Parution – Bernard Lahire, “Ceci n’est pas qu’un tableau – Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré”

Ceci n’est pas qu’un tableau – Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré

Bernard Lahire

Date de parution : 15/01/2015 Editeur : La Découverte Collection : Laboratoire sciences sociales ISBN : 978-2-7071-8521-1 EAN : 9782707185211 Présentation : Broché Nb. de pages : 597 p.

En 1657, Nicolas Poussin peint une Fuite en Égypte au voyageur couché, une toile qui disparaît ensuite pendant plusieurs siècles. Dans les années 1980, plusieurs versions du tableau réapparaissent. De grands experts mondiaux s’opposent, des laboratoires d’analyse et des tribunaux s’en mêlent et nombreux sont ceux – galeristes, experts, directeurs de musée, conservateurs, etc. – à vouloir authentifier l’une ou l’autre des toiles, puis à souhaiter s’approprier le chef-d’œuvre désigné.

L’une des versions sera finalement acquise, pour 17 millions d’euros, par le Musée des Beaux-arts de Lyon. De quoi nous parle cette histoire aux allures d’intrigue policière ? Pourquoi une telle débauche d’énergies, de controverses et d’argent pendant autant d’années ? Qu’est-ce qui fait la valeur – économique, esthétique – d’une œuvre d’art ? Et d’où vient cette aura attachée aux créateurs et aux œuvres ? L’enquête impressionnante de Bernard Lahire met en évidence le fait que le sacré n’a jamais disparu de notre monde, mais qu’il s’est transformé au point de s’être rendu invisible.

La magie sociale est omniprésente dans le domaine de l’économie, de la politique, du droit, de la science ou de l’art autant que dans celui de la mythologie ou de la religion, car elle est l’effet d’enchantement produit par le pouvoir sur ceux qui en reconnaissent tacitement l’autorité. C’est cet enchantement qui transforme une sculpture d’animal en totem, un morceau de métal en monnaie, un papier en titre de propriété, une eau banale en eau bénite ; et c’est cette même magie sociale qui fait passer un tableau du statut de simple copie à celui de chef-d’œuvre. Puisant avec érudition dans les vastes domaines du savoir anthropologique, historique et sociologique, Ceci n’est pas qu’un tableau interroge, grâce à une série de régressions historiques, les socles de croyance sur lesquels nos institutions et nos perceptions reposent.

Questionnant radicalement l’art et son ambition émancipatrice, il révèle les formes de domination qui se cachent derrière l’admiration des œuvres.

Bernard Lahire, professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon, a publié une vingtaine d’ouvrages, parmi lesquels L’Homme pluriel (Nathan, 1998), La Culture des individus (La Découverte, 2004), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire (La Découverte, 2010) et Monde pluriel : penser l’unité des sciences sociales (Seuil, 2012).

 

Sommaire:

Introduction D’une toile, tirer le fil
Fuites en Égypte : trajectoires, concurrences et controverses
Rompre avec la logique des récits fabuleux – Tableaux qualifiés, classifiés et illusions rétrospectives
Le réel : entre continuité matérielle et discontinuité sociale
Les objets de la recherche : statuts, valeurs et modes de comportements
Tirer le fil
Coda

Livre 1 : Histoire, domination et magie sociale
1. États de faits et socles de croyances
2. Domination et magie sociale
Les formes objectives de la domination
Un problème caché sous le morcellement des points de vue
Capital ou effets symboliques ?
Esquisse d’une théorie générale de la magie du pouvoir
3. L’articulation des oppositions : dominants/dominés et sacré/profane
Histoire des transformations conjointes du pouvoir et du sacré
Magie et pouvoir dans les sociétés sans État
Magie et pouvoir dans les sociétés à État
Le haut et le bas
Des fictions politiques ou comment l’homme a créé Dieu à son image
Les luttes pour l’appropriation du sacré
Sécularisation, transferts de sacralité et fondements sacrés de toute société

Livre 2 – Art, domination, sacralisation
4. L’extension du domaine du sacré : l’émergence de l’art comme domaine autonome et séparé du profane
Poètes et artistes, souverains ou démiurges
L’histoire d’une sacralisation collective
Des reliques aux oeuvres d’art
La séparation de l’art et de la vie
Admirer avant d’interpréter
Sous l’admiration, la domination
La magie des tableaux
Récits fabuleux et mystifications
Copies et faux

5. Authentification, attribution
Où chercher les vérités scientifiques ?
Être expert : faire des choses avec des mots
Acte performatif I : le catalogue raisonné
Acte performatif II : l’exposition
Attributions et désattributions : controverses et changements d’avis
Histoire et logique de l’attributionnisme
La science au service du sacré
Désévidencier l’authentique

Livre 3 – Du Poussin et de quelques Fuites en Égypte
6. Sublime Poussin : maître du classicisme français
Parcours d’un artiste à contretemps et à contre-pente : indépendance et liberté de création
Peintre-philosophe et artiste
Sur la fortune de Poussin
À l’art, la nation reconnaissante
7. Le fabuleux destin de tableaux attribués à Nicolas Poussin
Raccordements, associations et statuts de l’objet
Histoire de toiles
Le tableau d’un grand peintre au talent déclinant
Les traces d’un tableau admirable
Trois apparitions – La montée d’une controverse – L’épreuve de la confrontation – Le travail souterrain des galeristes – La première reconnaissance publique de la version « Pardo »
Rebondissement : la demande d’annulation de la vente de 1986
L’acquisition d’un trésor national
À la recherche des mécènes
La magie d’un chef-d’oeuvre
Clore une controverse
Les conditions de l’envoûtement et du désenvoûtement
Une version sans expert
8. Poussin, la science, le droit et le marché
Poussin au laboratoire
Analyses de la version « Piasecka-Johnson » – Analyses de la version « Pardo-MBA de Lyon »Poussin au tribunal
Erreur sur la substance – Un précédent déterminant : le cas d’Olympos et Marsyas ou l’« affaire Saint-Arroman » – Le procès de l’« autre affaire Poussin »
Le prix d’un tableau
9. Comment chacun joue son jeu
Des historiens de l’art : qui a l’oeil ?
Sir Anthony Blunt (1907-1983) – Sir Denis Mahon (1910-2011) – Jacques Thuillier(1928-2011) – Pierre Rosenberg (1936-)
Des galeristes : jouer (et perdre) son jeu
Une directrice de musée : jouer (et gagner) son jeu

Conclusions
Se tenir en deçà des champs
À la racine des croyances
Donner à voir le monstre invisible
Un jeu savant fragile
Post-scriptum Les conditions de la création scientifique
Remerciements
Liste résumée des données exploitées
Éléments bibliographiques
Bibliographie documentaire
Index des noms d’auteur
Index thématique et conceptuel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.