Parution – “Les Réseaux littéraires”

Les Réseaux littéraires (Bruxelles, Le Cri / CIEL-ULB-ULg, 2006, 300 p., 20 €. ISBN 2-7106-404-0)

Les textes ici rassemblés ont pour objet d’explorer la notion de réseau dans son application aux études littéraires. Celle-ci, pour ce qui nous concerne, ne s’impose ni par le souci de renouveler la théorie littéraire, ni par un choix particulier dans les diverses approches sociologiques contemporaines. Elle résulte d’un simple constat, que nous faisons en tant que chercheurs soucieux de comprendre un objet particulier : la littérature francophone de Belgique. Ce domaine présente en effet des caractéristiques rarement prises en compte par les théories sociologiques ajustées aux nations littéraires voisines. Il convient donc de cerner la nature de cet ensemble littéraire, pour ensuite montrer en quoi la notion de réseau pourrait s’avérer utile à sa description. Mais il importe aussi de confronter les enjeux théoriques liés à cette notion aux avancées et aux limites que le concept peut révéler de manière plus générale, eu égard au développement de la sociologie littéraire contemporaine. C’est pourquoi la première partie de ce livre est consacrée à un débat théorique. La seconde fait écho à des recherches précises menées par des chercheurs belges, français et québécois qui en éprouvent la validité. Une bibliographie sélective clôt l’ouvrage.

Introduction
Paul Aron et Benoît Denis : “Réseaux et institution faible”

Approches théoriques et méthodologiques :

Frédéric Claisse, “De quelques avatars de la notion de réseau en sociologie”
Gisèle Sapiro, “Réseaux, institution(s), champs”
Anna Boschetti, “De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de ‘réseau’ ?”
Jean-Marie Klinkenberg, “Réseaux et trajectoires”
Björn-Olav Dozo et Bibiane Fréché, “Réseaux et bases de données”

Etudes de cas :

Fanny Népote-Desmarres, “Réflexions sur les réseaux culturels toulousains au XVIIe siècle”
Alain Vaillant, “Réseau et histoire littéraire : de la sociologie à la poétique”
Christian Berg, “Le réseau du boxon. Réflexions sur la modernité en Belgique avant La Jeune Belgique
Gérald Purnelle et Björn-Olav Dozo, “L’apport des revues et de la statistique à l’approche des réseaux”
Cécile Vanderpelen-Diagre, “Réseau et groupe. L’exemple des écrivains catholiques francophones (1918-1939)”
Maria Chiara Gnocchi, “Le réseau Rieder. Description historique et questionnement méthodologique”
Michel Lacroix, “Ponts, triades, trous ou comment décrire les réseaux littéraires. Le cas des relations entre Léo-Paul Desrosiers et les éditions Gallimard”
Michel Fincoeur, “Le ‘réseau rexiste’ dans l’édition sous l’Occupation allemande (1940-1944)”
Jean-Pierre Bertrand et Anthony Glinoer, “La ‘nouvelle génération’ romancière face à ses réseaux (1997-2000)”

Alain Viala, “Pour un premier bilan”

François Provenzano, Bibliographie sélective

Index


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.