Appel à contributions – Récits nationaux et conceptions de la « diversité » dans les discours

APPEL À CONTRIBUTIONS


Laboratoire GRADIS de l’Université Gaston Berger à St-Louis au Sénégal
et Séminaire doctoral international – Groupe Gohard – de l’Université de Fribourg en Suisse

sur le thème :

Récits nationaux et conceptions de la « diversité » dans les discours : quelles répercussions sur les acteurs sociaux, leurs perceptions et leurs pratiques ?

Date limite: 15 janvier 2017

Cet appel à contribution s’adresse à tous ceux qui cherchent à répondre à l’interrogation qui ne cesse de tarauder nos sociétés, qu’elles soient dans des contextes du « Sud » ou du « Nord, de « l’Ouest » ou de « l’Est» – si ces distinctions plus idéologiques que géopolitiques ont encore du sens de nos jours – : comment peut-on vivre ensemble la diversité et la cohésion sociales ?
Dans ce sens, les coordinateurs de l’ouvrage entendent encourager les réflexions scientifiques sur les discours portés sur les diversités, sujets de grande actualité partout dans le monde ; l’accueil des immigrés en Europe, ou plutôt leur refoulement, en donnent la mesure.
L’ouvrage se veut délibérément pluridisciplinaire : sociologie (des migrations), anthropologie (des mobilités), psychologie, économie et sciences de la gestion, géographie (urbaine), histoire politique et sociale, linguistique appliquée, sociolinguistique (urbaine), sémiotique (urbaine, des cultures), lettres/littératures, sémiologie, (socio)didactique des langues et cultures, sciences de l’éducation, sciences de la communication, sciences administratives.

Problématique

Les recherches sur les questions des diversités et de leur gestion ont connu des évolutions contrastées et controversées, suivant les disciplines, suivant les époques et selon les contextes. Le plus souvent, les réflexions et les travaux ont porté davantage sur la production de différences à travers les cultures, ou plus exactement, à travers une appartenance unique (linguistique, nationale, culturelle, religieuse, etc.), traduisant des conceptions ethnicisantes, culturalisantes et donc enfermantes des individus et des groupes visés. Ainsi, s’appuyant sur des a priori culturalistes, des domaines comme la littérature, la linguistique, l’anthropologie, la sociologie, la sémiotique des cultures ou la science politique interprètent les différences supposées comme distances fondatrices de la relation à l’autre dans nos sociétés de fait plurielles (Senghor, 1978 ; Diop, 1985). Ils font le pari d’un possible dépassement de celles-ci grâce à une conception universaliste qui devrait transcender nos différences et homogénéiser notre vivre-ensemble. Ces différences sont tenues comme des allants de soi dans la plupart des approches de la diversité, non seulement dans les « discours ordinaires » (ex. politiques, médiatiques, éducatifs, etc.), mais également dans les discours scientifiques qui, pourtant, devraient faire preuve d’une plus grande prudence épistémologique.

En parallèle, et paradoxalement, nous constatons dans les discours portant sur les diversités (de genre, d’âge, de culture, de langue, de religion, etc.) une attention et un intérêt croissants pour les effets de celles-ci sur les systèmes nationaux, notamment ceux préoccupés par « l’innovation » (Stalder, 2016) ou « l’inclusion »3, au vu de la mobilité croissante, des mouvements migratoires qui s’intensifient, parfois de manière incontrôlable, et des échanges commerciaux qui se sont globalisés et de ce fait déterritorialisés. Ces discours véhiculent des représentations « positivistes » des diversités et sont fondés sur des définitions qui simplifient voire instrumentalisent des concepts-clés, tels que, par exemple, « culture », « identité », « communauté », « minorité », etc. qui ont été et sont encore les chevaux de bataille des Postcolonial Studies (Amselle, 2008). Or, les diversités et les différences qui en découleraient sont avant tout des construits sociaux, notamment liés à la notion de nation et à son récit (Veillette, 2015), portant déjà en germe la distinction binaire entre « nationaux et non-nationaux », entre « autochtones et étrangers », entre « eux et nous » (Sy, 2002, 2003, 2009; Gohard-Radenkovic, 2003, 2005; Stalder, 2014).

Rivera disait déjà en 2000 à ce sujet : « La « mise en scène » superficielle de la variété culturelle, (…), réduit le plus souvent la différence culturelle à n’être plus qu’une question d’appartenance religieuse ou une simple question de mœurs, comprise dans le sens le plus extérieur (habillement, cuisine, musique, danses…) ; l’identité culturelle – surtout celle de l’autre – se résume à l’appartenance ethnique, nationale et/ou religieuse au détriment d’une appréciation tenant compte de différents facteurs tels que l’instruction, la profession, les classes sociales, le sexe, la génération (Rivera, p. 81). Benn Michaels (2006), ayant pourtant longtemps surfé sur la vague des Cultural Studies dont les liens avec les Postcolonial Studies ne sont plus à démontrer, va plus loin. Il voit dans la « reconnaissance » de cette diversité (culturelle, ethnique, raciale, genre, etc.), « imaginée » dirait Anderson (2002), aux traditions et identités « (ré)inventées » démontreraient Hobsbawm et Ranger (2006), une diversité plus fantasmée que réelle mais qui a pourtant des effets de réalité, soit ceux d’évacuer la question sociale et d’occulter les inégalités croissantes dans le monde.

Pourtant il doit exister des pratiques alternatives de gestion viables ou du moins concevables de cette diversité entre des modèles qui sont perçus antinomiques : l’Etat nation à caractère unificateur, renvoyant les appartenances autres que nationale à la sphère privée et donc renvoyant cette pluralité à l’inexistence et celui de l’Etat multinational, catégorisant la diversité en « communautés », « minorités », « ethnies », etc., à travers une politique multiculturelle, ce que Lijphart dès les années 60 a désigné par « consociation »4. Pourtant on observe dans ces différents modèles de gestion de la diversité, des  hiérarchies entre ces groupes, les uns se révélant toutefois plus « légitimes » que les autres, s’inscrivant donc dans une relation d’emblée asymétrique (Gohard-Radenkovic, 2010, 2012).

A nous, contributeurs à cet ouvrage, de trouver des lieux, des niches, des espaces, voire des interstices, dans les discours et les pratiques qui échapperaient à cette doxa de la toute-diversité (Adami et André, 2015) mais aussi à celle de la toute-unité, qui proposeraient des alternatives à toute forme de programmation étatique (ou autre) et à ses principaux relais institutionnels. A nous donc de réinterroger ces pluralités, en les resituant dans leur contexte et leur époque, jusqu’ici circonscrites, désignées, assignées, imposées, fractionnées, occultées,  idéalisées, etc. sous le terme désormais piégé et piégeant de « diversité».

Références bibliographiques

Adami, H. et André, V., 2015, De l’idéologie monolingue à la doxa plurilingue. Regards pluridisciplinaires, Bern, Peter Lang, Transversales.

Amselle, J.-L., 2008, L’Occident décroché. Enquête sur les Post-colonial Studies, Paris : Stock

Anderson, B., 2002. L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. Paris : Poche / La Découverte. (Imagined Communities, London, Verso, 1983).

Benn Michaels, W. (2009). La diversité contre l’égalité. Paris, Ed. Raisons d’agir. 

Choquet, S., 2016, Une théorie anthropologique des consociations – Le cas de la Suisse et du Canada, Thèse d’habilitation sous la dir. de C. Giordano, Faculté des lettres, Université de Fribourg, Suisse.
Diop, A.B., 1985, La famille wolof. Tradition et changement, Paris, Karthala.

Giordano, C.2013), “Regimes of Toleration in Nation-states and in Consociations: The Recoginition of Ethno-Cultural Diversity and its Dilemmas in a Globalized World”, in Social and Evolution & History, vol. 12 n° 1, March, Uchitel Publishing House.

Gohard-Radenkovic, A., 2003, « Politique ethnoculturelle du gouvernement malaisien et ses effets sur le statut des langues dans le supérieur: réflexions à partir d’une expérience », in L’éducation en débats: analyse comparée. Debates in education: comparative analysis. La educacion en debates: analisis comparado. Revue on-line Vol.1, coord. Akkari, A. et Perez, S., http://www.hep-bejune (29-42).

Gohard-Radenkovic, A., 2005, « La nouvelle politique au Québec et ses effets: de la catégorisation culturelle ‘Eux-Autres’ aux tensions sociales entre ‘Nous-Québécois’ », in Giordano, C. und Patry, J.-L. (hrsg), Wertkonflikte und Wertewandel, Münster, LiT Verlag, Freiburger Sozialanthropologische Studien / Fribourg Studies in Social Anthropology (119-134).

Gohard-Radenkovic, A., 2010, « Politiques de gestion de la pluralité linguistique : leurs effets sur les logiques des institutions et les logiques des individus », in Ruegg, F. et Boscoboinik, A. (eds), From Palermo to Penang. A Journey into Political Anthropology / De Palerme à Penang. Un itinéraire en anthropologie politique. Hommage à Christian GIORDANO, Berlin,  LiT Verlag, Freiburger Sozialanthropologische Studien / Fribourg Studies in Social Anthropology  (119-135).

Gohard-Radenkovic, A., 2012,  «  Contrepoint: Le plurilinguisme, un nouveau champ ou une nouvelle idéologie ? Ou quand les discours politiquement corrects prônent la diversité »,  in Gohard-Radenkovic, A., Grémion, M., Yanaprasart, P. et Veillette, J. Alterstice n°2, août, ARIC / Métropolis / Université Laval, Québec : http://journal.psy.ulaval.ca/ojs/index.php/ARIRI

Hobsbawm, E. et Ranger, T. (dir.), 2006, L’invention de la tradition, Paris, Editions Amsterdam (The Invention of Tradition, London, Press of the University of Cambridge, 1983).

Lijphart, A. and Hottinger, J. A. (dir.), 1997, « Les démocraties consociatives », Revue internationale  de politique comparée, vol. 4 n°3

Rivera, A., 2000, « Culture », in Galissot, R., Kilani, M. et  Rivera, A.,  L’imbroglio ethnique. En quatorze mots clés, Lausanne, Payot /Anthropologie.

Senghor, L. S., 1978, Liberté III. Négritude et civilisation de l’universel, Paris, Seuil.

Sy K. 2002, « L’Autre, l’Ailleurs, l’Etrange : la rhétorique de l’exclusion dans le roman historique », in SAFARA, n°1, Janvier, Université Gaston Berger, St-Louis.

Sy K. 2003, « Imaginaire collectif et création romanesque dans le roman historique », in Littérature et Culture partagée / Literature and shared culture,  Actes du colloque international de l’A.I.L.C., Dakar 8-10 Novembre 2001, Dakar, Presses Universitaires de Dakar.

Sy K., 2009, « Dendiaagal haalpulaar’en : des mots pour refaire le lien social », in ECRITURES PLURIELLES, n°3, Décembre, Université Cheik Anta Diop, Dakar

Sy, K. 2015a, Structures et signification dans le roman historique, Paris, L’Harmattan

Sy, K. 2015b, « Cultures urbaines et sémiotisation : point de vue théorique », in Sy, K. (sd), Logiques de l’hétérogène. Langages de ville et production de singularités, GRADIS, Revue internationale d’analyse du discours, n°1, Septembre, Université Gaston Berger, St-Louis.

Stalder P., 2016, Aperçu d’une hybridation de démarches et méthodes pour appréhender le lien entre la diversité et l’innovation en Suisse. Dans Actes du colloque RIFReQ, Prudence empirique et risque interprétatif. Montpellier3.

Stalder P., 2014, « Strike Season ? Gestion des diversités linguistiques et culturelles dans les réunions en milieu professionnel international », Les Cahiers de l’Acedle, Recherches en didactique des langues et cultures, Vol. 8, No 4, Décembre.

Veillette J., 2015, Récit national et imaginaires identitaires au double prisme du « bilinguisme » et de la « migration ». Une autre lecture des dynamiques de cohabitation de deux petites communes suisses, Bern, Peter Lang, Transversales.

Axes
Les axes  de réflexion se déclinent comme suit :

1 Diversités, langues et littératures

analyse des types de récits et des procédés narratifs dans les littératures francophones du sud et du nord ;
analyse des matrices discursives dans les usages, pratiques, échanges, interactions en langue première, seconde, étrangère dans les situations de communication orales et écrites ;
analyse des variétés linguistiques et stylistiques dans les littératures francophones
analyse de la littérature comme lieu d’intertextualités (p. ex. intertextualité, interdiscursivité, intermédialité et intergénéricité pour analyser la scénarisation et la scénographie en œuvre dans les productions littéraires) ;
analyse des identités, altérités, hybridités et autres dynamiques relationnelles dans les littératures francophones ;

2 La diversité et l’Etat (avec ses organes et institutions) :

analyse comparative des politiques officielles (linguistiques, éducatives, migratoires, etc.) et leurs impacts sur les liens sociaux ;
analyse de la diversité dans les discours politiques sur l’économie et plus particulièrement sur l’innovation et leur impact sur les entreprises et institutions ;
identification /analyse des diversités dans des lieux et des espaces non-officiels échappant à la programmation politique et institutionnelle ;

3 La diversité et la ville :

analyse comparative des « mixités » sociales, culturelles, linguistiques, etc. des villes ainsi que des modes de cohabitation et les logiques qui y sont liées ;
analyse des diversités des espaces urbains et de leurs modalités d’exclusion, d’inclusion, de transit, etc. ;
identification / analyse des lieux et non-lieux possibles, des réseaux visibles et invisibles dans la ville ;

4 La diversité et l’institution/l’organisation :

analyse des discours sur les diversités et sur les politiques de gestion des diversités dans les entreprises (inter)nationales, locales, familiales, etc.
analyse des diversités des équipes et de leurs impacts sur le fonctionnement, la communication et l’innovation au sein de ces organisations ;
analyses des discours sur les diversités et sur les politiques de gestion des diversités dans les institutions éducatives, de formation initiale, continue ou professionnelle ;

5 La diversité et les parentés

analyse des discours sur les familles et les parentèles (diversités d’âge, de genre, de rôle, de fonction à l’intérieur de la famille, en lien avec l’extérieur, à l’extérieur) à différents niveaux : famille, village, ethnique, institution et société ;
analyse des modes et modalités d’éducation, de cohabitation, de socialisation etc. dans les familles dans divers types de  contexte ;
analyse de la diversité des parcours, des réseaux des individus ou groupes en situation de mobilité versus sédentarisation ;

Format des résumés attendu

Veuillez :
indiquer le nom, le prénom, l’institution de rattachement et le ou les courriels (e-mail) ;
situer le résumé sous un axe thématique précis :
écrire un résumé de 3000 à 4000 signes, espaces compris :
présenter la problématique en rapport avec le titre annoncé, ainsi que l’ancrage scientifique et conceptuel dans lequel vous vous situez;
présenter le corpus (dans le cas d’une étude empirique : terrain d’études ; corpus linguistique, littéraire, étude de cas, etc.) et la méthodologie adoptée (collecte et analyse), ou les principales idées directrices et leur articulation (dans le cas d’une contribution de fond) ;
conclure sur les principales étapes de la contribution
mettre, après le résumé, une liste de 5 mots clés maximum ;
clore par une courte bibliographie indicative.

Les propositions seront soumises à une double évaluation en aveugle.

Éditeurs pressentis selon les axes thématiques

Coll. Espaces interculturels / L’Harmattan, Paris.

Coll. Transversales / Peter Lang,  Berne

Revue Alterstice on-line, Université Laval, Québec

Autres (sous discussion)

Calendrier

Date d’envoi de l’appel à contributions : 15 novembre 2016

Date d’envoi des résumés : 15 janvier 2017

Notification aux auteurs : 15 février 2017

Envoi du texte / première version : 30 juin 2017

Retour aux auteurs : 30 août 2017

Renvoi du texte révisé par les auteurs (si nécessaire) : 30 octobre 2017

Publication prévue : printemps 2018

MERCI D’ENVOYER VOS RÉSUMÉS AUX TROIS COORDINATEURS DE L’OUVRAGE :

kalidou.sy@ugb.edu.sn ;  aline.gohard@unifr.ch; pia.stalder@unifr.ch


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Virginie Mailhot (12 décembre 2016). Appel à contributions – Récits nationaux et conceptions de la « diversité » dans les discours. Le carnet de la liste socius. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qxxm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.