Appel à communications – “La littérature franco-ontarienne et l’institution littéraire”

46th Annual Northeast Modern Language Association Convention

Toronto, Ontario

April 30-May 3, 2015

Hosted by Ryerson University

Session Chair: Kathleen Kellett                                                Proposal ID: 15277

Session Title: La littérature franco-ontarienne et l’institution littéraire

La littérature franco-ontarienne: ses auteurs, ses éditeurs, ses lecteurs

La littérature franco-ontarienne ne cesse de s’épanouir surtout depuis les années 1970. Quels rôles jouent les éditeurs, les revues, les universités, les prix littéraires et la crittique dans son émergence? Comment des auteurs franco-ontariens tels que Daniel Poliquin, Marguerite Andersen, Hédi Bouraoui, Céline Forcier et Michel Ouellette représentent-ils l’écrivain et le milieu littéraire? Ce panel examinera l’institution littéraire et le milieu culturel de l’Ontario français afin de célébrer la richesse de cette littérature minoritaire.

Dans les années 1970, la littérature franco-ontarienne connaît un essor important grâce à l’ébullition culturelle auprès de la ville de Sudbury. Une institution littéraire et culturelle commence à se développer pour soutenir la production artistique de l’Ontario français, notamment avec la création de la Revue du Nouvel Ontario, le Théâtre du Nouvel-Ontario et la maison d’édition Prise de Parole. Avec l’épanouissement de la littérature franco-ontarienne, tout un appareil critique voit le jour avec des revues telles que Liaison, des maisons d’édition telles que Les Éditions David fondées par l’auteure Andrée Christensen, des colloques, des cours de littérature franco-ontarienne. En 1994, « the Trillium Award », créé en 1987, finit par inclure le Prix Trillium, destiné à couronner les meilleurs livres franco-ontariens de l’année. Plusieurs auteurs franco-ontariens traitent du rapport entre l’auteur et l’institution littéraire : que l’on pense à Daniel Poliquin avec son écrivain à gages Calvin Winter dans L’écureuil noir (1994), à Michel Ouellette avec son personnage romancier Pete Tremblay dans Corbeaux en exil (1992) à Marguerite Andersen dont l’autofiction Parallèles (2004) met en scène la Société des écrivain(e)s de Toronto, à Céline Forcier avec son roman satirique La Critique (2012).

Ce panel voudrait célébrer l’émergence de la littérature franco-ontarienne et son institution littéraire en invitant des propositions de communication qui traitent des sujets suivants :

            -l’apport à la littérature franco-ontarienne des maisons d’édition, des revues, des universités, des associations d’auteur, et d’autres manifestations de l’institution littéraire;

            -la représentation de l’écrivain, de l’éditeur, du lecteur et de la critique en littérature franco-ontarienne.

Pour soumettre des propositions de communication (250-300 mots), veuillez vous inscrire directement en accédant au site www.nemla.org. Vous pourrez y soumettre votre proposition de communication pour l’atelier La littérature franco-ontarienne et son institution littéraire (Numéro: 15277) sous la rubrique “French and Francophone literature”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.