Journée d’étude – “La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique”

La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles
Journée d’étude du GRM
Organisateurs : Alain Loute et Patrick Marcolini

Lieu : Ent’revues/IMEC – 4, avenue Marceau 75008 Paris – métro ligne 9 Alma-Marceau
Horaire: 9h-18h

Argumentaire : Dans la continuité de ses réflexions sur la politique des groupes ou, plus récemment, sur l’histoire politique des intellectuels, le Groupe de Recherches Matérialistes (GRM) organise une journée d’études sur le thème de la forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles. L’hypothèse qui sous-tend cette journée est qu’une revue est, selon le mot célèbre, un « organisateur collectif » : elle contribue à la constitution et à la reproduction de modalités collectives de pensée, de travail et d’action. Loin de ne constituer qu’un simple artefact technique, un support logistique de propagande ou de communication, la revue doit donc être appréhendée elle-même comme une forme de praxis intellectuelle et politique. Elle peut ouvrir un espace à l’expérimentation intellectuelle et à l’intervention en conjoncture, contribuer à des échanges entre groupes, opérer des transferts et des déplacements culturels, etc. De plus, la « forme » revue n’est pas qu’une addition de textes qui existe de manière autosuffisante. Elle crée et produit quelque chose à travers le rassemblement de textes porté par un projet éditorial et politique.

La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique sera abordée à travers plusieurs thématiques. Tout d’abord, il s’agira de préciser la forme spécifique de la revue. Comment la définir ? Quelle est son originalité par rapport à d’autres imprimés politiques comme le tract ou le livre ? Une autre question visera à questionner les liens et interactions entre revues : que produisent les échanges et dialogues entre elles ? Enfin, il nous semble essentiel de questionner l’historicité de cette forme-revue. L’enjeu sera tout à la fois de retracer son histoire, ancrée dans des conjonctures culturelles et politiques spécifiques, tout en suivant les mutations que cette forme revue a subies dans le monde contemporain. Il s’agira de prendre la mesure de cette évolution entre, d’un côté, démocratisation et potentialisation et, de l’autre, l’horizon possible – et menaçant – d’une disparition de la forme revue par la lecture discontinue et fragmentée qu’induit le monde numérique.

Ce programme sera abordé sous un angle disciplinaire résolument pluraliste. Cette journée d’études entend croiser les approches de tous les champs des sciences sociales concernés par l’histoire et la vie contemporaine des revues, en particulier les historiens de l’édition, les spécialistes en histoire sociale et histoire des idées, et les philosophes préoccupés par la théorie sociale et politique.
Programme

9h – Introduction de la journée

9h15 – Thomas Franck : Les Temps Modernes et Critique : deux rhétoriques pour deux praxis de l’immédiat après-guerre

10h15 – Julien Hage : La nouvelle génération des revues surgie de la brèche de la guerre d’Algérie : avant-gardes et relais de l’anti-impérialisme en France.

11h15 – Pause

11h30 – François Bordes : Preuves, revue marxienne ?

12h30 – Déjeuner

14h – Patrick Marcolini  : Des mots et des choses. Pour une définition matérialiste de la revue artistico-politique

15h – Alain Loute : La forme-revue au cœur des mutations de la textualité numérique : potentialisation ou fragmentation ?

16h – pause

16h30 – Table ronde

18h – Fin de la journée


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.