Deux publications récentes

Ehsan Ahmed, Clément Marot: The Mirror of the Prince, EMF Critiques. Charlottesville: Rookwood Press, 2005. 100 pages.
Broché.

ISBN 1-886365-57-1 / 978188636555.

US$19.95.

Ce livre étudie le rapport entre le poète et le roi François Ier, tel qu’il se présente dans l’oeuvre de Marot. Le miroir poétique du prince offre non seulement un portrait du monarque mais aussi du poète énigmatique. Les différents critiques ont considéré Marot comme catholique, évangélique, luthérien, et calviniste. Ses oeuvres reflètent divers sentiments religieux sans aucune alliance définitive. Comme Pierre Caroli, Martial Mazurier, Erasme et Marguerite de Navarre, Marot écrit d’une manière qui ne peut pas être fixée. C’est un poète en mouvement. Ce travail donne une nouvelle perspective sur l’identité complexe du Quercinois. A travers le symbolisme de la royauté s’expriment les croyances religieuses et politiques de Marot, mais plutôt que les figer, les portraits de François Ier facilitent l’articulation des voix multiples du poète. Du Temple de Cupidon aux traductions des psaumes, le roi sert comme médiateur des différents intérêts de Marot. Défenseur idéalisé des amants fidèles, des humanistes, et de la France Très Chrétienne, François Ier mène les charges du poète. Or, d’une manière cohérente, Marot dépeint le roi dans son role sacral, le comparant au Christ, Pan, et David. Marot intègre, dès le début, l’identité théopolitique du prince dans sa poésie, et il la refaçonne continuellement pour avancer ses idées. Cette conjonction du sacré et du séculier, toujours liée à l’image de François Ier, nous impose revoir la question de l’identité religieuse de Clément Marot.
 
Michel Guérin, La grande dispute. Essai sur l’ambition, Stendhal et le XIXe siècle, Actes Sud, 2006, 23,90 euros

La “grande dispute”, selon Stendhal, est celle qui tourne autour du “mérite”, question psychologique et collective qui marque le roman romantique français. Julien Sorel, le héros du Rouge et le Noir, accomplit le type de l’ambitieux, non sans paradoxe puisqu’il cultive sa singularité inimitable. La dispute est un combat pour exister, mais aussi un débat avec soi-même : Julien Sorel ne veut pas avoir, il veut être. Cet essai est à la fois un livre sur Stendhal, une réflexion sur le roman et une méditation sur le XIXe siècle. La figure de l’ambition livre sans doute, dans la fiction comme dans la réalité politique, une des clés pour comprendre ce siècle, apparemment loin de nous et cependant si proche par certains côtés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.