Journée d’étude – « La Littérature en médiations/ Mediating Literature »

1ère JE du projet AHRC Literature under Constraint (LUC)

« La Littérature en médiations/ Mediating Literature » 

 

23 mars 2018

Court room, Senate House, université de Londres

 

L’objectif de cette première journée est de cerner les principales évolutions ayant touché le monde des lettres en France depuis les années 1980, d’abord dans sa production, mais également dans ses modes de fonctionnement ainsi que dans ses relations avec d’autres espaces sociaux. Dans ce but, la journée s’appuiera sur l’un des principaux apports de la recherche récente en sciences sociales concernant la littérature : l’étude des conditions sociales, économiques et idéologiques de l’activité littéraire (Sapiro, 2014), qui englobe tant ce que font les écrivains que l’organisation de la vie littéraire (revues, académies, prix), l’environnement éditorial, intellectuel, médiatique, etc. Dans cette perspective, notre attention se portera sur les métamorphoses de la « condition littéraire » elle-même (Lahire, 2006 ; Sapiro et Rabot, 2017), que cela soit au plan du recrutement social des écrivains, que de leurs conditions de travail, de leurs sources d’influence, dont il s’agira notamment de mesurer les traductions en matière thématique et/ou stylistique. Notre questionnement se tournera également vers la médiation exercée par les éditeurs, anciennement installés ou créés durant la période (POL, Verdier…). Dans le contexte des bouleversements ayant affecté le champ éditorial depuis les années 1980 (Bouvaist et Boin, 1989 ; Raynaud, 1999 ; Schifrin, 2005 ; Mollier, 2015), il s’agira de d’évaluer l’action de ces gate-keepersessentiels dans l’émergence ou l’importation de nouveaux styles, auteurs ou courants, dans l’invention de nouvelles « traditions » littéraires, par exemple en Afrique francophone (Forsdick, 2010, Ducourneau, 2017). Une attention particulière sera accordée aux répercussions de l’émergence des environnements numériques et en ligne. Pareille réflexion intéresse non seulement les études sur la création, la publicisation et la diffusion des œuvres (Bon, 1997 ; Jouhaud et Viala, 2002), mais aussi celles sur l’action des multiples intermédiaires (agents littéraires, critiques, etc.) engagés dans la production, la promotion, la hiérarchisation, et plus globalement la définition de la littérature et de la place sociale des écrivains.

 

09h15    Ouverture de la première JE par Dominic Glynn (IMLR) et Sébastien Lemerle (Paris-Nanterre)

 

Matinée

09.30    Gisèle Sapiro (CNRS), “The writing profession in France in the globalization era: changes and continuities »

10.45    Alexandre Gefen (CNRS) : « L’idée de littérature au XXIe siècle »

11.30    Erika Fülöp (Lancaster) “Caught in the Web: Authors facing the social media”

 

12.45 -13.30 pause déjeuner

 

Après-midi

13.30    Claire Ducournau (Montpellier), « Des négociations invisibles aux écrivain-e-s visibles. Édition, production et forme de la littérature africaine de langue française depuis les années 1980 »

14.45    Subha Xavier (Emory) « Translation as Mediation: Sino-French Literature between France and China »

16.00    Alain Farah (McGill) « C’est POL qui m’a fait ça »

 

17.15 Table ronde : Alexandru Matei (Constanta) + Simon Kemp (Oxford)

Vin d’honneur à 18h

Modérateurs : Jean-Michel Gouvard (Bordeaux), Stephanie Obermeier (Kent), Claire Squires (Stirling), Pierre-Philippe Fraiture (Warwick), Anna-Louise Milne (ULIP), Jeff Barda (Cambridge)

Inscription en ligne : https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/14815


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.