Soutenance de thèse Morgane Maridet

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,
J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en sociologie,
“La khâgne : un nouveau chapitre. Élaborations et reconstructions du rapport à la lecture des étudiants en classe préparatoire littéraire.”
en salle Bourjac, à l’Université de la Sorbonne, le lundi 2 mai à 14h.
Les contrôles de sécurité étant renforcés à l’entrée de la Sorbonne, merci de m’informer de votre venue par retour de mail.
La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes bien entendu convié.e.s – si vous pensez être présent.e.s, merci de me l’indiquer afin que je puisse en prévoir au mieux l’organisation.
Le jury est composé de :
– Christine DETREZ, Maîtresse de conférence HDR, ENS de Lyon (rapportrice)
– Yves DUTERCQ, Professeur des Universités, Université de Nantes (rapporteur)
– Emmanuel FRAISSE, Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
– Bruno PEQUIGNOT, Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (directeur)
 
Résumé

Cette thèse a pour objet d’étude la constitution de rapports à la lecture socialement situés, au long des différentes socialisations connues par les individus. Elle propose de montrer comment une expérience spécifique – celle de la classe préparatoire littéraire – peut amener à la reconstruction de pratiques et de représentations de la lecture. L’entrée en classe préparatoire incite en effet à l’élaboration de façons de lire particulières, impliquant également une redéfinition de ce qui est entendu par « lecture », en fonction du passé de lecteur des individus et de leurs origines socio-culturelles, mais aussi de leurs projets futurs. C’est en considérant l’ensemble de la carrière de lecteur (depuis les premières expériences lectorales jusqu’à celles qui suivent de peu la classe préparatoire) qu’on appréhende l’expérience de l’hypokhâgne et de la khâgne.

Ce travail, se basant sur 49 entretiens semi-directifs menés auprès d’étudiants et d’anciens étudiants de CPGE littéraire, filière A/L, s’inscrit ainsi dans une démarche qualitative. Il s’appuie également sur les principales études sociologiques portant non seulement sur les pratiques et les représentations de la lecture mais aussi sur l’expérience étudiante en tant qu’elle est à l’origine de processus de socialisation différenciés. En croisant ces questionnements, on considère la lecture non pas uniquement comme une pratique culturelle mais aussi comme un instrument de travail intellectuel dont la maîtrise demande l’élaboration de dispositions particulières.

Au plaisir de vous y retrouver,
Morgane Maridet
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / ED 267
Cerlis / UMR 8070

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.