Appel à communications – “Autour de l’édition et de la diffusion des littératures africaines”

Université  de Libreville-GABON

FACULTE DES LETTRES ET DES SCIENCES HUMAINES

DEPARTEMENT DE LITTERATURES AFRICAINES

Centre de Recherches en Esthétiques langagières africaines (CRELAF)

Colloque international, 8-10  Décembre 2011

Autour de l’édition et de la diffusion des littératures africaines

APPEL A CONTRIBUTION

La communication littéraire repose sur l’interconnexion des réseaux relationnels (correspondances, cercles, cafés, institutions collectives, scolaires et universitaires…) et sur l’économie du marché du livre et de la presse (Presse écrite et orale, édition, mass médias électroniques…) et de sa réception. Elle fait appel à une diversité d’agents et de supports qui donnent vie à un texte. Ce vaste domaine des études et des recherches littéraires interpelle de nombreuses disciplines, notamment la sociologie de la réception et l’histoire littéraire. La place et le rôle de ces systèmes de communication littéraire sur l’objet Afrique n’ont pas encore suscité un réel intérêt, malgré l’existence d’un corpus non négligeable qui demeure toujours peu exploité. On sait que les journaux et les revues ont constitué pendant l’aventure coloniale européenne, des lieux d’une scénographie de l’Afrique parée de tous les fantasmes. On sait également que c’est grâce à la presse coloniale et aux imprimeries des missions religieuses que bien de textes littéraires africains de cette temporalité sont apparus. La relation épistolaire a joué, elle aussi, dans ce contexte germinal des néo littératures africaines, un rôle important qui mériterait d’être questionné.

La transmission orale, par le truchement de la radio, de la télévision, du cinéma ou des théâtres urbains ou bien d’autres espaces de jeu, apparaît aussi diversifiée et déterminante pour la communication littéraire en Afrique. L’institution publique (école, bibliothèque, centre de loisirs…) a aussi contribué à faire de la littérature le principal vecteur de la culture et des savoirs formateurs. Quant au système éditorial, les capitales européennes (Paris, Londres, Bruxelles…) ont, depuis la colonisation, l’entière production de la littérature africaine, toujours orientée vers l’extérieur, la France singulièrement. En effet, Paris demeure le centre éditorial le mieux prisé par les auteurs africains. Ce qui confèrerait à l’écrivain un semblant de notoriété international mais niant souvent l’existence des maisons locales dont certaines ont pu s’imposer sur le plan national ou inter-régional.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication comme Internet ont ouvert de nouveaux espaces, plus démocratiques, à l’accès aux savoirs littéraires et permettent une meilleure diffusion des métalangages africains dans un système mondial de mobilité et d’échange d’informations. L’étude de l’impact culturel des systèmes de communication littéraire constitue un domaine de recherche prometteur. Ce colloque voudrait examiner aux travers des regards croisés les problèmes inhérents à la production, à la diffusion et à la réception des oeuvres africaines et surtout de revisiter la totale pratique éditoriale pour en comprendre le fonctionnement et la singularité de la création littéraire africaine dans toutes ses phases d’exploitation.

Les communications pourront porter sur :

– L’édition en Afrique

– les littératures africaines dans la presse et les revues

– Les écritures littéraires de l’Afrique dans la Presse occidentale

– Littératures africaines et la radio

– Littératures africaines et le cinéma

– Littératures africaines et l’institution scolaire et universitaire

– Les correspondances des écrivains africains

– Les espaces de rencontre et de documentation littéraire

– Littérature africaine et enseignement

– Littératures orales et système éditorial

– Le métier de libraire

– Problèmes de diffusion

– Réception du livre africain

– Le rôle des états dans le processus de démocratisation du livre

– Les mass médias électroniques et la littérature

– Le système éditorial européen et la littérature africaine

– Les réseaux du métalangage littéraire africain

– …

Le colloque est ouvert à toutes les spécialités de la connaissance du livre, à savoir : les éditeurs, les libraires, les littéraires, les sociologues, les écrivains, les journalistes…

Date limite de soumission : 30 Août 2011

Merci d’envoyer votre proposition de communication de trois cent mots, interligne 1,5, précisant le titre, votre statut, votre laboratoire de rattachement, votre institution ou autres,  aux adresses suivantes :

Frédéric Mambenga :

ya_thom@yahoo.fr,

Charles Edgar Mombo

mombocharlesedgar@yahoo.fr

Responsable : Centre de Recherche en Esthétiques langagières Africaines, CRELAF
Adresse : BP 17004 Libreville-Gabon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.