Parution – « La littératur​e à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraire​s »

58142

Sylvie Ducas, La littérature à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires

La Découverte
Collection : Cahiers libres
Parution : août 2013
Prix : 22 €
ISBN : 9782707175175
Nb de pages : 240

 

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à éclairer cette complexité afin de saisir les nouvelles configurations de la condition littéraire contemporaine.

Avec les prix, ce sont des reconfigurations majeures du monde littéraire qui se donnent à lire : déclin de la fonction sociale et de l’autorité symbolique de l’écrivain ; déclin du livre comme objet sacralisé ; déclin de la lecture et mutations des pratiques culturelles ; métamorphoses de l’expertise littéraire ; figurations nouvelles du littéraire.

De l’homme de lettres d’hier à l’écrivain minuscule d’aujourd’hui, ce sont bien les effets à la fois structurants et paradoxaux des prix littéraires que ce livre cherche à pointer. Structurants : les prix régulent un marché et une offre, contrôlent et font perdurer une certaine idée de la littérature en l’ouvrant au plus grand nombre, proposent une définition normée de la lecture et du goût.

Paradoxaux : les prix inscrivent l’écrivain dans une communauté, mais le fragilisent dans sa singularité ; ils obéissent à un protocole réglé dont l’écrivain ne décide pas des règles ; ils mettent en lumière mais n’aident pas à durer.

Cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire culturelle du statut de l’auteur qui interroge l’effondrement de son rôle social dans la sphère publique.

Sylvie Ducas est maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Ouest, où elle dirige un master Métiers du livre (pôle de Saint-Cloud). Elle est chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles-Saint-Quentin.

Table:

Introduction : le prix littéraire, archive maudite de la littérature
De l’archive à l’emblème
L’inflation des prix
Pour une histoire culturelle des prix littéraires

I / Genèse : combattre les industries des lettres à coup de lauriers
De la littérature à l’économie de marché
Pour un droit d’entrée du roman en littérature
Création du prix Goncourt et scénographie auctoriale : pour une machie à défendre l’homme de lettres

II / Autopsie d’un mécénat dévoyé : grandeur et misère de l’auteur primé
Les grandes crises de la consécration littéraire
La consécration d’un chef-d’oeuvre pourtant contesté : Proust
La consécration confisquée : Céline face au premier prix d’éditeur
La consécration forcée : Julien Gracq lauréat malgré lui
Dernier sursaut de l’«Homo Goncourensis» : Hervé Bazin et l’écriture comme métier

III / Babel de labels
Le prix Fémina : entre prescripiton et consommation littéraires, la légitimation littéraire au féminin
Industrie du prestige et éditions dérivées
Irruption des médias dans le champ de la consécration littéraire
Les prix de lecteurs, prix des médias : le sacre du lecteur et l’apologie du « roi lire »
L’utopie du prix Médicis : concilier marchandisation de la littérature et avant-garde littéraire
L’auteur, « label rouge » de la littérature

IV / Élites lettrées ou « îles lettrées» ? Reconfiguration de l’expertise littéraire
Autorité académique et critique en crise
Crise de l’autorité du critique littéraire : de Sainte-Beuve à Beigbeder
Crise de l’autorité du consacrant : l’agora contre le prytannée
Le Goncourt des lycéens : faire élire pour faire lire
Prescriptions et professions du livre : pour une librairie « psychopompe » ?
Le prix des Libraires – Prix du roman Fnac et prix Initiales – Le prix Wepler
Les prix pour la jeunesse : des prix anti-mondains au coeur de la médiation culturelle
Les prix des « mauvais genres » ou des médiacultures
Prix littéraires de la blogosphère : réécrire Babel à l’ère numérique ?

V / Quelle littérature ? L’épreuve de la valeur
Littérature de l’auteur consacrant : Octave Mirbeau et les votes de l’« Académiette »
Colette et le Goncourt d’après-guerre
Les votes du jury Femina : l’épreuve du jugement au féminin
Dans l’héritage de leurs aînées : les grands prix des lectrices de ELLE
Hervé Bazin et Michel Tournier face à la crise acacémique des années 1970
Conclusion : des jurys antimodernes, qu’ils soient professionnels ou amateurs

VI / L’auteur mis à prix
La définition auctoriale dans le dispositif des prix littéraires
Discours auctorial sur les prix : de la « vocation » à la « carrière » de l’écrivain
Fantasmes et compromis – L’écrivain minuscule
Auteur consacré et labellisé : un déficit d’image ?
Déficit de discours : rétrécissement de la figure auctoriale
Discours de presse – Discours des Nobel français de littérature
Déficit d’Ethos ? Posture et impostures de l’écrivain primé
L’écrivain francophone : la « littérature-monde » entre utopie et imposture – L’écrivain à l’école ou l’« entrepreneur de morale » – Du tribunal du lisible aux tribunes médiatiques : « charisme incivil » de l’écrivain imposteur
Sortir de la fabrique ou ne plus en sortir ? Pour une nouvelle éthique de l’écrivain primé
Conclusion : du Panthéon au « vertige de la liste », l’auteur comme réseau
Bibliographie sélective de l’auteure
Notes.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.