Parution – “Comment sont reçues les oeuvres ? Sociologie de la réception”

Charpentier (Isabelle) [dir.], Comment sont reçues les oeuvres ? Actualités des recherches en sociologie de la réception et des publics, Paris, Creaphis, 2006, 288 pp. (textes en anglais et en français), n° ISBN : 2913610730 (30 euros) – En vente en librairie

Cet ouvrage est issu d’un colloque international et pluridisciplinaire, tenu en 2003 à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, pour tenter de rendre compte de la vitalité des recherches menées actuellement en France et à l’étranger dans un domaine encore mal (re)connu, du moins dans l’hexagone : l’étude des publics et la sociologie de la réception des biens symboliques, quels qu’ils soient : produits culturels et artistiques (littéraires, théâtraux, cinématographiques, télévisuels, radiophoniques, presse écrite…), mais aussi produits politiques dans une acception large (discours, journaux de partis, «événements», «causes» politiquement orientés…). Il s’agit, par une analyse des logiques d’appropriation différenciées de tels biens, de comprendre les processus sociaux de formation des oeuvres et de leur « valeur », les déterminants de leurs réceptions et les usages sociaux et/ou politiques qui en sont faits par les différents publics auxquels ils sont ou non destinés en propre.

Plusieurs questions sont été abordées : quelles évolutions ou inflexions ont connu les schèmes interprétatifs et les méthodes dans ce champ de recherche ? Quelles sont les conditions d’une transmission « efficace » d’un message quelconque ? Le producteur peut-il influer sur cette réception « conforme » ? Comment et en quoi le genre, les appartenances générationnelles, les caractéristiques sociales, les trajectoires socio-biographiques (familiales, scolaires, professionnelles…) influencent-ils les modes d’appropriation des messages et des produits ? Quels sont les ressorts sociaux et les modalités d’appropriation des différents messages, notamment concernant les réceptions « braconnes », dissonantes, décalées, éloignées du rapport cultivé à « l’art » et à la « culture » ? Comment connaître les publics des genres dits « mineurs », i.e. disqualifiés eu égard aux canons de la culture dominante, et saisir les usages qu’ils opèrent de ces produits apparemment « formatés » ? Comment une oeuvre circule-t-elle  transnationalement, comment est-elle reçue lorsqu’elle passe d’un univers culturel à un autre, dans des conditions différentes de celles qui ont procédé à sa production ?…

Cherchant à dépasser certaines oppositions traditionnelles (analyse « interne » / analyse « externe » des oeuvres) ou encore les analyses mécanistes, forcément réductrices (telle oeuvre exprimerait la vision du monde de telle catégorie sociale ou chercherait à transmettre son idéologie, tel « type » de produit formaterait et encadrerait tel type de consommation…), les études de sociologie de la réception tentent en effet de saisir l’indissociabilité du procès de communication, sans séparer ce que d’ordinaire on sépare : message, produit, texte… / émetteur, auteur, producteur… / récepteur, public lecteur, spectateur…, considérant notamment les activités de réception comme créatrices de sens.

Contributeurs :

Martin Barker, Sara Bragg, David Buckingham, Isabelle Charpentier, Christine Détrez, Boris Gobille, Vincent Guiader, Joseph Jurt, Brigitte Le Grignou, Frédérique Matonti, Jean-Matthieu Méon, David Morley, Delphine Naudier, Emmanuel Pierru, Rémy Ponton, Gisèle Sapiro, Lyn Thomas, Fabrice Thumerel.

Sommaire :

« Avant-propos – Pour une sociologie de la réception et des publics » (Isabelle Charpentier)

Introduction
« On being ambitious for audience research » (Martin Barker)

I. Réceptions des produits littéraires : modalités, enjeux, usages

« Les Goncourt, observateurs et agents des réceptions de leurs écrits » (Rémy Ponton)

« Du sacre de L’Origine rouge (2000) à la consécration de Novarina (ou comment un avant-gardiste devient classique) » (Fabrice Thumerel)

« ‘Nous sommes tous des Roméo et des Juliette’… – La réception d’adaptations d’oeuvres littéraires » (Christine Détrez)

II. Du public aux publics : publics « populaires », genre, générations

« La construction et l’interprétation de l’appartenance de classe dans les études qualitatives de réception » (Lyn Thomas)

« ‘I think I am too young to understand’ : young people, the media, gender and sexuality” (Sara Bragg & David Buckingham)

« Lectrices et lecteurs de Passion simple d’Annie Ernaux : les enjeux sexués des réceptions d’une écriture de l’intime sexuel » (Isabelle Charpentier)

III. Réceptions présumées politiques

« Réceptions présumées politiques » (Brigitte Le Grignou)

« Nous les Garçons et les Filles – Un cas limite de réception présumée politique » (Frédérique Matonti)

« Le refus de vieillir – Mai 1968 dans la réception critique des romans d’Olivier Rolin en France » (Boris Gobille)

« L’extension du domaine de la réception – Les appropriations littéraires et politiques des Particules élémentaires de Michel Houellebecq » (Vincent Guiader)

« Analyses de la réception et contrôle des programmes télévisés : le recours paradoxal du CSA à la question des effets des médias » (Jean-Matthieu Méon)

IV. Réceptions transnationales

« Réceptions littéraires transnationales – L’accueil du naturalisme français en Allemagne » (Joseph Jurt)

« Les enjeux politiques de la réception de la littérature hébraïque en France » (Gisèle Sapiro)

« Les modes de traitement différencié des fatwas contre Salman Rushdie et Taslima Nasreen dans Le Monde » (Delphine Naudier)

« La réception et la circulation internationales d’un préjugé social et militant devenu une fiction rationnelle : l’autoritarisme d’extrême droite des chômeurs » (Emmanuel Pierru)

Synthèse
– “Unanswered Questions in Audience Research” (David Morley)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.