Appel à communications – Colloque Autotraduction (Perpignan)

Le colloque AUTOTRADUCTION : FRONTIÈRES DE LA LANGUE ET DE LA CULTURE (Université de Perpignan – Via Domitia, 20-22 octobre 2011, voir le site : http://autotradperpi.univ-perp.fr/autotrad/index) vise à susciter des rencontres et confrontations interdisciplinaires et plurilingues. Il ambitionne également de développer à l’échelle internationale la réflexion sur le phénomène particulier de l’autotraduction en tant que domaine d’exploration scientifique jusqu’ici peu pratiqué mais néanmoins vaste et prometteur. Il s’appuie sur un certain nombre de précédents :

  • le colloque « Ecrire en situation bilingue » réalisé à Perpignan en 2003 ;
  • les activités successives (journées d’études, colloques, publications, thèses) réalisées aussi bien à Barcelone qu’à l’UAB depuis 1996
  • les activités des différents membres d’AUTOTRAD dans les universités où ils exercent (Ottawa, Paris 7, New York University, Santiago de Compostela).

Dans l’optique de l’équipe d’AUTOTRAD, l’autotraduction est jusqu’à preuve du contraire une forme de traduction, avec comme spécificité qu’il s’agit d’une traduction autographe et auctoriale, c’est-à-dire signée par un traducteur qui est nul autre que l’auteur de l’original. Si de manière très générale, les théories courantes ont été mises au point pour étudier les traductions « normales » (allographes) et accordent peu ou pas d’importance à ce cas particulier, il est néanmoins licite de voir comment et jusqu’à quel point s’y appliquent les questions récurrentes en traductologie. Cette dernière, on le sait, est une discipline-carrefour, une « interdiscipline » (Snell-Hornby) qui se nourrit de l’herméneutique et de la linguistique, de la sémiotique et de la déconstruction, des études (inter) culturelles et postcoloniales… On ne saurait donc écarter a priori, dans l’étude de l’autotraduction, aucune des questions qui se posent pour toute autre traduction qui fait jouer une frontière linguistique en la franchissant.

Parmi ces questions, se pose avec une acuité toute particulière celle, sociologique, du statut des langues mises en regard (égales ou inégales), de leur valeur sur les « marchés linguistiques », du positionnement des auteurs, de la critique et du public lecteur par rapport aux différents champs concernés. L’Autotraduction est en effet une activité qui, tout en pouvant s’exercer par goût chez l’auteur bilingue, est très souvent contrainte, soit par son itinéraire personnel (cosmopolitisme, exil, carrières internationales), soit par la nécessité qu’il éprouve d’accéder à la publication en elle-même, à un lectorat cultivé et élargi, et à la reconnaissance aux plans national et/ou international. L’auteur a-t-il toujours le choix de confier la traduction de son œuvre à un traducteur ou de s’autotraduire ?

Au-delà de l’écart de statut qui est susceptible d’exister entre les langues, apparaît également la problématique de la distance interlinguistique et surtout de la distance interculturelle qui les sépare. Cela peut amener l’autotraducteur à s’écarter de son texte original pour aboutir à une véritable re-création, elle aussi dès lors originale.

Outre une conférence inaugurale et une de clôture, il est fait appel à contributions (sous forme de communications de 20 minutes suivies de débats) autour des axes suivants :

  • 1. Réflexions théoriques et méthodologiques autour de l’autotraduction (problèmes de l’applicabilité de différentes théories de la traduction à la spécificité de l’autotraduction comme processus ou comme produit)
  • 2. Réflexions autour de la distance interlinguistique et/ou interculturelle et de ses effets sur le produit de l’autotraduction.
  • 3. Réflexions autour des sujets autotraducteurs : quel est leur profil habituel ?; peut-on en faire un portrait-robot, une typologie ? ; comment et dans quelles circonstances devient-on autotraducteur ?
  • 4. Réflexions autour du choix de et des motivations derrière la pratique autotraductive (se faire traduire ou s’autotraduire ?; s’en tenir à un seul essai ou systématiser la pratique ?)
  • 5. Réflexions autour des stratégies d’écriture (directionalité de l’autotraduction ; caractère consécutif ou simultané) en fonction de données personnelles et/ou collectives, des trajectoires d’écrivain et de la situation du (des) champ(s) littéraire(s) dans le(s)quel(s) ils sont amenés à évoluer.

Les communications pourront partir d’un auteur, d’une œuvre, d’une confrontation, d’un contexte socioculturel. Elles pourront éventuellement traverser les axes répertoriés mais devront toujours privilégier clairement l’un d’entre eux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.