Parution – « Le dire-monstre »

Revue Tangence

N° 91, automne 2009

Le dire-monstre (144 p.)

Numéro préparé par
Marie-Hélène Larochelle
Université York (Toronto)


Lorsque le texte parle monstre, les goûts littéraires deviennent 
dégoûts, pour accueillir ces œuvres qui réinventent les conditions de la 
réception. Le « dire-monstre » définit la parole qui se gonfle, qui 
prend un souffle monstrueux, mais dont le dynamisme ne va pas sans une 
certaine répulsion. Cette image représente la réception de ces œuvres 
dont la matière dérange, mais attire irrésistiblement le lecteur. Le 
« dire-monstre » provoque des réactions violentes. Cette forme de 
l'expression appelle le lecteur, et cette communication se fait à 
l'impératif. La réception de ces œuvres repose en effet sur de nouvelles 
stratégies. L'attraction qu'exerce l'œuvre monstrueuse suppose d'engluer 
le lecteur pour mieux retenir sa lecture. Le « dire-monstre » se fait 
baveux capt(ur)ant ainsi le lecteur. Le dégoût, lorsqu'il s'incarne dans 
la nausée, fait perdre « la signification des choses, leurs modes 
d'emploi, les faibles repères que les hommes ont tracés à leur surface 
». Et cette émotion qui conduit au vertige de la perte est aussi celle 
que travaillent les œuvres examinées dans ce dossier. En somme, une 
double dynamique se joue dans le présent collectif. D'une part, le 
regroupement des différentes analyses doit mettre en évidence une 
parenté entre les œuvres étudiées et reconnaître ainsi une lignée 
monstrueuse. D'autre part, la présentation entend respecter les 
métamorphoses du « dire-monstre ». L'enjeu est ici de donner l'indice 
d'une nouvelle tradition du monstrueux. De fait, les corpus analysés — 
français, québécois et américain — ne sauraient circonscrire la matière 
du monstrueux moderne ou postmoderne, mais ils se présentent comme des 
modèles-types dont les voix monstrueuses permettent de rejoindre un 
corps autrement plus imposant.


    Table des matières

5 Liminaire
Marie-Hélène Larochelle

11 Lieux et pragmatique de la monstruosité dans la prose narrative 
d'Éric Chevillard
René Audet

29 Parole de tête, parole de cœur. L'/a/-humain, l'/im/monde et 
l'humabestial
Fabienne Claire Caland

43 L'humain fait monstre chez Pierre de Sales Laterrière (1743-1815) et 
Jacques Grasset de Saint-Sauveur (1757-1810)
Bernard Andrès

67 La barbarie à visage humain : les tribus postmodernes
Michel Maffesoli


      Hors dossier

81 Famille et filiation dans le théâtre expérimental de Noëlle Renaude
Yvonne Y. Hsieh

95 Figures du père dans le cinéma québécois contemporain
Lori Saint-Martin


      Chronique

113 Les archives du vent (2)
Jacinthe Martel

137 Abstracts

141 Notices biobibliographiques



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.