Appel à participants : Atelier « Expérience esthétique et savoir social »

Cher-e-s collègues,

 

Chercheur postdoctoral à l’EHESS affilié au CRAL, je me permets de vous faire

part du projet d’un atelier consacré à un problème transversal que je souhaite

aborder cette année, afin d’élaborer le cadre théorique et méthodologique pour

ma propre enquête.

 

L’expérience esthétique et le savoir social. Histoire et théorie.

 

30 novembre 2015 – 20 juin 2016

 

Mon propre projet de recherche est consacré au rôle de l’expérience,

structurée autour de l’évènement public de la représentation théâtrale, dans

la transmission/transformation du savoir social en France entre 1750 et 1864.

La chronologie, le corpus étudié et les problématiques de cette recherche

invitent à une réflexion hétérogène à travers les disciplines (telles que

l’histoire des idées, l’histoire des spectacles et de la littérature

dramatique, l’histoire sociale, l’histoire des émotions) et à travers les

concepts, à commencer par ceux qui figurent dans l’intitulé de l’atelier. En

suggérant celui-ci, j’ai ainsi un but pragmatique, lié à mon travail

individuel. Or, je ne conçois pas d’avancer dans ce projet sans ouverture

explicite aux objets (arts au pluriel) et aux méthodes qui sont au centre des

intérêts de mes collègues à l’EHESS et ailleurs.

 

Qu’est-ce que l’expérience esthétique ?

 

Tout en tenant compte des approches philosophiques de la notion d’expérience

en général et de l’expérience esthétique en particulier, je propose de

consacrer nos travaux à l’expérience esthétique socialement située. Comment

peut-on reconstituer une telle expérience ? Quelles sont les conditions

matérielles, épistémologiques et politiques de l’autonomisation de

l’expérience esthétique ? Qui sont les sujets de celle-ci et les experts qui

évaluent sa légitimité ? Il s’agira d’étudier les dispositifs de l’expérience

esthétique qui à la fois construisent l’évènement social en tant qu’esthétique

et marquent les limites des approches spécifiquement focalisées sur un seul

aspect du dispositif (production, réception, espace, etc.).

 

Qu’est-ce que le savoir social ?

 

Le savoir social peut être défini comme l’ensemble des représentations qui

organisent les rapports sociaux d’un individu, la manière dont celui-ci

appréhende le monde social et se situe au sein de ce monde. Selon l’hypothèse

de Roger Chartier, le savoir social est mobilisé au moment de la rencontre

avec la fiction pour activer la lecture allégorique (et, par conséquent,

morale et politique) d’une représentation fictionnelle du monde. Plusieurs

disciplines ont examiné cette rencontre, sans avoir produit un consensus au

sujet de ses mécanismes. Je propose d’étudier les modalités d’intégration des

éléments fictionnels (tels que la dialectique personnage/sujet, les

représentations de l’autorité, etc.) dans la réflexion et, éventuellement,

dans l’action sociale des acteurs historiques : par exemple, à travers les

types de justification observés dans l’écriture de soi.

 

Histoire et théorie.

 

Aristote et Horace menaient leur réflexion sur les catégories poétiques en

termes explicitement sociaux. La réflexion sur l’autonomie esthétique, notion-

clé de la pensée esthétique, remonte, elle, au moins à la première modernité

ou la redécouverte de la Poétique voisinait le développement des théories

absolutistes du pouvoir et des nouvelles formes esthétiques.

La dimension historique de cet atelier est fondamentale, mais pas en raison

d’une chronologie préétablie. Il s’agit plutôt d’historiciser l’étude des

phénomènes, situés dans le passé ou contemporains. Dans le domaine des

sciences historiques, seront privilégiées les études qui questionnent leur

propre démarche empirique. Par ailleurs, en abordant les objets esthétiques

très hétérogènes, il peut s’avérer gratifiant d’aller chercher l’inspiration

dans les méthodes des sciences sociales ou de la philosophie qui opèrent

parfois dans le présent absolu. Il serait intéressant de maintenir cette

tension entre le travail empirique et historicisant et la réflexion théorique.

 

Format.

 

Le format hybride que prendra cet atelier favorisera deux types d’interaction.

D’abord, dans le cadre d’un groupe de lecture, nous allons lire et commenter

les textes sélectionnés et introduits par les participants à l’atelier. Il

s’agira de deux textes (article, chapitre d’un livre) par séance mensuelle.

Ensuite, une fois par mois également, nous aurons l’occasion d’accueillir un

intervenant dont les travaux affichent un lien stimulant avec les

problématiques magistrales de l’atelier. La liste des invités sera discutée

lors de la première séance que je souhaite organiser autour du 30 novembre.

 

Lieu et dates.

 

Les séances du groupe de lecture auront lieu dans les locaux du Centre de

recherche sur les arts et le langage (CRAL) à l’EHESS (96, bd Raspail 75006

Paris). Elles dureront deux heures environ. On identifiera les créneaux

convenables pour la plupart entre nous à l’aide du doodle

Les conférences des intervenants extérieurs auront lieu dans une des salles de

l’EHESS (à préciser). Les dates des conférences seront établie ultérieurement.

 

Journée d’études.

 

Une journée d’études est prévue pour la fin du mois de mai 2016 qui va réunir

un certain nombre des intervenants invités et ceux qui vont répondre à l’appel

à communications qui va être diffusé en janvier 2016.

 

Pour plus de renseignement, merci de me contacter : alexei.evstratov@ehess.fr

 

Avec mes salutations sincères,

Alexeï Evstratov

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.