Colloque – « loi mémoire histoire »

Colloque international

La loi, la mémoire et l’histoire

Montréal

Campus de l’Université McGill

les 16 et 17 novembre 2007

Colloque organisé par Marc Angenot et Régine Robin

Dans plusieurs pays d’Europe, occidentale et orientale, mais aussi ailleurs dans le monde, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, depuis un quart de siècle, des législations sont intervenues qui proclament et établissent des faits historiques ou qui interdisent de les nier. Il s’agit d’un fait nouveau qui touche plusieurs pays et relève à coup sûr de motivations diverses. On parle en France de «lois mémorielles» car la France a la singularité d’avoir multiplié les lois de cette sorte. Les premières de ces lois en Europe ont été des réactions – ce, fort logiquement en Allemagne tout d’abord – à la propagande perverse d’une poignée de négationnistes qui alarmait l’opinion. Ce fut le cas de la Loi Gayssot (1992) en France , suivie de la Loi sur le génocide arménien, puis de l’article de loi, retiré ensuite sous la pression de lobbies adverses indignés, qui appréciait le caractère « positif » des entreprises coloniales, puis de la Loi Taubira sur le caractère de crime contre l’humanité de la traite négrière et de l’esclavage. Dès le départ, ces législations, acclamées par certains, ont suscité le malaise. S’il pouvait sembler légitime d’interdire la négation sophistique des chambres à gaz, il n’en restait pas moins que le principe de la liberté d’expression et d’opinion, fondateur de la démocratie, était remis en cause. Quant aux historiens, ils furent presque unanimes aussitôt à dire leur malaise devant un texte, suivi bientôt de plusieurs autres qui présupposaient qu’il existe une vérité historique qu’il devenait illégal de contester. Il a fallu que René Rémond, un historien qui a pourtant l’oreille du pouvoir, publie une critique vigoureuse de toutes ces législations, Quand l’État se mêle de l’histoire, 2006, et exige, au nom de la profession historienne, leur retrait en bloc.

Nous percevons cependant que le problème n’est «pas si simple», il s’en faut, et qu’il tient à des enjeux essentiels de notre état de société. D’autres historiens d’aujourd’hui réclament au contraire une législation européenne anti-négationniste (Historiker für europaweites Gesetz gegen Auschwitz-Leugnung) et d’autres groupes de pression se pressent à la porte des parlements nationaux et européen avec leurs propres projets de lois.

Nous invitons un groupe de chercheurs éminents, historiens, sociologues, philosophes, spécialistes de des terrains de recherche complémentaires, à communiquer leur analyse des divers aspects de ces législations et des conjonctures nationales où elles s’inscrivent et à en discuter en termes de problématique globale et comparée.

Les organisateurs sont bien conscients du fait que la problématique ici circonscrite est inséparable de questions plus vastes: celle des formes, nouvelles ou anciennes, de la falsification historique, de la suppression et de la censure de faits historiques, celle de la concurrence des mémoires identitaires (et celle des amnésies identitaires), inséparable de ce qu’on a appelé la «concurrence des victimes» <https://exchange.mcgill.ca/exchange/pascal.brissette/Drafts/TR%C2%A0:%20colloque%20loi%20m%C3%A9moire%20histoire.EML/1_text.htm#_ftn1> , celle de la réconciliation des peuples déchirés passant par des «commissions» visant à dire la vérité sur les atrocités commises et les responsabilités encourues – et celle de l’obsession commémorative qui caractérise les sociétés actuelles d’Occident. Sans vouloir aucunement empêcher les participants d’aborder de telles problématiques, ils souhaitent que l’objet précis de leur communication soit ciblé sur la question de la loi face au passé historique.

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

________________________________

<https://exchange.mcgill.ca/exchange/pascal.brissette/Drafts/TR%C2%A0:%20colloque%20loi%20m%C3%A9moire%20histoire.EML/1_text.htm#_ftnref1>

J. M. Chaumont, La concurrence des victimes: génocide, identité, reconnaissance. La Découverte, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *