Appel à communications – Colloque international : “L’Individu, le Collectif, la Communauté”

Universidade Estadual Feira de Santana, Bahia, Brasil

Université de Cergy-Pontoise, Cergy, France

Université Paris-Est Créteil, France

Université Laval, Québec

Université de Lubumbashi, RDC

Université St Thomas, New Brunswick, Canada

Università di Catania, Italia

CELCFAAM-Centre d´Etudes en Littératures et Cultures franco-afro-américaines

NEC- Nucléo d’ Etudes canadiennes

organisent

du  16 au 18 juin 2015,

À L’Université d’État de Feira de Santana (Brésil)

un Colloque International sur le thème suivant :

L’Individu, le Collectif, la Communauté

Le Centre d’Études en Littératures et Cultures franco-afro-américaines – CELCFAAM et le NEC-Núcleo de Estudos canadenses (Centre d’ Études canadiennes) s’intéressent  depuis leur création à la question des identités et du métissage. Après avoir exploré successivement « les poétiques de l’identité et de l’altérité », « les voix et images de la diversité », puis les notions d’exil et d’hospitalité, ils entreprennent dorénavant d’explorer les rapports entre l’individu, le collectif et la communauté.

Si l’individu est le matériau réel et « atomique » à partir duquel toute complexité sociale peut s’envisager, la communauté est une production idéelle (mais aussi, par certains aspects, sensible) qui résulte des associations d’individus. Au-delà du simple fait de « société » (la réunion seule), la Communauté (que l’on écrira dans ce cas avec une majuscule) doit être vue comme un supplément à cette addition : mieux que la réunion des individus, elle est aussi conscience positive de cette réunion et adhésion enthousiaste, voire partage « intense » de cet état. La notion de collectif peut alors être vue ­— ce sera un des points importants du débat — comme une étape intermédiaire, inachevée ou dégradée, selon les cas, du processus de constitution d’une communauté.

Mais cette échelle à trois niveaux aide-t-elle à penser la situation contemporaine des hommes plongés dans un espace mondialisé et connecté, tel que le nôtre ? Les aspirations collectives de type communautariste, sous une forme d’inclusion minimale et peut-être, sous forme d’exclusion de l’Autre et du différent surtout, ont-elles sonné le glas, en Europe, en Afrique, en Amérique, de l’impulsion communautaire pensée comme partage d’une condition universelle ?

Il s’avère en effet que, dans des sociétés souvent considérées comme de plus en plus individualistes, au cours des développements du capitalisme conquérant, le lien à la Communauté, entendue au sens le plus large d’aspiration à un sentiment d’appartenance au genre humain et à son devenir commun, a souvent pris la forme réduite d’une appartenance à un collectif, autrement dit à des communautés d’intérêt à la portée limitée, bien loin d’un partage universalisant d’un Commun[1].

On le sait aussi, les identités, vécues comme des racines et des marqueurs de différences, dans cette optique, ont été souvent le référent de ce repli hors de la Communauté vers des collectifs de toutes sortes, dont la « créolité » est peut-être l’exemple, par opposition au mouvement plus large de créolisation évoqué par Glissant[2]. Les diasporas, les métissages, les voyages, la circulation des biens et des personnes, bien qu’incommensurablement  plus nombreux aujourd’hui que par le passé, n’ont pas, semble-t-il, fait de la Rencontre désormais instantanée et généralisée avec l’Autre l’occasion d’un pas vers la Communauté.

Par ailleurs, l’époque actuelle manifeste à certains égards le paroxysme de l’individualisme qui se donne presque aujourd’hui comme une « philosophie de vie ». Cela s’est surtout remarqué après l’effondrement de l’ancien empire de l’URSS et la conversion plus ou moins assumée de tous les pays à l’économie de marché. La révélation de la suppression des libertés individuelles, au nom d’un collectivisme forcé qui n’a pas réussi à éradiquer la pauvreté matérielle, a pu sembler légitimer cet individualisme comme étant le seul moyen désormais possible pour atteindre le salut. En somme, les chemins ouverts par les Lumières – qui ont posé les premières pierres d’une société utopique où la liberté individuelle devait  prévaloir –  ont finit par produire une multitude d’individus atomisés qui tendent à se considérer, toujours et davantage, comme à la fois « uniques » et  «égaux», sans jamais atteindre la « fraternité ». Ainsi, que ce soit par l’habillement, les usages alimentaires, le comportement sexuel, ou le soi-disant «bon goût», l’individu, sous l’emprise des médias, se retrouve obligé de suivre des règles non écrites d’uniformisation que lui dictent l’industrie culturelle.

Ainsi, bien que séparés par des conditions matérielles différentes, les individus du monde entier ont apparemment tendance à se ressembler davantage, parce qu’ils peuvent vivre des expériences ordinaires accessibles à tous, et du fait surtout de l’adhésion à un mode de vie considéré comme un  modèle unique, donc « universel ». De cette façon, un même espoir imprègne les esprits et les cœurs des personnes de différentes sociétés aux quatre coins du monde : celui d’une consommation sans bornes, où  les « plaisirs » et « l’amusement » sont censés être à la portée de tous.

Cependant, sans d’autres rêves que ceux trop immédiats dictés par le marché, l’homme contemporain se sent isolé dans la foule qui l’entoure. En effet, les sociétés contemporaines sont plongées au cœur d’une crise sans précédent. Or, cette crise invite à chercher d’autres façons de penser et de vivre, au moment où d’innombrables villes, groupes et partis politiques bougent, crient, se révoltent, bloquent, parfois avec violence, les avenues et les rues, aspirant soit à plus d’individualisme (forme d’utopie néo-libérale que ses partisans voient comme la seule garantie des droits de l’homme), soit à plus de Communauté, ce qui va jusqu’à  impliquer une autre façon de vivre entre humains et non-humains (façon de militer pour cette « utopie concrète[3] » énoncée par Ernst Bloch, qui suppose la convivialité[4] comme projet à construire ensemble, et seule condition pour réaliser la devise de la Révolution française : « liberté » « égalité » « fraternité »), sans jamais oublier ce danger permanent de retomber dans le collectivisme tel que l’ancienne URSS en a fait la démonstration[5].

Dans le même temps, l’avènement des nouveaux moyens de communication a imposé la nécessité de repenser aujourd’hui les rapports entre individu, collectif, et communauté : la pratique de « réseaux », le web, facebook, etc., ont à la fois virtualisé la Communauté et donné une nouvelle vigueur à celle-ci, modifiant le sens des appartenances concrètes. Peut-on dès lors penser que s’inaugurent de nouvelles formes de communautés, voire une manière autre d’envisager la Communauté ?  Sans nier pour autant les liens d’appartenance et de solidarité qui, seuls, peuvent faire naître une vraie convivialité, voire permettre d’avancer vers la réalisation de l’« utopie concrète », ce qui est en jeu, en définitive, c’est d’assurer à tous la liberté individuelle tout en explorant de nouvelles façons de vivre le Commun…

En somme, c’est pour tenter de recenser et d’analyser les pistes proposées par les Sciences Humaines, les Arts et la Littérature, que le CELCFAAM (Centre d’Études en Littératures et Cultures franco-afro-américaines) et le NEC (Centre d’Études canadiennes de l’Universidade Estadual de Feira de Santana – Brésil), en association avec les universités ci-dessus citées, invitent chercheurs/chercheuses, professeurs, étudiants, à une réflexion sur L’Individu, le Collectif et la Communauté, au cours du XIe Séminaire de la francophonie, du XIe Séminaire Brésil-Canada d’Études comparées et du IIIe Colloque international d’Études comparées qui se tiendront du 16 au 18 juin 2015, à Feira de Santana, Bahia, Brésil.

Quelques pistes ou suggestions, sans prétendre à l’exhaustivité, sont ici proposées :

–       L’individu, le collectif et la communauté dans les sciences sociales et humaines et dans la littérature,

–       L’individu, le collectif, la communauté et la diaspora,

–       Nouvelles formes du collectif et de la communauté,

–       Les éléments constitutifs d’un collectif, d’une communauté,

–       L’individu face au collectif et à la communauté,

–       Communauté linguistique, littéraire et communauté humaine,

–       L’individu, le collectif, la communauté et la notion d’archipel

–       Nationalité et communauté,

–       Pratiques sociales, culturelles et cultuelles en communauté,

–       Individu, collectif, communauté : insertion et exclusion…

 

Les propositions de communications, suivies d’une brève biobibliographie, sont à envoyer impérativement avant le 30 septembre 2014 à :

Marie-Rose Abomo-Maurin,  marierose.abomomaurin@gmail.com

Rémi Astruc, remi.astruc@u-cergy.fr

Humberto de Oliveira, humbert_oliveira@uefs.br

Christian Mbarga, cmbarga@yahoo.com

 

 

Universidade Estadual Feira de Santana, Bahia, Brasil

Université de Cergy-Pontoise, Cergy, France

Université Paris-Est Créteil, France

Université Laval, Québec, Canada

Université de Lubumbashi, RDC

St. Thomas University, New Brunswick, Canada

Università di Catania, Italia

CELCFAAM-Centre d´Etudes en Littératures et Cultures franco-afro-américaines

NEC- Nucléo d’ Etudes canadiennes

 

Are pleased to announce the Call For Papers for the 11thSeminar on Francophonie, the 11th  Seminar on Comparative Studies Brazil-Canada and the 3rd  International Colloquium on Comparative Studies to be held from June 16-18, 2015, in Feira de Santana, Bahia, Brazil, on the topic :

 

The Individual, the Collective, the Community

 

The Centre for  the Study of French, African, and American Literatures and Cultures (CELCFAAM) and the NEC- Núcleo de Estudos canadenses ( Centre for Canadian Studies) have focused on identity and ‘metissage’ since their creation. After exploring themes such as “Poetics of Identity and Otherness”, “Voices and Images of Diversity” and most recently notions of exile and hospitality, the Centres are now exploring the relationships between the Individual, the Collective and the Community.

Just as it can be argued that the individual is the real  and “atomic” material from which any social complexity derives, the community is an ideal , and to a certain extent, a sensible production resulting from the association of individuals.  Beyond the concept of “society” as the aggregate of people living together, the Community (with capital C), represents the notion of a positive conscience to which individuals adhere and within which they happily share with one another. The notion of the Collective, being one of the main focuses in the debate, can therefore be viewed as an incomplete or degraded step in the process leading to the constitution of the Community.

In the process of constructing this Community, can it be assumed that this three-step approach will help in analyzing and understanding the situation of  contemporary man caught in a world as globalized and connected as ours?  The collective aspirations leading to the Community, with minimal inclusion and maybe through the exclusion of the Other, may be signalling the end of community impetus as a commonly shared trait of universal condition in Europe, in Africa and in America.

In societies considered as being increasingly individualistic and fuelled by conquering capitalism, indeed, the link to the Community, viewed as an aspiration to a sense of belonging to humanity and its common future, has been reduced to simply belonging to a specific collective. In other words, the collective has been split into communities consisting of individuals with common interests and limited reach, a far cry from the universal sharing of the Common good[1].

It is well known that identities, considered to be roots and markers of differences, have often been used as anchors in pulling away from the Community in order to create collectives. A potent example of this phenomenon is the concept of “créolité” in opposition to a larger movement such as créolisation as discussed by Glissant[2]. Diasporas, “metissages”, travels, and the movements of goods and people, instantaneous and easy Encounters with the Other, although much more common nowadays than in the past, do not seem to have led to the Community.

Additionally, in this day and age, individualism seems to have reached its peak and is almost viewed as a ‘way of life’. This has become more apparent after the collapse of the former USSR Empire, and the more or less successful conversion of all countries to market economy. The revelation of the suppression of  individual rights in the name of a forced collectivism that has proved unable to eradicate material poverty, may have given the illusion of legitimacy to this individualism henceforth seen as the only possible way to reach salvation.  In short, the paths opened by the Enlightenment, which was the foundation of a utopian society in which individual freedom was called to prevail, have produced a multitude of atomized individuals who increasingly tend to consider themselves both as ‘unique’ and ‘equal’ without ever reaching “fraternity”.  Thus, whether through clothing, eating habits, sexual behaviour or so-called “good taste”, under the control of the media, individuals are forced to follow unwritten rules of standardization dictated by the cultural industry.

Consequently, although they are separated by material conditions, people all over the world tend to be more alike. This is a result of the fact that they all go through ordinary experiences that are lived by all others given their acceptance of a lifestyle deemed to be the model, and therefore “universal”. The same hope permeates all peoples’ hearts and minds: limitless consumerism that promises to “satisfy” and “entertain” everyone, regardless of geographical location or means.

It however becomes obvious that contemporary man, devoid of dreams other than those imposed by the consumerist society, feels isolated amid a large crowd. Indeed, modern societies are in an unprecedented crisis. This crisis summons us to find new ways of thinking and living at a moment when numerous towns, political groupings are in uproar, revolting, blockading roads, violently organizing street fights, aspiring either to more individualism or to more Community. The notion of ‘Community’ here includes integrating human and non-human, in an effort to create a “concrete utopia[3]”, a project of togetherness through which the motto of the French Revolution ( Liberty, Equality, Fraternity) could be attained. One should however be mindful of not falling into the ever lurking collectivism that was seen in the former USSR[4].

At the same time, new means of communication have brought about the necessity to rethink the relationships between the individual, the collective and the community. Networking, the web, Facebook, Twitter, Instagram etc… have turned Community into a ‘virtual reality’ while re-invigorating it, thereby modifying the sense of concrete belonging. Can one thus assume that new forms of communities are being created, or is it simply a new way of understanding Community? Without denying the ties of belonging and of solidarity that can create real togetherness or even make “concrete utopia” possible, what is at stake here is guaranteeing individual freedom through the exploration of new ways to experience the Common.

In an effort to inventory and analyze approaches by the Human/Social Sciences, the Arts and Literature, the CELCFAAM (Centre for the Study of French, African, and American Literatures and Cultures) and the NEC (Centre for Canadian Studies of the Universidade Estadual de Feira de Santana-Brazil), in association with the above-mentioned universities, invite researchers, teachers and students to a reflection on the topic The Individual, the Collective and the Community.

Broad themes include, but are not limited to the following :

-The Individual, the Collective and the Community in the Social Sciences and Humanities and in Literature,

-The Individual, the Collective and the Community in the Diaspora,

-New Forms of the Collective and the Community,

-The Constitution of a Collective and of a Community,

-The Individual in the Face of the Collective and the Community,

-Linguistic, Literary and Human Communities,

-The Individual, the Collective and the Community and the notion of “Archipelago”,

-Nationality and Community,

-Social, Cultural and Religious Practices in a Community,

– Individual, Collective, Community : inclusion and exclusion…

 

Abstracts of no more than 250 words should be directed to addresses below before September 30, 2014. Please include a short bio-bibliography.

 

Marie-Rose Abomo-Maurin, marierose.abomomaurin@gmail.com

Rémi Astruc, remi.astruc@u-cergy.fr

Humberto de Oliveira, humbert_oliveira@uefs.br

Christian Mbarga, cmbarga@stu.ca


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.