Parution – « Ce que la sociologie fait de la littérature »

Labari (Brahim) [dir.], Ce que la sociologie fait de la littérature et vice-versa, Paris, Publibook, coll. « Sciences humaines et sociales », 2014. ISBN : 1950-6856

Quatrième de couverture :

Les textes qui forment ce volume ont en commun d’interroger les rapports
complexes entre la discipline sociologique et la littérature. Le point de départ
a été de s’interroger sur la problématique de la formation de la « culture
sociologique » non pas avec l’institutionnalisation de la discipline par ses
pères fondateurs connus et reconnus (E. Durkheim, K. Marx et M. Weber),
mais avec les grands-pères fondateurs tels que les romanciers et écrivains
des XVIIIe et XIXe siècles. A contrario, les sociologues « canonisés » sont-ils
appelés, pour être lus et appréciés ou compris, à user de la rhétorique
pour verbaliser, analyser, interpréter et expliquer le réel ? L’objectif étant
d’expliciter, voire de qualifier cette relation d’« incestueuse » entre la
littérature et la sociologie en débrouillant les frontières qui les séparent,
les enjeux qui les animent et en fi n de compte de s’interroger sur la
complémentarité et les distances qui les ajustent.
Anthologie des communications présentées lors du colloque international
« Sociologie et littérature : une relation incestueuse ? », cet ouvrage dévoile
comment on faisait de la sociologie sans avoir à anticiper un savoir appelé
à s’institutionnaliser : on la pratiquait par la force de la description et la
puissance de la métaphore. Riches aussi bien par leur pertinence que par
leur diversité, ces articles n’empruntent pas la même voie pour décrypter
ces rapports, ne ciblent pas les mêmes champs de recherche, ni ne citent les
mêmes auteurs comme illustrations de ces chevauchements entre les deux
disciplines.
Ont participé à cet ouvrage : Isabelle Charpentier, Panagiotis Christias,
Frédérique Giraud, Pablo Curtas, Marie Doga, Laurence Ellena, Clara
Lévy, Louis-Antony Martinez, Alain Quemin et Emilie Saunier.
Sommaire :
Propos introductif ………………………………………………………………………………………………..9
Brahim Labari
Le chassé-croisé de la sociologie et des oeuvres littéraires …………………………………15
Alain Quemin – Clara Lévy
Balzac comme grand-père fondateur de la théorie critique ………………………………..35
Panagiotis Christias
L’enquête au service de la fiction : Zola et les Rougon-Macquart………………………..47
Frédérique Giraud
« Il ne faut pas remuer les amours mortes ». Mémoires et objets chez Julien
Gracq ………………………………………………………………………………………………………………….65
Pablo Cuartas
Les écrivains juifs séfarades de langue française : en deçà ou au-delà de la sociologie ?………………………………………………………………………………………………………….75
Clara Lévy
Le social dans le texte et le texte dans le social. Reconstruire et comprendre
une « sociologie spontanée » des rapports de domination dans les oeuvres
d’Amélie Nothomb …………………………………………………………………………………………….. 93
Émilie Saunier
Défiance et rivalité : analyse des relations entre la littérature d’avant-garde
et la pensée sociologique au tournant des années soixante…………………………………………………………………………………………………………….. 115
Marie Doga
Écrire pour « venger sa race » ou de l’usage littéraire stratégique de la sociologie…
Le renouvellement de l’écriture « autosociobiographique » d’Annie Ernaux
de Journal du dehors (1993) au « récit-fusion » Les Années (2008) ………………….. 127
Isabelle Charpentier
Sociologues, travail et roman. Contours d’une intertextualité……………………………151
Laurence Ellena
Flaubert, Zola et l’avènement de la sociologie…………………………………………………….167
Louis-Antony Martinez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.