Parution – “Génocide : les figures de la victime”

Parution d’un ouvrage collectif portant sur les figures de la victime dans le cadre d’un génocide.

Catalina Sagarra (dir.), Génocide : les figures de la victime, La pensée et les hommes, numéro 85, Bruxelles, 2012. ISSN : 0774-2754 Prix de vente : 15 euros

Responsables des publications : Christiane Loir (christiane.loir@ulb.ac.be) Page Web : www.lapenseeetleshommes.be

 

Résumé

Le crime de génocide, en raison de sa nature spécifique – à savoir un crime qui vise à l’éradication totale de tous les membres d’un groupe, et qui ne peut, en raison même de la radicalité de l’intention, que se fonder sur le déni de la réalité de ce qu’il est – interpelle à plus d’un titre. Dans les représentations et les configurations de ce crime, il est une figure qui mérite que l’on s’y attarde : celle de la victime. Car, aussi paradoxal que cela puisse paraître, celle-ci semble se décliner sous des traits divers, selon les sujets qu’elle désigne ou qui se revendiquent tel. Il convient aussi de se pencher sur les séquelles du crime chez les descendants. Car les traumatismesnés d’un génocide ont, comme le révèlent les dernières recherches en psychanalyse, cette particularité de se transmettre de génération en génération et d’affecter profondément le psychisme des descendants de rescapés. Les auteurs qui ont participé à cet ouvrage collectif se sont penchés sur les diverses représentations de la victime, selon l’instance à qui elle renvoie et selon l’instance qui s’en proclame. Émergent plusieurs configurations de cette emblématique figure. En effet, avec le génocide, naît une figure nouvelle de la victimité, incarnée par la « victime absolue » dont parle Antoine Garapon ; la victime absolue du génocide étant celle qui est ciblée pour ce qu’elle EST et non pas pour ce qu’elle FAIT. Distinction fondamentale s’il en est pour aborder les jeux et enjeux des représentations de la victime. Seront également examinées les représentations du « vrai témoin » et du « bon témoin », tant dans les récits émanant de survivants, que dans les discours des médias, que dans les textes juridiques, que dans la perception que les survivants ont d’eux-mêmes.

 

Sommaire des contributions

Paradelle, Muriel, L’émergence de la figure de la victime par la reconnaissance judiciaire du crime. Le jugement pour déconstruire le pseudo de l’idéologie génocidaire, p. 15-31

Vilela, Eugénia, Le corps des cendres. Témoignage, mémoire et survie, p. 33-47

Iyakaremye, Jean-Bosco, La place escamotée de la victime dans les jugements des massacres de masse : le cas du génocide contre les Tutsi du Rwanda, p. 49-67

Sagarra, Catalina, Configurations du corps de la victime, p. 69-85

Basabose, Philippe, Victime d’être victime : le rescapé de l’Itsembabwoko en mauvaise posture. p.87-105

Lamoureux, Désirée, Victimisation double : la figure du musulman, p. 107-115

Walter, Jacques ; Fleury, Béatrice, La construction de la figure d’esther fogiel au procès papon : entre écriture de l’histoire et récit de l’intime, p. 117-133

Nsanzubuhoro Ndushabandi, Eric, Figure de l’autre et construction de l’identité de la victime à travers l’Association des Étudiants et Élèves Rescapés du Génocide, (AERG), p. 135-155

Kettani, Assia, Antisémitisme et fiction : le tournant de l’affaire Dreyfus, p. 157-181

Gbanou, Sélom Komlan, Le dire de l’événement dans L’Aîné des orphelins. Quand le témoin est un témoignage, p. 183-197

Deneault, Alain, Le « génocide involontaire », la négligence industrielle à caractère discriminatoire comme cause de l’extermination de peuples, p. 199-211


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.