Colloque – « Mouvements culturels et littéraires et revues. Propagande et militantisme : océan Indien et Europe (XIXe-XXe). »

 

Colloque international organisé par le LCF et DIRE  soutenu par L’OSOI (Observatoire des sociétés de l’océan Indien)

UFR Lettres et Sciences humaines

Université de La Réunion

En partenariat avec le CERILAC (Paris VII Diderot)

24-26 Octobre 2018

 

Mouvements culturels et littéraires et revues. Propagande et militantisme : océan Indien et Europe (XIXe-XXe).

 

Appel à communications

 

Ce colloque, porté par des chercheurs en littérature et en sciences de l’information et de la communication, s’adresse également à d’autres disciplines des sciences humaines et sociales. Il s’intéresse à de nouveaux modes de cartographie d’un monde culturel fondé sur des pratiques immédiates, des pratiques sociales éphémères ou plus longues, ainsi que sur la recherche d’une archive coloniale et post-coloniale.

Corpus 

Toute exploitation de l’écrit, de l’image à des fins de persuasion politique – y compris religieuse – pourra être considérée comme relevant de la propagande ou du militantisme. On s’intéressera à la question des supports médiatiques et/ou du traitement de discours et de motifs identiques par des médias différents (diffusion polysémiotique et plurimédiatique d’un sujet de propagande, de contre-propagande, ou militant).

Le corpus peut se composer d’affiches, de publicités, de sermons, de discours politiques, de films, de pièces de théâtre, de revues éphémères ou pérennes, d’archives médiatiques (on s’intéressera aussi aux productions d’écrivains, intellectuels, artistes indianocéaniques dans les revues européennes), d’expressions d’arts populaires, dont la chanson (qui a été un vecteur essentiel de contre-discours en des temps de répression de l’expression populaire). La « littérature » est ici envisagée dans son sens le plus large. Par exemple, la seule période 1840-1848 est passionnante quant aux seuls débats existant sur le seul territoire réunionnais autour de l’abolition de l’esclavage, de la défense des Noirs, de la mise en place de l’engagisme dès les années 1830 (Courrier de Saint-Paul). Elle nous montre comment la littérature (fiction, poésie, essais, spectacles) s’implique dans le champ de la politique et peut être instrumentalisée face aux combats.

Thèmes

Les thèmes de la propagande, du militantisme et de la contre-propagande permettront d’approfondir l’histoire et de l’envisager sous un angle particulier. Différents thèmes peuvent être suggérés sans que l’on cherche ici l’exhaustivité. Politique, société, éducation, langues, mouvements révolutionnaires, capitalisme, colonialisme, anticolonialisme… 

 On montrera aussi la circulation de ces discours et de ces motifs d’un camp idéologique à un autre, les variantes qu’occasionne le changement de support de diffusion (littérature, presse, art). 

Productions en contextes

Il s’agit d’interroger des acteurs, des textes (archives, revues, presse, littérature, illustrations, tableaux), des images qui permettront de retracer (au sens littéral) l’histoire des mouvements revendicatifs qui s’opposaient aux pouvoirs établis ou les soutenaient dans l’océan Indien et en Europe. Ce colloque vise à analyser et à interroger les modalités selon lesquelles les idées et les représentations militantes s’exprimaient dans l’espace public, le champ littéraire et artistique.

Il s’agit donc de restituer ces productions culturelles en les contextualisant d’un point de vue sociohistorique et anthropologique.

Enjeux, représentations, formes et modalités

Une autre interrogation, d’ordre communicationnel, est liée aux modes de circulation et de diffusion des idées exprimées par les acteurs des différents mouvements. L’hypothèse est que la fabrication de la propagande et de la contre-propagande peut être considérée comme un continuum au sein d’une chaîne de production et de diffusion.

Quels sont, dans tel ou tel domaine, dans telle ou telle thématique, les enjeux de la propagande et de la contre-propagande? Comment l’histoire est-elle déformée, mythifiée, sublimée ; quelles caricatures ? Quel style ? Quelles émotions ? Quels sont les publics visés ? Quels procédés ? quelles fantasmatiques, quelles représentations et quels imaginaires ? Autant de questions que l’on peut, d’emblée, se poser sur les modalités artistiques, communicationnelles, esthétiques, stylistiques, discursives ou sémiotiques, conscientes ou inconscientes des écrits de propagande et de contre-propagande, des œuvres revêtant une dimension militante. Malgré un accès parfois difficile à la parole, à l’écrit et aux médias, des contre-discours ont pu se faire entendre. Quelles ont été les motivations ? Quels ont été les obstacles et les polémiques ? Y avait-il un écart entre les paroles privées, les actes et la propagande ? La propagande avait-elle des motifs commerciaux [lien publicité/propagande] ? Pour tous ces motifs et, pour toutes ces thématiques, quelle réception ? Quel impact ? 

 

Les propositions de communications (une page, bibliographie comprise) sont à envoyer avant le 30 mars 2018 à :

Carpanin Marimoutou : jean-claude-carpanin.marimoutou@univ-reunion.fr

Françoise Sylvos : francoise.sylvos@co.univ-reunion.fr

Bernard Idelson : bernard.idelson@univ-reunion.fr

Un avis de réception sera adressé par courriel.   

Réponses du comité scientifique : 6 avril 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *