmatique et analytique, les différents courants intellectuels ayant recours aux concepts de performativité et de théâtralité s’interrogent sur des questions de sens, de pratique et de sens pratique en peaufinant à la fois leurs objets et outils : création collective, critique, spectateur, polysémie, représentation, etc.

Aux États-Unis, par exemple, l’importance accrue de la théâtralité au sein de la discipline sociologique trouve aujourd’hui dans la Cultural Pragmatics de Jeffrey C. Alexander (2006) l’une de ses illustrations les plus remarquables. Dans la foulée des travaux de Burke, Goffman, Geertz, Turner ou Schechner, l’accent est mis sur la double dimension dramatique et ritualistique de la vie sociale, les symboles, les interprétations et ce, surtout par  l’entremise du concept de fusion (avec les auditoires, en outre). La Cultural Pragmatics possède du coup un fort accent durkheimien, même si elle cherche également à penser la fragmentation de la sphère civile, ses codes binaires, frontières et divisions internes. En France également, et dans la foulée des travaux d’Isaac Joseph (1995) tablant sur la tradition du pragmatisme et de l’École de Chicago, on s’est efforcé de reconsidérer les rapports entre espace public et culture dramatique, selon une perspective qui donne à penser à la fois un plus grand registre et une plus grande emprise de la problématique politique dans l’horizon de la socialité, ainsi que toutefois sa dilution par rapport à l’enjeu central du pouvoir politique. Enfin, dernier exemple, Gunter Gebauer et Christoph Wulf (2004, 2005), les deux principaux représentants de l’école  d’anthropologie historique allemande, mettent de l’avant une théorie du performatif qui est pensée à la lumière du concept de mimésis. Selon cette perspective, l’agir humain est fondamentalement mimétique, en ce sens que les actions que nous posons individuellement et qui nous situent physiquement dans l’espace social s’orientent à partir de et vers autrui : bien que l’individu agisse en fonction des déterminations qui lui sont propres et de sa volonté personnelle, le monde auquel il prend part inclut d’autres individus qui l’ont formé et qui lui servent de modèle. En un mot, le processus mimétique participe à la théâtralité de l’agir social en ce qu’il contribue à l’apprentissage, à la production et à la reproduction de mouvements et de gestes familiers possédant un caractère démonstratif et représentatif qui, comme au théâtre, se réfèrent à d’autres actes réels, symboliques ou imaginaires qu’une même collectivité partage et dans lesquels elle se reconnaît.

En somme, les différentes études mobilisant la notion de théâtralité (et celles qui lui sont coextensives) ont en commun le désir de penser les multiples manières par lesquelles se médiatisent le sens et l’action, l’événement et la structure, la matérialité et le symbolique, l’esprit et le corps au sein de la société. Mais qu’en est-il au juste des relations qui unissent ce faisant théâtre et sociologie? Doit-on les voir sur le mode de l’emprunt métaphorique? Ou plus profondément, sur le plan véritablement théorique d’un approfondissement conceptuel des notions empruntées à un univers spécifique, permettant d’affiner les perceptions sociologiques? Ou peut-on même aller jusqu’à penser que le croisement de deux disciplines permet des avancées heuristiques?

Le numéro des Cahiers de recherche sociologique portant sur les différents rapports entre théâtralité et société proposé ici a pour objectif de contribuer aux recherches culturelles actuelles et d’explorer les multiples possibilités analytiques qu’ouvrent ces rapports. Prenant appui sur l’idée que l’interprétation des formes culturelles consiste à aller à la rencontre de la représentation et de ses structures pour mieux se comprendre soi-même, ce numéro rassemblera des textes provenant d’horizons divers et qui permettront 1) d’introduire le lecteur aux questions soulevées par les thèmes et théories mentionnées ; 2) de mettre en dialogue les auteurs des trois « écoles » en question (USA, France, Allemagne) ; 3) de synthétiser les avancées théoriques et épistémologiques formulées par les différents tenants des théories de la théâtralité ; 4) de faire le point sur la manière dont la sociologie s’approprie aujourd’hui la notion de théâtralité en regard de ses propres visées analytiques.

Contributions

Dans le cadre de ce numéro, nous recherchons des contributions originales, sous forme

d’articles (maximum 25 pages, soit environ 50,000 signes, espaces compris), en français.

Une proposition d’article (auteur, affiliation, titre, bref résumé) doit être soumis avant le lundi

1er novembre 2010 ; si la proposition est acceptée, l’article complet devra être soumis au

plus tard le 31 mars 2011.

Tous les articles sont soumis à un processus d’évaluation par des pairs. Les propositions

d’articles doivent être envoyées par courriel à un des trois responsables de ce numéro des

Cahiers de recherche sociologique, soit :

– Jean-François Côté <cote.jean-francois@uqam.ca>

– Jean-François Morissette <jeanfmo@hotmail.com>

– Jonathan Roberge <jonathan.roberge@yale.edu>

Bibliographie
Alexander, Jeffrey C., Giesen, Berhard et Mast, Jason L. (dirs), Social Performance: Symbolic Action, Cultural
Pragmatics, and Ritual, New York : Cambridge University Press, 2006.
Bourdieu, Pierre, Le sens pratique, Paris : Minuit, 1980.
Gebauer, Gunter et Wulf, Christoph, Jeux, rituels, gestes. Les fondements mimétiques de l’action sociale, Paris :
Economica, 2004.
Gebauer, Gunter et Wulf, Christoph, Mimésis. Art-culture-société, Paris : Cerf, 2005.
Goffman, Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York : Penguin, 1959.
Joseph, Isaac (dir.), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Pontigny-Cérisy : Éditions recherches,
1995.
Schechner, Richard, Performance Study: An Introduction, New York : Routledge, 2002.
Sennett, Richard, The Fall of the Public Man, New York : Vintage Books, 1974.
Simmel, Georg, Philosophie du comédien, Belfort : Circé, 2001.
Tocqueville, Alexis de, L’Ancien régime et la révolution, Paris, Gallimard, 1985.
Turner, Victor, From Ritual to Theatre. The Human Seriousness of Play, New York : PAJ Publications, 1982.
Williams, Raymond, Drama in Performance, Philadelphie : Open University Press, 1991.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.