Parution – GRIHL, “Ecriture et action, XVIIe-XIXe siècle (une enquête collective)”

GRIHL, “Ecriture et action, XVIIe-XIXe siècle (une enquête collective)”

Paris: Editions de l’EHESS, coll. “En temps et lieux”

avril 2016

ISBN:  978-2-7132-2535-2
26 euros

Présentation de l’éditeur

Des pamphlets dans un coup d’État, des certificats de médecin sur une guérison miraculeuse, la protestation d’un prisonnier, les poèmes d’une fête de cour, les articles d’un journaliste opportuniste, les oeuvres d’un prédicateur célèbre, les mémoires d’un homme politique. Que peut-on savoir d’un geste d’écriture?

L’action des écrits est toujours pensée à partir de leurs effets supposés sur leurs lecteurs. Écriture et action propose de la comprendre en ramenant le regard de la lecture vers l’écriture. Le geste d’écrire ne se limite pas aux intentions de l’auteur, exprimées ou non. Il prend place dans un tissu d’autres actions qu’il modifie et qui l’infléchissent.

L’introduction, en forme de manifeste, montre ce que la réflexion sur la singularité de l’action par écrit peut apporter à la réflexion sur l’action. Cet ouvrage déploie ensuite l’analyse sur de nombreux cas, rassemblés autour de problèmes centraux pour la compréhension de l’écriture comme action : l’écriture dans l’événement (“Dans l’événement”), l’écriture comme seule ressource dans des situations de contrainte extrême (“Enfermement”), la propagande (“Écrits de Versailles”), la théorisation politique (“Retz”), l’engagement (“Au XIXe siècle, l’engagement?”), l’agency (“Obéissances”), la rhétorique (“Scènes”).

Le Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire a été fondé en 1997. Équipe à la fois du Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS) et de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, il réunit des historiens, des littéraires et des philosophes. Les 28 participants au travail du GRIHL présentent ici un modèle de compréhension de l’action de l’écrit qui intègre les apports de la sociologie, de la philosophie, de la linguistique et des études littéraires dans une démarche historienne.

Le livre est introduit par Alain Cantillon, Laurence Giavarini, Dinah Ribard et Nicolas Schapira.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.