Appel à communications – Congrès : “Crises politiques et champ littéraire”

L’appel à communication suivant vient d’être publié sur le site de l’Association belge de sciences politiques: http://www.sciencepolitique.be/ Notre ST est la numéro 16 : http://www.absp-cf.be/spip.php?article306

ST 16 : Crises politiques et champ littéraire

Organisateurs :

Crises politiques et champ littéraire
En lien avec le thème général du congrès de l’Association belge de science politique, la section thématique aura pour thème l’incidence des crises politiques sur les trajectoires sociales des agents du champ littéraire. Comprises comme des conjonctures critiques de désectorisation du monde social, les crises politiques ont été l’objet de nombreux travaux recherchant à la fois à comprendre des dynamiques à l’œuvre dans ces moments critiques mais aussi à s’affranchir d’un modèle explicatif relevant de la stricte exceptionnalité [Dobry, 1986 ; Gaïti, 1999 ;Damamme, Gobille, Matonti et Pudal, 2008]. Celle-ci ne constituant pas une variable explicative unique des formes d’implications croisées entre deux espaces relativement autonomisés, la réinscription de la crise dans des conjonctures longues,comprenant les trajectoires sociales des agents du champ littéraire[Bourdieu, 1992 ; Charle, 1990], permettra ainsi d’éviter certains biais.
Dans la lignée des travaux de Gisèle Sapiro ou d’Anne Simonin portant sur les écrivains pendant et après l’occupation [Sapiro, 1999 ; 2011 ; Simonin, 2008], ceux de Boris Gobille sur l’avant-garde littéraire au moment de la crise de mai-juin 1968 [Gobille, 2005] ou encore ceux de Louis Pinto à propos de l’engagement des intellectuels à cette même époque [Pinto, 1999], les interventions pourront porter sur les relations entre le champ littéraire et le champ politique avant, pendant et après les contextes de crises.La pluralité des terrains de recherche devrait permettre de mettre en évidence les modalités selon lesquelles les crises constituent des fenêtres d’opportunités politiques pour des écrivains, des artistes et des « intellectuels » qui interviennent au sein du champ du pouvoir [Charle, 1977] et en retour, combien ces conjonctures peuvent marquer – de manière différenciée, selon les secteurs du champ dans lesquels ils sont situés – leurs trajectoires individuelles. Elles font émerger ou renforcer des engagements, susciter la réaction ou encore entrainer un repli vers le « formalisme » et le pôle de « l’art pur » [Bourdieu, 1992].
En prenant soin d’éviter de s’inscrire dans une forme d’essentialisme de « la crise », les propositions pourront s’intéresser à des acteurs variés du champ littéraire, individuels ou collectifs (intellectuels, écrivains, artistes) ainsi qu’à des conjonctures de crises multiples. Les communications pourront porter sur des échelles d’analyses plurielles (internationales, nationales, locales) ; nous privilégierons les interventions basées sur un travail empirique (entretiens, observations, etc.), adoptant une démarche sociologique et/ou historique (archives).

Modalités pratiques
Les propositions de communications sont attendues pour le 20 novembre 2013 au plus tard. Elles sont à adresser à bastien.amiel@u-paris10.fr, mathildesempe@gmail.com et paul.dirkx@univ-lorraine.fr. La sélection des communications sera opérée pour le 15 décembre 2013. Les auteurs adresseront leur texte aux organisateurs pour le 15 mars 2014.
L’inscription au Congrès débutera le 1er janvier 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.