Bernard Lahire, La condition littéraire

La condition littéraire
Un ouvrage de Bernard Lahire (La Découverte, coll. “Textes à l’appui / laboratoire des sciences sociales”, 2006, 620 p., 25 euros)

Bien que les écrivains soient l’objet d’une grande attention publique, force est de constater qu’on les connaît en réalité très mal. Faute d’enquêtes sérieuses, on se contente bien souvent de la vision désincarnée d’un écrivain entièrement dédié à son art. Et l’on peut passer alors tranquillement à l’étude des textes littéraires en faisant abstraction de ceux qui les ont écrits. Ce livre fait apparaître la singularité de la situation des écrivains. Acteurs centraux de l’univers littéraire, ils sont pourtant les maillons économiquement les plus faibles de la chaîne que forment les différents « professionnels du livre ». À la différence des ouvriers, des médecins, des chercheurs ou des patrons, qui passent tout leur temps de travail dans un seul univers professionnel et tirent l’essentiel de leurs revenus de ce travail, la grande majorité des écrivains vivent une situation de double vie : contraints de cumuler activité littéraire et « second métier », ils alternent en permanence temps de l’écriture et temps des activités extra-littéraires rémunératrices. Pour cette raison, Bernard Lahire préfère parler de « jeu » plutôt que de « champ » (Pierre Bourdieu) ou de « monde » littéraire (Howard S. Becker) pour qualifier un univers aussi faiblement institutionnalisé et professionnalisé. Une telle situation de double vie – dont témoignait douloureusement Franz Kafka et que mettait en scène le poète allemand Gottfried Benn – n’est ni nouvelle, ni occasionnelle. Elle est pluriséculaire et structurelle. Et c’est à en préciser les formes, à en comprendre les raisons et à en révéler les effets sur les écrivains et leurs oeuvres que cet ouvrage est consacré. Il permet de construire une sociologie des conditions pratiques d’exercice de la littérature. En « matérialisant » les écrivains, c’est-à-dire en mettant au jour leurs conditions d’existence sociales et économiques, et notamment leur rapport au temps, il apparaît que ni les représentations que se font les écrivains de leur activité ni leurs oeuvres ne sont détachables de ces différents aspects de la condition littéraire.

L’auteur

Bernard Lahire est professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure Lettres & Sciences Humaines et directeur du Groupe de recherche sur la socialisation (CNRS). Il est notamment l’auteur de Tableaux de famille (Gallimard/Seuil, 1995), L’Homme pluriel (Nathan, 1998), L’invention de “l’illettrisme” (La Découverte, 1999, 2005), La Culture des individus (La Découverte, 2004, 2005) et de L’esprit sociologique (La Découverte, 2005).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.