Parution – Tristan Leperlier, “Algérie, Les écrivains dans la décennie noire”

Tristan Leperlier,

Algérie, Les écrivains dans la décennie noire

CNRS éditions, collection “Culture & Société”, 2018.

EAN13 : 9782271120755.

 

Il y a trente ans, en octobre 1988, le monde arabe connaissait son premier «Printemps » en Algérie, suivi d’une guerre civile d’une rare violence qui saigna le pays, par l’assassinat ou par l’exil, d’une grande partie de son intelligentsia. L’une des premières victimes, le poète et journaliste de langue française Tahar Djaout tomba, en 1993, sous les balles de djihadistes islamistes.

 

Entre études littéraires et sociologie des intellectuels, ce livre montre les conséquences de cette crise politique sur les écrivains algériens. Cette guerre civile a-t-elle été une guerre des langues, opposant anti-islamistes francophones soutenus par la France, et pro-islamistes arabophones, choc de civilisations qu’un certain discours de l’époque s’est plu à diffuser ? Il est vrai que l’ancienne puissance coloniale est redevenue à l’occasion de cette «décennie noire » un espace central pour l’exil, le débat politique, et la  reconnaissance littéraire des Algériens. C’est plus largement la place de ces écrivains dans les sociétés algérienne et française qui est interrogée.

Exceptionnelle par l’ampleur et la diversité de ses sources, cette étude s’adresse aux lecteurs curieux de découvrir une littérature à la fois si proche et lointaine (de langue française ou arabe : Rachid Boudjedra, Mohammed Dib, Assia Djebar, Tahar Ouettar…) ; et qu’intéressent les enjeux particulièrement actuels de l’engagement politique en période de censure religieuse, de migrations intellectuelles, et d’identités postcoloniales à l’heure de la mondialisation.

Normalien et docteur en sociologie et littérature, Tristan Leperlier est chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique (EHESS-CNRS) et au laboratoire Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris III-CNRS).

 

Table des matières

Abréviations     7

Chronologie      9

Introduction      13

CHAPITRE 1. L’écrivain, parangon de l’intellectuel ?     37

Du silence à l’âge d’or : les écrivains algériens face à la libéralisation du régime      39

  • Les forces politiques à l’aube d’Octobre       39
  • « Octobre » et le « silence des intellectuels » 44
  • Un âge d’or des intellectuels  63

Concurrences politiques et intellectuelles pendant la guerre   73

  • Représentation du champ littéraire algérien pendant la décennie noire       74
  • Deux rapports à l’État           79
  • Les facteurs d’opposition dans le champ littéraire    85
  • Intellectuels généralistes et intellectuels spécifiques  90
  • Rachid Boudjedra, le « Voltaire d’Alger » : formation transnationale d’un intellectuel prophétique         94

CHAPITRE 2. Une guerre des langues ?    105

Les fondements de l’opposition : Autonomie et internationalité       107

  • Islamistes vs communistes : des littératures politiques          108
  • Écrivains et imams : des religions concurrentes       114
  • Le facteur déterminant : l’internationalité littéraire  118
  • Le facteur déclencheur : les institutions nationales   120

Entre deux puretés ? Tahar Ouettar et Tahar Djaout  123

  • Le clivage linguistique            124
  • La résistance au clivage linguistique 131
  • L’affaire Tahar Ouettar : vers une « guerre des langues »   137

Une prophétie auto-réalisatrice            148

  • « C’est l’intelligence qu’on assassine »         148
  • Une bipolarisation      155

CHAPITRE 3. Des écrivains témoins ? Littérature et engagement politique     163

Typologie des engagements des écrivains algériens    165

L’Attestation : Témoins d’actualité     169

  • Rachid Mimouni : de la littérature à la politique       169
  • Yasmina Khadra : Sociologie et autochtonie 180
  • Malika Boussouf, Aïssa Khelladi et Maïssa Bey : Journalisme, témoignage et littérature   187

L’Évocation : Témoins de l’invisible   198

  • Ahlam Mosteghanemi et Soumya Ammar-Khodja : l’évocation des écrivaines       199
  • Assia Djebar : Évoquer les disparus de l’histoire     208
  • Camus et le « mythe andalou » de l’Algérie coloniale          216

L’Interrogation : Témoins du doute                                       225

  • Mohammed Dib : l’engagement d’un moderne        226
  • Salim Bachi : les doutes de la fin de guerre               235

CHAPITRE 4. Une France algérienne ? Entre marché et autonomie     243

L’opportunité et le ghetto : les écrivains exilés en France      244

  • Violence et opportunité littéraire de l’exil      244
  • Des conditions d’accueil favorables? Identifications contradictoires           250

La littérature algérienne soumise au marché français ? Le cas de Timimoun de Rachid Boudjedra 258

  • Des œuvres « opportunistes » ?         259
  • Une édition et une réception « ethnocentriques » ?   269

La revue Algérie Littérature/Action : construire l’autonomie littéraire entre France et Algérie         280

  • Construire un espace autonome et une revue centrale          280
  • La difficile exportation de l’autonomie          286

Fin de la guerre : Avec et contre la France      293

  • Politique et géopolitique de la littérature       294
  • La construction d’un pôle autonome d’avant-garde en Algérie        306

Conclusion        321

Annexes                        329

Remerciements 341

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.