Appel à communications – « L’héritage de la guerre d’Algérie »

L’héritage de la guerre d’Algérie,

Entre histoire, mémoire et représentations

The Legacy of the Algerian War

Between History, Memory, and Representations

Florida International University (Miami)

22 et 23 mars, 2012

Conférence plénière par Prof. Réda Bensmaïa,

French Studies and Comparative Literature, Brown University

Argumentaire du colloque

Cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie, le but de ce colloque est
d’interroger l’héritage de la guerre qui en permit l’avènement. La guerre
d’Algérie fonctionne assurément comme une métonymie pour dire la condition
coloniale elle-même, ainsi que l’atteste le succès jamais démenti du film de
Gillo Pontecorvo, La Bataille d’Alger (1966). Très vite perçu comme un moment
emblématique de l’anticolonialisme, la guerre d’Algérie, en effet, a engendré
un héritage complexe, qui va bien au-delà de la simple opposition
France-Algérie et de sa (possible) résolution : ses répercussions, encore
présentes des deux côtés de la Méditerranée, relèvent de formes d’expression
multiples et composites, souterraines ou ostentatoires, qui traduisent la
difficulté à fixer une mémoire – c’est-à-dire à faire advenir le Sens de ce
qui demeure confusément un ensemble d’« événements ».

Le colloque a donc pour ambition d’interroger cette mémoire de la guerre
d’Algérie à travers les récits historiques produits depuis l’indépendance et
les représentations littéraires ou cinématographiques qui la nourrissent, et
se nourrissent d’elle. Cette mémoire est de toute évidence problématique
comme le confirment les réactions virulentes au film récent de Rachid
Bouchareb, Hors-la-loi (2010). Le colloque sera un moment privilégié pour
interroger ce qui agite constamment et douloureusement nos mémoires des «
événements d’Algérie », ou « de la guerre d’Algérie », ou de la « révolution
»/« thawra », ou encore de « harb al tahrir ».

Cette division symbolique encore douloureuse, opposant des mémoires
controversées et contradictoires, nous oblige, comme le suggère Benjamin
Stora, à repenser l’écriture de l’histoire au-delà des intérêts nationaux. En
d’autres termes, la conversation sur la mémoire de la guerre d’Algérie nous
invite fortement à renoncer aux particularismes de l’histoire nationale pour
une histoire à plusieurs voix qui ne peut, dans notre cas, s’écrire qu’à
l’intersection des mémoires algériennes et françaises. C’est pourquoi il
paraît important de faire dialoguer non seulement les récits d’histoire
produits depuis le conflit, mais encore les fictions, toujours et
heureusement ambiguës. Il nous faudra aussi songer à l’impact international
de ce conflit et d’une écriture historique qui implique d’autres acteurs.
Située à l’articulation entre les différentes mémoires, entre l’histoire et
les représentations, entre la réalité politique actuelle et les imaginaires,
la guerre d’Algérie exige de nous une déconstruction méthodique de l’écriture
linéaire et rigide de l’histoire nationale, pour une histoire transnationale
qui renonce à renforcer la nation par le discours, et pour une fiction
capable de transcender les traumatismes.

L’héritage de la guerre d’Algérie, en somme, engage toutes les expériences de
l’oppression coloniale à se reformuler de manière plurielle et
multidirectionnelle.

Quelques axes que nous allons privilégier :

1- L’héritage de la guerre d’Algérie dans le monde

2- L’impact de la guerre d’Algérie sur la pensée française.

3- Comment écrire une mémoire transnationale de la guerre d’Algérie

4- Fiction et mémoire de la guerre ou comment l’Histoire peut apprendre du
discours de la fiction

Veuillez faire parvenir une proposition de communication entre 200 et 300
mots avant le 15 décembre 2011, par e-mail à Maya Boutaghou, Assistant
Professor of Modern Languages and Women’s Studies, fboutagh@fiu.edu.

***

The Legacy of the Algerian War

Between History, Memory, and Representations

March 22-23, 2012

The aim of this conference is to interrogate the legacy of the Algerian War
fifty years hence. The Algerian War acts as a metonymy, concentrating
colonial conflicts as it appears in the movie by Gillo Pontecorvo, The Battle
of Algiers (1966). Trough Pontecorvo’s film, the Algerian war will
permanently represent metonymically the event of the war, the violence of
colonialism and anti-colonial struggles in general. The legacy of the
Algerian war could be understood beyond France and Algeria. It is not only
the War of Algerian or French people, but it has also become a symbol, maybe
a myth, allowing for reflection and discussion on anticolonial struggles. It
is still the symbol of resistance to oppression. This is the reason why
questioning the legacy of the Algerian War implies addressing the legacy of
colonial memory in general. The conference will be a privileged moment to
question today’s legacy of what was called in French, “les événements
d’Algérie”, but also “la guerre d’Algérie” (Algerian War), or in Arabic, “al
thawra” (the revolution), “harb al tahrir” (the war of independence). As the
negative reaction to the recent movie by Rachid Bouchareb Hors-la-loi,
(Outside the law), 2010, shows, the Algerian War is still controversial. It
is still a symbolic divide between France, Algeria and their oppositional
memories of the conflict, just as it still represents the opposition between
the colonizer and colonized in general. To quote Benjamin Stora, we can write
this history only with two voices alluding to what was done by historians,
novelists, directors, artists, from both shores of the Mediterranean sea, who
try to show the complexity of the clash between memory and History. Important
works have already been accomplished around the History of the Algerian
Revolution. We will not only address history, but also movies and novels that
discuss and rewrite the Algerian War as the turning point for the new
postcolonial era. We will consider a time beyond colonialism that could lead
to a transnational understanding of History and representations and provide
an answer to our questions. We will discuss in terms that articulate
imaginaries and real politics, representations and actual discourses, erasing
the strong limits between history and fiction. As outlined by Benjamin Stora,
there is a resistance to acknowledge that the Algerian War -as other wars in
the History of Independent movements– has only a bilateral history, imposing
the need to deconstruct a linear understanding of memory and a rigid writing
of History as informed by national borders. Maybe the work of fiction could
help by displacing borders of Historical discourse as reinforcing nations?

Major perspectives that will be considered:

1- The Global legacy of the Algerian War

2- The impact of the Algerian War on French thought

3- How to write a transnational memory of the Algerian War ?

4- Fiction and Memory of the War: What can History learn from fiction?

Please send an abstract between 200 and 300 words before December 15th, 2011
to Maya Boutaghou, Assistant Professor of Modern Languages and Women’s
Studies, fboutagh@fiu.edu.

Responsable : Maya Boutaghou et Pascale Becel

Adresse : Florida International University Modesto A. Maidique Campus
Deuxième Maison, Office 21011200 SW 8th Street Miami, FL 33199


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.