Parution – “Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve”

Objet: Annonce parution ouvrage Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve

Date: 7 juin 2016 15:02:32 UTC+2

Cher-e-s collègues,
J’ai le plaisir de vous écrire afin de vous annoncer la parution de l’ouvrage extrait de ma thèse de sociologie et titré : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve, aux éditions Fayard (coll. Pauvert). Accompagné d’une préface de Jean-Louis Fabiani, l’ouvrage paraîtra le 7 septembre 2016.
Posant la question des conditions et modalités d’accès à la reconnaissance littéraires des écrivains non français de langue française, en France,  Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve est fondé sur l’analyse de la situation algérienne à travers cinq cas : celui de Kateb Yacine, d’Assia Djebar, de Rachid Boudjedra, de Kamel Daoud et de Boualem Sansal.
Extrait 1 de l’ouvrage :

“C’est à partir de ce critère de la nationalité, et donc à partir de la population des écrivains non français de langue française, qu’est appréhendé, à travers le présent ouvrage, la question de la reconnaissance littéraire. Les littératures de langue française, dites « francophones » et dont la littérature française « de France » tend à être exclue, sont hétérogènes. En effet, le contexte de production, les thèmes d’écriture, les esthétiques développées, rendent les littératures du Maroc, de Côte d’Ivoire, du Québec, de Belgique, irréductibles les unes aux autres. Seul dénominateur commun et non des moindres : l’attraction qu’exerce sur elles le centre littéraire parisien. Car Paris dispose du « monopole de la légitimité littéraire, c’est-à-dire, entre autres choses, le monopole du pouvoir de dire avec autorité qui est autorisé à se dire écrivain et qui a autorité pour dire qui est écrivain, ou, si, l’on préfère, le monopole du pouvoir de consécration des producteurs et des produits ». Ce processus d’attribution de la valeur littéraire gagne en complexité dès lors que la relation entre le centre et la périphérie a, jadis, été d’ordre colonial car « écrivains, artistes et chercheurs des sociétés issues de la décolonisation, défient […] par leurs lieux d’édition, leurs langues d’écriture ou par la référence à la culture des anciens colonisateurs, les frontières nationales des champs littéraires, artistiques et savants. »” Extrait 2 de la préface :  “Avec Kateb Yacine, Djebar fut la première à être reconnue par le milieu éditorial parisien, pour des raisons qui doivent autant à la qualité littéraire de leurs œuvres qu’à l’attrait commercial que pouvait revêtir leur travail en un moment où l’Algérie occupait tous les esprits. Peu importe : il faut saluer ceux qui eurent l’audace d’ouvrir les portes de leurs maisons d’édition à ces nouveaux entrants, qui au bout d’un parcours improbable de migrants littéraires, touchaient aux rives de la légitimité. Djebar devint ainsi la Françoise Sagan algérienne, associant modernité littéraire et vive tension liée au développement de la guerre. Ces écrivains contribuèrent à montrer que les Algériens étaient autre chose que des indigènes assignés au mutisme. La consécration ne fut que partielle, comme si l’appareil de légitimation tremblait et reculait au moment de faire entrer ces écrivains originaux au panthéon des lettres françaises, comme s’ils étaient restés, quelque part, hors champ. Kaoutar Harchi mène une enquête sociologique qui révèle les obstacles insurmontables qui restent à franchir : ainsi c’est une sélection de textes et non pas le théâtre de Kateb Yacine qui est représentée à la Comédie Française. Il n’entrera donc pas au répertoire de la grande institution. Le discours de réception d’Assia Djebar à l’Académie Française, pourtant fort modéré, fut très critiqué par l’aile conservatrice du champ littéraire, au sein de laquelle on retrouve nombre d’académiciens. Boualem Sansal échoua en 2015 au prix Goncourt et dut se contenter du Grand prix du roman de l’Académie française, qui est loin d’offrir aux ouvrages le même retentissement symbolique et commercial.” En me réjouissant d’échanger à propos de cet ouvrage, avec vous, prochainement.  Bien cordialement,  Kaoutar Harchi,  Docteure en sociologie,  Chercheure associée au Cerlis (Paris-Descartes-CNRS), harchikaoutar@yahoo.fr 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.