Programme du séminaire de J. Lyon-Caen – Histoire des usages sociaux de la littérature

Programme du séminaire de Judith Lyon-Caen

 

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles

 

2016-2017

 

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2016 au 2 juin 2017.

Pas de séminaires les 31 mars et 21 avril. Séance exceptionnelle le 28 avril.

 

Ce séminaire propose une histoire des usages de la littérature qui associe l’étude des formes d’action par l’écriture littéraire à celledes lectures, des appropriations, des savoirs sur les écrits conçus, reçus, qualifiés comme littéraires au XIXe et au XXe siècles. On cherche à dégager des modes historiquement et socialement situés de production de la croyance en la « vérité de la littérature » – c’est-à-dire en la puissance de figuration, de représentation, de description ou d’intervention des écrits littéraires. La potentialité cognitive ou historiographique de la littérature, qui interroge de longue date les sciences sociales, fait ainsi l’objet d’une série d’analyses situées.

 

 

En 2016-2017, on poursuivra le travail engagé sur les “historiographies romanesques” du XIXe siècle et sur la figuration de l’expérience sociale dans les écrits littéraires du XIXe siècle.

Ces questions seront abordées dans le cadre d’une réflexion plus générale sur la possibilité d’une histoire non littéraire de la littérature. Par histoire “non littéraire”, j’entends une histoire qui ne soit pas prise d’emblée dans les mises en récit produites par ou dans la littérature elle-même ; une histoire qui regarde le fait littéraire comme un fait pleinement historique, et qui s’intéresse donc aux formes de présence, disséminées, multiples, de la littérature dans l’espace social du premier XIXe siècle : il s’agit de saisir la manière dont l’existence de la littérature (comme valeur, corpus, institution…) affecte toute prise d’écriture (dans les écritures personnelles ou administratives par exemple) ; il s’agit de saisir la présence matérielle de la littérature dans l’espace urbain (à Paris) ; il s’agit de décrire, dans cette perspective, les gestes et les pratiques (d’écriture, d’impression, d’édition, de publication, de mise en circulation, de lecture) qui font exister, dans les décennies romantiques, la « littérature » comme phénomène de la vie collective.

Comment décrire cette historicité du fait littéraire en s’affranchissant des narrations de l’histoire littéraire ? Les dossiers présentés, consacrés aux décennies 1830 et 1840, tenteront d’esquisser une réponse tout en explorant, autant que possible, des aspects méconnus, inaperçus ou effacés, de la production littéraire des décennies post-révolutionnaires.

 

  1. 4 novembre 2016.

Introduction: terrains, objets et méthodes d’une histoire des usages de la littérature 

 

  1. 18 novembre 2016.

L’hermite au Louvre ou l’homme de lettres oublié (1830)

 

  1. 2 décembre 2016

La littérature (d’)adultère : Indiana, de George Sand (1832)

 

  1. 16 décembre 2016

Lire/Aimer/Mourir : les amants de Montmorency – I (Paris, 1835) 

 

  1. 6 janvier 2017

Une littérature pour la vie réelle : Emile Souvestre (1835)

 

  1. 20 janvier 2017

Comment entrer en littérature ? La littérature vue d’en bas (1836-1842)

 

  1. 3 février 2017

Les « enfants perdus de la poésie » : retour sur Camille Bernay

 

  1. 3 mars 2017

Lire/Aimer/Mourir : les amants de Montmorency II (Chars – Seine et Oise, 1838)

 

  1. 17 mars 2017

Articles de Paris : la littérature et la ville (1840)

 

Pas de séminaire le 31 mars

  1. 28 avril 2017 (exceptionnellement, en remplacement de la séance du 21 avril)

Romanciers aux champs : George Sand et Eugène Sue 

 

  1. 5 mai 2017

Romans de la vie quotidienne : Paul de Kock (une enquête collective)

 

  1. 19 mai 2017

La littérature, le peuple, l’insurrection (1848)

 

  1. 2 juin 2017

Conclusions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.