Parution – “Miroirs d’Aline. Ethnocriti​que d’un roman de C.-F. Ramuz”

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langage, art, culture

(EA 3476, université de Lorraine/université de Haute-Alsace)

Maison des Sciences de l’Homme Lorraine

(USR CNRS 3261)


Avis de parution

Miroirs d’Aline. Ethnocritique d’un roman de C.-F. Ramuz

Editions universitaires de Lorraine
Collection EthnocritiqueS – Anthropologie de la littérature et d
es arts, 2013, 352 p.
Prix : 15 €

    Commande en ligne : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100948840

Miroirs d’Aline propose une lecture ethnocritique du premier roman de Charles-Ferdinand Ramuz, publié en 1905 en coédition à Paris et à Lausanne.

Le point de départ de cet essai est une archéologie culturelle des vingt-sept

premières années de l’écrivain, de sa naissance à l’édition d’Aline. Le croisement d’analyses poétique et anthropologique permet de circuler dans les textes ramuziens – roman, récit autobiographique, correspondance, journal – comme dans des cosmologies discursives et expérientielles. Se dessine ainsi la cartographie d’un territoire littéraire et humain dont les signes clés sont circulations intertextuelles, passages rituels et transactions symboliques. Le matériau textuel d’Aline est fort riche. Avant-texte, texte publié, rééditions font entendre les voix polyphoniques et belligérantes d’un discours sur le monde et sur la langue. L’étude de l’hétérophonie constitutive de l’œuvre révèle au travers de motifs tels que celui des boucles d’oreilles l’histoire d’une jeune héroïne au destin marqué et manqué. Mais la dynamique culturelle du roman prend véritablement sens dans le repérage d’une étrange isotopie. La taupe, animal chtonien, et le taupier, figure boiteuse, énoncent en effet le pacte originel et fictionnel du roman, sa poétique et sa poésie. Une lecture ethnogénétique de l’avant-texte d’Aline suivie d’une lecture des rééditions successives et de leurs variantes confirme cet imaginaire culturel du texte.

Mais la démarche même de l’ethnocritique appelle un retour et un détour réflexifs sur le parcours intellectuel et sensible qui conduit (à) la lecture proposée. Ainsi la lecture d’Aline se conclut-elle par des fragments d’auto-ethnologie, work in progress qui tente de rendre compte non seulement de l’écriture du texte ramuzien mais aussi de celle d’un compagnonnage critique et personnel.

Cette confrontation ethnocritique-Par la lecture et l’écriture, à l’autre, au monde, à soi dessine l’horizon dialogique et critique vers lequel convergent les trois parcours de « Miroirs d’Aline».

Françoise Ménand Doumazane est professeure agrégée de lettres classiques et docteure en langue et littérature françaises, membre associée du CREM.
Elle a édité le texte
d’Aline (version originale de 1905) dans le cadre de la publication en cours des Œuvres Complètes de C.F Ramuz aux éditions Slatkine à Genève.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.