Parution – Fredric Jameson, “L’Inconscient politique. Le récit comme acte socialement symbolique”

Fredric Jameson, L’Inconscient politique. Le récit comme acte socialement symbolique

(Political Unconscious. Narrative as a Socially Symbolic Act – 1981)

traduit de l’anglais (US) par Nicolas Vieillescazes

Lyon : Questions théoriques, coll. “Saggio casino”, 2012.

EAN 9782917131039.

480 p.

Prix 23EUR

 

Présentation de l’éditeur :

L’Inconscient politique est l’un des livres majeurs de la théorie littéraire et de la critique culturelle. Jameson y défend le primat de l’interprétation politique de la littérature, dans une opération de synthèse inédite : d’abord à l’intérieur de la tradition marxiste, pour réarticuler l’historicisme de Lukács, le structuralisme d’Althusser et l’utopisme de Bloch ; puis au sein des études littéraires, pour y subsumer de façon organisée les différentes méthodes disponibles dans la critique moderne – le formalisme du New Criticism, la mythocritique de Frye, la sémiotique de Greimas et des poéticiens français, l’influence des analyses structurales de Lévi-Strauss et de Lacan, et le post-structuralisme de la French Theory.

Le projet est ici de constituer une herméneutique marxiste totalisante et composite, attentive à explorer les multiples modes selon lesquels les textes, et spécifiquement les récits, mettent en acte des dynamiques de figuration, de déplacement et de refoulement des contradictions réelles et historiques propres aux formations sociales dans lesquelles ils sont apparus. Pour comprendre les opérations de cet « inconscient politique », Jameson lit les récits comme des dispositifs complexes et décentrés, des champs de force où s’affrontent des discours narratifs, génériques et politiques hétérogènes. Leur enjeu est le destin de la collectivité : ce sont des actes socialement symboliques.

Jameson s’attache plus particulièrement au roman du xixe siècle et à sa trajectoire, du romanesque au modernisme, dans les domaines français (de Stendhal au réalisme de Balzac) et anglais (de Gissing à Conrad). Au-delà d’une histoire du roman qui mettrait à l’épreuve sa « méthode » interprétative, L’Inconscient politique mène à bien une entreprise de médiation théorique ambitieuse entre trois niveaux d’analyse souvent déconnectés par la fragmentation disciplinaire : l’histoire des formes littéraires narratives et des fonctions qu’elles remplissent dans l’imaginaire social, la constitution de la subjectivité bourgeoise, et l’étude des différents stades de développement du capitalisme.

— avant-propos à l’édition française par Fredric Jameson
— postface : « L’Inconscient politique et l’herméneutique marxiste de Fredric Jameson : contextes, opérations, usages », par Olivier Quintyn

————————
SOMMAIRE
Avant-propos à l’édition française. . I

Préface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Chapitre 1. De l’interprétation
La littérature comme acte socialement symbolique. . . . . . . . 15
Chapitre 2. Récits magiques
De l’usage dialectique de la critique générique . . . . . . . 127
Chapitre 3. Réalisme et désir
Balzac et le problème du sujet. . . . . . . 189
Chapitre 4. Un ressentiment * authentique
Discontinuités génériques et idéologèmes
dans les romans « expérimentaux » de George Gissing. . . 233
Chapitre 5. Romanesque et réification
Construction de l’intrigue et clôture idéologique
chez Joseph Conrad. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
Chapitre 6. Conclusion
La dialectique de l’utopie et de l’idéologie. . . . . 359

Note du traducteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . 385

Fredric Jameson, « Métacommentaire » . . . . . 389

Postface par Olivier Quintyn
L’Inconscient politique et l’herméneutique marxiste
de Fredric Jameson : contextes, opérations, usages. . . . . . . . 415
Index. . . . . . . 463

————————
L’AUTEUR
Fredric Jameson [né en 1934 à Cleveland, Ohio], professeur à l’université de Duke en Caroline du Nord, est l’un des maîtres de la théorie critique dans le monde anglo-saxon. Entre littérature comparée, philosophie politique et critique de la culture, son projet théorique est fondé sur une pratique historiographique et une philosophie de l’histoire singulières, réassemblant comme autant de séquences (touchant à l’architecture, au cinéma d’auteur comme aux films de série B, à la vidéo et à la littérature) les éléments d’un « grand récit » possible de la postmodernité.

Bibliographie :
En français traduit de l’anglais (États-Unis) :
Fictions géopolitiques. Cinéma, capitalisme, postmodernité, tr. fr. Jennifer Verraes et Nicolas Vieillescazes, Paris, Capricci, 2011.
Penser avec la science fiction (Archéologie du futur, t. II), trad. Nicolas Vieillescazes, Max Milo, 2007.
La Totalité comme complot, trad. Nicolas Vieillescazes, Les Prairies Ordinaires, 2007.
Archéologie du futur, un désir nommé utopie, trad. Nicolas Vieillescazes et Fabien Ollier, Max Milo, 2007.
Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, trad. Florence Nevoltry, École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, 2007.
Terry Eagleton et Fredric Jameson, Nationalisme, colonialisme et littérature, Presses Universitaires du Septentrion, 1994.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.