Call for Papers – « Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After »

Chers collègues,

Vous voudrez bien trouver plus bas un appel à communications pour une
journée d’études à l’université de Toulouse – Jean Jaurès.

Cordialement,

Mathilde Rogez


Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After
Journée d’étude / One-day conference
17 avril 2015 – 17th April 2015
Organisers: Gary Baines (Rhodes University), Nathalie Dessens (UT2J),
Mathilde Rogez (UT2J)

(please scroll down for English version)

Version française

Cette journée d’étude se propose de revenir d’une part sur la question
de la mémoire des conflits et des traumatismes en Afrique du Sud, en
particulier, mais sans s’y limiter, autour de la lutte contre le
régime d’apartheid et les vingt premières années de démocratie dans la
nouvelle «nation arc-en-ciel», et d’autre part sur la représentation
de cette mémoire, sa mise en récit et sa patrimonialisation, comme sa
mise en question, autour des enjeux de la relation entre l’individu et
le collectif. On pourra jouer sur le terme anglais de «remembering»,
acte de la mémoration et du remembrement, c’est-à-dire aussi du
collage, de l’assemblage d’éléments de figuration qui peuvent aussi
discorder avec un récit officiel.

De la sorte, cette journée invite à une approche pluri-disciplinaire :
le comité scientifique et les orateurs invités viennent de disciplines
aussi diverses que l’histoire et la littérature, les études anglaises
et la sociologie, et ils espèrent réunir autour d’eux des chercheurs
faisant appel à des approches variées pour croiser leurs regards sur
cet objet d’études. Dans la même logique, les approches comparatistes,
entre différentes périodes de l’histoire sud-africaine ou entre cette
dernière et d’autres événements similaires dans d’autres pays, comme
aux Etats-Unis par exemple, sont encouragées.

Profitant de la présence de Gary Baines, professeur à l’université de
Rhodes en Afrique du Sud et directeur du département d’histoire de
cette université, comme professeur invité pour un mois au DEMA, cette
journée d’étude se propose de revenir, un peu plus d’un siècle après
les premières lois sur la terre en Afrique du Sud (Native Land Act,
Act No. 27 of 1913) et la fondation du Congrès sud-africain (African
National Congress, ANC), et tout juste 20 ans après les premières
élections libres après la chute de l’apartheid, sur les luttes ayant
traversé ce pays et la manière dont elles sont représentées et
commémorées.

Si les trois années précédentes ont vu en Afrique du Sud une multitude
de commémorations, y compris sous la forme de grands spectacles à la
gloire de l’ouvre de l’ANC au pouvoir depuis 20 ans, elles n’ont pas
réussi à masquer complètement les lignes de fracture qui demeurent
encore dans le pays, et les fêlures créées par la lutte vers une
nation non-ségréguée elle-même. Certaines avaient été mises au jour à
l’occasion des travaux de la Commission vérité et réconciliation
(Truth and Reconciliation Commission, TRC), elle-même une forme de
représentation, théâtralisée, de la réconciliation que l’on espérait à
l’ouvre dans le pays, mais le processus de mémoration, notamment des
crimes des deux camps, de la branche armée de l’ANC (Umkhonto we
Sizwe, MK) et de l’armée sud-africaine (South African Defence Force,
SADF) et des autorités de l’apartheid, avait tourné court. Ces plaies
semblent se rouvrir, notamment depuis que l’icône de la lutte puis de
la paix, Nelson Mandela, a disparu. La cérémonie solennelle lors de
son enterrement, extrêmement mise en scène, a donné lieu à des
manifestations d’hostilité en particulier vis-à-vis du pouvoir en
place et du président actuel, Jacob Zuma, car beaucoup considèrent que
les promesses et espoirs pour lesquels ils ont lutté aux côtés de
Mandela sous l’apartheid, n’ont pas été tenus ni satisfaits. On se
souviendra que déjà en 2012 au Festival de Grahamstown, alors qu’on
célébrait dans un bâtiment voisin les 100 ans de l’ANC, étaient
présentées d’autres versions de l’histoire et de la mémoire
sud-africaines, avec des spectacles comme Moffie de Bailey Snyman, ou
l’installation Maria’s Story de la plasticienne et chercheuse Maureen
de Jager autour de la guerre anglo-boer.

Une fois closes la cérémonie du 15 décembre 2013 en hommage à Nelson
Mandela, et l’ère de Tata Madiba, le père de la nouvelle nation,
quelles voix se font entendre pour raconter l’histoire des luttes qui
ont traversé le pays – ces dernières décennies, mais aussi depuis le
début du siècle ou de la colonisation? Qui a voix au chapitre en
Afrique du Sud? Et si d’autres voix se font entendre, ne sont-elles
que discordantes, conservatrices, comme celles de certains groupes
minoritaires afrikaners ou de vétérans de l’armée sud-africaine du
temps de l’apartheid (South African Defence Force, SADF) ? Plus loin
encore, comment se font-elles entendre, qui les entend, les analyse,
et comment ? Comment préserver ces voix, même éventuellement
dérangeantes, et écrire toutes les histoires de l’Afrique du Sud ?
Quels modes d’expression conviennent-ils aux voix individuelles au
milieu du récit collectif ou avec lui: l’historiographie, supposée
objective, l’art plastique, le récit écrit, blog ou entretien
autobiographique, la performance collective ? Comment est représentée
la mémoire, et comment ensuite la conserve-t-on et la fait-on
elle-même entrer dans le patrimoine ?

Cette journée d’étude s’inscrit à la fois dans le cadre des travaux de
deux des axes de recherche du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes
(CAS, EA 801) sur les lieux communs, espaces partagés et espaces
disputés (ce qui caractérise hautement un territoire comme celui de
l’Afrique du Sud), et celui sur la mémoire et le trauma et l’émergence
du collectif (qui peut intéresser aussi bien les chercheurs
américanistes que sud-africanistes – et au-delà des seuls
anglicistes), et dans celui des thématiques des mémoires opprimées du
projet LABEX-SMS. Elle s’inscrit également dans le fil du
développement des études sud-africaines à l’Université de Toulouse
depuis quelques années et notamment les manifestations organisées dans
le cadre de la Saison de l’Afrique du Sud en France en 2013.

Les propositions de contribution (500 mots maximum, accompagnées d’un
bref CV) devront parvenir aux organisateurs avant le 10 décembre 2014
à l’adresse suivante : Mathilde Rogez: rogez@univ-tlse2.fr. Les
communications se feront en anglais.


English version

This one-day conference aims to focus on the one hand on the issue of
the memory of conflicts and trauma in South Africa, in particular, but
without limiting itself to that period only, at the time of the
struggle against the apartheid regime and the first twenty years of
democracy in the new « rainbow nation », and on the other hand on the
representation of this memory, the way it has been narrativised,
recorded and preserved as well as questioned, with issues such as the
relationship between the individual and the collective. One may think
here of the word « re-membering », an act of memory and of putting
things together again, that is to say as well, of collage, of
assembling elements of figuration which can also jar with any official
narrative.

Thus, this conference calls for a multidisciplinary approach: the
scientific committee and the invited speakers come from disciplines as
diverse as history and literature, English studies and sociology, and
they hope to gather around them researchers using different approaches
to share and compare their views on their common object of study. In
the same logic, comparative approaches between different periods in
South African history or between the latter and similar events in
other countries, like the United States, for example, are encouraged.

Taking advantage of the presence of Professor Gary Baines, Head of the
History Department at Rhodes University (South Africa), as a guest
professor for one month in Toulouse, this conference will, just over a
century after the first land acts in South Africa (Native Land Act,
Act No. 27 of 1913) and the creation of the African National Congress
(ANC), and just 20 years after the first free elections after the fall
of apartheid, go back to the struggles which have racked this country
and how they are represented and commemorated.

If the previous three years there has been in South Africa a multitude
of celebrations, including in the form of big shows to the glory of
the ANC, in power for 20 years, they have not managed to completely
hide the fault lines that remain in the country, and the cracks
created by the struggle for a non-segregated nation itself. Some had
been uncovered during the work of the Truth and Reconciliation
Commission (TRC), itself a form of (highly theatrical and
theatralised) representation of the reconciliation that people hoped
would be at work in the country, but the process of commemoration,
including of crimes committed on both sides, by the armed wing of the
ANC (Umkhonto we Sizwe, MK) and the South African army (South African
Defence Force, SADF) and the authorities of apartheid, was cut short.
These wounds seem to have reopened, especially since the icon of the
struggle and peace, Nelson Mandela, died a year ago. The solemn,
extremely staged, ceremony for his funeral, did not prevent the
expression of some hostility in particular against those in power and
the current president, Jacob Zuma, as many believe the promises and
hopes, for which they fought alongside Mandela under apartheid, have
not been fulfilled nor satisfied. It will be recalled that already in
the 2012 National Arts Festival in Grahamstown, which among other
things celebrated the centenary of the ANC, were simultaneously
presented, in adjacent theatrical halls, other versions of history and
memory in South Africa, with performances such as Moffie by Bailey
Snyman, or the installation Maria’s Story by the artist and researcher
Maureen de Jager around the Anglo-Boer War.

Once the ceremony on December 15, 2013 as a tribute to Nelson Mandela
ended, and with the era of Tata Madiba, the father of the new nation,
now over, whose voices are heard to tell the story of the struggles
that have crisscrossed the country – in the latter decades, but also
since the beginning of the century or of the colonization of South
Africa? Who has a say and a voice in South Africa? And if other voices
are heard, are they only discordant, or conservative, as those of some
Afrikaner groups or some societies of veterans of the South African
army during apartheid (South African Defence Force, SADF). Further,
are those voices heard, who hears them, analyzes them, and how? How
can these voices, even if possibly disturbing, can be preserved, and
how can all the stories of South Africa be written down? What modes of
expression fit individual voices in the midst of collective narratives
or alongside them: historiography, which is supposedly objective, the
visual arts, written narratives, autobiographical blogs or personal
interviews, or collective performance? How is memory represented and
how is it then preserved and becomes itself part of the South African
heritage?

Proposals for papers (maximum 500 words, together with a brief CV)
should be sent to the organizers before 10 December 2014 (Mathilde
Rogez: rogez@univ-tlse2.fr). The language of the conference will be
English.


Mathilde ROGEZ
Maître de conférences
Littérature anglophone, études sud-africaines, traduction
CAS EA 801
Editeur Commonwealth de la revue Miranda
Co-Responsable des échanges ERASMUS LLCE
Département des Etudes du Monde Anglophone
Université de Toulouse – Jean Jaurès
bureau LA255
+33/0 5 61 50 24 12 ou 45 54


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.