Appel à communications – « La littérature contemporaine au collectif »

La littérature contemporaine au collectif

Les 21 et 22 novembre 2019, l’Université de Sherbrooke à Longueuil (Montréal) accueillera des journées d’études organisées par Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) et Michel Lacroix (Université du Québec à Montréal).

Dans les années 1970 est apparue une forme de regroupement d’écrivain.e.s et d’intellectuel.le.s : les collectifs. Ils n’ont pas d’organisation hiérarchique, ils évitent les manifestes et autres textes programmatiques, ils ne reposent pas nécessairement sur des rencontres et sur des formes fixes de sociabilité. En revanche, ils pratiquent volontiers la co-écriture et reposent sur des formes de diffusion de l’art et de la pensée, comme des revues et des collections. Ils ont ou ont eu pour nom Wu Ming, le Comité invisible, Perpendiculaire, Inculte, Givre, Ramen, Hétérotrophes ou  encore Zanzibar. Les uns se sont nommés groupe, les autres communauté, ligue, cercle ou encore comité. Tous ont rompu avec la logique d’avant-garde sans renoncer à l’action collective, alors même que domine l’image d’un écrivain redevenu solitaire après plus d’un siècle de mouvements littéraires.

Les deux journées d’études que nous prévoyons veulent rassembler, à partir d’études de cas et de réflexions théoriques, les chercheur.e.s intéressé.e.s par les formes collectives à l’époque contemporaine. Plusieurs questions pourront être abordées :

– Les origines historiques de la configuration du collectif.

– Les liens entre les collectifs littéraires et les collectifs de squatteurs, les collectifs militants, les collectifs d’artistes.

– La morphologie des collectifs : leur composition, leur formation, leur éventuelle dissolution ou dislocation.

– La sociabilité des collectifs : fréquence, durée, localisation des rencontres (si rencontres il y a).

– Le rôle des échanges numériques dans l’internationalisation ou la déterritorialisation des collectifs : les communautés virtuelles, les interfaces, les réseaux socio-numériques. 

– L’infrastructure des collectifs : revues, blogs, collections, festivals.

– L’identité visuelle des collectifs : photographies de groupe, logos, site internet.

– La sociopoétique des collectifs : quels discours unissent les participants ? Adoptent-ils une esthétique, une rhétorique, une thématique cohérentes, voire communes ?

Les propositions (500 mots environ) sont à envoyer à anthony.glinoer@usherbrooke.ca avant le 1er mars 2019. Les frais de logement des participant.e.s seront pris en charge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.